AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Entre deux royaumes [ft. John]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Entre deux royaumes [ft. John]   Mar 24 Sep - 14:51

Bon nombre de jours s'étaient écoulés depuis les évènements au Mont Albus. D'un commun accord, ils avaient décidé d'emprunter la route d'Elildinar pour rejoindre Archéus, les situations naines et amazones n'étant pas stables ces derniers temps… Dans cette période de conflit, il n'aurait pas été impossible d'être pris en embuscade par l'un des deux partis, et ni John ni Stern n'avait souhaité se mêler à ces affaires de politique. Le chemin du désert n'était pas le plus rapide, mais à l'heure actuelle il était sans doute plus sécurisé. La traversée du Gorbos se fit sans encombre mais lorsqu'ils furent arrivés aux portes des Contrées d'Or, ils durent attendre l'arrivée d'un convoi de marchands d'Elildinar pour négocier leur traversée. Le groupe assez conséquent faisait fréquemment la navette entre la capitale du désert les abord du Gorbos, ravitaillant les deux contrées en marchandises de tout genre.

Il était également fréquent que les marchands prennent à leurs bords des passagers. Le plus fréquemment, il s'agissait de citoyens ordinaires de l'un des deux territoires qui monnayaient leur passage en l'échange d'une place dans le convoi. Plus rarement, les marchands employaient quelques mercenaires afin de sécuriser leur traversée et les protéger des bandits et nomades qui s'attaquaient fréquemment à leur chargement. Contre quelques pièces de monnaie, John et l'assassin avaient choisi cette option pour voyager. La plus rentable, au vu de leurs compétences. Malgré tout, ils ne rencontrèrent pas beaucoup de brigands et le danger fut à chaque fois minime et rapidement écarté.

Stern n'aimait pas le désert. Il était sec, brûlant, et la fatigue l'empêchait de s'y mouvoir comme elle voulait. Le sable s'incrustait partout et même si elle avait troqué sa tenue en cuir contre un vêtement en tissu plus souple, la température était écrasante. Elle s'était déjà rendue à Elildinar à plusieurs reprises, et la cité n'avait rien à voir avec ses environs. Il s'agissait d'un paradis terrestre, où les bâtiments travaillés aux couleurs vives côtoyaient de multiples jardins et fontaines revigorantes. Une halte paisible et rafraîchissante pour les voyageurs qui s'y arrêtaient entre deux traversées. Et Stern se faisait déjà un plaisir de la retrouver. Elle avait quelques contacts là-bas, et avait l'intention de mettre la main sur un ou deux membres de la guilde afin de récupérer les informations qu'ils avaient accumulés loin du Gorbos. Ils lui seraient sûrement d'une très précieuse aide pour la suite du voyage. De plus, ils leur arrivait de voyager dans les forêts froides afin d'observer l'avancée des fidèles. C'était là le principal point fort de la guilde : son réseau dispersé sur le continent permettait une transmission de l'information sans failles. De plus, ce serait l'occasion de faire part de ses projets à la guilde. Un coursier s'occuperait d'aller relayer l'information au siège.

Ce fut sur cette idée que l'assassin vit bientôt se dessiner les contours de la cité d'or, accrochée aux dunes de sables et scintillant sous les lueurs de l'aube. Elle esquissa un sourire et se tourna vers John qui était près d'elle :

– J'ai quelques projets pour notre arrivée. Je dois d'abord aller me ravitailler à l'armurerie et ensuite, j'aurai quelques petites visites à rendre… Si nous pouvons récolter quelques informations sur la situation à Archéus avant de franchir les frontières des Forêts Froides, la tâche devrait se simplifier légèrement.

Elle tourna son regard vers la cité et repensa aux origines de John. Il était né à Archéus et était demi-elfe de par sa mère, mais il ne lui en avais jamais dit davantage. Une occasion, sans doute…

Le convoi franchit lentement les portes de la capitale et lorsqu'ils se furent arrêtés sur la principale place de la cité, Stern se dirigea d'emblée vers le marchand qui les avait pris en charge, afin de récolter le prix de leurs efforts. Elle s'adressa à lui dans un Elilreland approximatif mais plutôt convaincant, et le marchand se montra de bonne foie en lui donnant deux bourses pleines à craquer. Le salaire initialement fixé, à la pièce de cuivre près. Stern le remercia lui adressa une bonne route. Puis, elle revint vers John et lui lança distraitement sa part, avant de se rapprocher de lui et demander :

– Cela fait-il longtemps que tu n'es pas retourné à Archeus ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Mer 25 Sep - 20:27

" Jour 8, la veille. La compagnie de ces marchands n'est pas désagréable, au contraire même, je dirais qu'elle est très enrichissante. J'ai appris beaucoup de choses au sujet du désert, d'Elildinar, de la guilde et plus généralement, de la vie des marchands. J'ai été étonné de découvrir qu'ils possédaient une culture à part entière, avec ses traditions et ses coutumes. D'ailleurs, je n'ai rien à redire sur le sens de l'hospitalité, pas plus que je ne regrette pas d'avoir fait la connaissance de Stern, la chef de la guilde des assassins. D'ailleurs, plus ce titre tourne dans ma tête plus je ne peux m'empêcher de penser que j'ai eu un sacré coup de chance, j'aurai pu finir égorgé dans mon sommeil. Mais fort heureusement, les choses se sont plutôt bien passées et je crois que j'ai beaucoup à apprendre de cette femme. Mes premières conclusions m'ont déjà amené à isoler un problème, celui de vouloir en permanence avoir le pas. Elle et moi avons la même façon de se protéger du monde extérieur mais, la différence, c'est que dans mon cas, il n'y a rien pour le justifier, ou tout du moins, pas encore. Mais je continue de mener mes études, discrètement bien sûr. Notre voyage s'est déroulé sans trop d'encombres bien que quelques bandits eurent cherché à nous faire des problèmes. Mais, les marchands ne sont pas des moutons, et puis nous non plus. Ils disent que nous serons à Elildinar demain, je n'ai pas souvent eu l'occasion de visiter cette ville que les gens qualifient de "riche". Je verrais bien si sa réputation est fondée ou pas. Le désert, en revanche, c'est vraiment de la merde. Il fait chaud, je transpire, je colle, je suis nerveux et assoiffé. Et je ne parle même pas des moustiques, scorpions, serpents et autres joyeuses bestioles de ce genre, la neige du mont Albus et sa tranquillité me manquent beaucoup ! Quant à Stern ... À l'heure où j'écris ces mots, dans ce journal, elle dort paisiblement. Je ne sais pas où tout cela va mener ni pourquoi est-ce que les choses se sont passées ainsi mais, ce qui est sûr, c'est qu'elle sûre d'elle, et moi aussi. Alors techniquement, quoi qu'il arrive, nous n'aurons pas à le regretter ... J'espère. "

Elildinar la riche. John, perdu au milieu de la ville en la bonne compagnie de la chef des assassins n'avaient eu de cesse de contempler cette fabuleuse cité. Il avait par ailleurs très vite comprit qu'on ne la qualifiait pas de riche uniquement pour les quantités phénoménales d'argent qui circulaient ici, de mains en mains mais, que pour sa banque, que pour son palais, que pour ses jeux, que pour son luxe mais, aussi et surtout pour sa croisée culturelle. En effet, située au carrefour des routes commerciales, Elildinar était la ville la plus cosmopolite de tout le Vindictus ! Pas une seule culture, pas une seule histoire n'étaient pas représenter ici. Le mélange était varié et riche, très riche, et cela n'était pour laisser le scientifique indifférent qui, assoiffé de savoir, n'avait de cesse d'engager la conversation avec à peu près ... Tout le monde, bien que surtout des marchands. Stern était par ailleurs partie faire ses emplettes, après avoir récupéré son salaire auprès des marchands.

Pour sa part, il n'avait pas besoin de faire un détour par ce genre d'échoppes, il était déjà correctement équipé. Épée, arc, dague, pièces d'armures légères, cuir, tissu renforcé, gants de fer et autre délicates intentions de ce genre. Sa tenue était de faite de telle manière qu'il ne ressemblait à aucun type de guerrier connu. Pas assez lourd pour appartenir au royaume, pas assez ingénieux pour appartenir aux Nains, pas assez raffiné pour appartenir aux Elfes, pas assez exotique pour appartenir aux Amazones et pas assez primitif pour appartenir aux barbares ou aux orcs. Bref, un tenue à l'image d'Elildinar, une tenue qui n'oubliait rien. À ce propos, il n'avait pas non plus oublier d'emmener sa propre arme à feu, celle qu'il avait amélioré et dont il avait gardé l'existence secrète aux yeux de Stern.

En y réfléchissant un peu, il pourrait effectivement se rendre au marché noir pour voir s'ils n'avaient pas de la poudre à vendre là-bas. Il était rare d'en trouver et les petites quantités se vendaient très chères mais, il était toujours possible de marchander.

- Cela fait-il longtemps que tu n'es pas retourné à Archeus ?

