AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Petite rencontre culturelle. [PV : Shaynon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Svenn Valterson

Chef de clan barbare

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 27/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Petite rencontre culturelle. [PV : Shaynon]   Ven 28 Juin - 16:00


Svenn prit une grande inspiration. Le vent caressait sa peau en de petites rafales, tandis que le fracas de l’eau berçait ses oreilles. Au-dessus de lui, il pouvait même entendre les cris incessants de ces étranges oiseaux blancs, que les hommes des autres clans appelaient « mouettes ».  Devant lui, un immense territoire s’étendait, à perte de vu. Gris, marron, vert, jaune. Il n’avait jamais vu autant de couleurs rassemblées en un tel endroit. Il avait du mal à en croire ses yeux.

Derrière lui, l’équipage se pressait pour préparer l’accostage. Ils peinaient à s’approcher de la plage, et durent s’y reprendre à deux fois avant de plier la voile qui, gonflée par le vent, s’agitait violemment. Le voyage avait été rude. Plusieurs semaines durant, ils avaient navigués, bravant tempêtes et créatures marines. Des trois navires qui étaient partis au départ, seul deux d’entre eux avaient atteint… quel que soit la destination ou ils venaient d’atterrir. Les vivres s’étaient taris il y avait plusieurs jours de cela, et sans ce navire à la voile marquée d’une tête de mort qui les avait attaqués, à leur grande satisfaction, il n’y aurait surement pas survécu. De toute évidence, Svenn avait sous-estimé le voyage vers le Sud. Ou peut-être étaient-ils tout simplement partis « trop » au Sud ?

L’ancre lancée, le barbare prit place sur une barque avec quelques hommes. Les autres pourraient se reposer, ils l’avaient bien mérité. Quant à lui… il allait explorer ces terres si étranges, et pourtant si attirantes à son regard.
La petite embarcation racla sur le sable doré, et Svenn n’hésita pas un instant avant de poser son pied au sol, l’enfonçant de quelques centimètres dans la matière molle. L’eau vint lécher son talon, mais cela ne le dérangea guère. Ce n’était pas un quelques vêtements mouillés qui allaient troubler le grand Svenn Valterson !

À côté, une autre barque en provenance du deuxième navire se posa sur le banc de sable. Rapidement, il indiqua des directions à ses hommes et parti avec deux d’entre eux vers la bute qui surplombait la plage. Alors qu’ils marchaient, quantité de questions se bousculaient dans sa tête. Ou donc étaient-ils arrivés ? Qui peuplait donc ces terres ? Quelqu’un les avait-il vus ? Une de ses questions trouva cependant rapidement sa réponse alors qu’ils venaient d’atteindre le sommet du monticule de terre. Au loin, plusieurs silhouettes se dessinaient, leur dos baignés dans les rayons du soleil. Après une rapide analyse, et malgré la clarté éblouissante qui l’empêchait de les discerner avec netteté, il put enfin déterminer leur nombre exact, mais il ne put cependant mettre de nom sur les étranges animaux qu’ils montaient.

D’un signe de tête, il indiqua aux deux autres barbares de le suivre, armes en mains.

«  Ah ah ah, allons donc accueillir nos visiteurs les amis ! Voyons donc ce qu’ils nous veulent… »

C’est donc curieux, excité, mais préparé que Svenn se mit en marche pour rencontrer ces mystérieux inconnus. S'ils cherchaient les embrouilles, il les auraient. Ce n'était pas quatre petits individus du Sud qui allaient faire peur aux légendaires guerriers du Nord, sacrebleu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shaynon de Kaul

Inquisitrice - Mage du Gorbos

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 25/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Petite rencontre culturelle. [PV : Shaynon]   Sam 29 Juin - 13:29

Le calme  plat avant la tempête... Comme un présage...

     Plongée dans la contemplation du ballet aérien, Shaynon était juchée tout en haut de l'abrupte falaise qui devait bien surplomber au moins deux miles des Côtes Venteuses.
     Là haut, piaillant à tue tête et se jouant de l'écume des vagues se fracassant contre les récifs mouettes et goélands se gaussaient des hommes, incapables de planer et pirouetter dans les airs.

     L'esprit reposé par ce spectacle, la jeune se permit un étirement, savourant à la fois le parfum iodé de la mer et les embruns qui le fouettaient le visage.
Comme il faisait bon de se sentir sereine, sans le stress et les intrigues de la cour. Parcourir le monde, chevauchant de concert avec ses camarades, voilà qui donnait enfin un sens à sa vie.
     Le roi avait été si bien avisé de lui confier ce poste. Cela faisait maintenant plus d'un an qu'elle avait intégré la compagnie des « Harponneurs du Ciel » mais jamais encore elle ne s'y était sentie si intégrée au petit groupe que formait ses compagnons.

     A ce propos, celui ci était d'un bleu comme la jeune femme n'en avait jamais vu par ici. D'azur, moucheté de quelques nuages éparses.
     Et sur les flots, deux navires sans pavillon faisaient voile... Droit sur les côtes... Deux navires?

Hé Karli, viens voir un peu ça... héla t'elle, tendant le doigt vers l'horizon... Deux rafiots. Pas de couleur. Des pirates peut-être?

     L'homme en question vint la rejoindre au bord du piton rocheux. Des cheveux poivre et sel, la barbe drue, mais mangée par endroit, on lui donnait bien la cinquantaine. Accrochés à ses brassards, trois rubans pourpres, attestaient de sa capacité à commander le bataillon. Nul doute qu'on avait affaire à un vétéran émérite, juste en le contemplant .

