AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Une visite de courtoisie [PV Alyss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Ven 14 Juin - 22:05

- Le pavillon des deux reines, rien que ça !


S'exclama Garren alors que se présentaient devant lui les portes du palais Elfique, la résidence de deux souveraines de cette si prospère peuplade et seul et unique siège du pouvoir royal. Les Elfes ne faisaient pas dans la demie-mesure, l'édifice alliait robustesse et grâce avec beaucoup de subtilité. L'architecture, bien que massive, était souple et élégante, compliquée même mais sans tomber dans l'excès. Cet endroit était une oeuvre, une pièce de collection à elle seule qui témoignait aussi bien du génie de cette espèce aux longues oreilles que de son raffinement et de son orgueil. Vortigern, alors accompagné de membres de la garde royale, ne pouvait que tomber en admiration devant une telle construction qui dépassait de très loin Elmirion. Si l'extérieur était ainsi, comment pouvait être l'intérieur de cette résidence de rêve ? Et bien, il ne tarderait pas à le découvrir.


Le Roi des Hommes était venu ici seul, sous l'invitation des Farror. C'était la première fois qu'il venait lui-même rencontrer les deux reines et c'était pour lui un très grand honneur. Ce qu'elles lui voulaient, il s'en doutait un peu. Il avait entendu parler du mouvement qui ébranlait la monarchie et son pouvoir à l'heure actuelle, surement voudraient-elles renforcer les relations avec leurs voisins, et donc avec le Royaume, au cas où les choses viendraient à empirer, cela serait toujours un appuis appréciable pour contrer la menace. Une béquille en somme.


Les portes ne tardèrent pas à s'ouvrir et la garde accompagna le Roi à l'intérieur de la demeure. Le hall d'entrée était à couper le souffle. Le marbre, l'or, l'argent et les pierres précieuses se côtoyaient ici dans un parfait mélange. Il y a une spectaculaire fontaine de cristal au centre de la pièce, représentant des animaux marins que bien peu de personnes connaissaient, des Dauphins. Les escaliers étaient tout aussi imposants bien que discrets, et, à l'opposé se trouvait une grande porte menant sur un jardin interne. Un petit aperçu qui en disait également long, une promenade dans ces lieux n'aurait pas de prix. Malheureusement, il n'était pas venu pour cela.


Après un court moment d'attente, on lui banda les yeux et on l'invita à se laisser guider. Pourquoi lui cacher la vue ? Il ne le savait pas mais, c'était vraiment dommage. Il avait eu à marcher beaucoup, mine de rien mais, son voyage prit rapidement fin. Une énième porte se dressa devant lui et il y pouvait entendre de l'eau s'écouler de l'autre côté. Le colonel de cette formidable escorte demanda au Roi de lui confier ses armes, ce qui signifiait aussi bien son épée et sa dague que son bouclier, puis de retirer son armure. Quand il demanda pourquoi, la réponse ne se fit pas attendre.


- Avec tout le respect que je vous dois, Roi du Gorbos, vous ne pouvez pas rencontrer nos souveraines dans cet état Comprenez bien qu'il s'agit de courtoisie et non de guerre.
- ... Le bain donc ?
- Exactement.


Garren n'aimait pas ce genre de choses, d'habitude, il se lavait dans l'eau froide du lac et seul, ce qui n'était pas le cas ici. Les Elfes et leurs "bonnes manières" ... Quoi qu'il en soit, il ne pouvait pas refuser et s’exécuta. On lui ouvrit ensuite la porte et on l'invita à entrer. Il découvrit une pièce là aussi finement décorée, adoptant des teintes bleuâtres, ainsi qu'un grand bassin alimenté par une fontaine, au centre. Il y avait deux personnes ici, habillées comme des domestiques, des Elfes bien évidemment mais, cela n'avait rien de rassurant.


- Messire.


Dit l'une d'entre elle en l'invitant à rentrer dans l'eau. Si elles avaient l'intention de s'occuper de cette affaire, elles faisaient fausse route, il ne manquerait plus que ça. Mais à peine fut-il installé qu'elle en firent de même. Garren se releva en un bond.


- Ouais non, enfin si mais, non, ça va pas le faire là.
- Qu'il y a-t-il, Messire ? L'eau n'est pas assez chaude ?
- Non mais si l'eau ça va, mais c'est ... Vous voulez pas me laisser seul ?
- Seul ? C'est à dire ?
- Non mais je comprend, les traditions, les coutumes, les manières et tout ça mais, je ne suis pas un Elfe moi et je ne suis pas habitué à ce genre de rituel. Chez nous les Hommes, quand on se lave, on se lave tout seul, vous comprenez ?
- Tout seul ? Mais ça doit être triste à en mourir !
- ... Triste à en mourir ... Non pas tellement non.
- Mais si tel est votre souhaite, nous n'insisterons pas.
- Je vous remercie !
- Prévenez-nous simplement quand vous aurez fini.


Dirent-elles avant de s'en aller. Il attendit quand même d'entendre la porte claquer pour faire ce qu'il avait à faire. Il fallait qu'il essaie de se détendre un peu quand même, le voyage avait été long et les tensions nombreuses, surtout lors de son arrivée dans les forêts froides, il avait failli être prit à partie par des Fidèles du Vindictus. Les domestiques avaient laissé des ... Objets dans le bassin, quelque chose de spongieux et de mou, c'était la première fois qu'il voyait ça.


- À quoi ça sert ce truc ?


Une éponge, c'était une éponge. Mais malgré son très grand savoir, il ne savait pas ce que c'était. Il fallait croire que Ambre n'avait pas besoin de se laver, elle, alors elle n'avait surement pas eu l'idée de lui apprendre à se servir de ce genre de choses. Quoi qu'il en soit, il trouvait ça marrant, ça absorbait de l'eau et en la compressant, ça la recrachait. C'était enfantin mais, amusant. Des fioles aussi, remplies d'un liquide épais et parfois visqueux, aux couleurs et senteurs très différentes de l'une à l'autre. Vortigern en goûta le contenu, c'était abject. Il les reposa à s'intéressa aux autres objets. Un morceau de bois  avec des épines dresser en ligne, une minuscule pince, une languette qui ressemblait à une lime de forgeron mais en beaucoup plus petit, un ciseau, lui aussi de taille réduite.


- Qu'est-ce que c'est que ces tantouzeries ?


Dit-il en froissant les sourcils. Finalement, son regard s'arrêta sur un objet jaune et mou qui ressemblait à un canard. Il le fit tomber par inadvertance et remarqua qu'il flottait à la surface.


- Marrant ça ...


Dit-il, curieux. Quand on le compressait, un son ressemblant au cancannement du canard. Voilà qui le fit sursauter, et même crier. Il jeta la figurine de canard à l'eau et sortit du bain, prit de panique. Comment ces Elfes avaient-ils fait pour réduire un canard à cette forme là ? C'était de la sorcellerie ! Finalement, il rappela les domestiques en leur expliquant qu'il avait terminé. Elles virent bien qu'il n'avait touché à rien, tout juste s'il s'était mouillé les cheveux.


- Mais Sire ...
- Non sans façons !


Elles n'insistèrent pas. Elles lui présentèrent d'ailleurs des vêtements "civils" aux couleurs et la coupe très spécifique aux Elfes, c'est à dire tout aussi agréable à porter qu'à regarder même s'il avait l'impression de perdre sa virilité. Pour combler le tout, elle l'aspergèrent une substance fort odorante qui le fit tousser.


- Mais qu'est-ce que c'est que ces conneries ?!
- Du parfum Messire !
- Mais est-ce que je vous ai demandé quelque chose ? Vous voulez me faire passer pour une chiffe molle efféminée ou quoi ?
- La fragrance ne vous plait pas ? Nous en avons d'autres si vous le voulez.
- ... La quoi ?
- ... Laissez tomber.


Puis elles l’entraînèrent de l'autre côté, lui frottant les cheveux en même temps avec un bout de tissu pour les sécher. Il traversa une énième porte et, une fois de plus, on lui banda les yeux. Finalement, on lui fit faire une deuxième trotte et on l'amena enfin devant une entrée pour le moins très prestigieuse. Elle était gardée par sept Elfes lourdement armés. Le colonel était là aussi, il dévisagea le Roi du regard, constatant que sa toilette avait été très rapide.


- Décidément ... 
- Quoi ?
- Leurs majestés les reines vous attendent dans la salle de réception, un repas a été spécialement organisé en l'occasion. Tâcher de vous montrez digne et respectueux.
- C'est à dire ?
- Ne pétez pas, ne rotez pas, ne mangez pas avec vos mains, ne faites pas de bruits, ne parlez pas la bouche pleine, ne mangez pas vite, ne redemandez pas sans quand vous y invite, ne vous servez pas tout seul, ne posez pas vos coudes sur la table, ne buvez au milieu du repas, pas d'humour gras, un ton formel et cordial et surtout, regardez-les dans les yeux toutes les deux, c'est important.
- ... Je peux me gratter l’oignon au moins ?
- ...
- Rho ça va ! C'est de l'humour d'Homme !
- Bon courage !


Dit-il en ouvrant la grande porte et en l'invitant à y entrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Alyss Jill'Seyren

Bras droit

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 09/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Ven 14 Juin - 22:36

Rien de plus simple, pour un Maître Assassin, que de se glisser dans le campement du roi, d'éliminer un de ses hommes et de prendre sa place. Même lorsque l'on est une femme, c'est un jeu enfantin.
Elle avait choisit un guerrier au hasard, et lui avait purement et simplement tranché la gorge. Un coup de chance, pour elle, car ce faible faisait parti des deux gardes préférés du roi. Il les avait donc emmener avec lui lors de sa rencontre avec les Reines. Les deux soldats, dont Alyss, se placèrent debout, derrière leur souverain.

La jeune femme dût se retenir durant tout le repas pour ne pas sourire ou même rire. L'écart d'éducation et de manière était grand. Tandis qu'une aura de douceur se dégageait des deux femmes, le Roi, quant à lui, ressemblait plus à un... bourrin ivre.

La jeune femme, bientot écœurée du spectacle que le Roi laissait voir, laissa ses pensées s'échapper et s'envoler, glissant très loin. Très loin jusqu'à Stern, Chef de la Guilde des Assassins.

Suite à un affront du roi (et une grosse erreur de sa part à elle), Stern avait décidé de se venger en l'assassinant lors de son voyage diplomatique chez les Elfes. Il lui suffisait juste de rentrer dans ses appartement et de le tuer silencieusement.

              ~~~

Facile. Ses yeux se posèrent sur les domestiques qui débarrassaient les plats.
Les Reines annoncèrent qu'elles se retiraient jusqu'à la soirée.

Et une après-midi  pour buter ce mec!
*Fais quand même attention.*
*T'inquiètes.*
*Je m'inquièterais toujours pour toi, petite sœur.*

Elle haussa les épaules, et, accompagné d'un garde Elfique et du roi, s'introduit dans la suite...

Dire qu'habituellement elle avait tout à faire... Là, c'était lui offrir Sa Majesté sur un plateau. Un plateau alléchant, qui plus est. De l'or, de l'argent, du marbre, du cristal...

Elle se glissa derrière une teinture accroché aux deux coins d'un mur.
Au dernier moment, le Roi avait tourné la tête. Cela dit, elle croyait bien avoir utiliser une technique d'invisibilité d'assassin, donc le problème ne se posait pas...
Du moins, pensait-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Dim 16 Juin - 22:03

Le repas avait été très long et pour le moins difficile pour le Roi. En effet, l'écart de culture était bien plus grand que ce qu'il avait pensé et il n'avait pas arrêté de questionner les deux reines aussi bien au sujet de ce qui se trouvait devant lui que de ce qu'il avait vu auparavant. Ces dernières, patientes, avaient prit le temps de lui expliquer ce qu'il voulait savoir, l’impressionnant plus d'une fois au passage. Le Gorbos faisait très pâle figure devant la grandeur de cette civilisation. Il remarqua d'ailleurs, tout au long du repas, que la notion de "complémentarité" entre les deux soeurs n'était pas qu'une simple notion, c'était une vérité au sens propre du terme et ce mot n'avait vraiment pas été choisi pour rien.