Perdu dans ses pensées, cette phrase vint l'en extirper. Archeus, sa ville natale, son berceau, son histoire, la quintessence de son existence ... Sa famille, les Elfes et tant de souvenirs. Il mit du temps à lui répondre, se remémorant tout ce qu'il s'était passé là-bas avec amertume.

- Très ... Je n'y suis jamais retourné depuis que je m'en suis enfuis.

Lui répondit-il en regardant devant lui, les pensées encore tournées vers son passé. Il se demandait bien qu'est-ce qui allait se passer là-bas. Certes, interpeller un haut Elfe était le but principal de sa venue avec Stern, qui à ce sujet avait besoin de récolter des informations ici-même, mais, le destin était si cruel ... S'il croisait sa mère, son père ou sa demie-soeur ? Si on le reconnaissait et qu'on l'interpellait ? Que se passerait-il ? Il tourne le regard vers la chef des assassins, lui adressant un sourire forcé.

- Mais ce n'est pas bien grave, je m'en souviens comme le fond de ma poche et je connais toutes ses astuces.

Il essayait de se rassurer plus qu'autre chose mais, il était trop tard pour faire marche arrière maintenant. Et puis, qu'importe en fin de comptes, il s'évaderait une seconde fois, voilà tout. Sans dire un mot mais tout en souriant, il se remit à marcher, s'écartant de Stern et avançant un ligne droite, quitte à se cogner à d'autres passants. Ces derniers exprimaient bien leur mécontentement mais, ils ne les écoutaient pas. Il s'en alla ainsi jusqu'à qu'au fond d'une petite ruelle assez en retrait de la place centrale, une ruelle où se trouvait une petite échoppe Elfique tout aussi petit et discret. Une ruelle ombragée, fraîche et peu fréquentée. Il s'en alla tout bonnement s'asseoir à une table et commanda quelque chose dans un Sylfe parfait. En fait, il ne s'agissait pas vraiment de manger mais, plus de redécouvrir une spécialité qu'il avait toujours adoré sans ne plus jamais avoir eu l'occasion d'en manger de nouveau.

Il y avait ici deux femmes Elfes, une vieille, la gérante, et une bien plus jeune, sa fille probablement, qui servait les clients. Cette dernière revint vers lui avec une assiette remplie de petits cubes à la consistance moelleuse et élastique, translucides et aux couleurs variées. John se frottait les mains, une confiserie qu'il n'avait jamais réussi à reproduire chez lui ! Il se souvint alors de Stern, et la cherchant du regard, il la vit patienter quelques mètres plus loin, au fond de la rue, comme perdue. Il lui fit signe de venir, qu'importe le temps, et de s'asseoir.

- Ce truc, c'est toute mon enfance. Ça doit faire peut-être plus d'un demi-siècle que je n'en ai pas mangé. Tu devrez essayer, la particularité de cette confiserie, c'est qu'elle change de goût au fur et mesure que tu la mastiques. J'aime particulièrement les rouges, ils un gout très fruité alors que les verts sont plus secs, dans le genre thé ou menthe, et que les jaunes sont très acidulé.

Lui dit-il avec un large sourire avant d'en mettre un dans sa bouche et de le mastiquer lentement et longuement, un air de satisfaction sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 13:04

La réponse de John intrigua l'assassin, qui concentra ses pensées sur le mot "enfui". Il n'avait jamais parlé explicitement de son passé et Stern se demandait de quoi il voulait parler. Visiblement, il avait l'air plongé dans ses souvenirs et elle décida donc de ne pas lui poser de questions. En temps voulu, peut-être lui parlerait-il de lui. Elle avait bien remarqué son sourire forcé et ne souhaitait pas l'obliger à bavarder sur un passé qui n'était peut-être pas réjouissant.

L'avantage était qu'il connaissait parfaitement Archéus et que donc, il pourrait les guider aisément dans la capitale elfe. De plus, il devait sûrement parler parfaitement le Sylfe, ce qui risquait d'être primordial au moment d'interroger leur victime. A ce moment, Stern se rendit compte que la présence de John à ses côtés pour cet objectif qu'elle s'était fixée était capitale. Elle remarqua pourtant son trouble et son gêne. Il lui faudrait creuser dans son passé si elle voulait éviter les problèmes une fois qu'ils seraient arrivés à Archéus. Perdue à son tour dans ses pensées, Stern ne remarqua pas qu'il s'était dirigé dans une ruelle plutôt sombre et elle le suivit. Il s'était arrêté dans ce qui ressemblait à une échoppe aux allures elfiques. Stern resta un moment à l'extérieur, à observer le bâtiment qui ne l'inspirait pas. Elle fuyait ce qui touchait à la civilisation elfe presque comme la peste, tant l'ombre des fidèles sur leur peuple la tracassait. Elle avait d'ailleurs tendance à être plutôt paranoïaque et soupçonner n'importe quel elfe. A l'exception de John, bien qu'en y pensant, rien ne lui garantissait qu'il ne cachait pas de nombreux secrets… Après tout, elle ne savait presque rien de lui, et il aurait très bien pu être l'un d'eux, et profiter de l'occasion qu'elle lui offrait si généreusement pour la livrer aux fidèles d'Archéus.

Voilà qui commença à semer le trouble en elle. Elle entra, méfiante, dans l'échoppe et s'installa près de John. Mais elle ne commanda rien et se contenta de l'observer manger. Cette nourriture elfique ne lui disait rien en dépit de tout ce qu'il racontait, et elle avait concentré son attention sur lui. Pendant le repas, elle ne dit pas un mot et se contenta de le fixer, imperturbable. Son hypothèse ne quittait pas une seconde son esprit et au fil des secondes, elle se demandait si elle n'était pas en train de se jeter elle-même dans la gueule du loup. Il lui faudrait le tester. Et vite. Mais pour le moment, elle avait besoin de respirer librement et à peine John eu-il avalé sa dernière bouchée qu'elle se leva brusquement et déclara :

– J'ai des choses à faire. Retrouve moi dans les jardins près du palais ce soir, à la tombée de la nuit. Je te confierai là-bas ce que j'aurai appris. Et il faudrait trouver une auberge afin d' y passer la nuit. Je te laisse t'en occuper.

Et sans un mot de plus, elle quitta l'échoppe, oppressée tout en ayant perdu toutes ses certitudes. D'un pas rapide, elle se dirigea vers un quartier résidentiel non loin de la place centrale. Elle s'était recouverte d'une cape parfaitement noire qu'elle avait déniché sur le marché et elle ne manqua pas de se recouvrir de la capuche, afin de dissimuler en partie son visage. En partant directement du mont Albus, l'assassin n'avait pas pu regagné le siège pour s'y procurer armes et équipements nécessaires à leur voyage. Ainsi, elle avait acheté grâce au salaire gagné pendant leur traversée du désert de nouvelles dagues, du matériel de crochetage et de la poudre pour son fusil ainsi que cette cape de voyage. L'essentiel. Elle passa inaperçue le long du trajet et finalement, elle s'arrêta devant la porte en bois d'une petite maison coincée entre deux bâtiments plus grands. L'éxterieur était enduit d'une peinture ocre, lui donnant des couleurs chaudes et agréables. Typique d'Elildinar. Stern frappa à plusieurs reprises, avant que quelqu'un ne retire une petite planche de bois à la hauteur des yeux pour la dévisager. La jeune femme releva la tête, exposant son visage à son hôte et ne dit un mot.

– Oh…

Et sans cérémonie, l'homme lui ouvrit la porte avant de la refermer le plus rapidement possible. Elle était déjà venue une fois mais n'avait pas vraiment gardé de souvenirs de cette petite demeure. Stern se retrouva face à un homme d'une quarantaine d'année, marqué par la guerre mais encore en parfaite possession de ses moyens. Ses traits étaient durs mais son regard était le miroir de son intelligence. Sans un mot, Stern rabattit sa capuche et l'observa quelques instants, avant de se détendre et de déclarer :

– J'ai besoin de discuter avec toi.

L'homme du nom de Larens eu une mine surprise et Stern cru un moment lire sur son visage un doute mêlé à une once de crainte. Mais le malaise de l'homme fut interrompu par un enfant qui arriva en trombe dans la pièce, criant le nom de son père et arrachant une grimace à la jeune femme. Larens sermonna quelques instants son fils qui dévisageait leur visiteuse, et celle-ci déclara :

– Larens, envoie ton fils chercher Jaena. Je dois vous parler à tous les deux.

– Très bien, Chef.

Et il répéta les mots au gamin qui quitta comme une hirondelle la petite bâtisse, visiblement heureux de rendre ce service. L'homme s'approcha de Stern qui retira sa cape pour la lui tendre. Il alla la poser sur une chaise en liège avant de l'inviter à s'installer dans un fauteuil. Le salon était petit mais confortable et propices aux indiscrétions. L'assassin croisa les jambes et prit ses aises, sans cesser de fixer Larens qui avait l'air de ne rien comprendre à la situation. Gêné, il demanda :

– Vous n'avez pas été annoncée…

– Je sais, le coupa-t-elle. Mon passage à Elildinar n'était pas prévu.