Des pirates? Hum non... Trop étrange que ceux ci viennent rôder si près des côtes... Là n'était pas le but de notre mission, mais je veux qu'une fois touché terre, tu dépêches à leur encontre une délégation dont tu prendras le commandement.
Prend trois hommes avec toi, cela devrait suffire amplement. M'est avis que ces pauvres voyageurs ne seront pas d'une menace redoutable. lança t'il avant de retourner sur ses pas, visiblement pressé.

     Le vieil homme venait de lui remettre en mémoire le pourquoi d'établir un campement si près des côtes alors que la menace grondait à l'Est. Les nouvelles étaient formelles, un messager étant arrivé l'avant veille.

     Apparemment, de stupides nains, probablement bourrés, avaient eu la merveilleuse idée de se promener au dessus des terres amazones en montgolfière, mettant le feu à la forêt sacrée de ces peuplades sauvages. Encore un coup de leur technologie brinquebalante.
     Cette fois ci, sûrement un pétard douteux enflammant un arbre à proximité. Ou Vindictus savait quoi encore.
     Elle espérait seulement que les demi-portions avaient bien célébré l’événement comme il se doit, car cela ne se reproduirait pas de sitôt, surtout après que les clans amazones aient convoqué le ban.
     De fureur, ces guerrières semblaient bien déterminées à faire marcher sur les terres des Nains, et ces derniers geignaient désormais au pied du roi Garren. Le piètre tableau... A conserver dans les archives et ressortir au moment opportun. A savoir lorsqu'ils se vantaient de leur fierté légendaire.
Selon les rumeurs...

     Shaynon se reprit aussitôt. Elle n'était plus là pour rêvasser, le commandant venait de lui confier une mission, mission qui sera accomplie en bonnes et dues formes.

     Les deux navires n'étaient plus très loin désormais.
     Elle en profita donc pour se préparer à l’accueil, harnachant sa jument couleur rouille et interpelant quelques soldats innoccupés.

Joyce, Huruld, Mattie. Avec moi, en selle. Allons à la rencontre de ces gens, et voir ce qu'ils nous veulent. Ya!!! scanda t'elle, désirant motiver les troupes. Prenez vos armes, on ne sait jamais.

     Les deux jeunes hommes ainsi que la jeune femme interpellés accoudèrent à ses cris, avant de se mettre également en selle de mouvements fluides qui démontraient la souplesse de l'entraînement.

     Chevauchant tous les quatre de front, ils contournèrent le pitoyable fortin de bois érigé deux jours plus tôt et laissèrent bien vite la palissade derrière eux.

     Le vent gonflait ses cheveux, la chevauchée était grisante. Bien qu'elle sentait poindre en elle une pointe d'appréhension à l'idée de ce qui pouvait bien les attendre sur la plage.
Deux trois pêcheurs tenta t'elle de se rassurer.

     Un mage de guerre, deux arbalétriers et un archer long... Tous quatre montés. Contre une demi douzaine de pêcheurs?
Plutôt ironique comme situation...  De toute façon, la délégation se devait a priori d'être amicale.

     Toutefois, arrivés en vue de la crique de sable où les deux navires avaient mouillé, Shaynon comprit alors ce qui clochait.

     Trois individus marchaient dans leur direction. Marchaient? 
Non... Couraient!! 
Réalisant de grands moulinets avec leurs haches de guerre bâtardes ainsi que d'autres armes dont la jeune femme ne pouvait mettre de nom dessus.
Étaient ils attaqués? Ces trois là pensaient ils pouvoir vaincre quatre soldats d'élite du Gorbos?

Les fous que voici... se prit elle à penser.

Huruld, en avant garde. Montre ce qu'il en coûte de sortir les armes devant l'ost du roi.

     Ce dernier talonna sa monture pour prendre de la vitesse, et bien vite, quelques mètres le séparèrent du reste du groupe.
     Tout le monde avait désormais arbalètes et arcs dégainés.
     Se rabattant en deux groupes pour approcher les soudards selon la technique de l'encerclement, apprise pendant l'entraînement théorique, Huruld chargea un carreau et engagea le combat.

    Le projectile, mortel, fila droit se figer dans le buste d'un des trois hommes, le transperçant de part en part. Projeté en arrière par la violence du choc ayant freiné sa course folle, il s'écroula dans un râle d'agonie et lâcha son arme inconnue.

Magnanime, la jeune femme lança à la ronde.

Lâcher vos armes voyageurs, et nous feront preuve de clémence à votre encontre.

     L'un des pauvres bougres venait de perdre la vie.
La raison et la jugeote intimaient toutes deux qu'il valait mieux pour les survivants d'obtempérer.
Pourtant, un léger pressentiment lui faisait penser qu'il n'en serait rien...

_________________
en cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Svenn Valterson

Chef de clan barbare

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 27/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Petite rencontre culturelle. [PV : Shaynon]   Dim 30 Juin - 11:23


Les hommes du Nord avaient courus, parce que marcher, c’était pour les faibles. Ou les vieux. Svenn voulait en priorité découvrir qui étaient les individus qui s’approchaient, et que leur voulaient-ils. Qu’importe ce qu’il découvrirait, il restait persuadé de la supériorité de ses hommes. Cependant, lorsqu’Ulrik s’effondra d’un carreau dans la poitrine, ils se mirent à ralentir, et Svenn à s’interroger. Certes, chacun de ses hommes valaient bien cinquante de leurs mauviettes, mais ces mauviettes en question étaient montées, et disposaient d’armes à distances. En cas de combat loyal, il ne doutait pas de leur victoire vu la constitution de ces asticots, mais il n’y aurait pas de combat loyal. Il le savait. Ce n’était pas le style des mauviettes.