Alors que l'un était agréable et très souriante, l'autre était sérieuse et pas forcément très amicale. Quand l'une ne savait pas, c'était l'autre qui répondait, et quand l'une formulait, l'autre ne pouvait pas s'empêcher de préciser. Même dans leur gestuelle, cette notion était clairement visible, elles n'avaient pas besoin de se parler pour comprendre ce que l'autre voulait dire et agissez donc spontanément, sans dire un mot et sans que cela ne rate.


Un repas qui fut d'ailleurs le base d'une discussion diplomatique. Les Reines cherchaient, sans le dire ouvertement, un terrain d'entente avec le royaume, et pour cela, tout était bon à prendre ! D'abord les légumes, ensuite les fruits, puis l'économie, en passant par l'armement, les territoires et la pression diplomatique sur la guilde des marchands. Malheureusement pour elles, les Hommes, entre stupidité et magouilles, parvenaient à garder la tête hors de l'eau et n'avaient besoin de rien pour le moment. Mais, elles ne s'avouèrent pas vaincues pour autant, elles savaient pertinemment qu'il y avait des failles et des problèmes mais que le Roi ne voulait pas laisser transparaître, le tout était de le mettre en confiance. D'ailleurs, ce dernier avait beaucoup bu et il n'avait plus toute sa tête avec lui, au point qu'il en était arrivé à leur demander si elles étaient vraiment incestueuses ou pas ... Une question qui sonna la fin du repas. Les reines se retirèrent, expliquant qu'elles reviendraient en soirée.


Pour sa part, Garren fut raccompagné dans une chambre préparée pour l'occasion. Sa garde le suivit aussi, bien évidemment, et il fut agréablement surpris de découvrir que son armement avait été entreposé là. Fort heureusement, les Elfes avaient évité toutes les chochotteries inutiles qu'ils avaient l'habitude de disposer dans une pièce quand ils recevaient quelqu'un ... La chambre paraissait étrangement vide. Mais, pourtant, inexplicablement, il n'avait pas l'impression d'être seul. Bien que cogné par l'alcool, il tourna sa tête vers le mur et vit comme une forme se fondant dedans, le temps d'un bref instant.


Il fronça alors les sourcils et s'en approcha, frottant le mur avec sa main. Il n'y avait rien, probablement un effet secondaire, pensait-il. Il repensait à ce qu'il venait de se dire, il serait intéressant de renforcer les liens du royaume avec les Elfes, tant qu'il en était encore temps, leur mode de vie, leur culture et leur intelligence en générale pourrait être très bénéfique au Gorbos. Il lui fallait y réfléchir mais, assis sur le lit, il sentait déjà son esprit s'évaporer lentement, il avait sommeil !


Il laissa sa tête tomber sur l'oreiller mais, à peine eut-il fermé les yeux qu'il les rouvrit aussitôt. 


- Sérieux, il bouge ce mur ou quoi ?


S'étonna-t-il en ayant une fois de plus cru distinguer une forme. Il se releva alors et s'en approcha une seconde fois. Rien, le mur était bien plat, tout ce qu'il y avait de plus normal ... Enfin presque. Une légère odeur dans l'air, une odeur qui lui disait quelque chose, elle lui rappelait quelqu'un. Il fit la grimace, forcer son cerveau à réfléchir dans ces conditions était douloureux. C'était une femme oui mais, laquelle ? C'était dans une auberge ou peut-être plus loin ... Il écarquilla alors les yeux, Alyss Jill'Seyren ! Le bras droit de Swell ... 


- Je dois rêver.


Dit-il, ça devait surement être une erreur. Pourtant l'odeur était bien là, légère, subtile même, florale avec une pointe d'acidité, un parfum peut-être ou une odeur naturelle mais une odeur présente dans sa chambre quand même ! Il tourna alors la tête sur sa gauche.


- Ce n'est pas le meilleur endroit pour commettre un assassinat, vous le savez Alyss ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Alyss Jill'Seyren

Bras droit

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 09/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Dim 16 Juin - 23:00

En quelques minutes à peine, il l'avait découverte. Comment? Comment avait-il fait, bordel?! Il faudrait tout de même qu'elle explique à ce satané Roi qu'elle était censée être un Maître Assassin... C'est vrai quoi, c'est de la triche de la découvrir comme ça au bout de seulement quelques jours! Il aurait ou mourir avant, c'aurait été un minimum...
Un juron s'échappa de la bouche de la jeune femme. Elle eut beau chercher -bien que très rapidement- ce qui l'avait vendu, rien ne lui vînt à l'esprit.
Le garde mort et remplacé, impeccable, la chambre du Roi, normal et... Le problème ne pouvait venir que de lui. Mauvaise foi, quand tu nous tiens!
Le souverain semblait avoir un sixième sens, une seconde nature qui le maintenait en vie, peu importe les situations. C'était légèrement énervant, du point de vue d'un assassin.


*Qu'aurais dit Stern, d'après toi?
Que j'ai été trop rapide.
Et pour cause. *

La curiosité et la prudence menaient bataille en son coeur, pour décider qui, des deux, l'obligera à agir. Finalement, trop curieuse, elle sortit de sa cachette, une teinture richement ornée de fil d'or qui, un instant attira le regard d'Alyss. Elle s'apprêtait à l'approcher, quand son frère l'interrompit, quelque peu agacé:

*Hu-hum.
Oui?
Tu peux encore accomplir ta mission, que je sache.*

Woups, sa soif d'or avait repris le dessus... Un sourire malicieux se dessina sur son visage lorsqu'elle songea à Sa Majesté qui attendait toujours comme un con devant le mur.
Elle se décida à sortir, malheureusement pas du côté attendu par le Roi. Silencieuse comme la mort et désireuse de se rattrapper, elle se glissa jusqu'à l'homme. Dans un chuintement totalement inaudible, elle sortit un poignard, et, presque tendrement, le lui glissa sous la gorge. Son souffle caressa la nuque du royal idiot et elle lui murmura à l'oreille:


-Et pourquoi pas, petit Roi?

_________________
Le regard tourné vers le firmament,
Songer finalement
Foutu trahison des sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Lun 17 Juin - 15:34

Son nez avait peut-être reconnu l'odeur mais, il n'avait pas su correctement identifier d'où elle venait. La preuve étant que Alyss s'était glissée dans son dos et avait passé une fine lame sur sa gorge. Il sentait le métal froid et aiguisé prêt à l'entailler, pire qu'une lame de rasoir. Cette petite était coriace mine de rien, ce n'était pas rien de que de menacer de mort un Homme sans perdre le contrôle de sois-même. Elle se permit même un peu d'humour, pourquoi ne pas le tuer ?


- Voyons, faites fonctionner votre cervelle. Vous êtes au beau milieu de l'endroit le plus sécurisé de tout le Vindictus, vous et moi sommes les seuls Hommes ici présents et enfin, il n'y a pas de fenêtre ici. Oui oui, la vitre que vous voyez de l'autre côté n'est qu'une des nombreuses traditions Elfiques, c'est à dire une vitre incassable plantée à même le mur, question d'esthétique, de sécurité et de thermique. Par conséquent, vous ne pourrez pas vous échapper par là une fois que vous m'aurez tué et vous serez obligée de repasser par la porte, de vous faufiler dans les couloirs et de passer la garde aux alentours du palais, qui contrôle aussi bien ceux qui sortent que ceux qui rentrent. 


Réfléchissez un peu, que pensez qu'il se passera lorsqu'on apprendra que mon garde personnel essaie de se faire la malle tout seul et, pire encore, que le Roi est mort ? Vous n'aurez aucune chance d'en ressortir vivante, que vous usiez de ruse ou de violence. Si j'étais vous, je vous forcerais à me conduire hors du palais  comme si vous le quittiez simplement pour faire un tour et je vous assassinerai dans un coin sombre, là où personne ne vous remarquera trop tôt. De toutes les façons, quitte à tenter le tout pour le tout, j'aurai fait un bout de chemin et si vous veniez à vous rebeller, je vous tuerai et prendrait la fuite, ça serait toujours plus facile. Vous voyez ?


Garren marqua un silence, gémissant sous l'effet de l'alcool qui lui tapait encore la tête, il avait du mal à se tenir debout.


- Et puis, à quoi bon assassiner votre bon Roi ? Parce que, que vous le vouliez ou non, je reste votre Roi et vous me devez l'obéissance. D'autant plus que je ne vous ai pas tué, moi, quand j'en avais l'occasion et, si vos actes sont motivés par votre fidélité envers Swell, sachez que vous ne lui devez rien si ce n'est une vie sauve et que ce n'est pas en prenant la mienne que vous vous acquitterez de votre dette, ma chère !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Alyss Jill'Seyren

Bras droit

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 09/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mer 19 Juin - 13:45

Alyss attendit patiemment qu'il est finit son petit discours. 
Ce roi, si comme tous les autres, avait ce petit côté séduisant, bien que seulement grâce à son pouvoir et sa fortune, était passablement agaçant. C'est vrai quoi! Il prenait tous les gens de haut, ce con! Alors qu'il était pitoyable au point de se faire avoir par un Maître Assassin et de s'imaginer que ce dernier avait foncé dans le tas sans rien prévoir à l'avance...
Bien évidemment qu'elle avait prit en compte qu'elle était dans un endroit ultra-sécurisé, sans fenêtres, sans possibilité de fuite, avec des milliers de gardes probablement à ses trousses! Aucune échappatoire ne lui serait possible prochainement, après sa mort. Sauf si elle utilisait la magie.


Sa souveraineté se tut, un gémissement peu élégant sortit de sa bouche. Ahah. Elle avait un avantage: il était ivre. Ou bien à deux doigts de l'être, ce qui, en soi, revenait au même.
Elle s'apprêtait à répliquer lorsqu'il reprit. Elle sursauta lorsqu'il osa l'appeler "ma chère". Elle grinça des dents et resserra sa prise, un filet de sang royal coulant doucement le long de son poignet.


Il ne me semble pas, ô mon légitime suzerain à qui je n'ai jamais porter allégeance quoiqu'il en dise, que vous soyez réellement en position de m'appeler ma chère ou de critiquer ma loyauté envers Swell.

Le roi ouvrit la bouche pour parler. La referma aussitôt en sentant le poignard entailler sa chaire. Il devait se sentir supérieur, ce con.

Non, tu vas fermer ta gueule! Et tu vas tranquillement te laisser buter, j'aimerais être de retour pour le diner. Ilam! Créer une illusion, s'il te plaît. Et prépare toi à me téléporter au siège de la Guilde.
Déjà fait. Pour qui me prends-tu?

Elle eut un regard satisfait vers Sa Majesté. Elle pouvait bien lui dévoiler son plan: il allait bientôt mourir...