– Je vois…

Le silence s'installa à nouveau, à la fois lourd mais reposant. Stern comme Larens se terraient dans un parfait mutisme, qui fut brisé à l'arrivée d'une femme, jeune que sa responsable reconnu aussitôt. Ils ne se saluèrent pas et n'échangèrent pas un mot. Tous avaient bien compris que la présence de Stern avait une connotation très sérieuse, et avant tout, ils souhaitaient éviter les discours superficiels. Elle fut invitée à les rejoindre et Stern prit un moment pour la dévisager. Brune comme elle et les cheveux coupés au carré, Jaena avait les traits fins tirés par un visage curieux. Cette femme là avait un caractère brutal et incendiaire et Stern la comptait parmi ses membres les plus impliqués au sein de la Guilde. Fréquemment, elle se proposait pour aller observer l'influence des fidèles sur le peuple elfe, et elle connaissait Archéus comme sa poche. Stern croisa ses mains et les observa tous les deux avant de déclarer d'une voix parfaitement calme et assurée :

– Je me dirige en ce moment vers Archéus afin d'enquêter sur la menace des fidèles du Vindictus. On dit que leur ampleur sur le peuple elfe grandit de jour en jour, et que certains des hauts dignitaires trempent dans cette religion malveillante. J'ai plusieurs questions à vous poser, notamment à toi Jaena, puisque je sais que tu arpentes souvent les Forêts Froides. Tu as sans doute remarqué plusieurs choses…

L'interessée hocha doucement la tête, alors que Larens suivait la conversation avec attention. Stern avait vu juste. Elle commença :

– As-tu eu vent de leur nombre ?

– Oui. 50 000 à l'heure actuelle.

Larens manqua de s'étrangler de surprise alors que Stern haussa simplement les sourcils, impassible. C'était une nouvelle difficile à encaisser, et bien plus grave que ce qu'elle pensait. Les fidèles  allaient vite, bien trop vite. L'assassin reprit, toujours aussi posément :

– Qu'as tu appris d'autre ?

Jaena semblait réfléchir, et instinctivement, elle lâcha :

– Je crois qu'ils établissent une hiérarchie entre eux. Ils s'attribuent plusieurs rangs, et…

Une nouvelle fois, Stern la coupa :

– Jaena, je ne veux pas de suppositions. Je veux des faits confirmés.

L'assassin se rembrunit un peu et répondit finalement, la voix cassante :

– J'ai surpris une conversation entre deux fidèles. L'un des deux mentionnait l'existence d'un Grand Inquisiteur. C'est comme cela qu'ils l'appellent, mais je n'en sais pas plus.

– Le Grand Inquisiteur ! s'exclama Larens. J'en ai entendu parler lors de ma dernière halte à Archéus. Il s'agit de leur supérieur à tous. Lorsque les fidèles en parlent, ils semblent en avoir peur… et de ce que j'ai appris récemment en interrogeant l'un d'eux, il maîtrise aussi une magie particulière. Rien de connu.

Stern fronça les sourcils et demanda :

– Tu as interrogé un fidèle récemment ? Que t'a-t-il dit d'autre ?

– Rien de plus. Il a parlé d'une magie qu'il ne savait pas utiliser mais que certains fidèles haut placés semblaient maîtriser… Quelque d'effroyable dans les mains du Grand Inquisiteur, qu'il disait...

– Et après ? Qu'as tu fait de lui ?

– Il est mort. En avalant sa langue.

Stern recula un peu dans son fauteuil. Elle réfléchissait intensément à toutes ces révélations. Cette magie dont ils parlaient ne lui disait rien qui vaille. Elle connaissait déjà son existence, par sa mère magicienne qui avait été corrompue des année de cela. Et avant de la tuer, Stern en avait eu un petit aperçu, rien de très effrayant mais la noirceur et le mal qui s'en dégageaient étaient terrifiants. Alors qu'en était-il de la puissance de ce Grand Inquisiteur ? Sa magie était-elle si imensensément puissante ? Stern revit le visage écartelé de douleur et de folie de sa mère avant de mourir. Elle avait été possédée, complètement possédée et illuminée… Alors qu'en était-il de la tête pensante ? Mais les révélations ne s'arrêtèrent pas là et Jaena reprit la parole avec une certaine hésitation. Stern tourna les yeux vers elle, concentrée.

– Mais ce n'est rien en comparé de ce que j'ai découvert il y a quelques jours… Ce Grand Inquisiteur n'est pas le seul danger… il existe des fidèles hauts placés dans la hiérarchie elfe. J'ai finalement mis la main sur l'Inquisiteur en restant à bonne distance… et je l'ai surpris alors qu'il conversait avec la secrétaire générale des deux reines.

Stern se mit à pâlir devant cette annonce. La situation était-elle si grave ? La monarchie elfique était-elle si proche de basculer ? Et les reines à sa tête avaient-elle conscience de tout ce qui se tramait autour d'elle ?

– Il avait une attitude assez inhabituelle de ce que l'on pourrait croire d'un grand supérieur… Et j'ai vu la secrétaire l'intimider en stimulant quelques gestes. Je n'ai pas compris.

Stern elle, comprenait. Elle avait usé de la magie, où du moins elle l'en avait menacé. C'était encore pire que ce qu'elle pensait. Dans quel fourmiller s'était-elle aventurée ? Si cette secrétaire générale était plus puissante que le Grand Inquisiteur, qui était-elle au juste ? L'Inquisiteur était le plus haut placé d'un point de vue religieux, cela avait été confirmé par ses informateurs. Et Stern savait que la magie n'était réellement maîtrisable que par deux catégories de personnes : les inquisiteurs et les hauts-êtres. La secrétaire général… un haut-être ? L'air resta bloqué dans sa poitrine alors qu'elle digérait l'information. La difficulté venait de monter de dix crans. Et surtout, Stern savait que les magiciens du Vindictus étaient réputés pour être effroyablement forts. Comment parviendrait-elle à n'effleurer ne serait-ce qu'un cheveu de ces imposteurs ? Et John était-il mêlé à tout cela ?

La jeune femme était restée muette un moment, ce qui ne tarda pas à inquiéter Larens qui demanda avec hésitation :

– Chef… Le conseil n'a pas été alerté de votre départ. Que comptez-vous faire ?

– Mon travail, dit Stern froidement en se relevant. Je vous remercie tous les deux.

Elle se dirigea vers la porte et enfila sa cape avant de rabattre sa capuche sur son visage. Et alors qu'elle avait la main sur la poignée, elle se tourna vers les deux assassins qui n'avaient pas bougé d'un cil.

– Dans un mois, présentez-vous au siège. Je doublerai votre salaire. Jaena, veille à rester loin d'eux, aucun de nous ne pourrait leur faire face.

La dernière chose qu'elle vit fut leurs visages inquiets, puis elle referma la porte. La nuit venait de tomber. Alors qu'elle marchait vers l'ers jardins, son esprit ne cessait de bouillonner en repensant à tout ce qu'elle venait d'apprendre, et de confirmer. Le danger que représentait l'interrogatoire de l'Inquisiteur ou de cette secrétaire était immense, et il fallait être fou pour se risque à pareille confrontation. Stern n'avait aucune notion en magie et savait que les armes n'y feraient rien. Elle était à la limite de l'abandon. Devait-elle en parlait à John ? Après tout, s'il était des leurs, ces informations ne devraient pas le surprendre. D'un côté s'il comptait vraiment la trahir, il profiterait de l'occasion pour la maîtriser et l'emmener avec lui vers son pire cauchemar. Alors, elle n'hésiterait pas à le tuer. Elle en aurait l'obligation et n'aurait aucun regret. Comme elle n'avait eu aucun regret lorsqu'elle avait fiché une balle dans le coeur de sa mère. Ce fut la main entourant le pommeau de son fusil dissimulé sous sa cape qu'elle arriva dans les jardins du palais. Elle avait aisément évité la garde et s'était glissée dans une allée mal éclairée. Ne lui restait plus qu'à trouver John…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 17:28

- J'ai des choses à faire. Retrouve moi dans les jardins près du palais ce soir, à la tombée de la nuit. Je te confierai là-bas ce que j'aurai appris. Et il faudrait trouver une auberge afin d' y passer la nuit. Je te laisse t'en occuper.

Dit-elle en se relevant brusquement et ne lui laissant même pas le temps de lui répondre. C'était comme si ce qu'il lui avait dit ne l'intéressait tout simplement pas. Certes, ils n'étaient pas venus pour l’agrément mais, quand même, pourquoi tout le temps penser travail ? Même John, qui était un scientifique acharné, arrivait à allier la distraction et le sérieux ... En fait, c'était assez paradoxale comme mélange mais, pourtant, il y arrivait et n'en portait pas plus mal. Il soupira, comprenant qu'il allait passer le reste de la journée seul. En plus de cela, il devait trouver une auberge, un programme qui n'avait vraiment rien de bien réjouissant pour lui. Mais, on ne pouvait pas gagner à tous les coups ! Il prit cependant le soin et le temps de terminer ce qu'il avait commandé et, lorsque la serveuse lui demanda l'addition, il se rappela qu'il n'avait pas un sous sur lui et que Stern, qui avait récupéré leur salaire, n'avait pas pensé à lui donner quelques-uns ... Difficilement donc, il dû se résigner à se séparer d'un objet de valeur, sa chevalière d'étudiant.

