AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Jyel Elehnuun

Sorcière elfe

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 18/07/2013

Fiche personnage
Métier: Inquisitrice
Allégeance: au Vindictus
Classe: Sorcière
MessageSujet: La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )   Ven 6 Sep - 16:07


« C'est pourtant simple Jyel. Tu y vas, tu règle le problème Mahcav et tu rentre. Il n'y a rien de compliqué là dedans. »

« Seriez-vous ironique, Rey ? Vous m'envoyez à l'abattoir, purement et simplement. »

Les échanges des deux inquisiteurs se faisaient de plus en plus hostiles et agressifs. La conversation avait débutée normalement, mais le ton était rapidement monté entre les deux antagonistes. Jyel s'évertuait à lui expliquer que la mission qu'on lui donnait, correspondait simplement à un suicide. Encore une fois, on voulait la mettre à l'épreuve. N'avait-elle pas déjà fait beaucoup pour prouver sa foi ? L'inquisitrice prenait beaucoup de risque pour le Culte, pour le Vindictus. Manipulations. Infiltrations. Empoisonnements. Et maintenant, meurtre. C'en était presque trop. On lui donnait le sale boulot. Celui que personne ne veut faire en toute connaissance de cause, elle en avait grandement conscience. Je ne suis qu'un pion. Rien qu'un pion qu'ils déplacent à leur guise.

« Il ne t'a jamais vu, tu ne cours aucun risque avec lui. Si tout se passe bien, tu ne seras pas découverte. »

« Vous savez aussi bien que moi qu'il peut me reconnaître. Vous même le sentez, lorsque vous êtes en présence d'un autre inquisiteur ! »

Jyel se détourna violemment et traversa le couloir à pas vifs. L’énervement transparaissait  clairement dans son attitude. Rey la héla, mais elle ne se détourna pas, les poings serrés pour évacuer son animosité. En tournant, à l'angle du couloir, elle l'entendit une dernière fois, avant que lui même ne retourne tranquillement vaquer à ses occupations habituelles.

« Tu n'as pas le choix. Les ordres viennent du Grand Inquisiteur. »

L'inquisitrice s'arrêta sur le coup et se retourna, s'apprêtant à apostropher un Rey absent. Lentement, elle détendit ses mains. Qu'allait-il se passer maintenant ? Si elle refusait la mission, elle serait exécutée. Si elle l'acceptait, elle finirait sûrement de la même façon. Mais on ne discute pas les ordres du Grand Inquisiteur, songea-t-elle. Jyel soupira longuement. Elle n'avait pas le choix. Au nom de sa Foi, au nom du Vindictus, elle risquerait sa vie.

__________________________________________

Elmirion, capitale en effervescence constante.

La place des marchands était bondée. Tous le monde se bousculait devant les étals de la place marchande de la cité. Les écus de bronze et d'argent s'y échangeaient facilement sur beaucoup d'étalages. On pouvait tout y acheter. Vivres, linges, bijoux, animaux, livres, curiosités. Tout y passait.

Une silhouette encapuchonnée se frayait difficilement un passage à travers la foule compact. Elle passait relativement inaperçu, le ciel étant couvert et menaçant, tous étaient vêtus de la sorte. Mais au lieu de flâner et d'observer les marchandises, elle se déplaçait rapidement, furtivement. On ne la remarquait presque pas. Pourtant, un vieil homme au visage ridé l'observait du haut d'une grande demeure, proche de la citadelle. Un sourire en coin se dessinait sous les plis vieillis de son visage et bientôt il ricana. Son cheminement la mènerait jusqu'à lui.

__________________________________________

Jyel quittait enfin la place des marchands. Elle s'arrêta quelque secondes, reprit son souffle calmement. Trop de monde. A force de vivre recluse dans le temple, ne sortant que pour assister aux cérémonies ou lors de missions banales, elle avait développé une sorte d'agoraphobie. Mais rapidement, elle se remit en marche, elle n'avait pas de temps à perdre. Surtout pas ici. 