_________________
Le regard tourné vers le firmament,
Songer finalement
Foutu trahison des sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mer 19 Juin - 15:48

Finalement, il aurait peut-être dû se retenir un peu avant de parler avec autant d'arrogance. La lame s'était légèrement enfoncée dans sa chair et un filet de sang ruisselait dessus, allant jusqu'à couler sur la main de son agresseuse. Elle ne reconnaissait pas son autorité et n'avait guère apprécié qu'il lui donne son avis sur sa fidélité envers la chef des assassins. En même temps, il s'attendait bien à ce qu'elle le lui renvois sur la figure mais, ça valait le coup d'essayer. Il s'apprêtait à lui répondre quand elle lui demanda d'une façon très polie de se taire et de se laisser faire. Elle prononça aussi un nom qu'il ne connaissait pas et parla d'illusion. Il ne comprit pas tout de suite le sens de sa démarche mais, quand il se vit en train de dormir sur le lit alors qu'il était debout, lame sur la gorge, il saisit tout de suite l'ampleur de la chose. Alors cette femme était une magicienne ? C'était très intéressant. Malheureusement, elle était un peu trop sûre d'elle et ça, il l'avait bien remarqué.


Il se redressa et, faisant mine de ne pas tenir en équilibre, il leva son pied droit dans les airs, comme pour se balancer. Il ne fallait pas se rater. Il laissa échapper un rire puis, le fit brutalement revenir au sol, en frappant l'extrémité de la botte d'Alyss avec le talon de la sienne. Ses jambes étaient bien musclées et un petit craquement avait retentit. Il se recula ensuite, rapidement, puis mordit la main de son assaillant jusqu'au sang, tant pour lui faire lâcher son arme que pour lui rendre la pareille, elle l'avait quand même fait saigner ! Il donna ensuite un coup de pied dans la dague et l'envoya sous le lit.


- Vous répondrez de vos actes devant un tribunal compétent !


La sermonna t-il. Malheureusement, il avait très mal à la tête et même le tournis, il avait du mal à réfléchir et à s'orienter. Il se rapprocha de ce qui lui semblait être son équipement mais, il perdit l'équilibre en chemin et s'effondra sur le sol. Son visage se crispa, elle ne tarderait pas à revenir à l'attaque. Il attrapa tout ce qu'il lui passait sous la main et l'envoya sur Alyss, afin de la retarder. Il lui fallait attraper son bouclier, il lui fournirait l'invulnérabilité s'il parvenait à l'enfiler. Se remettant sur ses genoux, il tendit sa main vers ce dernier, s'apprêtant à refermer sa poigne dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Alyss Jill'Seyren

Bras droit

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 09/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mer 19 Juin - 20:18

Aussitôt que son pied se cassa, des larmes perlèrent dans ses yeux. Un cri de douleur lui échappa lorsque le Roi lui mordit la main. Elle avait tellement mal que sa conscience se relacha, provoquant ainsi une aura de fureur autour d'elle. Elle évita un fourreau censé lui arriver dans la figure. Le temps qu'elle reprenne ses esprits, il rampait déjà vers son bouclier.
Le bouclier. Les yeux d'Alyss s'arrondirent. Elle en avait entendu des légendes, sur ce bouclier, comme quoi il rendait invulnérable son porteur.


Non! Arrête! cria -t -elle.

Elle se précipita vers Sa Majesté, et, d'une détente puissante malgré son pied blessé. Elle aterrit à côté du Roi, donnant un grand coup dans le Bouclier pour qu'il valse plus loin. Elle ne le fit bouger que de quelques centimètres. La douleur se réveilla.
Le chevalier lui lança un regard empreint de peur et d'espoir, qu'elle lui rendit à l'identique. La souffrance la gagna trop rapidement et elle tomba à genoux, roulant jusqu'à Sa Souveraineté. Elle le retourna méchamment, le griffant au passage. Elle s'accrocha à son armure alors qu'il essayait de la délogeait. Elle le maintînt au sol et posa un genoux sur son torse. Elle plongea son regard dans le sien, profitant de son inatention. Les mains du Roi se détachèrent de ses bras pour retomber lourdement par terre. Il ouvrit la bouche, surement pour parler. Elle le dévança et sortit un poignard caché de son poignet. D'une rapidité déconcertante, elle plaça le couteau finement éguisé sous sa gorge, les yeux emplis d'une étincelle de défi.


Je... Je suis désolé... souffla -t -elle, Tu dois mourir.

_________________
Le regard tourné vers le firmament,
Songer finalement
Foutu trahison des sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mer 19 Juin - 21:29

Il l'avait entendu s'écrier, il ne fallait pas qu'il atteigne son bouclier et il comprenait pourquoi. Mais, il avait sous-estimé l'assassine, malgré la douleur, elle s'élança à côté de lui. Cette situation n'était pas sans le faire rire, c'était comme s'il faisait la course avec elle ... Et elle fut plus rapide que lui, ce qui ôta tout le côté cocasse de la scène. D'un coup de main, elle décala le bouclier de quelques centimètres. C'était peu mais, suffisant pour qu'il ne puisse pas s'en emparer.


- Tricheuse ! Mauvaise joueuse ! C'est pas correct !


Dit-il sous l'effet de l'alcool avant qu'Alyss ne finisse par poser un genou à terre, certainement à cause de la douleur. Le temps d'un bref échange de regards puis, le voilà sur le dos. Elle l'avait retourné brutalement et l'avait griffé au passage, surement à cause de la colère. Garren se débattait tant mal que bien et ne parvenait pas à la dégager et pour cause, elle s'accrochait à lui ! Finalement, elle posa son genou sur son torse, le planquant contre le sol. Il la tenait aux bras mais, trop mou, il finit par la lâcher. Elle plongea son regard dans le sien et ne lui laissa pas le temps de parler qu'elle ressortit une deuxième dague de sa manche et la plaça sur sa gorge royale.


- Échec.


Dit-il en la regardant avec un sourire au coin des lèvres. Le regard de cette jeune femme était plein d'étincelles, elle était désolée qu'elle disait mais, elle devait quand même le faire. Elle s'y apprêta d'ailleurs quand on frappa la porte.


- Sire, tout va bien ?


C'était la voix du colonel, certainement avait-il été alerté par le bruit. Garren fronça les sourcils.


- Euh ... Oui, oui tout va bien, je ... Je fais un petit peu d'exercice, histoire de désaouler ...
- Vous n'avez besoin de rien ?
- Non non, ça va, c'est gentil mais, ça va aller.
- Bien ... Je vous laisse alors ?
- Oui, voilà.


Il regarda ensuite Alyss et lui chuchota d'attendre quelques secondes, le temps que le colonel soit assez loin pour qu'ils puissent reprendre leur querelle. Ceci fait, il fit un bond sur place, comme lorsque l'on rêve que l'on chute et qu'on se réveille au moment de l'atterrissage, et dégagea l'assassine sur sa gauche. Malheureusement pour lui, la dague avait glissé et l'avait entaillé au menton, une plaie pas très large mais, qui saignait et qui faisait mal. Une belle cicatrice en perspective ! Il se retourna ensuite, se mettant à quatre pattes, et rampa sur le sol pour attraper son bouclier. Il finit enfin par poser la main dessus mais, il lui fallait encore l'enfiler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Alyss Jill'Seyren

Bras droit

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 09/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mer 19 Juin - 22:06

Il s'était dégagé, presque doucement, comme pour ne pas la brusquer. Il se leva en titubant, marchant vers son Bouclier. Ça y est, il l'avait enfilé. Elle n'avait plus aucune chance. Elle allait mourir. Elle s'en fichait.
Deux fois. Cela faisait deux fois qu'il lui avait sauvé la vie... D'après quelques serments, cet homme disposait de sa vie... La première fois, les raisons étaient plus ou moins compréhensibles, mais... Mais la deuxième fois... Il y a à peine quelques minutes. Le commandant l'aurais prise, elle aurait fini pendu ou autre morte stupide.
Une question résonnait dans son esprit, tandis que le sang battait à ses tempes. Pourquoi? POURQUOI?!
Il se retourna vers elle, s'imaginant sans doute se faire surprendre une fois de plus. Il ne comprit pas. C'est en tout cas ce que l'expression de son visage traduit.
Elle était toujours à genoux, au sol. Elle souffrait le martyr, sa main saignait et finirait par s'infecter, son pied était inutilisable...
Et il lui avait sauvé la vie.

Il savait qu'il avait mourir. Pourtant, il s'était battu jusqu'au bout, il avait fait ce que jamais elle n'avait réussi: croire. Espérer. Avancer. Cobtinuer.
De rondes et brillantes larmes roulèrent doucement le long de ses joues.
Son frère avait disparu. Il était parti. Elle s'en foutait. Elle se foutait de tout, maintenant.

Elle était déchirer par la honte, l'incompréhension et la colère. Ses yeux devinrent plus foncé. Elle rejeta ses cheveux en arrière et leva la tête vers le chevalier. Son regard s'emplit de résignation. Malgré qu'une étincelle de curiosité restait présente.
Un sourire illumina le visage du Roi. On aurait cru un enfant ayant gagné à un jeu. Dont le prix était sa mort.
Les larmes ne cessaient de couler sur son visage. Elle avait menti à Stern. Elle ne tiendrait jamais sa promesse. La jeune femme songea douloureusement qu'à jamais son nom serait maudit: elle avait trahi sa promesse. Stern ne redeviendrait jamais une humaine qui avait des sentiments.

D'une voix blanche, elle murmura:


Pourquoi, petit Roi?

_________________
Le regard tourné vers le firmament,
Songer finalement
Foutu trahison des sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mer 19 Juin - 22:24

- Ca y est !


S'exclama-t-il après avoir enfilé son bouclier. Il se releva alors et se retourna brusquement vers Alyss, pensant qu'à l'heure actuelle, elle devait se préparer à lui sauter dessus pour lui trancher la gorge ... Et quelle ne fut pas surprise ! Pas de riposte, pas de posture agressive, pas de colère rien ! Elle était à genoux, sa main ensanglantée et son pied visiblement mal en point à en juger par commencer elle le plaçait sur le sol.


- Euh ...


Il ne savait pas quoi faire ni quoi dire, était-ce un nouveau piège de cette dernière ? Ca n'y ressemblait pas en tout cas. Des larmes se mirent lentement à couler le long de ses joues rougies par la douleur. Garren écarquilla les yeux, qu'est-ce qu'il lui arrivait ? Il resta silencieux, un moment à la regarder, se demandant toujours si ce n'était pas un traquenard. Mais, elle ne fit rien, chose qui lui dessina un sourire sur les lèvres. Pourquoi se mettre dans un état pareil ? Ce n'était pas la mort, si l'on pouvait dire ça.


Vortigern baissa sa garde, s'accoudant contre un meuble pour se tenir debout. Il n'aurait jamais cru en ressortir vivant, presque ivre et désarmé. Décidément, Alyss n'aurait de cesse de le surprendre. Pourquoi quoi ? Sa question raisonnait dans sa tête sans qu'il ne comprenne trop ce qu'elle lui demandait. Pourquoi ne pas s'être laissé tuer ? Pourquoi ne pas l'avoir tué ? Pourquoi avoir bu ? Non quand même pas. Il se rapprocha d'elle, hésitant mais, il se rapprocha quand même et, l'attrapant par les bras, cherchant à la remettre debout.


- Levez-vous, ce n'est pas devant moi qu'il faut s'agenouiller, Alyss !


Mais, il n'était lui-même pas capable de se tenir sur ses deux jambes et finalement, c'est plutôt qui la rejoignit près du sol. 


- Coriace leur alcool ici ...


Dit-il en essuyant son front. Il regarda ensuite l'assassine et sa main ensanglantée. En fait, il n'avait pas été très tendre avec elle non plus et ça, il s'en rendait compte après coup.


- Il ne faut pas pleurer comme ça, ça arrive à tout le monde de perdre. Et puis, pourquoi pourquoi ... Je ne sais pas, je vais pas mourir maintenant quand même et puis, je ne vais pas vous tuer non plus ici, et puis quoi encore ? Une vie reste une vie ... Bon peut-être pas pour votre chef parce qu'elle a fait pas mal de conneries celle-là quand même mais, voilà quoi, on ne peut pas simplement prendre ça à la légère.