Il quitta l'établissement furieux, intérieurement, d'avoir eu besoin de faire un tel sacrifice puis, s'en alla d'un pas forcé à la recherche d'une auberge, n'hésitant pas un instant à bousculer les passants et ponctuer la brutalité donc il faisait preuve de quelques "Dégage ! Pousse-toi ! Hors de mon chemin ! " et de "Bien fait !" lorsque le ou la malheureuse tombait et se faisait mal. Il ne s'arrêtait pas pour parler avec eux et répondre à leurs objections, si ce n'était pour leur dire se taire d'une façon tout à fait grossière. Sa bague d'étudiant, l'un des derniers véritables souvenir de son passé et quelque part, de sa famille. Après le nounours qu'il avait perdu suite à une de ses expériences, c'était cette bague qui n'avait pas non plus trop de valeur mais, qui représentait beaucoup pour lui.

Il fit le tour de la ville, plus pour décolérer qu'autre chose, cherchant tant bien que mal une auberge pas trop fréquentée mais, d'un certain niveau pour éviter les mauvaises surprises. Finalement, il trouva ce qu'il cherchait après de longues heures, lorsque le soleil commençait à décliner. Un aubergiste pas trop à cheval sur les additions qui avait accepté de lui louer une chambre à condition qu'il paye le lendemain. Il fallait reconnaître que les commerçants étaient certes nombreux et diverses ici mais, très méfiants, et trouver un propriétaire d'établissement assez confiant pour ne pas réclamer la somme de suite ne fut pas une tâche aisée.

L'heure qui précéda la nuit noire lui permit de décolérer pleinement mais, surtout, de ruminer, comme à son habitude lorsqu'il n'avait rien d'autre à faire. De réfléchir à propos de tout et de rien mais, plus particulièrement à propos de Stern. Il fallait reconnaître qu'elle occupait pas mal ses pensées. Mais, cette fois-ci, il n'était pas question d'essayer d'anticiper l'avenir mais, plutôt de regarder sur le passé. Un affreux doute le hantait, et si elle était encore en train de le manipuler ? Après tout, la toute première fois, il ne s'en était même pas rendu compte, alors, qu'est-ce qui lui garantissait que tout ceci n'était pas qu'une immense mascarade ? En regardant sur tout ce qu'il s'était passé, il ne voyait rien qui démentait cette thèse mais, il ne voyait rien non plus qui l'accréditait. Quant au motif, il pouvait y en avoir beaucoup mais, aucun d'entre eux ne paraissait crédible. En fait, il avait surtout du mal à croire que la chef des assassins s'intéresse à ce point à sa personne. Au vue de ses fonctions et de ses responsabilités, elle ne pouvait tout simplement pas se permettre cet écart mais, s'il s'agissait de Stern et non pas de la chef des assassins, alors tout devenait possible. Mais, comment en être certain ? Le fait qu'elle l'ait laissé volontairement passer ses barrières était un fait remarquablement fort mais, il ne prouvait rien. Pour le savoir, il n'y aurait donc qu'une seule solution, la confrontation.

Aussi, ce soir là, John s'en alla au point de rendez-vous avec l'idée dans la tête de faire cracher le morceau à Stern, si elle avait dit vrai, elle n'aurait rien à dire de plus mais, si elle avait dit faux, elle chercherait à s'esquiver d'une façon ou d'une autre. Si elle le manipulait encore, c'est qu'elle avait un intérêt. Or, s'il parvenait à faire pression sur elle de façon à compromettre l'intérêt qu'elle comptait en tirer, cela sera suffisant pour la forcer à sortir du sentier qu'elle avait tracé et à se rendre compte d'une éventuelle intrigue de sa part. La menace d'une séparation alors ? Possible mais, étrangement, John n'avait pas le cœur à ça.

- ... Une autre fois !

Se dit-il en reportant finalement toute son opération à un autre soir. Pour l'instant, il devait venir à sa rencontre, dans le lieu de rendez-vous fixé par ses soins. Ce fut une chose qu'il fit, bien évidemment, même s'il eut du mal à la retrouver à l'intérieur des jardins. En fait, il aperçu au fond d'une allée mal éclairée une personne qui lui ressemblait beaucoup et il en conclu qu'il s'agissait de Stern, ne pouvant pas voir correctement son visage à cause de l'obscurité. Mais, sa silhouette et sa tenue vestimentaire laisser supposer qu'il s'agissait d'elle. Il décida de s'approcher dans son dos, uniquement pour la surprendre mais, voilà, il vit une troisième personne arriver. Une femme, là encore mais, à la démarche vive et complètement camouflée dans l'ombre. Cependant, il remarqua très vite qu'elle s'approchait de Stern et que, pire encore, un poignard semblait se tenir à sa ceinture. Le temps faire le lien logique et John se précipita vers elle, bousculant la personne qu'il croyait être Stern pour l'envoyer au sol et, au même moment, envoyant son poing dans le visage de l'agresseur, en y déployant toute sa force. Un assassin en quête d'une potentielle victime ! Il ne lui laissa pas le temps de réagir qu'il enchaîna avec un deuxième au ventre, un troisième encore au visage puis, un coup de pied frontal pour l'envoyer au sol. Ce qui l'interpella, cependant, c'est qu'à l'entendre gémir, on aurait dit une femme. Et en parlant de femme, l'autre personne avait prit la fuite. Cela interpella réellement le scientifique qui se demanda un instant s'il ne faisait pas erreur mais, le combat déjà engagé, il n'était plus question de l'abandonner. Aussi se retourna-t-il vers son adversaire, sourire aux lèvres. Voilà une excellente façon de passer ses nerfs de la journée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 19:47

Stern avançait d'une démarche vive, observant l'environnement autour d'elle. Son visage était parfaitement camouflé par la capuche de sa cape et son regard métallique se fondait dans l'obscurité. En avançant, elle remarqua une personne arrêtée sur le chemin. Une femme, de toute évidence. Et derrière elle, une autre personne fondait sur elle. L'assassin n'eu pas le temps d'arriver à sa hauteur que l'autre femme fut poussée sur le sol alors qu'elle-même se prit un puissant coup de poing en plein visage. Stern chancela avant de retrouver un semblant d'équilibre, complètement interloquée. Qui était donc ce malade au juste ? Et pourquoi s'en prenait-il à elle ? Mais il ne lui laissa pas le temps de poser sa question qu'il lui assena un coup au ventre qui la fit instantanément cracher du sang. Ce fou n'y allait pas de main morte. Après cela, un coup au visage puis au front l'envoya directement au sol. Sa tête bourdonnait et elle avait l'impression qu'on lui avait broyé le crâne. Et d'ailleurs, elle n'entendait plus rien. Elle allait arracher la tête de ce type, purement et simplement. Mais comme tout bon assassin, elle savait qu'elle devait garder la tête froide et ne pas se jeter à corps perdu dans un duel de force. Elle devait être discrète, rusée, et se maîtriser.

En redressant la tête alors qu'elle avait le souffle coupé et le ventre assailli d'une douleur violente, elle vit l'autre personne s'enfuir à toute jambe. Il fallait qu'elle réagisse, et vite. Elle se releva, la main glissée sur le pommeau de sa dague et la sortit d'un geste vif. Elle devait à tout prix éviter d'utiliser son fusil si elle ne voulait pas rameuter la garde. D'un mouvement fluide, elle se jeta sur son agresseur Et tandis qu'elle visait la gorge de sa dague, elle se baissa vivement contre lui pour lui assener un coup de coude dans les côtes, lui coupant temporairement le souffle. D'un même geste, elle lui crocheta les jambes et il tomba lourdement au sol. Mais ce n'était pas fini. Stern ne voyait rien à cause de l'obscurité et de sa tête partiellement assommée. Elle se doutait déjà qu'elle devait avoir de nombreux hématomes au visage, dont l'un qui la gênait fortement au niveau de l'oeil.

D'un calme absolu, elle lui envoya un violent coup de pied dans les testicules avant de murmurer, de mauvaise humeur :

– Tu te fous de moi…

Un nouveau coup, plus fort cette fois-ci. Sa tête la cognait à tout rompre, et elle se sentait véritablement mal. ne restait plus qu'à achever cet impulsif dégénéré. Elle brandit sa dague au dessus de lui et se positionna juste au dessus de sa gorge.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 20:10

Alors qu'il jubilait, l'assassin se releva en vitesse, prenant sa dague en main d'un geste tout aussi rapide et précis. John recula d'un pas, comme pour éviter un éventuel coup de lame mais, elle n'en avait pas décidé ainsi. Elle se jeta sur lui, visant sa gorge et, alors que ce dernier s'apprêtait à esquiver, à défaut de pouvoir se protéger, elle changea de tactique au dernier moment et lui envoya son coude dans les côtés, chose qui eut pour effet de lui couper brusquement la respiration. Dans un même geste, elle le fit tomber en sol à l'aide d'un crochet effectué avec ses jambes. Incapable de respirer et comme paralysé, il ne put esquiver et il s'effondra lourdement sur le sol. Elle ne lui laissa même pas le temps de se relever qu'elle lui envoya un magnifique coup de pied là où il ne fallait pas, avant de murmurer quelque chose d'inaudible puis de recommencer.