Elle leva les yeux. L'elfe n'était plus très loin de la citadelle. Elle savait qu'elle trouverait Mahcav, l'homme qu'elle cherchait, aux alentours. On lui avait dit qu'il gérait une importante bibliothèque et qu'il était très vieux. On le soupçonnait sénile. Mais il avait bien toute sa tête, et s'en servait au même moment pour déjouer les plans du Culte. Évidemment, Jyel ne se doutait de rien. Pour elle, la victoire serait facile. Elle n'avait rien à craindre d'un vieil homme qui n'avait plus toute sa tête, non ? 

L'inquisitrice ralentit la cadence. Elle devait se faire des plus discrètes. Elle se mêla à un groupe de passants qui se dirigeait vers la citadelle en discutant joyeusement. Elle abaissa son capuchon, pour ne pas susciter de soupçons. Elle avait bien sur pris soin de dissimuler ses oreilles pointues sous ses cheveux bleus. Simple précaution. Jyel ne remarqua pas qu'un vieil homme, au début de la rue qu'elle venait de prendre, discutait, l'air grave, avec un garde. Elle ne remarqua pas non plus ce même garde courir vers le poste général de la citadelle, passant par des ruelles adjacentes.

Faisant mine d'arriver essoufflée auprès des passants, elle les accosta et leur demanda où se trouvait la bibliothèque la plus proche. Certains rirent de son ignorance, mais une jeune femme, à peine entrée dans l'âge adulte mais non moins sage lui indiqua la direction de « la bibliothèque du père Mahcav ». En entendant ce nom, Jyel tressauta. Ca y est. J'y suis presque. Elle remercia la jeune fille en souriant et suivit la direction qu'elle lui avait indiquée.

__________________________________________

La bibliothèque était immense. Elle s'élevait, aussi haute que la citadelle, collée à cette dernière. La lourde porte en bois qui en bloquait normalement l'entrée était entrouverte, désignant qu'elle était ouverte. Jyel y pénétra calmement.

L'intérieur était aussi impressionnant que l'extérieur, si ce n'était plus. Les livres étaient entreposés sur de hautes étagères de bois décoré qui formaient de nombreux rayonnages. Il y avait, au centre de la pièce, quelques confortable sièges, dont deux étaient occupés par des lecteurs. L'elfe aperçut encore un jeune homme qui cherchait son bonheur parmi les rangées de livres. Jyel fit mine de faire de même, au fond de la bâtisse. Jetant plusieurs coups d’œils de tout côtés et ne trouvant personne correspondant à la description qu'on lui avait faite du vieil inquisiteur, elle en déduisit qu'il devait être momentanément absent.

__________________________________________

Pendant ce temps, le soldat avait rejoint le poste de garde et transmit les informations données par Mahcav. Ce dernier lui avait dit qu'il avait vu et reconnu un inquisiteur en ville, et qu'il savait qu'il allait sûrement se rendre à la bibliothèque, pour l'éliminer.

« Vous savez, avait-il dit, je crains pour ma vie. J'ai rencontré cette personne lors d'un de mes voyages d'affaires et eut le malheur de surprendre une conversation que je n'aurais jamais du entendre. »

Le garde n'avait pas cherché plus loin. Il avait constitué une garnison de dix soldats, dont un équipé d'un encensoir qui diffusait un parfum qui endormait la magie noire. Les plantes qui y brûlait était rarissimes.

__________________________________________

Jyel s’apprêtait à quitter l'édifice. Si elle n'avait pas trouver sa proie ici, elle la trouverait certainement dans les rues alentours. L'inquisitrice avançait d'un pas franc vers les portes quand celles-ci s'ouvrirent à la volée, laissant entrer une troupe de gardes armés. En une fraction de seconde, on lança devant elle un objet fumant. C'est là qu'elle l'aperçut, et qu'elle comprit. Mahcav.

« C'est elle ! Saisissez-là ! »

L'elfe voulut utiliser ses pouvoirs pour se sortir de cette affaire. Mais il ne se passa rien, absolument rien. Paniquée, elle recula d'abord puis se retourna pour fuir, avant de comprendre qu'elle était cernée. On la poussa violemment à terre et on remonta sa manche droite, celle qui couvrait la marque – discrète – du culte. Le soldat qui avait relevé sa manche lui lança un regard et un sourire sadique. Jyel lui cracha au visage, avant de sentir une douleur lancinante sur sa joue droite. Il l'avait giflée.