La voie d’une femme se fit alors entendre. Et bien que Svenn ne comprit pas un seul mot de la langue aux doux accents qu’elle utilisait, il sut cependant qu’elle était la chef du groupe, et qu’elle ne leur proposait pas de festoyer autour d’un tonneau d’hydromel pour fêter leur arrivée. Dommage, il aurait bien bu de l’hydromel. Cela faisait bien longtemps qu’il n’en avait senti l’arôme…

Il eut à nouveau une petite pensée pour Ulrik. Dommage pour lui aussi. Il aurait dû utiliser son bouclier, s’il avait vraiment voulu rester en vie. Il fallait dire, la flèche était parti aussi vite qu’un oiseau de chasse qui fondait sur sa proie, et il aurait eu du mal à le faire lui-même.

Un sourire se dessina un instant sur son visage, joyeux, avant de disparaître. Finalement, ces hommes et femmes du sud n’étaient pas si pacifiques que ce que l’on racontait. Sa curiosité l'emporta un moment, et il se prit à se demander s'il aurait l'occasion d'en savoir plus sur ces étranges personnes. Cependant, il n’aimait pas du tout le ton qu’avait pris la femme pour s’adresser à lui. Il était un Jarl, un fier homme du Nord. Un guerrier. D’où croyait-elle pouvoir lui parler de la sorte, le toiser ainsi du haut de sa bête ? Non, décidemment, il n’aimait guère la situation qui se présentait à lui.

Il croisa les bras en bombant les muscles de son torse, cracha devant lui dans un signe de dédain, et fixa de son regard de fer les yeux de la belle.

«  Leïf, tu ne bouges pas, tu ne fais rien pour l'instant, » déclara-t-il dans sa langue natale au son guttural, « on va se rapprocher d’eux. Plus facile à combattre ce genre d’armes, si on est plus proche. »

Puis, sans s’arrêter, il s’adressa à la chef de ce qui semblait être la patrouille d’une armée, ou un groupe de chasse, puisqu’ils arboraient tous fièrement le même ensemble vestimentaire.

« Je me nomme Svenn Valterson, et je te somme de descendre de ta monture, femme, pour que nous puissions régler ce différend et  laver l’honneur fait à mon homme décédé, abattu tel un animal ! »

Il ne connaissait strictement rien de ces terres, ni de ses coutumes, mais il supposait que puisqu’ils se ressemblaient un tant soit peu, ses habitants auraient le même code d’honneur que les siens. Quant à la langue… il avait tenté de parler en Barbax tout en sachant parfaitement que la probabilité qu’ils puissent communiquer de la sorte était faible. Il se demandait de quelle manière ces inconnus allaient-ils réagir. Ensuite, peut-être essaierait-il de parler dans la langue « commune » ? Le problème étant qu’il l’avait apprise étant enfant, et qu’il ne se faisait aucune chimère quant à son talent linguistique. L‘échange allait s’avérer laborieux.

À ses côtés, Leïf adressait des grimaces aux cavaliers d’un air particulièrement hostile, sans pour autant s’inquiéter le moins du monde au cadavre à ses côtés. Il serait vengé en temps voulu.

Quant à Svenn, son regard, imperturbable, continuait de fixer la jeune femme en attente d'une quelconque réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shaynon de Kaul

Inquisitrice - Mage du Gorbos

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 25/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Petite rencontre culturelle. [PV : Shaynon]   Lun 1 Juil - 20:52

      A en croire les tenues vestimentaires de ces étrangers, c'était à n'en pas douter, bien qu'elle n'en ait jamais vu de son vivant, trois barbares, venus d'au delà des conflans du nord...
Enfin... Plus que deux désormais...

     Le pauvre bougre gisait désormais dans une marre de sang. Sa mort avait été tout ce dont on peut rêver de plus propre. Il n'avait sans doute pas dû souffrir, pas même eu le temps de se dire qu'il se mourait, si toutefois ces hommes de glace connaissaient la notion de souffrance.

     Ce dont elle doutait fort en réalité. Elle s'interrogea même sur le fait s'il avait eu un nom de son vivant, ou si ces hommes n'étaient en réalité que des bêtes.

     Il fallait bien la comprendre. C'est plus qu'étrange. La réaction de ces étrangers. Elle n'avait jamais rien vu de pareil.

     Leur camarade venait de tomber au combat, de la manière la plus pitoyable qu'il soit donnée de dire, et celui qui semblait le chef de la petite bande ne faisait qu'en sourire. Comme s'il paraissait heureux de ce dénouement.

     C'était sans doute la raison pour laquelle il ne fallait surtout pas les sous-estimer. Même en sous nombre, elle les sentait capables de les tailler en pièce, elle et ses hommes.

     Le second quant à lui, grimaçait et Shaynon le sentait sur le point de relancer l’assaut à la moindre occasion. Il fallait rester vigilant. Et garder son sang froid. Sûrement l'un de ces berserks sans discipline. A n'en pas douter, c'était le moins dangereux des deux puisqu'il s'exposerait à la moindre occasion, faisant de lui une cible potentiellement facile.

     La jeune femme revint sur celui qu'elle présumait être le chef, savourant l'air frai qui cascadait dans ses cheveux.

     L'étau des cavaliers se resserrait de plus en plus sur les deux compagnons. Tout du moins jusqu'au moment où Shaynon leva la main, signifiant clairement d'arrêter l'encerclement.