Thompson se tenait la bourse, tout en se roulant sur le sol. Il aurait voulu crier mais, impossible, son souffle était coupé. Il avait déjà énormément de mal à respirer alors pour vider des poumons ... Incapable de se défendre correctement, il ne put réagir lorsqu'elle lui glissa la lame sous la gorge, prête à la trancher. Enfin, presque ... Oui, il eut bien un réflexe qui lui sauva la vie, il mordit la main de son adversaire à pleines dents, les enfonçant sans se priver dans sa chair, tout en évacuant la douleur.

Il la relâcha au bout de quelques seconde, avant de lui envoyer son pied dans le ventre pour la faire reculer. Il se releva non sans chanceler, ses bijoux de famille lui faisaient encore très très mal. Même si son adversaire ne pouvait pas voir son visage, elle pouvait le voir bouger. C'est pour cette raison qu'il se mit à danser d'une façon tout à fait bizarre, allant même jusqu'à simuler la marche tout en reculant. Il finit sa danse par une posture victorieuse, un doigt levé vers le ciel et un autre pointé vers le sol. À bien y regarder, c'était ce même caillou qu'il pontait et, son autre doigt n'était autre que levé en la direction de l'assassin. Il donna un coup de pied dans le morceau de roche, et l'envoya droit sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 20:22

A la dernière seconde, son adversaire lui mordit violemment la main jusqu'au sang. Elle se retint de hurler en se mordant les lèvres un peu trop fort. Pas question de faire cette joie à ce malade. A nouveau, il la projeta au sol d'un coup de pied au ventre, mais cette fois Stern se releva vite pour lui faire face. Après tout, elle ne sentait même plus son corps. Et alors qu'elle s'apprêtait à encaisser à nouveau ses coups, il lui fit une chorégraphie franchement stupide et très malvenue. Stern resta sans bouger à l'observer, sans relâcher la pression de sa main autour de sa dague. Elle était prête… mais il lui envoya un caillou en guise de riposte. Une simple démonstration de provocation, parfaitement inefficace en plus de cela. Mais il voulait jouer, alors ils allaient jouer…

L'assassin ne chercha pas à éviter le caillou qui interrompit sa course contre l'une de ses cuisses. Mais Stern n'avait pas lâché l'homme des yeux. Elle sentait ses paupière s'alourdir au fil des secondes, mais ignora délibérément le malaise qui risquait de la submerger à tout moment. Alors, au lieu de riposter et de l'attaquer comme il le souhaitait sûrement, la jeune femme tourna simplement les talons et commença à s'éloigner de lui. Néanmmoins, elle gardait sa dague serrée dans sa main à s'y imprimer les doigts, alors que l'autre poing était prêt à recevoir son adversaire. De plus, même s'il était à présent dans son dos, elle pourrait entendre son souffle s'il tentait quelque chose et ainsi, esquiver son attaque. Restait plus qu'à savoir ce que cet imbécile comptait faire...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 20:33

John s'immobilisa, la mine déçue et triste. Elle n'avait même pas cherché à esquiver, elle avait simplement laissé le caillou la heurter à la cuisse et lui avait aussitôt tourné les talons, pour s'en aller. Il la regardait faire, désormais tout sourire, la suivant des yeux. C'était déjà terminé ? Non, c'était bien trop tôt pour cela ! Il attendit qu'elle soit assez loin pour prendre son arc en main et y bander une flèche, avant de tirer la corde. Un magnifique arc à poulies, renforcé pour plus de rigidité et donc de puissance, des flèches plus aérodynamiques pour une meilleure pénétration dans l'air et le tout propulsé par deux poulies et un fin cordage de métal. Fait remarquable cependant, la flèche ne se terminait pas par une pointe mais par une minuscule boule. Plus pratique de faire mal que de transpercer.

Il visa son dos, entre les omoplates, puis, il décocha la flèche, avant de se mettre à rire à gorge déployée puis de se précipiter vers elle, le pas joyeux. Il l'avait atteint, et un bruit très significatif c'était fait entendre. Profitant de son souffle coupée, il lui donna un coup d'arc dans le dos, avant de passer son bras autour de son cou et de le bloquer avec son autre bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 20:46

Stern s'était attendue à ce qu'il se jette sur elle, d'un côté ou de l'autre, dans son dos aussi... Mais il venait de lui projeter ce qui ressemblait à une balle entre les omoplates, la surprenant tant la douleur fut intense. Elle ne l'avait pas transpercé... Non, cette invention n'avait été produite que pour infliger un maximum de douleur possible. La jeune femme ne parvint pas à parler, et elle avait l'impression que son dos se déchirait en deux. Elle n'arrivait même pas à se retourner tant la souffrance lui paralysait la colonne vertebrale.

L'homme s'était mis à rire à gorge déployé, stupidement, affreusement aussi. Et Stern comprit alors son réel but : il cherchait juste à s'amuser. Il prenait son temps, faisait l'idiot... non, il ne tentait pas de le tuer, mais juste de la faire souffrir. L'assassin entendit des bruits de pas derrière elle et bientôt, la douleur se renforca encore dans son dos. Il venait de lui donner un nouveau coup au même endroit. Dans la seconde qui suivit, des larmes jaillirent de ses yeux mais elle se tordit la bouche pour refuser d'hurler.

D'ailleurs, il n'en avait toujours pas fini puisqu'il passa un bras autour de sa gorge avant de serrer. Mais si elle ne pouvait pas utiliser son buste comme elle le voulait, elle avait au moins encore l'usage de ses jambes. Et Stern envoya un coup de pied arrière, encore une fois dans le trésor de tout homme. Il lui retenait le cou mais elle arriva avec difficulté à baisser un peu la tête pour lui mordre violemment le bras, jusqu'à ce qui la lâche.

Elle profita de l'instant pour abattre sa dague là où elle pouvait l'atteindre et lui lacéra le ventre d'un coup sec et expert en se tordant le bras. Elle ne savait pas si elle avait réussi à transpercer son vêtement mais s'il n'avait pas comprit pour lui qu'il valait mieux qu'il la lâche, c'était tant pis pour lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 21:00

Elle n'avait pas encore dit son dernier mot et le coup de pied qu'elle venait de lui remettre encore une fois là où il ne fallait le lui fit bien comprendre. Il se figea brutalement, desserrant quelque peu son emprise et cessant de rire. Elle le mordit aussitôt bras, si fort que la douleur finit par le faire réagir et lâcher prise. Il tenta de se relever mais, il ne le put qu'à moitié car, son adversaire, d'un geste rapide et précis, lui avait envoyé sa dague. Elle avait perforé tout son vêtement, dessinant une longue entaille légèrement courbée mais, elle avait également pénétré sa chair, bien que légèrement mais, il s'agissait d'une longue blessure quand même et, la douleur était là.

Il se crispa, contracté tous les muscles de son torse par réflexe. Elle usait de tactique déloyale avec lui, il ne l'avait pas blessé ! Il était appuyé contre le sol, un bras replié contre sa poitrine pour comprimer la blessure. Il reprenait son souffle tant bien que mal. Il finit par se redresser, difficilement là encore mais, sans la moindre agressivité. Il se tourna vers l'assassin, avant de s'approcher d'elle et de la dépasser tout simplement, bien qu'en lui mettant une tape sur le derrière. Il revint cependant aussitôt à la charge, faisant un demi-tour serré pour la prendre par le dos. Il posa ses deux mains sur son dos, et la poussa tout simplement dans un buisson. Il défit ensuite le haut de son pantalon, écartant les jambes comme s'il s'apprêtait à se soulager ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 21:16

Stern avait sentit son adversaire se contracter contre elle, signe qu'elle l'avait touché. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Enfin, il allait peut-être cesser de rire pour se concentrer sur la situation. Stern se retourna et le vit sur le sol, il comprimait son ventre avec son bras. Voilà qui était une bonne chose : elle l'avait bien amoché. Mais elle ne baissa pour autant pas sa garde lorsqu'il se releva et passa à côté d'elle avant de... la fesser. Mais Stern avait vu clair dans son jeu et comprenait qu'il était en train de répéter le même scénario que sa petite danse loufoque. Il voulait attirer son attention et la provoquer encore une fois, tout simplement.

Elle l'ignora, mais ne put contrer sa force lorsqu'il revint vers elle pour l'attraper et la pousser dans un buisson. L'assassin se réceptionna assez facilement et entendit un bruit de vêtement. En tournant les yeux vers l'homme, elle remarqua qu'il avait baissé le haut de son pantalon. Elle resta étonnée un instant avant de se murmurer à elle-même :

– Ce type devient gonflant.