Il la regardait dans les yeux, sans trop comprendre ce qu'elle attendait précisément de lui et de la situation en général. N'ayant plus toute sa tête avec lui, il avança instinctivement ses bras vers Alyss et la serra contre lui. Aussitôt après avoir cela, il se rendit compte de ce qu'il venait de faire mais ... Il ne s'arrêta pas pour autant, après tout il ne risquait plus rien et cela ne pourrait pas faire de mal à cette assassine.


Et puis, s'il parvenait à la mettre en confiance, peut-être pourrait-elle lui apprendre des choses sur la guilde des assassins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Alyss Jill'Seyren

Bras droit

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 09/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mer 19 Juin - 22:51

La jeune femme se retint d'éclater de rire. Il était tellement naïf... À croire qu'il ne comprenait rien; ou faisait semblant de ne rien comprendre.
Si Stern la voyait rentrer sans la tête du petit Roi, elle mourrait. Si le Roi la tuait, là, maintenant, et bien... Cela reviendrait au même.
Comme ils devaient être idiots, tout les deux à genoux, et elle dans ses bras...
Elle n'écoutait même pas ce qu'il disait. Pourtant elle reçu certains mots comme des gifles. Mais elle ne dit rien. S'il avait décidé de lui laisser la vie sauve, tant mieux pour elle. Quelque chose aurait bien raison de lui à un moment ou à un autre...
Sans bruit, elle remis sa dague en main et lui pointa sur la tempe droite. Il l'eleva d'une pichenette. Elle fut secouer d'un léger rire, plutôt une sorte de toux. Elle avait amèrement compris qu'aucune échappatoire n'était plus possible.
Elle posa sa tête contre l'épaule du jeune homme et lui murmura doucement:


Tue moi. Je t'en prie, tue moi.

Ses yeux implorants le sondèrent un instant. Il tourna la tête vers la fenêtre, comme pour fuir la réalité.

Leurs Majestés vous font demander, Roi Vort... Un... Assassin?! s'exclama le commandant avant d'appeller des gardes dans un grand hurlement de frayeur.

Tu vois? Quoiqu'il arrive, s'en est finit de moi. Je préfères mourir de ta main, malgré toutes les idioties que tu débites, petit Roi...

_________________
Le regard tourné vers le firmament,
Songer finalement
Foutu trahison des sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Jeu 20 Juin - 11:33

Malheureusement, cette assassine n'avait pas décidé de retourner aussi facilement à la raison. Elle pointa sa dague sur le tempe du roi, profitant de son étreinte mais, elle ne pouvait rien faire, il avait le bouclier avec lui et aussitôt qu'elle chercherait à la blesser, aussitôt que la lame se briserait. Il la dévia du bout du doigt, l'air de lui dire qu'il ne fallait pas insister. Elle ne résista pas et se permit même rire, un peu. Elle reposa finalement sa tête contre son épaule, s'était-elle décidée à se rendre ? Pas vraiment, elle lui chuchota de la tuer. Elle l'implorait même du regard.


- Mais allez vous faire voir !


Pour Garren, c'était impensable. Comment pourrait-il l'assassiner de sang froid ici et se regarder dans une glace après ? Elle ne comprenait peut-être pas la valeur de la vie mais lui, si, et il ne la laisserait pas l’entraîner avec elle dans son erreur. Il préféra détourner le regard pour observer la fenêtre, c'était insoutenable de la regarder dans les yeux avec l'air qu'elle prenait, comment y résister ?


Soudainement, la porte s'ouvrit et le colonel apparu. Il entama un début de phrase, lui expliquant qu'il était demandé. Voilà un manque de savoir vivre de sa part, depuis quand on entre dans l'intimité des gens sans en demander l'autorisation ? Son regard se tourna alors vers Alyss et il bégaya avec surprise qu'elle était un assassin, avant d'appeler la garde. Il mit même la main à son épée.


- Oh du calme ! C'est ... C'est pas un assassin !


L'Elfe écarquilla les yeux.


- Ce n'est pas un assassin ? 


Pourtant elle y ressemblait, tant par son accoutrement que par la dague qu'elle tenait en main, pire même, elle était blessée à la main et le roi à la gorge et au menton, signe qu'il y avait eu un affrontement entre eux deux.


- Non ... C'est ... C'est ma maîtresse !
- Quoi ?!
- Parfaitement, je ... Je suis un masochiste, tout à fait. J'aime que les femmes me maltraitent avant l'accouplement, ça m'excite.


Le colonel n'en revenait tout simplement pas. Quand la garde arriva, il leur demanda tout simplement de faire demi-tour. Il n'arrivait pas à croire ce que le Roi venait de lui dire. Si on le suivait, il aurait déguisé sa maîtresse en garde pour l'introduire discrètement dans le palais pour ensuite ... S'amuser au nez et à la barbe des Elfes ? Mais quel grossier personnage ! Pourtant cela n'allait pas de paire avec sa réputation d'homme chaste.


- D'où votre activité physique de tout à l'heure ?
- Exactement.
- ... Vous avez des pratiques bizarres, vous les Hommes.
- Je ne vous permet de nous juger.
- Certes.


Un nouveau moment de silence durant lequel les deux hommes se regardaient avec gêne.


- Mais oui, oui, j'arrive, vous pouvez disposer.
- Je ... Vous êtes sûr ?
- Oui ! Et appelez un Médecin aussi.


Lui dit-il en faisant signe de la main. Il s'en alla, hésitant un moment puis, referma la porte derrière lui. Il attendit une fois de plus que le Colonel s'en aille pour attraper fermement l'assassine par les épaule et la reculer un peu, de façon à l'avoir en face de lui.


- Vous allez arrêter les conneries maintenant et vous comporter dignement ! Le médecin va venir, il s'occupera de vos blessures et des miennes, par la même occasion, puis vous reprendrez votre rôle de garde, j'irais rencontrer les reines. Je vous conseille de ne rien faire de stupide et d'attendre que nous soyons revenus ici pour régler cette affaire. Il n'est pas question de tuer qui que ce soit ici et maintenant, il y a forcément une solution à votre problème, enfin, si problème il y a.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Alyss Jill'Seyren

Bras droit

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 09/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Jeu 20 Juin - 15:18

Alyss attendit que le Colonel s'en aille, les yeux plissés d'indignation. Elle se remit debout en déclinant l'aide du chevalier. Il prit une voix d'adulte qui sermonne une enfant. Il ne se rendait même pas compte qu'il parlait dans le vide. Il s'arrêta tout de même lorsqu'il aperçut le regard de la jeune femme lançait des éclairs à vous foudroyer un Dieu. Il haussa un sourcil d'interrogation.
Elle sourit intérieurement en songeant que le Bouclier ne pouvait lui refuser ça...
Avec une rapidité déconcertante, sa main partit vers le visage du Roi et s'écrasa lourdement contre sa joue.


Ta maîtresse?! Et puis quoi encore? Tu ne crois pas avoir poussé un peu loin, saleté de petit Roi?!

Un sourire d'amusement -et un brin pervers- éclaira l'expression de Sa Souveraineté. Ce qui ne fit qu'agacer un peu plus Alyss. Elle lui mit une seconde gifle. Par le biais de son frère, elle entendit sa pensée, qui la doucha rapidement. Il songeait qu'au moins maintenant elle ne voulait plus mourir.
Ses yeux reprirent leur teinte triste. Elle soupura et lui murmura:


Vous n'avez toujours pas compris, hein? Je suis déjà morte. Si vous me laissez ici, l'assassin que Stern a mis sur mon dos au cas où j'échouerais me tuera. Au pire, si je lui échappe, c'est elle qui me tuera. En plus de cela, Un Maître Tueur, bien qu'il se doit d'être sans vervogne, ne connaît que trop bien l'honneur. Hors, si je vous accompagne, car c'est ma seule chance de survie, je dévoilerais mon rang aux Elfes, par simple respect. Je suis née Assassin, je mourrais Assassin. Vous voyez, je suis morte.

Malgré ses paroles, le chevalier n'avait toujours pas compris. Il devait la trouver folle. Elle était pourtant face au dilemme de sa vie. Enfin, ce n'était pas un dilemme, c'était une impassse. Elle s'approcha doucement de lui et lui souffla dans l'oreille:

Ce fut un plaisir de t'avoir connu, Petit Roi.

Elle sortit une dague de sa botte et lui fit une cicatrice en forme de "A" sur le poignet de la royal personne. Elle s'écarta et lui jeta un dernier regard. Un regard désarmant.

Pour que vous vous souveniez de moi. "A" comme Alyss. "A" comme Assassin. "A" comme Adieu.

_________________
Le regard tourné vers le firmament,
Songer finalement
Foutu trahison des sentiments.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Jeu 20 Juin - 16:12

Vu son regard, elle n'avait pas du tout apprécié l'excuse qu'il venait de fournir au Colonel. Elle se releva, en furie, et lui colla une magnifique gifle avant de le sermonner. Il sourit, c'était étrangement en accord avec ce qu'il venait de dire. Elle lui en envoya une deuxième, plus par réflexe on aurait dit que par volonté propre, puis, son regard se chargea de nouveau de tristesse ... Elle n'était pas toute seule dans sa tête, celle-là.


Visiblement, il n'avait pas compris le problème. C'était soit elle le tuait, soit c'est elle qui y passait, qu'importe ce qu'elle pouvait faire. Un assassin aux trousses d'un autre assassin ? Stern ? Elle avait prononcé le nom de Stern ? Était-ce le nom de sa chef ? C'était une information à retenir, un début d'ailleurs, il comptait bien en apprendre plus. L'honneur, l'honneur ... Il ne la croyait pas, si elle avait de l'honneur, elle n'aurait tout simplement pas choisi ce métier. Elle se plaignait mais, il fallait assumer parfois et, elle ne semblait pas être capable de le faire, c'était de la résignation, pas de l'honneur.


Elle s'approcha doucement de lui et lui souffla à l'oreille que c'était un plaisir pour elle de l'avoir connu. Voilà un personnage fort attachant ! Mais, elle ne perdait pas ses habitudes d'assassine pour autant et lui dessina un A dans la chair de son poignet, A comme Alyss, comme Assassin ou comme Adieu, disait-elle. Les deux premiers, pourquoi pas mais, le dernier, non, ce n'était pas au programme.


Elle avait peur de mourir ? C'était idiot, tant qu'elle serait avec lui, il ne pourrait rien lui arriver. Et c'est surtout là-dessus qu'il tablait, parce qu'il la tirait de cette mauvaise situation, son soit-disant honneur devrait la forcer à lui donner quelque chose en retour et il avait déjà une idée de quoi. D'autant plus qu'il pourrait gagner sa confiance, ce qui ne ferait que faciliter les choses. Non, décidément, c'était une source d'informations trop importante pour la laisser filer !


Elle s'écarta de lui et lui jeta un dernier regard avant de prendre la direction de la sortie. Elle lui tourna le dos et Garren comptait bien en profiter.


- Vous m'en voyez désolé, Alyss ...


Dit-il avant de se relever et de croiser ses mains entre elles avant de cogner l'assassine à l'arrière de la tête, en frappant très fort. Elle s’effondra presque aussitôt sur le sol, inconsciente. Vortigern la tira ensuite jusque sur le lit et lui attacha les poignets ainsi que les chevilles aux extrémités. Non, il ne pouvait pas la laisser partir mais, il n'avait pas le temps de s'occuper d'elle maintenant, il devait se rendre auprès des reines. Pour ne pas attirer l'attention des Elfes, il la bâillonnât également.