     Avec son petit sourire en coin et sa coupe iroquoise, la jeune femme le trouvait presque beau. S'il n'avait pas été l'un de ses barbares du nord, puant et sans manière, mais au contraire l'un des hommes du Gorbos, elle lui aurait sans doute fait des avances.

     Lorsqu'il cracha dédaigneusement à quelques distances des sabots de sa monture, cela n'arrangea guère la vision qu'elle se faisait de ce peuple.

     Elle ne put réprimer une mimique de dégoût à la vue du crachat, qu'il avait sans doute du apercevoir, puisqu'il n'avait d'yeux que pour elle.

     Il se mit alors à parler, dans une langue gutturale dont elle ne comprenait pas un traite mot, croisant ses bras musculeux et bombant le torse au passage pour paraître plus impressionnant. Une ruse qui ne marchait avec elle, même si elle put remarquer l'étendue de sa musculature, bien plus développée que la plupart des humains normalement constitués.

     Fort embêtée par cette barrière linguistique qui les séparaient elle ne savait ni comment se faire comprendre de lui, ni ce qu'il racontait à son camarade.

     Toutefois lorsqu'il reprit la parole, elle put dénoter une certaine agressivité dans la tonalité de ses paroles.

La menaçait elle? Et avec elle l'intégralité de ses compagnons?

     Il fallait le remettre à sa place, c'est-à-dire en position de celui qui pouvait mourir à tout moment, sur un simple claquement de doigt.

     Pour bien le lui montrer, elle fit avancer sa monture d'un pas, avant de clamer d'une voix élégante:

Je suis Shaynon de Kaul, benjamine de Bryn de Kaul.

     Une phrase de circonstances a priori non nécessaire vu que les deux hommes ne semblaient que connaître leur dialecte ignoble.

     Regardant l'homme à l'iroquoise droit dans les yeux, elle plaqua sa main droite, toute gantée de noire jusqu'au coude, sur sa bouche et lui envoya un baiser furtif qui s'évapora bien vite dans les airs...

Moment de pur charme.... Envoûtant...

     Brutalement interrompu lorsque, la main toujours en l'air, elle claqua brutalement des doigts.

     Le corps de l'homme récemment décédé pris soudainement feu, comme par enchantement.

     Des flammes d'un bleu turquoise l'enveloppaient comme un linceul; et bien qu'elle ne durèrent pas même cinq secondes, il ne restait plus qu'un petit tas de cendre à la fin, mélange d'os et de cuir.

     Cela ne lui avait guère demander d'effort. Consumer un cadavre était bien plus aisé que de brûler vif un être bien vivant... Il n'y avait plus cette lutte farouche entre l’agresseur et sa victime, lorsque cette dernière essayait mentalement de la repousser, en vain dans la plupart des cas.

     Elles ne voulait pas trop endommager les deux barbares restant...

     Peut-être bien pouvaient ils lui servir pour de plus sombre desseins, dans le cas bien évidement où ils parviendraient à se comprendre et à trouver un terrain d'entente.

_________________
en cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Svenn Valterson

Chef de clan barbare

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 27/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Petite rencontre culturelle. [PV : Shaynon]   Mar 2 Juil - 0:38

Apparemment, la femme ne semblait effectivement pas comprendre le Barbax. Face à cette situation problématique, Svenn se conforta dans le fait qu’ainsi, elle ne saurait rien de leurs intentions. De toute façon, elle n’avait pas l’air très futée, puisqu’elle continua à parler dans sa langue natale, malgré le fait qu’ils ne la comprenaient pas. Même un orc l’aurait compris.

Alors qu’il se demandait ce qu’il devait faire à présent, l’étrange femme lui adressa un baiser d'une façon qui ne laissa pas de marbre le grand guerrier.
À côté de lui, un brasier s’alluma au signal d’un claquement de doigts, réduisant son ancien camarade à la poussière, au rythme du balancement des flammes et des multiples crépitements.

Il resta planté ainsi, médusé, une bonne poignée de secondes. Comment avaient-ils fait ? Etait-ce ce que l’on appelait la « magie » ? Son clan n’avait jamais eu l’honneur d’avoir à héberger un des shamans des glaces qui voyageaient de par les steppes gelées. Il n’avait donc entendu que des récits de tels exploits.

Jusqu’à aujourd’hui.

Un frisson lui parcourut l’échine, subtil mélange de terreur et d’excitation. Il voulait savoir qui avait fait cela. Etait-ce vraiment cette femme ? Si oui, comment avait-elle fait cela ? Et enfin… serait-il le prochain ?

Il se devait de faire quelque chose. N’importe quoi, ou toute cette histoire finirait mal. Il planta donc la lame de sa hache dans le sol, ouvrant une fine rainure dans la terre, et s’avança doucement jusqu’à la monture déjà trop proche de l’officier ennemi.

Il n’avait toujours pas abandonné l’idée de combattre, mais s’il pouvait au moins s’approcher un peu plus de l’étrangère, afin de parvenir à la prendre en otage, le tour serait joué. Il était quasiment certain que les « soldats » - c’était ainsi qu’il avait décidé de les appeler, faute de plus d’indices – ne seraient pas capables de faire quoi que ce soit si son plan aboutissait. En revanche, s'il n'y parvenait pas, il ne se faisait pas d'illusion...

Lentement et toujours alerte, il s’arrêta à un pas du cheval. La tension était montée d’un cran et les hommes et femmes montés s’excitaient, bandant leurs armes dans sa direction.

Il n’en avait que faire.

S’il n’agissait pas ainsi, ils seraient tués dans tous les cas, et sans même avoir la chance de combattre. Il était obligé d’agir ainsi. Il n’était pas bête, même si ses actions pouvaient le laisser paraître.

