AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La requête du royaume [PV Tyrell&Stern&Alyss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: La requête du royaume [PV Tyrell&Stern&Alyss]   Mer 5 Juin - 22:18



Ce jour-là, en cette radieuse après-midi au château, le Roi et ses Chevaliers étaient en pleine réunion. Ils devaient présenter le bilan général des six derniers mois passés mais, aussi et surtout trouver une solution à un problème qui opposait deux coopératives paysannes. En effet, ces deux dernières, soutenues par les chefs respectifs de leurs anciens clans, s'était récemment livrées à des actes de vandalisme l'un envers l'autre pour une sombre histoire de violation des frontières ...

- Des frontières qui n'existent plus ! Combien de fois je vais devoir vous le répéter pour que vous compreniez ce que ça veut dire ?

S'exclama Garren en tapant du poing sur la table. Ce genre de conflits, ils étaient nombreux et les solutions, bien souvent éphémères. Les chefs de clans et de Chevaliers avaient du mal à oublier leurs anciennes rivalités et, à défaut de pouvoir se batailler en plein jour, ils le faisaient en cachette. Hélas pour eux, ils revenaient toujours devant le roi.

- Non mais, je comprend que c'est la réunification mais, c'est eux qui ont commencé ! On allait pas rester là sans rien faire, il fallait leur rendre la monnaie de leur pièce !

Dit l'en d'entre eux sur un ton moqueur en désignant son voisin d'en face.

- C'est vous qui avez commencé les hostilités en envoyant vos paysans moudre le blé dans notre moulin et dans nos horaires et cela sans mon accord !
- Je n'ai pas d'autorisations à vous demander, ce moulin est la propriété de la couronne, j'ai le droit de l'utiliser si je le veux.
- Ce moulin est sous la responsabilité du royaume et son administration en revient au Roi ! Non seulement vous n'avez pas respecté l'organisation établie mais, en plus, vous avez chassés mes gens alors qu'ils étaient dans leurs droits !
- C'est pas moi qui les ait chassé, ce sont mes pécores qui se sont mit cette idée en tête, j'ai été informé que trop tard.
- Et bien ce n'est pas moi qui ait envoyé mes hommes les déloger de là, ils se sont mit cette idée en tête seuls.
- Pareil pour les miens quant ils ont refait la figure aux vôtres.
- Et au moulin au passage. Les dégâts matériels sont immenses, vous allez devoir passer à la caisse si vous ne voulez pas que cette histoire vire au bain de sang !
- Allez vous faire voir, c'est vous qui avez provoqué ce désastre en mettant le feu à la battisse pour déloger mes soldats.
- C'est de votre faute ! C'est vous qui avez ...

- Ça suffit !!!

Le silence revint presque aussitôt dans la salle.

- Enfin, si je peux me permettre ...
- Votre gueule ! C'est clair ?
- Très clair.


Le Roi se rassit, remettant ses cheveux en arrière. Il soupira un long moment. Pour résumer la chose, c'est à cause d'une simple histoire de planning que le moulin a été détruit, planning que le Roi avait lui-même établit en solution au précédent problème de jonction du moulin. Mais, il fallait croire que ce n'était pas suffisant. Il s'apprêta à reprendre la parole quand un homme, visiblement son messager, fit brusquement irruption dans la pièce, ouvrant brutalement la porte. Il était essoufflé et il tenait un papier dans sa main, papier qu'il tendit au Roi alors qu'il se trouvait à l'autre bout de la pièce.

- Sir ! C'est une missive en provenance du bourg de Valhingan ! C'est de la plus haute importance d'après le seigneur local.
- ... Le bourg de Valhingan ?

Le Roi tourna sa tête vers le Chevalier Valhingan qui était justement présent à la réunion. La question qu'il se posait à l'heure actuelle était de savoir pourquoi il n'avait pas apporté le massage lui-même, tant qu'à faire au lieu de déranger son messager et, mieux encore, pourquoi n'en avait-il simplement pas parlé au lieu de rester silencieux depuis le début ?

- Vous êtes con Valhingan, sympathique mais, con quand même.

Dit Garren avant de se faire passer la fameuse missive. Il l'ouvrit et la parcouru rapidement. Ce dernier lui rapporterait qu'un bandit appartenant probablement à la guilde des assassins rôderait dans les environs à la recherche de voyageur à détrousser. Il aurait déjà fait le tour des auberges avoisinantes mais se rapprocherait de plus en plus du Bourg.