Il quitta la pièce en prenant soin de la fermer de l'extérieur. Il espérait être de retour avant qu'elle ne se réveille mais, cela allait être très peu probable. Il croisa d'ailleurs le médecin en chemin et lui proposa de lui prodiguer les soins dans son cabinet plutôt que dans la chambre. Il eut tout le reste de la journée pour décuver et surtout, pour s'occuper de lui et le soir venu, la garde le raccompagna à la salle de réception, là où les deux souveraines l'attendaient une fois de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Arya Terra Farror

Reine des elfes

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 02/07/2013

Fiche personnage
Métier: Reine
Allégeance: Monarchie elfique
Classe: Cavalière
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mer 7 Aoû - 19:41

Arya Farror se préparait à une nouvelle séance de négociations acharnées, sous couvert de repas diplomatique. Lasse, elle aurait préféré reporter l'échange au lendemain, tout en sachant pertinemment qu'elle ne le pouvait pas. Il faut battre le fer tant qu'il est chaud, disaient à juste titre les Nains, alors elle travaillerait le Roi humain tant qu'il était plein.
A la grande surprise de la blonde pour qui la royauté était tout en contrôle et sacrifices, Vortigern avait en effet bu de grandes quantités d'alcool au cours du déjeuner. Les spécialités elfiques étaient décidément trop fortes pour le Roi dont la conversation s'était sensiblement dégradée, le rendant de plus en plus vulgaire et incohérent. Au point de pousser les jumelles à quitter la table en hâte, offensées.
A présent, remise de sa déception, Arya envisageait les bons côtés d'un tel laisser-aller. Si Vortigern recommençait à boire, l'Elfe saurait en profiter pour tenter de nouer les accords dont sa nation avait tant besoin.

Résolue, elle pénétra avec sa soeur dans la salle de réception, toute entière organisée autour de la longue table de banquet. Le bois précieux se devinait sous la nappe chatoyante, presque transparente. Les sièges de la même matière charmaient l'oeil mais n'invitaient pas au confort, aussi étaient-ils dotés de légers coussins de soie. Lustres de cristal et tapisseries de chasse raffinées complétaient le décor.
De jeunes Elfes diligents achevaient de dresser la table, en un étalage de plats somptueux qui feraient saliver le Roi étranger. Plusieurs carafes de différents alcools étaient également présentes, disposées en évidence.

Les jumelles s'assirent côte à côte, attendant leur invité qui tardait à venir. A mi-voix, elles échangèrent une nouvelle fois leurs impressions sur l'Homme. Arya le trouvait déplaisant au possible, grossier, sale, fourbe. Eliël, conciliante, tombait d'accord avec elle tout en excusant Garren de par ses origines. Sa soeur sourit puis secoua la tête, amusée de sa clémence. Mais les précédents négociateurs, s'ils avaient eu beau jeu de prétexter ne pas avoir les pleins pouvoirs, avaient tout de même laissé à la Reine une impression plus positive du peuple humain. Impression que Vortigern avait totalement ruinée.
Pour Arya, il n'était plus vraiment question de jouer franchement – quoi qu'elle ne le fasse jamais entièrement –, mais bien de soutirer le plus possible d'avantages de la part de ce Roi qui, certes rustre, n'avait pourtant pas oublié d'être idiot. La partie allait s'avérer serrée, d'autant plus que l'Homme n'avait rien cédé lors du déjeuner.
Déjeuner qu'il avait d'ailleurs conclu par une séance de batifolage avec une maîtresse, d'après les dires du Colonel de la garde. Outrée, Arya avait dû se retenir de pénétrer dans ses appartements telle une furie – ce qui avait été nettement plus facile après qu'elle ait réalisé ce à quoi elle s'exposait en troublant son intimité. A présent la Reine était calmée, mais oscillait entre colère et mépris à l’égard du goujat, si incapable de contrôler ses pulsions mâles qu'il amenait ses amantes avec lui en mission diplomatique.

Enfin, il apparut. Un large pansement au travers de la gorge, ses vêtements froissés, il avait piteuse allure. Dans les rues d'Archeus, nombreux auraient été les Elfes qui, pris de pitié, lui aurait donné une pièce pour s'habiller.
Arya secoua la tête pour chasser l'image persistante du Roi humain en train de recevoir la charité, puis se leva pour le saluer convenablement. A sa suite, Eliël lança de sa voix chantante :
– Bonsoir, messire Roi. Nous vous attendions pour passer à table.
Et rien dans son ton n'annonçait que cette attente avait été déplaisante ou trop longue, ce que n'aurait pas manqué de sous-entendre sa soeur qui était de fort mauvaise humeur. Il fallait qu'elle se reprenne avant de poursuivre, pensa-t-elle. Et elle enchaîna, un peu trop mielleusement pour que cela soit naturel :
– Avez-vous pu profiter des charmes du Palais, au cours de cet après-midi ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Jeu 8 Aoû - 4:12

La salle était la même que précédemment à la différence, cependant, que la décoration de la table et son contenu avaient beaucoup changé. Un tout autre style, pourtant Elfique, mais, radicalement opposé au précédent, un peu comme le jour et la nuit. Il eut également le plaisir d'observer la toilette des deux reines avec une certaine admiration car, même s'il n'était pas présentable et qu'il avait été un peu ... Maladroit à la première réception, elles étaient bien là, très bien habillées et pour le moins accueillantes ... Voilà qui n'était pas normal d'un autre côté, surtout venant d'Arya.

– Bonsoir, messire Roi. Nous vous attendions pour passer à table.

Dit Elïel avec le sourire. Toujours aussi avenante, toujours aussi amicale, son accueil était pour le moins chaleureux et cela malgré le temps qu'il leur avait fait attendre avant de venir, visite chez le médecin oblige. À ce sujet, il se demandait vraiment si le colonel de la garde avait vendu la mèche quant à son ... Histoire avec Alyss, dans la mesure où il avait menti pour couvrir l'assassin.

- Avez-vous pu profiter des charmes du Palais, au cours de cet après-midi ?

Reprit Arya, sur un ton exagérément doux. Elle se forçait, c'était évident et cela ne manqua pas de faire sourire le roi. Au moins, elle faisait des efforts et ça, c'était fort louable de sa part, il devrait en faire tout autant.

- Bonsoir mesdames Reines, je vous prie de m'excuser pour l'attente, j'ai eu un léger contretemps.

Dit-il tout en faisant la révérence avant de s'asseoir en face d'elles, à la table. Les complimentant sur leurs tenues, il tourna aussitôt son regard vers Arya.

- Et oui, j'ai eu tout le temps et le plaisir de découvrir les charmes de votre résidence. Je suis impressionné, sincèrement, c'est la première fois que je vois un aussi subtil mariage d'ingéniosité et de délicatesse. On a pas ça au Gorbos, quelques beaux paysages sauvages mais, rien de bien fabuleux comparé à ce qui se trouve ici.

Il pencha ensuite le nez vers son assiette et plus particulièrement vers son verre. Un alcool fort délicieux qu'il avait consommé sans la moindre modération il y a peu et qui lui avait valu bien des indiscrétions et maladresses. Cette fois-ci, il ne faudrait pas y toucher, même si la tentation était forte. Il le savait, s'il buvait un verre, il enchaînerait inévitablement avec un autre qui en entraînerait un autre et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il finisse par rouler sous les tables.

- Je vous prie de m'excuser aussi pour mon comportement assez peu délicat précédemment, il faut croire que l'alcool m'a cogné la tête et que j'ai eu beaucoup de mal à résister à votre boisson qui, je dois l'admettre, est tout bonnement succulente. Je tâcherai de m'abstenir cette fois-ci, cela serait meilleurs pour vous comme pour moi-même.

Dit-il en souriant aussi bien à Arya qu'à Elïel. Ce qu'il faisait ici, il se le demandait encore. Pourquoi les reines feraient-elles preuve d'autant de patience avec lui si ce n'était que par simple courtoisie ? Non, comme il s'en doutait, elles avaient quelque chose à lui demander mais, elles n'osaient pas y aller de front. Il y avait fort à parier que cela irait de paire avec leur problème principal à l'heure actuelle mais, il pouvait encore se tromper, peut-être avaient-elles simplement un accord "délicat" à lui proposer ? Un peu comme les accords "discrets" des Nains et des Hommes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Arya Terra Farror

Reine des elfes

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 02/07/2013

Fiche personnage
Métier: Reine
Allégeance: Monarchie elfique
Classe: Cavalière
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Lun 19 Aoû - 15:42

Avenant, Vortigern salua à son tour. Puis, tout en échangeant les diverses paroles d'usage, les trois monarques prirent place autour de la table : les jumelles côte à côte et l'homme en face d'elles. Le tour des galanteries achevé, il entreprit de répondre à la question d'Arya.
Malgré son inimitié pour lui, celle-ci ne put s'empêcher de hocher gravement la tête à ses paroles.

– Les charmes de notre résidence ne sont pourtant rien comparées aux beautés naturelles que recèlent les Forêts Froides. J'aimerais pouvoir passer plus de temps au contact de la nature, mais le devoir avant tout, n'est-ce-pas ? Et, par ces temps quelques peu troublés, je me verrais de toute manière affublée d'une escorte qui m’embarrasserait fort.

Eliël pressa doucement la main de sa soeur, puis poursuivit :

– Cette demeure ancestrale a nécessité des siècles de construction et d'aménagement. Avec les années, le Gorbos se dotera lui aussi de merveilles architecturales. Quoi qu'il en soit, nous vous remercions de l'intérêt que vous portez à notre Palais, et vous assurons que vous y serez toujours le bienvenu.

Arya n'aurait pas ajouté ces derniers mots avec autant de naturel, mais elle savait que sa soeur avait raison. Si toutes deux parvenaient à un accord avec le Roi humain et quoi qu'il lui en coûte personnellement, il deviendrait un invité de marque chez les Elfes. Et même en cas contraire, des traités ultérieurs ne pourraient être conclus sans qu'une nouvelle fois les monarques ne se rencontrent.
Résignée, elle écouta attentivement Garren leur expliquer, souriant, qu'il ne toucherait plus au vin elfique. La blonde hocha une nouvelle fois la tête sans mot dire. Ses plans pour le repas contrariés, elle ne l'était pas pour autant. Dans son état normal, peut-être que l'Homme se montrerait plus coopératif, plus réceptif aux efforts des Reines pour entraîner la conversation vers des sujets politiques.

Mais l'heure des discussions sérieuses n'était pas encore venue. A présent les jeunes serviteurs ôtaient les cloches qui avaient maintenu les plats au chaud, révélant ainsi les chatoyantes couleurs savamment mariées par les maîtres cuisiniers. Au plus près de Vortigern se trouvaient un faisan et un lièvre entiers, baignant dans des sauces aux senteurs envoûtantes. Les Elfes ne consommaient pas de viande, respectant beaucoup trop la nature pour se permettre d'ôter la vie à des fins gastronomiques – mais il ne serait pas dit que le Roi des Hommes n'avait pas été accueilli dignement. Divers plats végétariens complétaient donc le tableau : fruits et légumes bouillis, rôtis ou frits de la plus exquise des manières.
Ne désirant pas aborder les questions épineuses dès le début du repas, les jumelles avaient décidé de préparer le terrain en douceur. Après quelques minutes de silence occupées à déguster les aliments qui leur avaient été servis, Eliël prit l'initiative de la conversation :

– Le repas vous agrée-t-il ? Nous avons choisi un menu typiquement elfique – à l'exception de la viande bien entendu – pour que vous puissiez goûter à nos spécialités.
– Mais même si cela ne peut se voir actuellement, enchaîna Arya, notre race est également friande de mets exotiques, comme les épices du désert ou encore les fleurs de la Jungle. Cela fait plusieurs dizaines d'années qu'ils sont intégrés aux plats quotidiens de notre peuple, et ce grâce au commerce et à la Guilde des Marchands.