Il ferma les yeux  un moment, inspira un coût. Expira tranquillement. Une fois la peur, ou tout autre sentiment qui aurait pu se révéler dangereux refoulé, il leva à nouveau le regard en direction de son « adversaire ». Il entrouvrit la bouche, et, doucement, comme si chaque mot se perdait en chemin, rebutait à sortir d’entre ses lèvres, il se mit à parler en Elilreland.

«  Moi… Svenn Valterson. Qui… toi être ? Comment… toi avoir arrivée à faire ça ? »

Le barbare grimaça. C’était encore pire que ce à quoi il s’entendait. Même si la phrase était rudimentaire, il espérait que cela suffirait… ensuite, une fois qu’elle aurait baissé sa garde, il passerait à l’action. Il détenait encore son poignard ainsi que sa corne de brume. Même s’il ameutait le reste de leur groupe en appelant le sien, en supposant que comme eux ils faisaient partie d’un groupe plus grand, les barbares pourraient toujours prendre la mer pour aller se poser un peu plus loin. Car ils ne partiraient pas encore. Svenn voulait en apprendre plus sur ces étranges hommes, dont peu racontaient l’existence…

Il avait entendu parler d’un grand désert brulant quiconque s’y aventurait, d’un royaume entièrement composé de femmes aux habits légers, mais aussi d’individus aux oreilles étranges, vivants en haut des plus hautes cimes. Et ces personnes n’étaient, à priori, d’aucun de ces trois territoires. Oui, vraiment, ils avaient réussi à attirer son attention.

Que ce soit une bonne chose ou pas, personne n’aurait pu le dire. Car il reviendrait, en cela il était certain. Et tout ne se passerait pas de la sorte, la prochaine fois…

«  Toi… pas vouloir parler, plutôt que combattre ? » déclara enfin l’homme.

Dans ses yeux, au fond de ses prunelles, brillait cette flamme qui le possédait lorsque, prit par les événements, il appréciait le moment présent. Excité à l'idée de la mort, de cette lutte qu'il allait devoir accomplir. Le sourire qu’il avait plus tôt réapparu, spécialement adressé à la femme. Il ne se soumettait pas, non. Il la provoquait à son tour.

Il fit un pas de plus, conscient que tous les regards étaient tournés vers lui, toutes les armes dirigées vers son dos. Il savait aussi que la femme, ou la sorcière, il ne savait plus trop comment l’appeler – aurait pu le brûler vif si elle le voulait. Tout du moins, il le pensait. Mais rien de tout cela n’importait. La seule chose qui trouvait son chemin dans le flot de ses pensées était le prochain mouvement qu’il ferait, la prochaine action qu’il entreprendrait. En ce moment précis, toute son attention était consacrée à ce qu’il allait tenter d'accomplir. Et son corps ne lui ferait pas défaut. La seule question qui aurait pu rester en suspense, était de savoir s’il serait assez rapide…

Son pied se posa à nouveau sur le sol, collant la semelle de ses bottes de fourrures au tapis de poussière de terre qui le recouvrait. Lentement, à la manière d’une de ces pièces caricaturales que l’on faisait de temps en temps dans le nord pour se moquer des gens du sud, ou de la même façon qu'il aurait aidé une femme enceinte à descendre de monture, il tendit la main en direction de la demoiselle, sans jamais cesser de la regarder. Sans jamais se douter non plus de l'étrangeté de la scène.

Puis, il jeta un coup d’œil à son compagnon, avant de se retourner.

Un cri retentit. L’acier brilla sous le soleil.

Ils n’avaient strictement aucune chance.

Alors même que son compagnon s’élançait en hurlant vers sa première cible, attirant toute l'attention, et que les projectiles débutaient leur courte trajectoire, Svenn profita de la divertion pour frapper d’une main, avec force, le poitrail de la monture qui se trouvait à côté de lui. L’animal se cabra, déséquilibrant sa cavalière.

De l’autre main, le barbare agrippa les vêtements de la femme en pivotant sur lui-même et la désarçonna, la tirant vers lui, avant de se tourner vers les autres cavaliers dont les armes venaient juste d’être utilisés.

La scène n'avait durée qu'une poignée de secondes.

Et pourtant, à quelques pas déjà gisait le corps de son camarade, transpercé par deux carreaux d’arbalètes. Sa lance était quant à elle plantée dans la tête d’un cheval dont le corps était étendu au sol, le sang coulant sur l’herbe verte, la teintant d’un rouge écarlate. La cavalière du pauvre animal se situait en dessous, le bas du corps écrasé sous le poids du cadavre.

Le reste des soldats restaient assis sur leur selle, quelque peu perdus.

« Toi leur dire… de s’écarter, et de jeter les armes », chuchota le barbare à l’oreille de leur chef.

Il la tenait à présent collée contre lui, un bras contre la gorge, un autre au bas du ventre à la manière d'un bouclier humain. Dans la main de cette dernière, il tenait un couteau, avec lequel il dessina une fine trace d’où perla une seule, unique, goutte de sang.

À présent, il n’avait plus qu’à appeler le reste de ses hommes. Si tout ce passait bien en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shaynon de Kaul

Inquisitrice - Mage du Gorbos

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 25/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Petite rencontre culturelle. [PV : Shaynon]   Mer 10 Juil - 8:27

 La scène avait été si rapide... Pas le temps de bouger, de crier un ordre...
La jeune femme et son détachement étaient en bien mauvaise posture...