- Ah voilà ! C'est déjà plus intéressant que vos disputes d'enfants.

Dit-il en désignant les deux Chevaliers. Il tourna ensuite la tête vers le rapporteur.

- Et comment pouvez-vous être sûr qu'il s'agisse d'un membre de la guilde ?
- Il y a des pécores qui sont venus se plaindre. Ils disent qu'un soir il était ivre mort et qu'il a sous-entendu appartenir à la guilde des assassins, avant d’assommer l'aubergiste et de se faire la malle avec son pognon.
- Si il en est bien un, il nous faudra lui mettre la main dessus. C'est une formidable opportunité pour enrayer ce mouvement de criminalité. S'il nous révèle la cachette de la guilde, nous pourrons alors monter une petite opération et les attraper tous, ou du moins, la plus grande partie dont leur chef.
- Stern Swell ?
- Exactement. Ça ne fera que renforcer notre pouvoir et une punition exemplaire permettra aux témoins de prendre acte.
- Et vous avez une idée de comment procéder ?

Vortigern réfléchit un instant.

- Le mieux serait encore de lui tendre un piège. Il nous faudrait quelqu'un qui a réputation d'être aisé et de beaucoup voyager. Il nous faudra aussi un ou deux volontaires pour l'interpeller. Qui se propose ?

Mais bien évidemment, personne ne leva la main. La réputation de la guilde n'était plus à refaire et celle des assassins encore moins ! Celui qui aurait se frotter à l'un d'entre eux serait un fou.

- Ça ne m'étonne pas de vous, bande de monoburnes ! Puisque c'est comme ça, je vais le faire moi-même, le royaume n'a pas besoin de vous !
- Et c'est qui qui fera l'appât ?

Mais personne ne répondit, pas même le Roi. C'est vrai qu'en matière d’appâts, il n'y avait pas beaucoup de choix. Alors que tout le monde réfléchissait, le messager, qui était encore là, prit la parole.

- J'ai croisé là-bas un marchand itinérant, un certain Tyrell Cerulean. Il vend des armes et il est de très bonne éducation, je lui ai même acheté une dague. Il fait partit de la guilde des marchands et il a bonne réputation. Avec un peu de mise en scène, notre homme pourrait très bien se laisser tenter.
- Excellente idée ! Je m'en vais de ce pas à sa rencontre, j'espère qu'il n'est pas repartit.

Dit Garren en se levant.

- Et on fait quoi nous ?
- Démerdez-vous comme vous voulez. Le moulin doit être reconstruit sans le concours de la couronne.
- Et bah voilà ! Comme d'habitude, c'est les coupables qu'on épargne et les victimes qu'on condamne.
- En l’occurrence, vous êtes tous les deux coupables. Ça sera un bon exercice pour vous apprendre à collaborer et ça aura le mérite de vous occuper un bon moment, au moins vous me lâcherez avec vos querelles puériles et sans intérêts !


Dit-il en claquant la porte. En fait, c'était surtout pour lui l'occasion de décompresser un peu, tant par le sérieux de la chose que par son aspect improvisé et son côté solitaire. Le temps d'aller chercher quelques affaires, tant pour le voyage que pour se confondre dans la foule, et de récupérer sa monture et le voilà déjà parti à la rencontre de ce marchand qui, sans qu'il ne s'en doute encore, rendrait bientôt un bien fier service au royaume.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Alyss Jill'Seyren

Bras droit

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 09/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: La requête du royaume [PV Tyrell&Stern&Alyss]   Dim 9 Juin - 21:49

{Au même moment, dans le bourg}

Les yeux d'Alyss fuyaient ceux, inquisiteurs, de l'aubergiste.

«Inquisiteurs,songea-t-elle,si seulement Stern me confiait son plan pour eux! On n'en serait pas arrivé là...»

-TU n'en serais pas arrivé là! Moi, je n'ai rien à voir avec ça. Quoiqu'il fut drôle de te voir ivre...rétorqua son jumeau, qui avait envahi sa conscience.

Oh, c'est bon, lache-moi, c'était un accident!

Que tu dis. murmura-t-il sur un ton quelque peu sarcastique.

La jeune femme sentit son esprit se détendre. Son frère s'était retiré dans son anneau, elle pouvait penser en toute liberté. Elle soupira d'aisance.
Puis revînt à la réalité et grimaça. Sa moitié, son frère jumeau, était mort il y a quelques années. Étant dans l'impossibilité de vivre sans lui, elle avait contacté un nécromancien, qui avait transféré son esprit dans une bague de cristal noir, qu'elle portait constamment.