Partant de simples sujets culinaires, les Reines avaient réussi à ouvrir la porte à celui du négoce. De là, la conversation finirait par rouler d'elle-même vers les points qui réunissaient les monarques en ce jour.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mer 21 Aoû - 22:20

Les choses prenaient malgré tout une tourne étrange, presque surfaite. Les reines faisaient décidément tout pour cacher leur jeu et cela ne faisait que renforcer les doutes du Roi quant à leurs réelles intentions. Lorsque les serviteurs retirèrent les cloches, laissant apparaître un magnifique place de viande en sauce dans son assiette, à l'odeur dont la succulence n'avait d'égal que l'apparence du repas, Garren ne put s'empêcher de piquer du nez. Il n'en croyait pas ses yeux et encore moins ses narines. Il n'avait qu'une seule et unique envie à cet instant là, manger !

– Le repas vous agrée-t-il ? Nous avons choisi un menu typiquement elfique – à l'exception de la viande bien entendu – pour que vous puissiez goûter à nos spécialités.
– Mais même si cela ne peut se voir actuellement, notre race est également friande de mets exotiques, comme les épices du désert ou encore les fleurs de la Jungle. Cela fait plusieurs dizaines d'années qu'ils sont intégrés aux plats quotidiens de notre peuple, et ce grâce au commerce et à la Guilde des Marchands.

C'est à peine s'il les avait écouté. Il prit ses couverts et, avec une certaine précipitation bien que contrôlée, il découpa un morceau de viande et le porta à sa bouche, même si il était encore très chaud. Il me mastiqua rapidement, le faisant passer à droite et à gauche pour ne pas se brûler la langue puis l'avala.

- Pu ... rée de sacrebleu. C'est tout simplement exquis ! Ca m'en rendrait presque triste, pourquoi est-ce qu'on a pas ça au royaume ? Ah hé ! Si un jour vous êtes de visite chez nous, on vous fera aussi goûter la gastronomie typiquement Humaine, c'est vraiment pas la gloire si on la compare à la votre mais, c'est pour vous rendre le geste ! Franchement c'est ...

Il marqua un silence, reposant ses couverts puis, il fixa les deux reines du regard. Sur son visage, il y avait un mélange de joie et de honte, il ne savait pas trop comment réagir face à cela ... Peut-être en se montrant un peu plus conciliant ?

- La guilde des marchands peut rendre des fiers services quand elle le veut, oui mais, son influence est telle qu'elle impose ses tarifs et que personne ne peut aller contre. Ils sont pour la plupart trop élevés pour le royaume, du coup, on est un peu obligé de magouiller avec messieurs Nains pour nous en sortir financièrement, ça sert aussi à ça l'amitié.

Pas la peine d'en dire trop non plus ni de faire d'excès de joie. Il reprit peu à peu son calme, mangeant dignement et en silence, pendant un moment puis, sans avoir quitté du regard les deux reines, il se fixa sur Arya et prit un ton beaucoup plus ... Confidentiel.

- Je ne doute pas de la grandeur de votre civilisation mais, il vous faut savoir que la culture Elfique et son influence sur le Gorbos sont très mal interprétées par les Hommes. Ils vous considèrent comme des chochottes qui cherchent à exporter les manières exagérées et leur fragilité. Je vous le dis parce que c'est en grande partie pour ça que nous ne commerçons que très peu avec vous, enfin, directement avec vous. J'aimerai beaucoup améliorer nos relations mais, il me faut pour cela avoir des éléments, des arguments pour convaincre mon peuple.

Il se racla légèrement la gorge, posant ses deux coudes sur la table. Il semblait particulièrement gêné et avait du mal à reprendre la parole. Pourtant, il le fallait bien mais, la question était vraiment très ... Indiscrète.

- Vous ... Enfin je ne vous apprend rien mais, on raconte partout que vous seriez des soeurs ... Très très proches, ce qui a tendance à brouiller les pistes. Il parait que vous dormez en cuillère, que vous vous livreriez à des "attouchements" pas très nets et le fait que personne ne sache ce qu'il se passe dans vos appartement ne fait que renforcer le problème. Je sais que ce sont les fidèles qui ont colporté cette rumeur mais, c'est qu'ils sont très convaincants quand ils le veulent, j'ai le doute du coup. Alors rassurez-moi ... Ce ne sont bien que des ragots ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Arya Terra Farror

Reine des elfes

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 02/07/2013

Fiche personnage
Métier: Reine
Allégeance: Monarchie elfique
Classe: Cavalière
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mar 27 Aoû - 8:45

Occupé qu'il était à déguster les plats de viande qui lui étaient réservé, le Roi humain parut à peine entendre les remarques des jumelles. Pourtant, il finit par relever la tête pour exprimer son ravissement total face à ce festin, un air presque ahuri plaqué sur le visage.
Arya sourit de ce compliment fait à son peuple, d'un sourire un peu ironique cependant : les oreilles à demi occultées par son avidité, Garren n'avait pas dû entendre que le gibier n'était pas une spécialité des Elfes. Elle prit note de son invitation, songeant qu'elle devait être de bon augure malgré sa réticence à l'honorer.

Puis la Reine redevint sérieuse, alors que l'homme se décidait enfin à entrer dans le vif du sujet. Attentive, elle l'écouta disserter à propos de la Guilde, des Nains, puis des Elfes... A ce point, elle fronça légèrement ses sourcils fins. Froncement qui s'accentua franchement lorsque Vortigern aborda la dernière partie de son discours, à grands renforts d'expressions très grossières. Comment osait-il, à nouveau ?!
Arya aurait bien répliqué vertement que pour poser deux fois la même question, il fallait que ce soit pour lui et non son peuple qu'il en cherche la réponse. Mais non, il lui fallait rester diplomate, ne pas se braquer malgré l'insulte évidente.

– Effectivement, messire Roi, ce ne sont là que de viles rumeurs colportés par les Fidèles du Vindictus pour nous décrédibiliser. Ce n'est pas parce que ma soeur et moi partageons le même quotidien, et les mêmes appartements, que nous dormons ensemble et brûlons d'une passion coupable. Nous sommes encore jeunes, selon les critères de notre race, et compte tenu de nos obligations il n'est nullement choquant que nous ne soyons pas encore mariées.

Sentant que le ton d'Arya commençait à tourner à l'aigre, sa jumelle poursuivit, un doux sourire aux lèvres :

– De plus, nous ne pouvons évidemment accepter n'importe quel parti qui se présenterait à nous. Voilà qui apaisera les inquiétudes de votre peuple, je l'espère ? S'il vous faut d'autres arguments pour le convaincre, n'hésitez pas à nous poser de nouvelles questions. Si nous avons pu entendre celle-là, ajouta-t-elle avec une pointe d'humour, je pense qu'aucune ne nous gênera plus.

A ses côtés, sa soeur avait du mal à se retenir de grincer des dents. Mais Eliël avait raison d'agir ainsi, elle le savait. La fière Elfe mit donc ses réticences de côté, pour enchaîner :

– Malgré ces problèmes... culturels, et en considérant qu'ils seront bientôt réglés, pensez-vous qu'il serait possible pour nos deux peuples de commercer plus directement ? Cela nous serait profitable à tous, les produits frais le seraient davantage, et les prix seraient moindres sans l'intermédiaire de la Guilde des Marchands.

La Reine promena ses longs doigts sur ses lèvres, hésitant à en dire plus pour le moment. Finalement, elle lâcha :

– Il pourrait aussi être question d'accords plus militaires, si vous le souhaitez. Un bataillon de guerriers elfiques au Gorbos pourrait vous épauler dans le domaine de votre choix : nous avons d'excellents archers et cavaliers, notamment. D'autre part, certains de vos combattants pourraient-ils également stationner non loin d'Archeus ? Cet échange permettrait à nos deux peuples de s'accoutumer l'un à l'autre et, partant, de balayer les préjugés.

Ce qu'Arya taisait à l'Homme, c'était les autres motivations qui sous-tendaient cette offre. A lui de s'en faire sa propre idée, qu'elle rectifierait au besoin de quelques mensonges éhontés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mar 27 Aoû - 13:37

– Effectivement, messire Roi, ce ne sont là que de viles rumeurs colportés par les Fidèles du Vindictus pour nous décrédibiliser. Ce n'est pas parce que ma soeur et moi partageons le même quotidien, et les mêmes appartements, que nous dormons ensemble et brûlons d'une passion coupable. Nous sommes encore jeunes, selon les critères de notre race, et compte tenu de nos obligations il n'est nullement choquant que nous ne soyons pas encore mariées.

Vortigern observait Arya avec un certain intérêt. Il ne savait pas pourquoi mais, des deux jumelles, c'était bien elle qui se distinguait le plus. Son caractère autoritaire et froid lui procurait un certain charisme, même si dans le cas présent, le ton qu'elle avait employé lui donnait un tout autre visage, à la fois agacée et vexée par la demande du roi. Elïel prit la parole et il tourna son regard vers elle, l'écoutant avec attention.

- De plus, nous ne pouvons évidemment accepter n'importe quel parti qui se présenterait à nous. Voilà qui apaisera les inquiétudes de votre peuple, je l'espère ? S'il vous faut d'autres arguments pour le convaincre, n'hésitez pas à nous poser de nouvelles questions. Si nous avons pu entendre celle-là, je pense qu'aucune ne nous gênera plus.

Effectivement, il avait fait une bêtise en leur posant une question aussi indélicate mais, ce n'était quand même pas de sa faute si elles n'arrivaient pas à contrôler leur image ! Sa parole ne serait pas contredite au royaume, s'il assurait à ses gens que tout ceci n'était bien que des calomnies, alors peut-être les Hommes seraient-ils déjà un peu plus enclins à s'ouvrir aux Elfes ? Ca paraissait dérisoire comme information mais, il fallait prendre en compte que les mentalités étaient radicalement différentes au Gorbos, on ne jugeait que sur l'apparence ! Arya avait du mal à tenir en place, c'était incroyable de voir comment cette Elfe aux traits si fins et délicats pouvait se révéler être une véritable boule de nerfs.

- Malgré ces problèmes... culturels, et en considérant qu'ils seront bientôt réglés, pensez-vous qu'il serait possible pour nos deux peuples de commercer plus directement ? Cela nous serait profitable à tous, les produits frais le seraient davantage, et les prix seraient moindres sans l'intermédiaire de la Guilde des Marchands.

Garren se redressa sur sa chaise, posant ses mains sur la table et tendant bien l'oreille. Là, elle l'intéressait ! Le commerce entre les nations Elfiques et Humaines pourraient être particulièrement profitables aux Hommes. Il fallait être honnête avec soit-même, les Humains n'avaient strictement rien à leur apporter mais, plutôt tout à prendre alors si les Elfes consentaient à des échanges commerciaux, il ne faudrait pas laisser filer l'occasion, d'autant plus que les accords seraient plus souples et avantageux que ceux de la guilde et que cela leur permettrait de respirer économiquement parlant ... Du moins, tant que les marchands ne seront au courant de rien. La proximité des Nains faisaient qu'ils n'avaient pas besoin de passer par Elildinar mais, comment commercer avec les Elfes sans traverser le désert ? Passer par les montagnes lui semblait être la seule solution, bien que cela impliquerait un droit de passage chez les Nains.

– Il pourrait aussi être question d'accords plus militaires, si vous le souhaitez. Un bataillon de guerriers elfiques au Gorbos pourrait vous épauler dans le domaine de votre choix : nous avons d'excellents archers et cavaliers, notamment. D'autre part, certains de vos combattants pourraient-ils également stationner non loin d'Archeus ? Cet échange permettrait à nos deux peuples de s'accoutumer l'un à l'autre et, partant, de balayer les préjugés.