« Mahcav, tu n'es qu'un traître ! UN TRAÎTRE ! Hurla-t-elle. »

Elle se débattit violemment alors qu'on la relevait, la bâillonnait et la traînait en dehors.

__________________________________________

Une grande salle somptueuse. Des pierres blanches, très propres. Le cliquètement des armures. Un ordre.

« A genoux devant le Roi. »

Jyel ignora la directive. Une grosse claque dans le dos et elle s'affaissa durement. Le goût du sang dans la bouche. La rage. La haine. Le désespoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )   Ven 6 Sep - 21:06

La garde avait arrêté une inquisitrice ? Ici ? À Elmirion ? Lorsque l'on avait rapporté ça au roi, en catastrophe, il n'en avait tout simplement pas cru ses oreilles. Il en riait même, c'était insensée, il devait certainement y avoir méprise ou canular, ça ne pouvait en aucun cas être vrai. Pourtant, le chef de la garde était formel, il s'agissait d'une inquisitrice venue ici éliminer un gérant de bibliothèque, qui serait un traître à en juger par ce qu'elle avait crié au moment de son arrestation pour le moins ... Musclée. Un traître que le roi ordonna que l'on capture, car si traitre il était, c'est qu'il avait un jour travaillé pour les fidèles. Garren devait donc la voir en urgence pour tirer cette affaire au clair ? Pourquoi pas, il était lui-même choqué par ce qu'il entendait, alors aller à sa rencontre l'aiderait certainement à mieux comprendre. Et puis, ce n'était pas comme si les fidèles n'avaient pas tenté de l'éliminer lors du défilé, s'il s'agissait bel et bien d'une inquisitrice, elle devrait être une véritable mine d'informations qui lui seraient très utiles pour enrayer leurs plans.

Assis sur son trône, donc, on lui présenta la détenue. Une Elfe aux cheveux bleus et à la peau légèrement grisâtre, encapuchonnée et menottée. Une belle créature, il se devait de l'admettre mais, une créature dangereuse et malsaine, aussi. On lui ordonna de s'agenouiller, sans qu'il en donne lui-même l'ordre mais, elle refusa. Un coup bien placé la fit se pencher, la politesse voyons ! Vortigern observait la détenue fraîchement capturée, et mal traitée à en juger par le sang qu'il y avait dans sa bouche et le bel hématome sur son visage. Voilà qui lui fit froncer les sourcils.

- Qui est responsable de sa capture ?

Dit-il calmement. Deux ou trois hommes furent désignés fièrement. C'étaient eux qui lui avait passé les fers et qui l'avait malmené par la même occasion, même devant le roi à l'aide d'une grande claque dans le dos. Ils gonflaient le torse, mais Garren remua la tête lentement de gauche à droite, l'air de leur faire comprendre qu'ils ne devraient pas.

- Et puis-je savoir en quel honneur vous vous êtes permis de brutaliser cette jeune Elfe ?
- C'est une inquisitrice, Sire, elle prêche le culte des fidèles ! Elle était venue dans de mauvaises intentions !
- Oui et ensuite ? Elle a fait du mal à quelqu'un ?
- Et bien ... Je ...

Mes les trois gardes et en particuliers leur chef ne savait pas quoi répondre. Garren s'adressa au reste de la troupe.

- Et vous bien sûr, vous laissez faire.
- Sire, c'était notre chef, que vouliez vous qu'on fasse ?
- Protester ?


Mais ils n'en avaient bien sûr pas eu le courage. Depuis quand protestait-on contre les agissements de son supérieur ?

- Bon allez, tout le monde au piloris pour deux heures. Ça vous apprendra à respecter les règles. Et c'est bien parce que vous avez mit la main sur une inquisitrice que je ne vous fait pas ruer de coups. Disparaissez.