Elle s'approcha du comptoir en vacillant, la tête lourde et les oreilles bourdonnantes. Elle s'assit difficilement sur une grande chaise et s'accouda au bois grossièrement sculpté.
Une lueur d'amusement passa dans le regard de l'aubergiste. Cela dit, elle disparut aussitôt lorsque la demoiselle posa son bras sur le bar, dévoilant ainsi un fin couteau invisible si l'effet désirer n'est pas de le montrer.
Il avala sa salive dans un bruit écœurant.

-Tu parles, ta famille est morte.

-Je...

-Dans les pires souffrances possibles et par la pire des tortures. Sous tes yeux. Vu?

Je ne dirais rien,jura-il dans un souffle.Mais je vous en prie, ne faite pas de mal à ma femme et mes enfants!

Alyss ne répondit pas, laissant le doute lui déchirer les entrailles. Peut être par pure plaisir. Peut être par nécessité. Aussitôt, ce grossier personnage ne lui inspira plus que du mépris, un grand mépris incontrôlable. Il faut dire que niveau loyauté envers son souverain, on avait vu mieux.

Il était tôt. Très tôt. La jeune femme s'était levé à l'aurore pour pouvoir quitté la ville en toute tranquillité pour effectuer la mission de bas étage que Stern lui avait attribué par simple colère.
Rien que cette pensée la mit en rage. Chaque assassin la respectaient, voir même la craignaient, alors être ainsi humiliée...
Certes, pas devant toute la Guilde, la "noble" Chef des Assassins avait eu la délicatesse de la prendre à l'écart pour lui faire part, avec une froideur qu'habituellement elle laissait de côté pour son amie, qu'elle partait pour un simple vol d'artefacts tout ce qu'il y a de plus basique.
Elle savait qu'elle était allé un peu trop loin et que la punition donné par sa supérieur était métité, mais elle préférait prendre le chemin de la mauvaise foi.

Elle se leva et donna un grand coup de pied rageur dans une table, qui tomba lamentablement, fendant légèrement la bordure.

Ma... Ma table..., risqua l'aubergiste.

Un regard empli de haine et de colère lui fut renvoyer, le faisant se tasser un peu plus qu'il ne l'était déjà.

Oh, toi, ta gueule! Cracha-t-elle.

Sans un coup d'oeil, elle sortit de l'établissement, se dirigeant d'un pas vif mais hésitant vers l'écurie, où elle avait laissé son cheval la veille. Avant sa cuite.

Elle songea que cet saleté d'aubergiste avait une boisson bien forte. Elle qui tenait habituellement si bien l'alcool, voilà qu'elle avait la gueule de bois!
Elle partit vomir dans des fourrés proche de la grande porte de bois et de fer de l'étable. Elle s'essuya rapidement le coin des lèvres, et une odeur répugnante lui envahit les narines. Elle fut dégouté d'elle même.

Rentrant enfin dans le batîment, elle s'aperçut avec une surprise non feinte que son destrier avait disparu. Sa réaction ne se fit pas attendre.

Et merde. Puis, mentalement: «Qu'est-ce que j'ai dit hier soir? Oh putain, je vais morfler moi en rentrant... Pourvu qu'elle ne me déstitue pas... Bordel de merde, je me souviens plus!»

Elle comptait sur l'aide de son frère, mais se dernier resta volontairement silencieux. L'abruti. Elle fit un tour sur elle-même. N'importe quelle personne aurait cru qu'elle admirait le batîment. N'importe quel assassin aurait vu qu'elle en cherchait les failles.
Elle s'éloigna d'un pas félin, marchant le plus vite et le plus silencieusement possible. La ville se réveillait, et pourtant personne ne pouvait la voir. Elle usait de ces pouvoirs d'assassin.
Elle revînt dans l'auberge, monta directement dans sa chambre, récupéra son peu d'affaire et repartit.
Ne laissant aucune pièce à ce foutu aubergiste.
La même question l'habitait, la torturait. Qu'avait-elle révéler aux habitués de la taverne?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tyrell Cerulean

Marchand d'armes

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 04/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: La requête du royaume [PV Tyrell&Stern&Alyss]   Mar 11 Juin - 13:14

[ Un peu plus tard, dans les plaines ]