Alors que ce crétin vaquait à ses occupations (elle les ignorait délibéremment d'ailleurs), Stern se glissa dans les fourrés, hors de vue. Finalement, elle ressortit d'un buisson par derrière, un peu éloigné du fou et se glissa sur un autre chemin, un peu mieux éclairé cette fois-ci. Mais malheureusement, elle entendit des bruits de pas derrière elle. Il l'avait suivie. Après un soupir d'agacement, l'assassin se retourna pour faire face à un visage qu'elle connaissait. Les lumières éclairaient parfaitement ses traits et Stern ne cru pas une seconde à la supercherie. La surprise était telle qu'elle aurait presque pu en tomber à la renverse.

– John ?

Mais que faisait-il là ? La jeune femme comprenait qu'il s'agissait bien de son agresseur. Mais l'avait-il attaquée intentionnellement ? Elle n'y comprenait plus rien, et baissa les yeux sur les blessures de l'homme. Rien de très attrayant, et elle ne devait pas avoir meilleure mine. L'avait-il prise pour une autre ? Ou était-ce une attaque purement intentionnelle, un piège qu'il lui avait tendu et qui confirmerait ses soupçons ? La jeune femme ne bougea pas et se contenta de l'observer, sans comprendre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 21:25

- Aaaaaaah ...

Soupirait John en se libérant. Voilà qui eut le mérite de lui remettre tout l'appareil en place, même si cela avait fait très mal au début et qu'il avait dû forcer pour permettre le passage. Il avait complètement oublié son adversaire qui s'était d'ailleurs enfuie comme une Elfe, c'est à dire, sans même qu'il ne s'en rende compte. Une vraie fouine cette femme ... Quoi qu'il en soit, elle venait de mettre fin au combat, Taliaferro pouvait maintenant s'en aller chercher Stern, qui s'était enfuie au tout début, et en savoir plus sur les raisons de son geste.

Il la retrouva d'ailleurs bien, à son grand étonnement et, lorsqu'elle se retourna, il ouvrit grand les yeux, s'arrêtant dans sa course sans vraiment y croire. Mais ... C'était elle ! Il n'en revenait pas, c'était elle, Stern, la vraie, qu'il avait agressé sans l'avoir reconnu ! Mais, alors, qui était l'autre femme ? Aurait-il pu se leurrer à ce point ? Visiblement oui. D'abord choqué, il finit par afficher un large sourire lorsqu'elle l'appela par son prénom.

- Et ouais c'est Johnny ! Et toi, c'est bien Stern ?

Lui dit-il en rigolant. Cela le faisait rire mais, pourtant, la situation n'avait rien de marrante, il s'en était prit à elle et réciproquement.

- Je peux savoir ce que tu fichais dans l'ombre ? Je t'ai pris pour autre chose ... Je t'ai même confondu avec quelqu'un d'autre. Il la dévisagea de haut en bas. Et je ne t'ai pas raté visiblement. Une chance que te sois partie à temps, j'aurai pu te parfumer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 21:33

John confirma rapidement ses dires avec un immense sourire et un rire. Stern, elle, ne riait pas. Méfiante, elle l'écouta attentivement lorsqu'il lui annonca qu'il s'était trompée sur son identité et qu'il l'avait prise pour une autre. Pour autant, elle n'était pas vraiment rassurée ni convaincue par ses propos. Et encore moins pas ce rire démesuré. Non, il ne l'avait pas raté, et elle non plus... Pour autant, elle ne comptait pas baisser sa garde si facilement. D'abord parce que rien ne lui prouvait qu'il n'avait pas tenté de l'assassiner réellement en connaissant parfaitement son identité et ensuite parce qu'elle n'avait jamais été tendre lorsqu'il s'agissait de s'appitoyer sur le sort des gens. A cet instant, elle se moquait d'ailleurs bien de ses propres blessures.

Tendue, elle avait placé la main sur son fusil dissimulé sous sa cape. Elle devait se tenir prête. Alors, elle répondit d'une voix froide, dénuée de la moindre émotion :

– Tu aurais surtout pu m'assassiner. A moins que tu ne l'aies voulu.

La douleur physique la rappelait sérieusement à l'ordre mais Stern tenta de ne pas bouger, même si son dos la faisait atrocément souffrir. Elle ne savait même pas par quel miracle elle parvenait encore à se tenir droite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 21:41

– Tu aurais surtout pu m'assassiner. A moins que tu ne l'aies voulu.

Avait-elle dit sèchement tout en mettant discrètement la main à sa ceinture. Pour John, c'était clair, elle se préparait au pire et, au delà de l'insulte, c'était un affront. Comment pouvait-elle lui prêter de pareilles arrières pensées ? Il fronçait les sourcils, mécontent de son raisonnement.

- Alors on est là ? Tu m'accuses d'avoir voulu te tuer ?!

Lui répondit-il sur le même ton. En plus de cela, elle remettait directement sa parole en question. À moins qu'elle cherchait un prétexte ? Si ça n'en tenait qu'à cela, elle n'était pas obligée pas d'en faire autant.

- Ça va, ça va, j'ai compris le message.

Lui dit-il avant de tourner les talons et de s'en aller, plus en proie à la colère qu'à la véritable peine. En fait c'était ça, elle s'était moquée de lui, tout simplement. Encore si elle aurait voulu se servir de lui mais, ce n'était même pas le cas, elle l'avait prit en dérision. L'accuser de vouloir la tuer alors qu'il avait ça justement parce qu'il avait cru la protéger ... Quelle amère déception. Il le savait, voilà ce que ça lui ramenait de se laisser aller, de la désillusion et rien de plus. Elle n'était même pas capable de le croire quand il lui disait qu'il s'était trompé et pire même, elle en était allée jusqu'à mettre la main à son arme, comme s'il s'agissait d'un criminel assoiffé de sang qui ne voulait que ça, l'assassiner. En fait, elle lui avait menti, elle ne le voyait pas bien différemment que les autres, toujours les apparences, toujours les préjugés et les ressentis ...

John, amer, s'écarta aussi loin qu'il le pouvait, jusqu'à rejoindre la sortie du jardin, sans s'être arrêté ou sans s'être retourné. Si au moins elle avait eu la décence de le lui dire clairement au lieu de prendre de pareils airs ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Jeu 26 Sep - 21:59

Visiblement, John n'appréciait pas son comportement et s'il disait vrai, elle pouvait parfaitement le comprendre. Mais à l'heure qu'il était, elle voyait des ennemis partout et ce qu'elle voyait par dessus tout, c'était sa propre mort se profiler à Archéus. Et sa réponse confirma ses doutes : il était parfaitement innocent et n'avait rien avoir avec tout ça. D'un coup, elle relâcha le pommeau de son arme et se détendit. S'il avait été un fidèle, il aurait profité de ce moment de doute pour se jeter sur elle et l'achever. Mais au lieu de cela, John était devenu glacial, et ses mots le furent tout autant. Il avait perdue toute sa dérision et son humour et son sérieux affecta soudain la jeune femme, qui s'en voulait déjà. Ce qu'elle craignait se produisit et sans un mot de plus, il tourna les talons.

Elle l'observa s'enfoncer dans l'obscurité et sans se poser de questions, elle s'y engouffra à sa suite. Rapidement, elle lui emboita le pas et arriva à sa hauteur. La jeune femme le saisit par le bras de sorte à ce qu'il s'arrête, et déclara doucement :

– Excuse-moi. Tout ce que j'ai appris tout à l'heure m'a effrayée et je ne vois rien d'autre que mes ennemis.

Stern prit une profonde inspiration et l'observa sans ciller. Toute sa méfiance avait disparu et elle n'avait désormais plus qu'une envie : qu'il tire un trait sur tout cela, comme elle le ferait. Ses yeux se baissèrent sur la blessure qu'il avait au ventre et elle l'effleura doucement du bout des doigts. Aveuglée. C'est tout ce qu'elle était.

– Il y a quelques années, ma mère s'est enfuie et a rejoint la religion du Vindictus. Lorsque je l'ai retrouvée, elle était devenue folle et complètement possédée par cette croyance qui la détruisait au fil des jours. C'est à peine si elle m'a reconnu... j'ai vu les dégâts qu'il a causé...

Elle perdit en assurance mais ne lâcha pourtant pas le bras de John. Elle s'y raccrochait même. Tout cela était stupide... Ne plus savoir dissocier un allié d'un ennemi. Elle fixait la tenue de John sans réellement la voir. La gorge nouée, elle poursuivit :

– Je ne vois plus rien. Je ne veux pas avoir à refaire ça... Trop de personnes sont parties pour cette horreur.