Vortigern s'étonna de la proposition d'Arya. Il ne fallait pas crier victoire trop vite, d'abord le commerce puis, l'armée ? Et pourquoi les Elfes se pencheraient-ils à ce point pour les Hommes alors qu'ils les avaient ignoré depuis le début ? Et puis, ce n'était pas comme si la monarchie Elfique était crainte de toutes et de tous ! Les Elfes étaient les meilleurs guerriers de tout le Vindictus et personne n'osait se dresser devant eux à l'exception des barbares, pourquoi les Elfes auraient-ils besoin de l'aide des Humains ? Voilà qui laissa le roi perplexe.

- Et bien ... Ce sont là des propositions que je ne peux pas refuser, bien évidemment. Cela serait un avantage inégalable pour le royaume que d'avoir le privilège de commercer directement avec vous ou de profiter de quelques unes de vos forces armées. Maintenant, et vous le savez encore mieux que moi, nous n'avons vraiment à vous offrir en retour, si ce n'est un peu de charbon et d'haricots. Pour nos soldats, ce ne sont pas trois charlots armés comme des jardiniers qui vont vous apporter une véritable aide si le besoin s'en faisait sentir. Tout ce que nous avons, vous l'avez déjà et ce que nous n'avons pas encore, vous l'avez aussi. Il se pencha un peu plus en avant, croisant les mains sur la table. Alors, excusez mon ignorance mais, pourquoi vous montrer aussi conciliantes avec nous ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Arya Terra Farror

Reine des elfes

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 02/07/2013

Fiche personnage
Métier: Reine
Allégeance: Monarchie elfique
Classe: Cavalière
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mar 3 Sep - 21:57

Attentif, le Roi humain l'était assurément. Arya, qui le jaugeait de son regard froid, y vit un signe d'encouragement. Il était ferré.
Ferré, mais tout de même dubitatif. Bien qu'il exagère la dépréciation de son royaume, il était clair que la proposition des Elfes avait de quoi paraître disproportionnée. Il fallait donc passer aux explications, sans pour autant livrer la vérité. Pas question en effet de révéler à Vortigern que le seul but de sa venue était d'obtenir qu'un de ses bataillons stationne dans les Forêts Froides, ni que le rôle de ce détachement serait d'inquiéter les Fidèles qui commençaient à devenir vraiment trop sûrs d'eux – et d'avoir une armée plus sûre, moins influencée par leur religion.

Arya haussa un sourcil à l'attention de sa soeur, qui lui répondit d'un sourire. Eliël laissait la main. La fière Reine se tourna donc vers Garren, prolongeant quelque peu son rictus avant de lui répondre.

– Vous vous faites plus petit que vous ne l'êtes vraiment, messire Roi. Vos chevaliers sont réputés pour être redoutables au combat, tandis que votre discipline qui se pratique à mains nues est totalement inédite en nos contrées. Nos peuples pourraient bénéficier tous deux de cet échange, au niveau technique comme relationnel.

Elle s'arrêta sur une nouvelle mimique aimable en direction du monarque. Eliël prit alors la suite, plus à l'aise que sa jumelle lorsque l'on parlait commerce.

– Le charbon est certes une ressource dont nous n'avons que peu besoin mais, dans votre modestie, vous oubliez de mentionner toutes les denrées que vous procurent vos côtes, bien plus riches que les nôtres. Ce sont des mets rares, par ici, et fort prisés des Elfes. Si nous nous entendons pour les faire transiter par les montagnes naines, ils seront de bien meilleure qualité, ce qui serait très apprécié.

L'Elfe marqua une pause pour profiter de quelques légumes confits dans un silence détendu. Puis elle poursuivit, de nouveau concentrée :

– J'espère que vous comprenez à présent que nos peuples trouveront tous deux de l'intérêt à commercer ensemble. Concernant notre proposition plus militaire, il y a un autre aspect que nous n'avons pas encore évoqué : les Barbares. Leurs attaques sont plutôt récurrentes ces temps-ci, et la présence de quelques humains dans nos rangs pourrait les impressionner fortement.

Arya hocha gravement la tête avant d'ajouter, les sourcils froncés mais la mine réjouie :

– On y réfléchit à deux fois avant d'attaquer une nation qui dispose d'alliés pour lui venir en aide – même si nous n'attendons certes pas cela de vous. Tout est dans ce que nous parviendrons à faire croire aux Nordiques.

En pensée seulement, elle compléta : Et à vous-même, messire Vortigern. Tout dépendrait de la capacité des Elfes à mentir – et de celle du monarque à réfléchir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mer 4 Sep - 11:25

Garren était pensif. Les reines Elfes désiraient la présence de chevaliers non loin d'Archeus pour intimider les barbares ? Il est vrai qu'une nation pouvant compter sur le soutien de quelques alliés est toujours plus dangereuse qu'une nation isolée mais, les barbares n'étaient pas non plus du genre à se laisser impressionner aussi facilement, surtout pour avoir le cran de s'attaquer aux Elfes et aux Amazones en même temps. Mais, admettons, les chevaliers étaient certes de bon combattants mais, ils n'étaient pas très nombreux, une centaine tout au plus si on ne comptaient pas les anciens chefs de clans. Une si faible quantité suffirait-elle vraiment à faire la différence ? La qualité c'était une chose mais, la quantité, c'était une qualité en soit-même et les barbares l'avaient bien compris. Probablement que les reines Elfes n'étaient pas au courant de ce détail.

La suite fut un peu plus intéressante, surtout lorsque Elïel aborda le sujet des échanges commerciaux. C'était vrai là-aussi, les Hommes avaient la chance d'avoir une excellente situation côtière et les produits qu'ils pouvaient en extraire ne devaient pas être monnaie courante dans les eaux froides de la monarchie Elfique. Maintenant, faire transiter tout cela par les montagnes imposerait certainement un droit de passage chez les Nains, pas du côté des Hommes mais, certainement du côté des Elfes. Accepteraient-ils de s'en acquitter ? C'était encore un peu tôt pour y réfléchir, il ne fallait vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tuer et ce genre de décision ne se prenaient à la va vite.

Même si les reines se voulaient convaincantes et transparentes, il y avait quand même quelque chose qui ne rentrait pas bien dans la tête du roi. Le problème des barbares n'était pas nouveau, il était même bien plus ancien que le royaume lui-même, pourquoi maintenant et que maintenant les Elfes décideraient-ils de demander l'aides des Humains ? Une prise de conscience peut-être, ce n'était pas à écarter. Mais, il avait un doute, quelque chose lui disait qu'elles ne lui disaient pas toute la vérité. Enfin, il n'était pas non plus là pour leur demander des comptes, c'était déjà un large geste que les Elfes faisaient envers le Gorbos, il ne fallait pas trop tirer la corde et donc, trop réfléchir à leurs véritables motivations, ce n'était pas le problème du royaume, tant que les engagements seraient tenus bien sûr. Le roi soupira, s'adossant et se relâchant contre le dossier de sa chaise.

- Vous devez savoir, reines des Elfes, que nos chevaliers se comptent sur les doigts de la main. La chevalerie est une discipline que j'ai instauré lors de mon couronnement et en 17 ans, je n'ai pas encore réussi à l'étendre aux quatre coins du royaume. Nous ne disposons que d'une centaine d'Hommes dans ce domaine et ils représentent notre meilleur atout en cas de conflit armé. Les faire stationner près d'Archeus reviendrait à nous priver d'une de nos meilleures armes. Même si vous nous prêtez quelques pelotons en retour, ils ne seront pas formés à nos méthodes et auront certainement du mal à se coordonner avec nos armées, ce n'est vraiment pas la même façon de procéder. Ce que je peux vous proposer, en revanche, c'est un accord de priorité. Si vous veniez a être menacés par les barbares, nous vous enverrons des renforts sur le champs. Après tout, vos frontières sont surveillées et vous aurez forcément le temps de réagir et donc, de nous prévenir. Il en ira de même pour nous, bien sûr.

Il fit une pause pour reprendre son souffle, un tel débit de paroles n'était pas une chose aisée. Il ne résista pas à la tentation de boire une gorgée de ce délicieux nectar qui trônait fièrement dans son verre, cette même boisson qui lui avait cogné la tête il y a peu et lui avait commettre maladresse sur maladresse avec les reines.

- Pour ce qui est des échanges commerciaux, il est possible, je ne dis pas que c'est certain mais il y a une possibilité, que les Nains vous réclament un droit de douane dont il faudra bien évidemment vous acquitter pour faire transiter vos marchandises vers le royaume. En revanche, je ne pense pas que la communauté nous demandera de payer quelque chose pour faire passer nos caravanes vers les forêts froides. Pour compenser, si vous le voulez, nous pourrons réduire un peu nos prix. Le tout est de savoir de quels produits, de quelles quantités et à quel rythme vous aurez besoin d'importer. Pour notre part, les Hommes sont très intéressés par à peu près ... Tout ce qui pourrait venir de vous, à l'exception de votre "bonne éducation" ... Ca, je ne peux rien y faire par contre.

Pour sa part, cela lui semblait honnête et si les reines Elfes ne lui avaient rien caché, elles devraient être du même avis. Maintenant, si les forces armées étaient demandées pour un tout autre but, comme par exemple les fidèles, cela expliquerait la nécessité de pouvoir intervenir immédiatement et donc, le stationnement des troupes, ce qui rendrait sa proposition assez ennuyeuse. Le tout était de savoir comment elles allaient réagir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Arya Terra Farror

Reine des elfes

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 02/07/2013

Fiche personnage
Métier: Reine
Allégeance: Monarchie elfique
Classe: Cavalière
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Mer 18 Sep - 20:42

Toujours aussi attentive, Arya examinait les réactions de son interlocuteur. Malgré tous les efforts des Elfes, il semblait encore pensif, comme pesant le pour et le contre alors que les propositions qui lui étaient faites étaient éhontément avantageuses pour lui. Dans une bouffée d'espoir, la Reine songea qu'il pouvait réfléchir au nombre de chevaliers qu'il allouerait à l'armée elfique... avant de déchanter.
Loin de leur accorder ce peloton dont elles avaient tant besoin, l'homme prenait appui sur des chiffres pour les faire patienter et se donner le temps de la réflexion. L'accord de principe qu'il proposait n'était pas du tout du goût d'Arya : les Elfes n'avaient aucunement besoin de renforts ponctuels contre les Barbares mais bien d'un soutien quotidien. Pouvoir compter sur des militaires, leur confier des missions importantes, éventuellement les utiliser pour réprimer par la force certains regroupements de Fidèles... c'étaient là des choses qu'elles ne pouvaient pas faire avec leurs propres troupes.

La suite, bien que plus plaisante, restait de nature à faire grincer les dents de la fière Reine. Eliël et elle étaient parfaitement conscientes que les Nains s'empresseraient de taxer les produits qui transiteraient par leurs terres ; Garren n'avait de plus aucunement besoin de leur rappeler que lui bénéficiait d'accords préférentiels avec eux. La mention de la "bonne éducation" elfique faillit faire exploser Arya, mais elle se contint finalement et inspira profondément pour se calmer. Elle devait se concentrer de manière à convaincre le monarque humain, pas à l'insulter.
Mais tout de même, dénigrer les manières des Elfes quand on était un rustre fini... !

Pour se donner le temps de la réflexion, la blonde attrapa son propre verre de vin et le porta à ses lèvres le temps de quelques gorgées. Elle n'avait pas manqué de remarquer le geste de Vortigern, plus tôt. Encore une preuve de la faiblesse de son caractère : incapable de se retenir quand il buvait, il l'était tout autant de ne pas boire alors même qu'il l'avait annoncé solennellement.
Dans un nouvel échange de mimiques, Arya fit comprendre à sa soeur qu'elle ne comptait pas commencer à répondre. Gentiment, cette dernière lui adressa un regard apaisant puis se tourna vers le Roi avec un sourire.