Ils n'en revenaient tout simplement pas. Le roi serait-il dans le camps de cette inquisitrice ? En même temps il été connu pour être très à cheval sur les lois qu'il avait lui-même instauré. Ils s'en allèrent, dépités mais, Vortigern les interpella une dernière fois, pour leur demander de détacher cette Elfe. Son bouclier était juste à côté de lui, il ne craignait pas grand chose venant de sa part. A présent seul avec elle, bien que deux gardes étaient postés devant la porte, il l'invita à se relever.

- Une inquisitrice chez moi ... Vous ne manquez pas de culot décidément. L'accès à Elmirion et aux terres du Gorbos en général vous avez été interdite mais, non, il aura quand même fallut que vous veniez colporter votre charlatanisme. Mieux encore, tenter de me tuer ! Et bien, elle est belle votre religion ! Et je ne parle même pas de ce que vous trafiquez chez les Elfes, je les trouve d'ailleurs bien trop indulgents avec vous.

Il se releva et s'approcha ensuite d'elle, lentement. Il lui enleva sa capuche, découvrant pleinement son visage mais, aussi la marque qu'elle avait dessus, trace de coup. Il la frotta un peu avec le bout de ses doigts tout en faisant la grimace puis, il la fixa dans les yeux.

- Ils n'auraient pas dû vous frapper. Dit-il d'un ton sec avant de lui tourner le dos et de s'approcher de la fenêtre. Mais je vous en prie, puisque vous êtes là, parlez moi un peu de vous et de la "raison" de votre venue ici. Sachez que votre sort dépendra de ce que vous direz. Je vous écoute.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Jyel Elehnuun

Sorcière elfe

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 18/07/2013

Fiche personnage
Métier: Inquisitrice
Allégeance: au Vindictus
Classe: Sorcière
MessageSujet: Re: La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )   Dim 8 Sep - 15:11


Un mince rictus de satisfaction s'était dessiné sur le visage de Jyel. Au moins, ces crétins de soldats ne seraient pas impunis pour le doux traitement qu'ils avaient causer à l'elfe. Le piloris, songea-t-elle, amusant. Un des soldats revint sur ses pas, sur ordre du roi et détacha l'inquisitrice à contre cœur. Évidemment, la douceur de ses gestes était incontestable. Enfin libérée de ses liens, Jyel se massa les poignets. La trace de la corde sur ses avant bras était minime.

L'elfe se releva lentement, sous invitation du roi et fixa son regard au fond de la salle, impassible.

« Une inquisitrice chez moi ... Vous ne manquez pas de culot décidément. L'accès à Elmirion et aux terres du Gorbos en général vous avez été interdite mais, non, il aura quand même fallut que vous veniez colporter votre charlatanisme. Mieux encore, tenter de me tuer ! Et bien, elle est belle votre religion ! Et je ne parle même pas de ce que vous trafiquez chez les Elfes, je les trouve d'ailleurs bien trop indulgents avec vous. »

Jyel haussa un sourcil, étonnée. Une tentative de meurtre ? Qu'elle était encore cette histoire ? Elle n'en avait pas entendu parler. L'elfe envisagea quelques possibilités qui se présentaient à elle. Elle aurait pu user de ses pouvoirs pour se sortir d'affaire, mais elle n'en avait pas encore repris pleinement contrôle. Et puis, elle se ferait reprendre, et là, son avenir serait tout tracé. Exécution. Elle resta songeuse et ne répondit pas. Le roi alors se leva à sa suite et l'approcha, lentement. Jyel étudia rapidement ses mouvement ; il semblait sûr de lui, avait beaucoup de prestance et emplissait la salle de sa seule présence. Il avait l'air d'être un bon roi. Mais les affaires de ce royaume ne m'intéressent guère.

__________________________________________

L'inquisitrice serra les dents lorsqu'il découvrit sa tête de son capuchon. Le contact des doigts du roi sur sa peau meurtrie la fit frémir. Comment osait-il la toucher... Jyel ravala sa fierté. En territoire ennemi, elle devait faire attention, très attention. Sa vie ne tenait plus qu'à quelques fils.