La jeune femme en avait oublié ses blessures physiques. A présent, la douleur était mentale. Son père, qui s'était battu toute sa vie alors que les prémices de la religion s'installaient, oubliant sa fille et consacrant leur deux vies à la destruction. Sa mère, qu'elle avait du tuer pour apaiser ses souffrances psychologiques... Et à présent, elle suspectait même John, qu'elle avait rencontré par hasard et qui s'était proposé d'emblée pour l'accompagner quitte à y perdre la vie. Elle était stupide, complètement stupide...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Ven 27 Sep - 20:15

John s'était bel et bien arrêté et il n'avait pas cherché à retirer son bras. Cependant, il regardait toujours devant lui, écoutant certes ce que Stern avait à lui dire mais, sans pour autant lui prêter vraiment attention. Elle était désolée et, à l'entendre, elle s'était embrouillée au point de le croire capable de la tuer ou pire encore, d'être mêlé à une sombre affaires visant à profiter de sa faiblesse pour l'éliminer. Cela n'avait absolument aucun sens dans la mesure où la probabilité que ce soit vrai était quasi inexistante. Elle en vint alors à sa mère d'une façon assez évasive, un peu affolée, mentionnant le fait que le culte du Vindictus l'aurait rendu folle et qu'elle aurait causé beaucoup de dégâts autour d'elle et à sa fille en première. La suite sous-entendait clairement que tout ceci avait mal finit et qu'elle ne voulait pas que cela se reproduise avec lui. C'est vrai que vous cet angle là, ceci expliquait cela mais, à la base, tout partait d'une arrière pensée. Mais là encore, cela serait dû à ce qu'elle avait apprit et qui l'aurait complètement retourné. Des révélations sur le culte ? Si Stern en était perturbée au point de voir le mal partout, c'est que ça devait être grave, très grave ... Mais bon, était-ce une raison pour l'excuser ? Thompson se retourna vers elle.

- Voilà qui explique pourquoi je n'ai eu de toi que de la froideur et de la distance depuis que l'on a quitté le mont Albus. Depuis le début tu me croyais trempé dans une affaire, complice de ces fanatiques uniquement pour te nuire, pendant que moi j'étais en train de me soucier de toi et de ce qu'il pourrait advenir par la suite.

Il avait la voix basse, le ton nerveux, accusateur même. Du sérieux, trop de sérieux. Finalement, il planta son regard dans celui de Stern, laissant entrevoir toute la froideur de sa colère, interne, avant de l'attraper et de la serrer contre fort contre lui, passant ses bras et ses mains dans son dos et sa chevelure, d'une façon pour le moins vive, comme pour s'imprégner pleinement de son être. Il ne se croyait pas lui-même, pour commencer. Finalement, il attrapa le visage de Stern entre ses deux mains et l'embrassa langoureusement.

- Excuse moi. Lui répondit-il sur le même ton et entre deux baisers, avant de décoller pleinement ses lèvres pour reprendre une attitude plus sérieuse. Qu'as-tu appris au sujet des fidèles ?

Même si ce simple contact avait fait renaître un profond désir en lui, de la mauvaise foi nocturne, et que le jardin présent, ainsi que l'heure, représentaient un cadre tout à fait idéal pour une réconciliation à l'amiable, il y avait plus important encore. Il voulait savoir ce qui l'avait mit dans cet état, cette chose si capitale qu'elle avait apprit au sujet des fidèles et que si serait susceptible de lui faire faire un bond dans ses recherches, qui savait après tout ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Ven 27 Sep - 22:31

John l'observait le visage froid, impassible. Et ces mots le furent tout autant. L'assassin n'avait pas eu l'impression de s'être montrée distante et froide lors de leur traversée du désert, et cette révélation qu'il lui faisait la gifla de plein fouet. S'était-elle comportée ainsi pendant des jours entiers sans s'en aperçevoir ? Alors, peut-être avait-il raison… elle méritait sans doute qu'il tire un trait sur tout cela et qu'il la laisse continuer seule. Après tout, si elle ne lui faisait même pas confiance, pourquoi accepter de lui faire prendre ce risque ? Mais elle le croyait. Entièrement. Et le ton qu'il employait pour le lui faire comprendre ne pouvait pas laisser de doute. Il l'accusait, clairement, et il avait parfaitement raison. En fait, Stern ne l'avait sûrement jamais vu aussi sérieux et aussi glacial dans son attitude.

Pourtant, il mit fin à cette tension rapidement en la serrant fortement contre lui. Stern fut soudain rassurée et s'accrocha à lui, tentant d'oublier les réprimandes qu'elle venait de lui faire sans aucune raison. Elle n'avait pas réfléchi et ces derniers temps, elle avait bien conscience de se laisser trop facilement aveugler par la peur et les soupçons. Mais de là à accuser John alors qu'il n'avait commis aucun écart depuis leur rencontre, alors qu'il n'avait laissé aucun indice suspect… elle avait fait fort et le regrettait amèrement. Contre son torse, tout allait mieux et elle se détendit un peu. Essayait-il de la comprendre ? Il prit sa tête entre ses mains et l'embrassa. Stern se raccrocha à ses lèvres, comme si elle souhaitait faire passer ses excuses dans ce baiser de la façon la plus douce qui soit.

Il s'excusa à sa place, chose qu'elle ne comprit pas vraiment mais ne dit rien. Son sérieux retrouvé, Stern eu encore des doutes quant à ce qu'il pensait encore de son attitude. Il lui en voulait, c'était certain. Alors, il lui posa la question qu'elle n'attendait pas vraiment et à laquelle elle ne voulait pas spécialement penser. Elle fixa John avant de déclarer d'une voix neutre :

– Leur nombre s'est considérablement multiplié. Cinquante mille fidèles au total. Mais c'est loin d'être l'information capitale que je voulais…

Elle s'arrêta un moment et repensa à l'horreur qui les attendait. Stern ne savait pas comment lui annoncer que la situation dans laquelle ils venaient de se placer était un réel pétrin et qu'ils n'avaient aucune chance de faire face à un haut-être, ni même à un Inquisiteur apparemment surpuissant. Elle reprit, avec un peu moins d'assurance et la voix troublée :

– Ils sont sous l'autorité d'un puissant mage qu'ils appellent le Grand Inquisiteur et qui maîtrise une magie noire dévastatrice liée au démon… Et si ce n'était que ça… Mais il semblerait que des elfes très haut placés soient impliqués dans la religion. Parmi eux, la secrétaire générale des deux reines elfes… et d'après un informateur, elle serait encore plus puissante que le Grand Inquisiteur.

Stern prit l'une des mains de John et la serra dans la sienne tout en la fixant. Instinctivement, ses yeux dévièrent vers l'avant bras de Joh qu'elle avait mordu et sa propre main. D'un coup, elle se rappela de leurs blessures mutuelles et même si elle n'y pensait plus, elle sentait son corps endolori. Alors, elle ne laissa pas le temps à John de répondre et le saisit par le bras pour l'entraîner à l'extérieur des jardins plongés à présent dans un noir total. Doucement, elle lui glissa :

– J'aimerais aller à l'auberge. Vu nos états, nous devrions nous reposer. Et je dois m'occuper de ton ventre, je suis désolée, mais j'ai vraiment cru que tu voulais me tuer…

Et ils se dirigèrent vers l'auberge qu'avait localisé John plus tôt dans la journée. Une fois qu'ils eurent gagné une pièce qui leur été réservée, Stern s'arrêta d'un coup et se tourna vers lui, le visage incertain et distant :

– Tu sais, rien ne t'oblige à venir avec moi. Tout cela est un pur suicide et je ne veux pas t'entraîner dans cette histoire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Ven 27 Sep - 22:56

Plus de cinquante mille fidèles ?! John n'en revenait tout simplement pas, et dire que lorsqu'il avait quitté Archeus, ils n'étaient qu'une poignée. C'était beaucoup plus grave que ce qu'il ne pensait et il commençait à comprendre l'embarras des deux reines vis à vis de la situations. Sur une population totale de près de trois cent mille habitants, les fidèles avaient quand même une bonne part. Il écoutait Stern attentivement, en silence mais, la suite ne le rassura guère. Un grand inquisiteur aux pouvoirs démesurément grands seraient à la têtes des inquisiteurs, eux-même à la tête des fidèles ? Difficile à imaginer, et encore plus lorsqu'elle l'informa que la secrétaire générale n'était autre que l'une des leurs et qu'elle était encore plus forte. Au début, il doutait de la fiabilité de ses sources mais, à bien y réfléchir, rien n'était impossible. Après tout, si les inquisiteurs se faisaient passer merveilleusement bien pour des saints alors qu'ils étaient des diables, qu'en serait-il pour la secrétaire générale ? D'autant plus qu'elle ne semblait pas directement mouillée mais, supérieure, à en juger les dires de Stern. D'ailleurs, comment comptait-elle faire parler ces personnes si elles n'était même pas en mesure de contrer leurs pouvoirs ?

Finalement, elle attrapa sa main, observant aussi bien sa blessure que la sienne, et lui proposa de retourner à l'auberge, tout en s'excusant. Voilà qui fit sourire le scientifique, même si ses idées étaient encore tournées vers les fidèles. Il accepta et l'accompagna jusqu'à l'établissement, discrètement, où ils purent regagner la case qu'il avait loué. John s'installa sur le lit, se lâchant tout simplement dessus, il était fatigué et encore sonné par les révélations.

- Tu sais, rien ne t'oblige à venir avec moi. Tout cela est un pur suicide et je ne veux pas t'entraîner dans cette histoire.