– Nous sommes pleinement conscientes, commença-t-elle, que les Nains songeront à imposer des taxes sur nos échanges. Et c'est pourquoi nous vous remercions grandement de votre proposition de baisser vos prix.

Eliël avait englobé d'un geste sa jumelle, et inclinait à présent la tête respectueusement. Puis, se redressant gracieusement, elle reprit :

– Concernant les produits que vous voudriez faire importer des Contrées Froides, demandez ! et nous en vendrons moins à la Guilde pour vous en faire profiter, à des tarifs plus avantageux pour vous.

La douce Elfe se tut, laissant à sa soeur toute latitude pour gérer les problèmes militaires. Arya s'en serait bien passée mais elle fit face bravement, rassemblant son courage et ses arguments pour affronter le Roi.

– Eh bien, nous ne nous attendions certes pas à de telles propositions de votre part. Cet "accord de priorité" que vous nous proposez dépasse à vrai dire nos espérances, et engage nos deux nations de manière bien plus concrète qu'un simple échange de bataillons. Cependant, j'ai du mal à saisir comment nous pourrions nous protéger les uns les autres de manière efficace... Plusieurs jours restent nécessaires pour faire traverser le désert à des troupes équipées pour le combat. En cas d'attaque de grande envergure, cela pourrait se révéler extrêmement problématique.

La Reine fit une pause, tapotant sans bruit son assiette vide, du bout des doigts. Enfin elle poursuivit, désireuse à présent d'en finir :

– Nous comprenons très bien que vos chevaliers vous soient précieux de par leur rareté. Mais si nous voulons plus que des traités de principe, il serait appréciable qu'une... quinzaine d'entre eux, dirons-nous, puisse se joindre à nos guerriers. Pour notre part, nous pouvons vous envoyer un peloton d'une cinquantaine d'archers, ou de chevaliers elfiques si vous le préférez. Tout cela plus dans le but d'impressionner les Barbares, comme nous le disions précédemment, que de bénéficier réellement d'un appui militaire. Bien que la technique du Gorbos soit fort réputée et que nous ne doutons pas d'en tirer de précieux enseignements par la suite...

Arya conclut sa tirade d'un sourire-grimace. Le Roi résistait bien plus que prévu, et elle-même peinait à organiser ses arguments de manière à marquer son esprit. Ce n'était pourtant pas bien compliqué, de ne songer qu'aux intérêts de sa nation et pas aux motivations sous-jacentes de ses interlocuteurs !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   Lun 23 Sep - 11:15

Voilà que Arya, cette respectable et respectueuse femme, se mit à boire. Cela fit discrètement sourire le roi, ce genre de tics étaient assez significatifs. Surement que sa réponse ne lui plaisait pas mais, qu'elle ne voulait pas le montre, ou du moins, le montrer maintenant. Cela traduisait aussi une forme d'exaspération, mais, diplomatie oblige, elle s'efforçait de garder le sourire. Garren ne comprenait pas pourquoi les reines Elfes n'allaient pas directement au but avec lui, au lieu d'emprunter des chemins aussi détournés. Ce fut Elïel qui prit la parole.

- Nous sommes pleinement conscientes que les Nains songeront à imposer des taxes sur nos échanges. Et c'est pourquoi nous vous remercions grandement de votre proposition de baisser vos prix.

Le geste qu'elle eut ensuite le laissa perplexe. Elle venait de faire quelque chose à sa soeur, comme un geste qui se voulait rassurant, tout en hochant la tête. C'était assez étrange de les voir se "toucher" ainsi devant lui. Un geste fraternel peut-être mais, un geste bizarre quand même. Le roi préféré mettre cela sur le compte de leur complicité légendaire.

- Concernant les produits que vous voudriez faire importer des Contrées Froides, demandez ! et nous en vendrons moins à la Guilde pour vous en faire profiter, à des tarifs plus avantageux pour vous.

Vortigern lui répondit par un sourire amical, c'était un geste honorable de leur part, il ne manquerait pas de le saisir. C'était de profit oui mais, le roi n'était pas parfait non plus.

- Soyez sûre que les Hommes vous en seront reconnaissant.

Il tourna ensuite le regard vers Arya qui, visiblement, s'apprêtait à prendre la parole, à son tour. Le visage dur, comme à son habitude, elle allait certainement aborder la suite de la problématique.

- Eh bien, nous ne nous attendions certes pas à de telles propositions de votre part. Cet "accord de priorité" que vous nous proposez dépasse à vrai dire nos espérances, et engage nos deux nations de manière bien plus concrète qu'un simple échange de bataillons. Cependant, j'ai du mal à saisir comment nous pourrions nous protéger les uns les autres de manière efficace ... Plusieurs jours restent nécessaires pour faire traverser le désert à des troupes équipées pour le combat. En cas d'attaque de grande envergure, cela pourrait se révéler extrêmement problématique.

Elle semblait avoir volontairement oublier le passage où il avait parlé de l'anticipation. Cela dit, elle n'avait pas tout à fait tord car, les quelques exercices militaires menés dans le désert par le royaume s'étaient soldés par des échecs cuisants pour les jeunes et les moins jeunes recrues. Entre la chaleur, les bandits, les prédateurs et le manque de repères ... Faire traverser le désert à toute une troupe armée était un pari risqué qu'il valait mieux ne relever qu'une seule fois. Il vit la reine tapoter son assiette du bout des doigts, signe qu'elle réfléchissait. Certainement cherchait-elle ses mots pour continuer.

– Nous comprenons très bien que vos chevaliers vous soient précieux de par leur rareté. Mais si nous voulons plus que des traités de principe, il serait appréciable qu'une... quinzaine d'entre eux, dirons-nous, puisse se joindre à nos guerriers. Pour notre part, nous pouvons vous envoyer un peloton d'une cinquantaine d'archers, ou de chevaliers elfiques si vous le préférez. Tout cela plus dans le but d'impressionner les Barbares, comme nous le disions précédemment, que de bénéficier réellement d'un appui militaire. Bien que la technique du Gorbos soit fort réputée et que nous ne doutons pas d'en tirer de précieux enseignements par la suite...

La jeune et magnifique Elfe qu'était cette reine conclu par un sourire forcé. C'est vrai qu'au vu de l'expression de son visage, il lui était difficile de paraître sincère lorsqu'elle souriait, bien que cela n'enlevait rien à sa fière allure. Garren réfléchissait, remplacer une partie des chevaliers du royaume par des cavaliers Elfiques ? Là encore, il y aurait un sérieux problème de coordination, d'autant plus que ces mêmes Elfes ne supporteraient pas longtemps les Hommes et qu'ils ne parlaient pas forcément tous leur langue, tout comme ses chevaliers ne parlaient pas forcément le Sylfe. Il faudrait les accoutumer avant, dans un camps comme dans l'autre et il savait que des Elfes vers les Hommes, l'effort à fournir serait beaucoup plus difficile qu'en sens inverse. Il fallait donc réfléchir harmonieusement. Les reines Elfes lui offraient déjà un somptueux accord commercial et, dans l'immédiat, il n'y avait pas vraiment de menace directe pour le royaume. Leurs adversaires les plus proches étaient les Amazones et ces femmes de la jungle avaient le mérite de ne se mêler que de leurs affaires, tant que l'on ne venait pas les déranger. Les Nains étaient des alliés et le désert formait une formidable barrière contre les invasions barbares. Dans l’immédiat, donc, l'absence de ses chevaliers ne se ferait pas trop ressentir. Et puis, pour ce qui était de l'ordre publique, ce n'était pas comme si le royaume avait un fort taux de criminalité. La carence en population faisait que chacun cherchait à gagner son pain dignement et les lois qu'il s'appliquait durement à faire respecter garantissait un certain calme. Pour le reste, il y avait les milices locales, la garde, l'armée, ses propres chevaliers, la bonne volonté de ses concitoyens et même ... Autre chose. Garren plongea son regard dans celui de Arya, large sourire aux lèvres. Il se redressa un peu sur son siège et l'observa ainsi pendant un bon moment, sans rien dire et sans baisser les yeux. Cela l'amusait un peu de la défier du regard, les effets de l'alcool commençait déjà à se faire sentir. De l'autre côté, ses yeux avaient quelque chose d'attrayant, ils reflétaient à merveille la froideur de son esprit et sa grande confiance en elle. Mais, au plus profond de son regard, la chaleur qu'elle s'efforçait d'enfuir. Il souriait encore, quelle femme exceptionnelle, les Elfes avaient beaucoup de chance. Finalement, lorsqu'il en eut assez de ce petit jeu, il prit une grande inspiration, détournant le regard.

- Une quinzaine de chevaliers seuls ne suffira pas à impressionner les barbares s'ils viennent vous attaquer. Il vous faudrait plus que ça. Pour rester dans nos marges, je dirais un bataillon d'infanterie lourde, disons 500 Hommes, puisque vos adversaires sont des barbares autant bien les recevoir. Je pense qu'un escadron de francs-tireurs sera aussi appréciables, peut-être ... 200 arbalétriers. Nos lanciers ne vous seront d'aucune utilité, ce type d'unité est inapproprié au combat contre les barbares puisqu'ils n'utilisent que rarement des montures. Quant aux chevaliers ...

Il marqua une pause. Encore une fois, il fixa Arya dans les yeux, tout en souriant légèrement. Faire stationner autant de troupes chez les Elfes demanderait une quantité d'argent phénoménale au royaume, argent dont il ne disposait pas. C'est sur ce point là qu'il comptait arriver mais, avant, il voulait mettre à l'épreuve la patience de la reine. Tout en jetant parfois un coup d'oeil à Elïel, il resta silencieux pendant un long moment, encore, avant de reprendre.

- Ils seront présent pour coordonner ces 700 Hommes sur le champs de bataille. Ils s'occuperont de faire l'intermédiaire entre vous et eux, tout en se pliant à vos ordres, bien évidemment. Maintenant, vous comprenez bien qu'ils ne parlent pas le Sylfe et que vous ne pouvez pas l'apprendre à toute une armée. Le royaume n'a pas les moyens de maintenir des forces armées en dehors de ses frontières, ils reviendra donc à la monarchie Elfique d'entretenir les soldats, ainsi que leurs positions. Quant aux chevaliers, ils reviendra également à vous de les accoutumer à la civilisation Elfique, ce qui reviendra à dire de leur accorder un traitement quelque peu privilégié. Soyez certaines que s'ils comprennent bien vos enjeux et qu'ils en sont convaincus, leur efficacité au combat n'en sera que meilleure, pour eux et pour les troupes qu'ils dirigeront.

Il ramena son verre à sa bouche, le finissant cette fois-ci. Il avait du mal à croire ce qu'il disait mais, dans le fond, le royaume avait tout à gagner. Et puis, si cela permettait d'améliorer les relations entre les Elfes et les Humains, alors pourquoi pas ? Cette nation n'était pas connue pour son ingratitude mais, au contraire, pour son sens de l’honnêteté et de l'honneur.

- Pour vos forces, notre situation et le contexte culturel fait que nous n'arriveront pas à les utiliser correctement. Gardez-les donc avec vous, elles vous seront plus utiles qu'à nous. En revanche, je vous suis personnellement très reconnaissant de l'offre commerciale que vous m'avez proposé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une visite de courtoisie [PV Alyss]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une visite de courtoisie [PV Alyss]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une simple visite de courtoisie ? [Jia Li]
» "Une Petite Visite de Courtoisie" [Libre]
» - Event IV - Visite de Courtoisie
» WAB: visite de courtoisie chez nos voisins strasbourgeois en août
» Une visite de courtoisie. [PV. Talia]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Forêts Froides :: Archeus :: Pavillon des deux reines-