Le regard du roi renforça la première impression qu'elle avait de lui. Autoritaire. Respecté. Elle dirigea le sien droit devant elle, au dessus du trône.

« Ils n'auraient pas dû vous frapper. Mais je vous en prie, puisque vous êtes là, parlez moi un peu de vous et de la "raison" de votre venue ici. Sachez que votre sort dépendra de ce que vous direz. Je vous écoute. »

Jyel prit son temps pour réfléchir, et quelques secondes s'écoulèrent. Elle se croyait en sécurité auparavant, soutenue par le Vindictus. Mais elle ne le sentait plus en elle. Il s'était... envolé. Que devait-elle en déduire ? Ce dieu qu'elle adorait tant, laissait-il tous ses serviteurs lorsqu'ils échouaient et étaient prêt à mourir ? Elle calma sa respiration, son cœur s'était emballé. Elle ne pouvait définitivement pas être toute seule, ce n'était sûrement qu'une impression. C'est à cause de la situation.

« Je tiens, tout d'abord, à préciser que je ne suis en rien au courant de l'attaque que vous avez subit. Ce n'est pas un comportement habituel des Fidèles et je ne saurai l'expliquer. L'accès à votre royaume a beau nous être interdit, comme vous le dîtes si bien, mais il ne me semble pas très surveillé. Il y avait, depuis quelques années maintenant, un inquisiteur déchu près de vous. Drôle de façon de sécuriser son royaume... »

Elle sourit furtivement. La provocation n'était peut-être pas la solution, mais elle s'en fichait.

__________________________________________

« Je suis venue effacer cette menace, qui en est une comme pour vous, comme pour ma religion. Malheureusement, il semblerait qu'un vieillard sénile soit plus futé que nos deux personnes réunis. »

L'inquisitrice aurait pu lui proposer un marché, mais elle n'était pas en position de le faire. Elle croisa les bras sous sa poitrine, en attendant que le roi daigne lui répondre. Jetant un œil par la fenêtre ; un orage se préparait à éclater.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )   Lun 9 Sep - 11:10

- Je tiens, tout d'abord, à préciser que je ne suis en rien au courant de l'attaque que vous avez subit. Ce n'est pas un comportement habituel des Fidèles et je ne saurai l'expliquer. L'accès à votre royaume a beau nous être interdit, comme vous le dîtes si bien, mais il ne me semble pas très surveillé. Il y avait, depuis quelques années maintenant, un inquisiteur déchu près de vous. Drôle de façon de sécuriser son royaume ...

Vortigern lui tournait le dos, regardant par le fenêtre. Le temps était grisâtre et pluvieux, un orage ne tarderait certainement pas à faire rage par ici. Tant mieux, il avait fait un peu trop chaud ces derniers temps, voilà qui rafraîchirait l'air et soulagerait ses gens. La pointe d'humour dont elle fit preuve l'interpella, comment dans cette situation cette inquisitrice pouvait-elle se permettre de le provoquer ? Soit parce qu'elle était trop sûre d'elle, ce qui ne semblait pas être le cas à en juger par son expression, son attitude et plus généralement ses dires, soit parce qu'elle disait la vérité et qu'elle n'était bel et bien pas au courant de cela. Intéressant, les fidèles ne se disaient pas tous le mot, donc ? En revanche, que cela ne soit pas un comportement digne d'eux ... Il avait du mal à y croire pour ne pas dire qu'il n'y croyait tout simplement pas. Elle cherchait à les couvrir, c'était une évidence.

- Je suis venue effacer cette menace, qui en est une comme pour vous, comme pour ma religion. Malheureusement, il semblerait qu'un vieillard sénile soit plus futé que nos deux personnes réunis.

Il était déjà au courant de cela, on l'avait prévenu qu'elle était venue chercher ce vieillard et son arrestation avait déjà été ordonnée, chose que ne savait pas l'inquisitrice et choses qu'il ne comptait pas lui dire maintenant. Une confrontation serait très utile, pensait-il mais, il espérait d'abord en apprendre plus de sa part qu'en la mettant au pied du mur. Il se retourna vers elle, restant près de la fenêtre cependant. Elle avait croisé les bras, elle était donc sur la défensive, certainement anticipait-elle sa réponse.