Sa monture en fuite, trop effrayée par la tape virulente du barbare, une seconde tuée sur le coup par l'autre barbare. Sa cavalière piégée sous le poids du cheval. Et elle même, emprisonnée dans les mains d'acier du barbare à l'iroquoise.

Alertée par des râles d'agonie, elle tourna la tête en direction du carnage, à moins de dix pas de sa propre position.

Cela ne pouvait être le barbare... Transpercé intégralement par deux carreaux au niveau du cœur et du cou.

Non, c'était son amie. A première vue, seulement coincée sur la monture, un examen attentif permettait de dénoter la position macabre. Crachant un flot continu de sang par la bouche, la bête avait du broyer quelques organes vitaux provoquant une hémorragie interne.

Triste mort à vrai dire... Peu honorable, et visiblement fort douloureuse.

Elle souffrait, et ne voulait pas mourir, bien que la mort ne soit inéluctable dans son cas. Quant aux deux autres cavaliers, ils restaient plantés là, ne sachant que faire.

Ils ne pouvaient pas tirer sur son goêlier, de peur de la toucher et ne semblaient pas faire mine d'aller chercher du renfort.

Et Mattie qui criait toujours, agonisant et s'étouffant dans son sang... Quelle mort horrible...

Et ce barbare qui essayait de la raisonner, voulant sauver sa propre peau. Qui lui avait même légèrement tailladé le bas du ventre avec son poignard quelques secondes plus tôt, et qui proférait des menaces...

Se concentrer... Le flux de pouvoir venait à elle, et elle le ressentait par toutes les fibres de son corps. Cette fois ci, ce n'était plus un cadavre, mais bien trois, ou presque... Elle considérait son amie comme déjà trépassée.

Tout comme la première fois. Les cadavres du second barbare et du cheval s'enflammèrent instantanément, bientôt suivi par la cavalière piégée sous la carcasse. Ses cris de douleur s'amplifièrent un instant, avant de s'arrêter dans la mort.

Tu m'as obligé à achever mon amie... Ses cris m'exaspéraient. Sache que je te respecte, un peu, mais envois du renfort et je jure de les carboniser de la même manière. En cent fois pire.

Lâche moi!!! Maintenant!!!

Elle avait presque hurlé la seconde phrase, quelques larmes perlant dans les yeux. La jeune femme était elle aussi une des fidèles de Vindictus, et peu de monde la regretterait par delà la mort...

Et comme le barbare, dont elle avait oublié le nom, ne semblait guère vouloir obtempérer, elle se concentra à nouveau, rendant sa peau aussi ardente qu'une braise.

A moins qu'il ne souhaitait rester collé à elle, il n'avait d'autre choix que de la lâcher, et là...

_________________
en cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Svenn Valterson

Chef de clan barbare

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 27/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Petite rencontre culturelle. [PV : Shaynon]   Mer 10 Juil - 22:34

Elle avait à nouveau fait appel à ses pouvoirs. Elle avait brûlé les cadavres. Et son amie avec. Svenn restait impressionné par les pouvoirs de la jeune femme, aussi frêle puisse-t-elle être. En agissant ainsi, elle avait démontré une détermination à toute épreuve, qu’il respectait profondément. En revanche, il ne pouvait en aucun cas affirmer la même chose des deux andouilles qui attendaient les bras ballants que les choses se fassent.

Puis elle se mit à parler. Un peu rapide et fort, ce qui eut l’effet de le surprendre un instant, mais au final il comprit ce qu’elle venait de dire. Elle était en colère. A la vue de la scène, il était compréhensible de sombrer dans la colère. Mais elle pleurait, également.

Pourquoi pleurer ? Il y avait eu des morts, certes, mais s’ils étaient venus en cet endroit, c’est qu’ils étaient prêts à subir ce sort. C’était en tout cas la mentalité des barbares qui s’étaient déplacés jusqu’ici.

En cet instant précis, il comprit que les hommes et femmes qu’il avait en face de lui n’avaient jamais eus à prendre part à un quelconque conflit réel.

La guerre.
Les morts. Par dizaines, par centaines.

L’odeur pestilentiel de la mort, lorsqu’à la fin de la bataille on venait récupérer les corps des héros tombés. Les hommes désarticulés, le regard vide de toute expression, les grimaces fixées à jamais sur les visages livides en nombre conséquent. Et l’odeur. Encore l’odeur.

A en vomir ses tripes.

Aucun d’entre eux n’avait encore eu à expérimenter cela, et le spectacle de cette femme écrasée par sa monture était donc un spectacle des plus macabres pour ces soldats du sud.

Sans doute ?

Alors qu’il réfléchissait, il sentit une légère sensation désagréable au bout de ses doigts, le long de ses bras. La peau en contact avec celle de la jeune femme avait tourné au rouge, et commençait à présent à cloquer.  Lorsqu’il prit enfin conscience de la situation, il lâcha sa prisonnière dans un cri d’épouvante,  et dans un réflexe typiquement barbare, frappa du manche de son poignard la tempe de la jeune femme après l’avoir poussée en avant.

Son corps s’écroula lourdement, telle une masse, inconsciente. Le temps sembla comme se suspendre, chacun hésitant à faire le moindre geste. Le barbare ne s’attendait pas du tout, mais alors pas du tout à ce que la femme tente de se faire brûler, et ce avec lui. Décidément, elle ne manquait pas de le surprendre.

Svenn eu tout juste le temps de se baisser vers le corps inanimé poignard en main, qu’un carreau d’arbalète lui effleura la tête, laissant une légère égratignure au passage.