La route se poursuivait sans fin, loin au delà de l'horizon. Elle s'étendait de part et d'autres du paysage, comme un pont immuable entre les flots verts des cultures. L'air était doux et le blé déjà haut dans les champs. C'était le début du printemps...
La charrette de Tyrell progressait insensiblement sur la terre battue. Il aimait aller à ce rythme lent et délicieux, laissant son cheval parfois brouter quelque herbe sur le bord du chemin, admirant les premiers bourgeons et le bleu du ciel.
Bien sûr, il aurait pu se hâter vers de nouvelles affaires, de nouvelles rencontres, de nouvelles armes à admirer et à revendre ; mais pourquoi se presser ? Les affaires marchaient bien – c'était le moins qu'on pouvait dire – et l'attendraient bien quelques heures ou une demi-journée. Il était partie de la capitale quelques heures auparavant et se dirigeait vers le Bourg Valhingan, qu'il atteindrait bien avant la nuit. En attendant, la vie sur les routes n'était pas toujours aussi flegmatique et Tyrell tenait à ces rares instants de paix.

Les rumeurs courraient, dans les auberges, sur des agissements de la Guilde des Assassins. On disait que les chemins et les bourgs étaient de moins en sûrs, on se demandait ce que faisait le Roi et ses hommes, et toute sorte d'autres ragots. Tyrell lui-même en rapportait souvent : après tout, les marchands comme lui étaient souvent les seuls à aller de village en village. On lui demandait même parfois d'acheminer du courrier !
Les temps étaient durs, mais la bourse de Tyrell ne désemplissait pas. Il ne tenait pas forcément à ce qu'on la lui vole – la semaine passée s'était vue marquée d'un certain nombre de rencontre avec des groupes isolés de bandits de grand chemin, et Tyrell n'avait dû sa survie et celle de sa fortune à l'isage de lettres de change, qui lui permettait de transporter de grandes sommes dans un sous dans sa poche. Ce n'était malheureusement pas le cas aujourd'hui – les gens de Valhingan préféreaient les espèces sonnantes et trébuchantes – mais quelque chose dans ce ciel sans nuage et ces blés encore vert lui donnait confiance en l'avenir.

Une légère brise souleva délicatement ses cheveux blonds et le jeune marchand soupira de bonheur. Que demander de plus ? « Un peu d'action ne te ferait pas de mal », lui répondit silencieusement le destin ; et notre ami Tyrell vit au loin la silhouette trouble d'un cavalier qui s'approchait. « Allons bon, » songea Tyrell, « la route est bien assez large pour nous deux ! ». Il prit tout de même garde de bien serrer sa charrette sur la droite, et continua son petit bonhomme de chemin. S'il s'agissait d'un voleur, il saurait se défendre ; et s'il s'agissait d'un simple voyageur, il le saluerait comme il se doit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: La requête du royaume [PV Tyrell&Stern&Alyss]   Mar 11 Juin - 21:30

Le voyage n'avait pas été très long ni très reposant. Le dos d'un cheval n'était pas ce qu'il y avait de meilleurs en matière de confort et puis, Garren s'était rendu compte qu'il y avait bien plus de brigands dans son royaume qu'il ne l'avait pensé. Pire encore, on lui avait beaucoup de problèmes au niveau des anciennes frontières car certains Chevaliers avaient instauré des lois sur leurs terres sans son accord, des lois qui s'appliquaient bien sûr sur des limites qui n'existaient plus aujourd'hui et qui donc, n'avaient même pas lieu d'être.

Mais il voyait maintenant le bout du tunnel. Sur un longue route près du bourg, un homme à cheval ressemblant étrangement à un marchand d'armes circulait à vitesse réduite. Il prenait visiblement le temps d'observer le paysage. Il était bien vêtu et ses affaires étaient nombreuses, voilà qui ressemblait étrangement à la description que lui avait dressé son messager. Garren décida de l'aborder et se dirigea vers lui. Ce dernier se serra sur la droite, surement pour le laisser passer mais, ce n'était pas au programme. Il était méfiant, ça se voyait et c'était tant mieux, surtout pour quelqu'un comme lui. Le Roi, déguisé, l'interpella.

- Excusez-moi mon brave mais, j'ai une petite faveur à vous demander.