- Un vieillard sénile vous me dîtes ? Je crois que vous faites erreur. Si traître il était, et qu'il est venu s'installer à Elmirion, il est évident que nous n'aurions rien eu à lui reprocher dans la mesure où il se serait retourné contre votre culte. En revanche, que vous laissiez un de vos si pieux "inquisiteurs" vous trahir et vous filer entre les doigts, au risque qu'il révèle des choses qui auraient mieux fait de rester secrètes, on peut dire qu'il est plus futé que vous, oui.

Il fit quelques pas de plus vers elle, alors que dehors, retentissait déjà les premiers grondements. L'orage était proche et les gardes envoyés au piloris allaient devoir le supporter pendant deux bonnes heures, voilà qui n'était pas sans le faire rire intérieurement, quel formidable concours de circonstances.

- Et puis, je vais vous dire, qu'un inquisiteur ait finalement renoncé à votre culte, où est le problème ? Je croyais que vous ne forciez personne à vous rejoindre et que vous n'interdisiez à personne de partir, puisqu'il était libre de choisir entre sa perte ou sa réussite ? Pourquoi envoyer un inquisitrice, fort jolie au passage, tuer un de ses semblables ? Auriez-vous perdu votre piété ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Jyel Elehnuun

Sorcière elfe

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 18/07/2013

Fiche personnage
Métier: Inquisitrice
Allégeance: au Vindictus
Classe: Sorcière
MessageSujet: Re: La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )   Mar 10 Sep - 11:37



« Un vieillard sénile vous me dîtes ? Je crois que vous faites erreur. Si traître il était, et qu'il est venu s'installer à Elmirion, il est évident que nous n'aurions rien eu à lui reprocher dans la mesure où il se serait retourné contre votre culte. En revanche, que vous laissiez un de vos si pieux "inquisiteurs" vous trahir et vous filer entre les doigts, au risque qu'il révèle des choses qui auraient mieux fait de rester secrètes, on peut dire qu'il est plus futé que vous, oui. »

Jyel ouvrit la bouche comme pour répliquer, mais elle se ravisa. La vérité était qu'elle n'avait rien à dire. Le roi savait où appuyer. Remarquant qu'il s'était retourné, elle détourna la tête. Il ne fallait pas  qu'il découvre le doute et la haine sur son visage. Elle reprit calmement et discrètement une respiration normale. Sans le savoir, le roi du Gorbos remettait en cause les convictions les plus profondes de l'inquisitrice.

Une vague de chaleur s'empara de son corps. Elle reconnaissait cette sensation et tressaillit, grimaçante. Lorsqu'Il lui rendait visite – du moins, elle pensait que c'était lui –, Jyel se sentait bien, mais elle lui cédait involontairement une part du contrôle de son esprit. Une voix chaude et rauque résonna dans sa tête, et l'écho lui promit les prémices d'une lourde migraine.

« Jyel, Jyel, Jyel.. Que t'apprêtes-tu à faire ? Tu as encore confiance en moi, n'est-ce pas ? Je te guiderai, ne t'en fais pas. Tu n'as qu'à m'écouter attentivement. Tu peux me céder le contrôle, tu le sais ? Je peux t'aider, te sortir de là. Les ordres que l'on t'a donnés sont erronés. Tu n'étais pas destinée à tout ça.. Oh.. Tu crois que c'est moi qui t'ai envoyé ici ? Tss tss tss... Ne te méprend pas, douce Jyel. Celui qui prétend être le Grand Inquisiteur se trompe de cible. Mais toi, tu es une bonne inquisitrice, non ? Tu m'as toujours été fidèle.. Tu pourrais le remplacer. Tu pourrais être à la tête de mes Fidèles.. »

Un changement dans la voix la fit sursauter. Le roi, ayant repris la paroles, avait chassé l'entité de l'esprit de Jyel. Et, en y repensant, je connais cette voix. Pas seulement dans mes pensés. Quelqu'un.. Elle dirigea son attention sur les dires du roi. L'elfe n'avait même pas remarqué qu'il s'était rapproché.