« Tirez encore… et elle y passe. Un avertissement », déclara-t-il sans une once d’hésitation bien qu’une légère grimace transparaissait sur son visage, « si vous la vouloir en vie, vous partir chercher d’autres soldats. Mes soldats sont en chemin, moi absent longtemps. Vous aucune chance. Vous partir pour chercher d’autres homes. Meilleure solution pour nous tous ici. »

Cette rencontre impromptue l’obligeait à réfléchir bien plus qu’à l’accoutumé. En temps normal, il n'aurait pas réfléchi et les aurait tous étripés. Mais dans la situation actuelle...

De plus, les brûlures occasionnées par la jeune femme le démangeaient au plus haut point, pour ne pas dire souffrir. S’il n’avait pas été sur place, il ne l’aurait sans doute pas cru. C’est comme s’il avait tenu une poignée de charbons ardents dans ses bras…

Il se jura intérieurement que jamais il ne le ferait, qu’importe la raison.

Son poignard était suspendu à présent à quelques centimètres du cou de la belle. Autant dire que le temps qu’on ne le vise, il aurait tôt fait de lui ôter la vie. Cependant, passé ce stade, il serait sans défense aucune. Tout le haut de son corps le démangeait et il n'était pas en mesure de combattre dans son état. L'unique solution qui lui permettait de s'échapper était donc la réussite de son bluff.

La seule inconnue à l’équation restait la position de la femme dans leur groupe. Était-elle haut placée au point qu’il l’épargne, ou sa vie n’avait-elle pas autant d’importance qu’il ne le pensait, auquel cas il leur serait sans doute préférable de le capturer vivant, au prix de la vie de son otage…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shaynon de Kaul

Inquisitrice - Mage du Gorbos

avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 25/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Petite rencontre culturelle. [PV : Shaynon]   Sam 13 Juil - 11:18

 Alors qu'elle était presque sur le point de lui faire lâcher prise, le barbare l’assomma sans somation, mettant fin au sortilège qu'elle exerçait sur sa propre personne...
Finalement, il était peut-être doté d'une quelconque intelligence, quoique sans doute primitive.

La jeune femme vit le sol se rapprocher dangereusement, avant de perdre connaissance et de tomber brutalement sur la rocaille aride des côtes venteuses.

Voyant leur compatriote en cet état catastrophique, les deux cavaliers encore en lice ne savaient plus que faire. D'ailleurs, ne se concertant pas sur la question, les deux hommes prirent des décisions et directions différentes...

Alors que Joyce partit au triple galop prévenir le campement de cette intrusion « ennemie », s'attendant à ce qu'Huruld le suivit, ce dernier préféra engager le combat. Comme toujours, trop impulsif pour prendre garde, se jetant à tord et à travers dans la mêlée, mêlée qui cette fois ci, risquait bien de lui être fatale...

Armant son arbalète, et alors que son cheval prenait un peu de vitesse, il décocha un carreau d'arbalète... Qui se figea dans le bras musculeux de l'homme à l'iroquoise.

En représailles, celui ci égorgea Shaynon. Ce fut tout du moins ce qu'il crut, le corps à corps venant d'être engagé...

Survivre ou mourir.... Il n'y avait plus d'autre alternative. Surtout lorsqu'on n'avait pas réussi à protéger son mage de bataille et que celui ci venait de trouver la mort.

Passer l'arme à gauche pouvait sans doute laver son déshonneur...


_________________________________________________


La jeune femme se réveilla en sursaut, un goût ferreux dans la bouche... Du sang... Du sang perlait de sa bouche, tâchant sa tunique de soie des « Harponneurs du Ciel ». Et bien que cette dernière soit déchirée en de multiples endroits, ce qui la préoccupait en ce moment même, c'était que cette dernière était imbibée de son propre sang.

Essayant de se relever avec difficulté, elle constata que sa main gauche ainsi que son pied gauche étaient tous deux reliés à des chaînes, elles mêmes encastrées dans une parois faite de lambris d'un bois rugueux.

Des peaux de bêtes tapissaient la majeure partie du sol, lui aussi en bois. Sans doute plus confortables, elle tenta tant bien que mal de positionner son corps douloureux sur l'une d'entre elles.

La chose faite, elle se coucha de nouveau, ne sachant ni où elle était ni pourquoi on la maintenait prisonnière. Tout avait été si noir après cet incident malheureux où trois barbares avaient foulés les sols du Gorbos, dans l'espoir de pillages et de ripailles. Sans doute.

Tatonnant sa gorge, elle y découvrit une entaille, profonde. Presque jusqu'au niveau de la carotide. Réalisant que le geste avait été d'une parfaite précision, le coup aurait du lui être fatal... Le pire étant qu'elle ne se rappelait même pas avoir eu une dague menaçant sa pauvre gorge.

C'était à coup sûr l’œuvre de Vindictus, sûrement ne souhaitait il pas encore que son serviteur trépassa. Son heure n'était pas encore venue, et elle l'en remercia d'une prière mentale. Loué soit il. Mourir une fois était suffisamment douloureux, la prochaine fois elle y ferait plus attention.

La jeune femme tenta d'appeler quelqu'un, n'importe qui, mais seul un râle sortit de sa bouche, lui faisant recracher par la même occasion une quantité impressionnante de sang caillé qui vint souiller un peu plus la fourrure d'un blanc des neiges sur laquelle elle s'était allongée.

Algfhhhh mmhhh.... ....

_________________
en cours
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Svenn Valterson

Chef de clan barbare

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 27/06/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Petite rencontre culturelle. [PV : Shaynon]   Sam 20 Juil - 23:37

Le carreau s’était enfoncé dans son bras, lui provoquant une douleur atroce. Écrasé par cette dernière, il bascula en avant, pour finalement se reprendre...