Dit-il en retirant sa capuche et sa fausse barbe. Facilement reconnaissable, il exposa rapidement la situation au marchand et ce que ce dernier devrait faire pour faciliter le travail de la couronne. Se rendre le soir dans la taverne, boire et manger le plus possible sans regarder à la dépense puis aller se coucher et cela, à chaque nuit jusqu'à ce que l'assassin pointe le bout de son nez. Garren pour sa part passerait également les nuits dans l'auberge mais, en toute discrétion afin de ne pas éveiller les soupçons de pouvoir intercepter l'assassin quand se dernier mordra à l'hameçon. Mais ce jeune homme fort charismatique n'était pas très rassuré. Que cela ne tienne, c'est le Roi lui-même qui se chargerait de ses dépenses et de sa sécurité et mieux encore, pour service rendu, il serait même possible de conclure un généreux accord, l'armement commençait à se faire assez vieux dans l'avant poste du nord. De toutes les façons, c'était un ordre, il ne pouvait pas refuser et aussi Vortigern l’entraîna-t-il avec lui jusqu'au bourg.

- Je sais, c'est chiant, ça craint, ça pue, c'est dangereux et je pourrais intervenir trop tard mais, il faut avoir du courage ! Pour ce qui est de l'argent, vous n'aurez qu'à me donner la note. Pensez à vous munir d'une dague aussi, on ne sait jamais.

La nuit tombée, il lui demanda de se rendre à la taverne, seul, et il le rejoignit quelques temps après. L'établissement était tout à fait normal, avec ses ivrognes, ses clients de passage et son ambiance totalement indifférente. Garren s'installa à une table, en retrait, où il commanda à boire et garda un oeil sur son complice. Ca ne serait peut-être pas ce soir mais, il fallait garder l'oeil grand ouvert, qui sait ce qu'il pouvait se passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Alyss Jill'Seyren

Bras droit

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 09/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: La requête du royaume [PV Tyrell&Stern&Alyss]   Mar 11 Juin - 22:17

Alyss s'était mise à "apprendre" le bourg. Il n'était pas des plus raffinés mais de nombreuses personnes passaient par là et les gardes étaient peu nombreux. Ses yeux, habitués à s'accrocher au moindre détail, l'avait reconstitué un plan de la ville. Elle arrivait maintenant à s'orienter dans ce foutu bourg puant. La jeune femme avait même vu deux trois planques pratiques. Juste au cas où. Un assassin comme elle ne pouvait pas se faire avoir. Du moins, espèrait-elle...
Son regard se posa sur une silhouette au loin, grossissant. Une charrette très lente accompagnée d'un... chevalier? Il était rare de voir pareille équipe. Les yeux d'Alyss s'artondirent. Décidément, cette ville était bien étrange!

Elle décida de gardr un oeil sur ce marchand. Pour être protégé par un noble, il devait avoir des choses précieuses...
Elle jubila en sentant l'enivrante adrénaline monter en elle. Elle pourrait bien repartir en mission!

-Ne te réjouis pas si vite. C'est peut être un piège. Les gens sont prêt à tout pour avoir les assassins...

Ce qui lui fit l'effet d'une douche froide.

-Hummm... Tu as raison... Murmura-t-elle mentalement.

Son frère ne répondot rien. Il n'y avait rien à répondre. Il se mit invisible au yeux des autres et se plaça derrière elle, protecteur.

~ ~ ~

Discrètement, elle s'était fondé dans le décor en mettant les habits acheté un peu plus haut grâce à la bourse d'un noble Sire.
Elle avait suivis le marchand et le chevalier. Chevalier qui avait bien mal mis son déguisement... Ce dernier était pourtant suffisamment efficace pour qu'on ne le reconnaisse pas... Qui étais-ce? La jeune femme était trop curieuse. Elle voulait savoir.

De toutes façons, soit elle se tirait de là, soit elle les butait tous les deux.
Dans le meilleur des cas, ils trouvent un arrangement: quelques renseignements contre de l'or...

Des renseignements? Sur la Guilde?

Tu es fou? Plutôt crever que de balancer Stern!

Ilam lui sourit intérieurement et se retira, rassuré. Elle entra dans l'auberge, repérant aussitôt le chevalier mais n'en faisant rien. Elle se fondit dans un groupe de paysans, qui l'acceptèrent aussitôt.

Parce qu'elle portait les même atroces vêtements qu'eux.
Pitoyable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La requête du royaume [PV Tyrell&Stern&Alyss]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La requête du royaume [PV Tyrell&Stern&Alyss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Royaume perdu d'Arnor
» Les souveraines du royaume
» [PARTENARIAT]Le Royaume de Zaïrys
» le royaume d'outrebrumes
» [Fiche d'île] Royaume d'Alabasta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Terres du Royaume du Gorbos :: Les sols partagés-