Il se mit à rire, se rasseyant sur le bord du lit tout en jetant un regard amusé à Stern. Elle avait peur pour lui ? Comme c'était touchant, et dire qu'il avait eut des arrières pensées ... Mais autant avait-elle peur pour lui, autant l'inverse était aussi vrai. Laisser la chef des assassins s'aventurer seule là-bas ? Et pourquoi pas un cheval volant ? Quant au suicide, elle ne croyait pas si bien dire mais, cela ne la concernait pas encore.

- Je viendrai, que tu le veuilles ou non. Quant à tes cibles, as-tu entendu parler du cube d'Amaranthe, dans les jardins d'émeraudes de la capitale Elfique ?

Et à en juger par son expression, probablement non. Taliaferro se releva, s'en allant chercher de quoi rapidement soigner sa plaie. Un peu d'eau, de quoi stériliser puis bander et le tour était joué, elle n'était pas trop profonde. Il fit de même avec la main de Stern qu'il avait mordu sans la moindre retenue ... Et il avait aimé. Mais ça, il ne fallait pas le dire.

- C'est un bloc de granit noir parfaitement bien taillé et gravé de nombreuses instructions mathématiques. Un code que personne n'a résolu, exceptée Amaranthe. Le problème, c'est qu'elle a disparue du jour au lendemain et qu'elle a emporté son secret avec elle. Pour en revenir à la pierre, elle dégage une quantité d'énergie hallucinante, bienfaitrice cependant. L'une des nombreuses théories suppose qu'il s'agit d'un effet secondaire et que le cube est à l'origine destiné à autre chose qu'à émaner cette énergie. Cependant, si énergie il y a, et qu'elle est bienfaitrice, c'est qu'elle appartient à l'origine positive. Bien que la neutre et la positive ne soient pas incompatibles, il arrive souvent que leurs dérivés s'auto-annulent. Je pense que si fidèle il y a, c'est qu'il s'agit de magie neutre et il y a de fortes chances que le cube parviennent à neutraliser ses pouvoirs. Pas dans sa base mais dans son utilisation. Maintenant, ce n'est qu'une supposition.

Une supposition qui reposait en bonne partie sur les recherches qu'il avait effectué. Mais, rien ne garantissait, à l'heure actuelle, que sa théorie était vraie, cela serait donc un bon moyen de la mettre à l'épreuve, même si suicidaire. Il posa ses deux mains sur les épaules de Stern, redressant un peu son habit.

- Une supposition que je devrais tester sur le terrain ... Et une supposition ... Qui en amène une autre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Sam 28 Sep - 12:16

John s'était mis à rire, sans qu'elle comprenne vraiment pourquoi. Etait-ce si stupide de sa part que de l'informer du danger et de lui demander de penser à lui avant de s'impliquer dans un problème qu'elle avait elle-même déclenché ? Elle l'observa tandis qui la regardait avec amusement. De l'amusement qui cachait en réalité une parole tout à fait sérieuse. Il voulait l'accompagner et il ne lui laissait pas le choix à ce sujet. Stern ne dit rien et se contenta de le fixer. Que pouvait-elle dire ? Le remercier était inutile et le savoir ses côtés était un soutien inespéré qu'elle lui rendrait un jour.

Mais il lui parla de ce qui devait être un objet, le "cube d'Amarante" qui se trouvait à Archéus. Stern n'en avait jamais entendu parler et elle attendit les explications de John. Mais il n'en fit rien et se préoccupa de soigner sa blessure ainsi que la mail de la jeune femme. Puis, les explications vinrent, complexes et déroutantes. Il lui parla d'un bloc en granit apparemment couvert de ce qui pouvait ressembler à des runes. Mais qui était Amaranthe ? A part la créatrice de cet ouvrage, visiblement ? Stern comprit à peu près là où il voulait en venir mais il était très certainement bien mieux placé qu'elle pour parler magie. Elle ne s'y était jamais intéressée et surtout, n'avait jamais eu les moyens pour. Cela l'effrayait mais si John avait déjà eu l'occasion de l'étudier, il devait sûrement avoir raison. Mais de toute évidence, ils en discuteraient demain, lorsqu'ils se seraient reposés. Ils avaient tout le temps pour cela.

Finalement il s'approcha d'elle et la prit par les épaules. Elle hocha un sourcil à l'entente de ses derniers mots. Une supposition qui en amenait une autre ? Que voulait-il dire ? Mais elle cru comprendre ce qu'il entendait par là lorsqu'il l'embrassa dans le cou. Stern sourit à sa remarque.

– En effet, c'est préférable…

Son corps était épuisé et elle avait besoin de repos, même si John avait sans cesse le don d'éveiller son esprit à autre chose. Elle le regarda s'installer sur un fauteuil, emmitouflé d'une couverture et se laissa elle-même tomber sur le lit, sans avoir pris la peine de retirer ses vêtements tant elle était épuisée. Et elle eu juste le temps de murmurer, les yeux clos :

– Ne sois pas ridicule… avant de tomber dans le sommeil.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Sam 28 Sep - 13:26

- Ne sois pas ridicule …

S'était-elle contentée de lui souffler avant de s'endormir sur le lit. Elle s'était tout simplement laissée tomber dessus, elle devait être très fatiguée. Thompson l'était aussi et même si sa couche était inconfortable, il fallait qu'il essaie de fermer l'oeil ... Ou pas. En effet, pour lui, et comme depuis très longtemps, la nuit n'était pas signe de repos mais, au contraire, de tourmentes. Il ne se souvenait plus du jour précis où tout cela avait commencé, c'était venu progressivement. À vrai dire, il ne savait même plus ce que ça voulait dire que de "passer une bonne nuit". Pour lui, c'était un mythe, une légende. La vérité, c'était que la nuit n'avait rien de réconfortant et essayer de dormir reviendrait à s'aventurer dans ses ténèbres. C'était un risque qu'il ne voulait pas prendre et aussi s'efforçait-il de ne pas fermer l'oeil, même si parfois il devait utiliser quelques remèdes pour cela. Mais ne pas dormir ne faisait pas tout, il ne devait pas non plus réfléchir, enfin, ne pas se perdre dans ses souvenirs. En effet, se plonger dans ses souvenirs reviendrait à se poser des questions et, à trop se poser de questions, sa lourde conscience, qu'il essayait de noyer au plus profond de son être, reviendrait le juger. Ce n'était d'ailleurs pas un cas spécifique à la nuit, dès qu'il avait une inattention, elle en profitait mais, ce phénomène s'accentuait particulièrement à ce moment. Pour remédier à cela, il fallait se distraire le plus possible et c'est aussi pour cette raison qu'il passait le plus clair de son temps à analyser son environnement, s’intéresser à tout et réfléchir sans cesse au sujet de problèmes particulièrement prenants. Quelque part, c'était la science qui l'aidait à survivre même si cet état d'alerte constant l'épuisait profondément.

Cette nuit là donc, il ne trouva pas le sommeil et refusa de le trouver. Il fut cependant très agité, se tournant et se retournant sans cesse sur son fauteuil pour ne pas s'endormir. Il se leva même au bout d'un moment, s'en allant faire les cent pas dans la pièce, s'arrêtant parfois à la fenêtre pour prendre une bouffée d'air frais. Peut-être deux ou trois heures s'étaient écoulées depuis. L'avantage chez lui, c'est qu'il pouvait lire, écrire, travailler dans son laboratoire, expérimenter, entretenir les lieux, bref, les occupations ne manquaient pas. Ici, il n'avait pratiquement rien à faire, il devait se contenter réfléchir, encore et encore, jusqu'à en avoir mal à la tête. Fort heureusement, il n'était pas tout seul et Ikarus ne se lassait pas de philosopher avec lui ... Avec ses mots bien sûr. Ses deux autres personnalités se faisaient silencieuses par contre, ces histoires ne les intéressaient pas.

Il tournait donc en rond pendant plusieurs heures, jusqu'à ce que son regard finisse par se poser sur Stern. Elle dormait, peut-être pas paisiblement mais, elle dormait quand même. Ses idées dévièrent alors vers elle, nouveau sujet de réflexion mais, cela ne dura pas très longtemps, car il en arriva rapidement à conclure qu'il ne fallait pas se casser la tête la dessus. Les choses seraient ce qu'elles seraient et chercher à les anticiper ne ferait que les compromettre. Il n'en pouvait plus et la nuit n'était qu'à sa moitié. En fin de compte, il n'échappait pas à son supplice, il le subissait simplement d'une autre façon. Il s'immobilisa, observant Stern. Il resta un moment ainsi, à réfléchir encore un peu, puis, un sourire se dessina sur son visage. Et pourquoi ne pas contrecarrer ses plans ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Sam 28 Sep - 17:44


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Sam 28 Sep - 21:26

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Lun 30 Sep - 19:45


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Mer 2 Oct - 13:07

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   Dim 6 Oct - 21:18


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre deux royaumes [ft. John]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre deux royaumes [ft. John]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Discution entre deux Gryffondor [pv : Judicaelle]
» conflit entre deux [PV WildStorm] [Dé]
» Retrouvailles entre deux amis [ PV: Josh ]
» Pique nique entre deux chemins...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Contrées d'Or :: Elildinar la riche-