Trop tard.

Il venait d’égorger la femme, et un des deux cavaliers, celui qui lui avait tiré dessus, s’élançait à sa rencontre. Si celui qui s’enfuyait venait à se retourner, et à décider qu’il serait plus judicieux de lui tirer dessus, il était fini.
Sans importance.

Le barbare se releva et banda ses muscles, à la manière d’un animal. Pour intimider son adversaire. Il allait faire payer cher ce carreau d’arbalète. Oui. Il allait lui faire payer très cher.

Il lâcha le poignard ensanglanté, et d’un geste brusque, brisa la tige de la flèche pour la jeter à terre. Juste à côté du visage de la décédée. Son bras droit ne lui était plus d’aucune utilité à présent. Tant pis. Il n’avait besoin que d’une seule main de toute manière.

Voyant son adversaire recharger son arme, Svenn se mit à courir, mais pas dans sa direction.  Il lui fallait une bonne arme, pas un poignard. Il sentit à nouveau un carreau lui effleurer la peau, malgré la vitesse qu’il avait prise.

Son adversaire semblait bien viser.

Rectification.

Son adversaire visait bien.

Arrivé à l’endroit désiré,  il posa sa paume sur le manche de sa hache et la retira du sol. Il affermit sa prise, et, dans un mouvement de pure violence, la projeta vers son adversaire avec la ferme intention de lui ouvrir le crane.

À son grand malheur, le manche du projectile du barbare vint frapper le soldat du Gorbos au torse, le faisant basculer de son cheval sous l’impact qu’il n’avait pas prévu.

«  Hmpf… c’est déjà mieux que rien je suppose…? » marmonna-t-il dans sa barbe avant de s’élancer à nouveau vers son ennemi, qui gisait à présent au sol, sans monture puisque cette dernière venait de prendre la poudre d’escampette.

Le pauvre bougre eut à peine le temps de se relever qu’il se prit l’épaule du barbare, le propulsant à nouveau au sol. Svenn asséna un coup de pied qui lui atterrit dans le ventre pour s’assurer qu’il resta bien au sol.

Sa respiration commençait à se faire lourde ; il haletait. Les brûlures engendrées par la mystérieuse femme combinées à la blessure qu’il avait au bras se faisaient ressentir. Ils ne lui avaient pas fait de cadeau.

Il ramassa une nouvelle fois sa hache, et plaqua la tête de son opposant au sol à l’aide de son pied, alors même qu’il tentait de se relever. Il ne tiendrait pas longtemps, il fallait donc en finir. Le soldat tout de bleu habillé lui jeta un regard terrifié, et tenta de se trémousser pour échapper à la prise solide du barbare.

Ce dernier s’appuya plus encore sur la jambe qui le maintenait au sol. Un sourire cruel aux lèvres, il abattit son arme séparant la tête du soldat de son corps dans une gerbe de sang.

Svenn se relâcha enfin lorsqu’il prit conscience que tout était fini. Il s’en était sorti. De justesse, mais il l’avait fait. D’un geste las, il souffla dans sa corne. Ses hommes viendraient le chercher dans peu de temps.

Lentement pour économiser les forces qui lui restaient, il se dirigea vers le corps de la soldate, ramassa son poignard.

Observa attentivement le visage de cette femme.

Écarquilla les yeux de stupeur.
Et de terreur.

___________________________________________

Svenn s’agrippa le bastingage pour se hisser douloureusement sur le pont de chêne du navire. À ses côtés, d’autres hommes faisaient de même, enjambant le rebord de bois, et hissant tant bien que mal des vivres ainsi que quelques coffres remplis de différents objets.

Après le petit incident qui l’avait opposé aux hommes en bleu, Svenn et ses hommes s’étaient empressés de prendre le large. Ils avaient ensuite navigué quelques heures vers le nord avant de s’attaquer à une ferme isolée sur la côte pour se réapprovisionner.  Ils étaient donc toujours à côté des terres.

Mais à présent, le voyage du retour pouvait commencer.

D’un pas tranquille, il traversa le long navire. Des deux côtés s’étendaient des bancs de rame. En tout, le navire mesurait près de 20 mètres de long, séparé de façon parfaitement symétrique en son milieu par le mat. Les seuls endroits où l’on pouvait se reposer étaient en fin de compte à l’avant du navire, là où se situaient quelques mètres du pont, et l’arrière du navire, la tente qui les protégeait partiellement des intempéries en cas de tempête, juste au-devant de la barre.

Arrivé à proximité de la tente, il baissa son buste vers l’avant et pénétra dans la semi-pénombre. La femme était toujours là, allongée, à la seule différence qu’elle semblait à présent être éveillée. En un sens, Svenn n’appréciait pas vraiment ça.

Son corps entier souffrait encore des blessures qu'il avait subi, et elles le feraient souffrir de nombreux jours encore. Des bandages recouvraient la majeur partie de son buste ainsi que de ses bras, et du sang séché était visible à l'endroit même ou la flèche lui avait mordu la chair.

Il vint s’asseoir en face d’elle et la fixa un petit moment. Les yeux dans les yeux.

« Tu… devrais être morte. Le poignard… t'a tué. Dans la gorge. Comment toi faire pour être vivante...? Comment ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite rencontre culturelle. [PV : Shaynon]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Petite rencontre culturelle. [PV : Shaynon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» [Ruelles] Petite Mendiante
» ROXANNE petite caniche parfaite 9 ans CCDM (30) ADOPTEE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Terres du Royaume du Gorbos :: Les côtes venteuses-