« … ait finalement renoncé à votre culte, où est le problème ? Je croyais que vous ne forciez personne à vous rejoindre et que vous n'interdisiez à personne de partir, puisqu'il était libre de choisir entre sa perte ou sa réussite ? Pourquoi envoyer un inquisitrice, fort jolie au passage, tuer un de ses semblables ? Auriez-vous perdu votre piété ?  »

Jyel ne savait que répondre. Allait-elle jouer la carte de l'inquisitrice confiante en sa foi ? Elle s'y décida. Elle n'avait pas le choix. Son esprit embrumé, elle n'arrivait plus à réfléchir normalement. Elle prit une longue inspiration.

« Je suis les ordres et je les trouve fondés. Ne sous-entendez pas que j'ai une part de responsabilité dans sa trahison, cela c'est passé bien avant ma conversion. Mais il n'avait pas à partir. Un inquisiteur est sensé être voué corps et âme au Vindictus. Il représente un risque énorme, car il a su tromper mes supérieurs. Et s'il a pu les tromper eux, il saura vous tromper, vous. »

Elle tourna la tête vers le roi, s'étant crée une expression de confiance en elle.

« Ne croyez pas m'amadouer avec des compliments. La flatterie ne m'atteint guère. »

Immobile, elle continua. Elle avait peur, peur de la mort. Elle avait, il était vrai, juré de vouer sa vie au Vindictus. Mais le doute persistait. Et si elle n'avait pas fait le bon choix ?

« Finalement, que comptez vous faire de moi ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )   Sam 14 Sep - 14:51

- Je suis les ordres et je les trouve fondés. Ne sous-entendez pas que j'ai une part de responsabilité dans sa trahison, cela c'est passé bien avant ma conversion. Mais il n'avait pas à partir. Un inquisiteur est sensé être voué corps et âme au Vindictus. Il représente un risque énorme, car il a su tromper mes supérieurs. Et s'il a pu les tromper eux, il saura vous tromper, vous.

Dit-il l'air et le ton sûr d'elle, tout en tournant la tête vers le roi qui l'écoutait attentivement. Il n'avait pas sous-entendu qu'elle avait une part de responsabilité dans la trahison de cet inquisiteur mais qu'elle pourrait bientôt en avoir, si elle ne lui fournissait pas une bonne explication.

- Ne croyez pas m'amadouer avec des compliments. La flatterie ne m'atteint guère.

Garren ria légèrement, il n'avait pas l'intention de l'amadouer, c'était simplement une constatation. On pouvait très bien être une inquisitrice et avoir une allure de rêve, où était le problème, après tout ? Elle était immobile, certaine de ce qu'elle disait, peut-être même un peu trop.

- Finalement, que comptez vous faire de moi ?

Vortigern ne lui répondit pas, il se contenta de retourner vers son trône, pour s'asseoir mais, malheureusement, il glissa sur la petite marche qui menait à ce dernier se ramassa pleinement en essayant de s'asseoir dessus, chose qui arracha quelques rires aux gardes présents. Pour la crédibilité, c'était raté ! Il se releva, cherchant tant bien que mal à garder une allure digne, puis, il changea d'avis et s'écarta du trône.

- Oui bah ... Je ne suis qu'un Homme, ça arrive à tout le monde de trébucher !

Dit-il comme pour se justifier. C'est vrai qu'il avait l'air ridicule sur l'instant mais, il n'en avait pas pour autant oublié le principal. Elle lui avait posé une question et il comptait bien lui répondre.

- D'après les lois de notre royaume, je devrais prononcer la peine capitale. C'est à dire, une exécution publique qui prendrait soit la forme d'un pendaison, soit d'une décapitation, soit, dans le pire des cas, d'une ancienne tradition, c'est à dire, une mort lente, brutale et affreusement humiliante. On commencerait par vous ramener sur les lieux de l'exécution en vous traînant à même les pavés, on vous arracherez vos vêtements, vous seriez violée et battue par la foule, ensuite on vous couperait les mains et les pieds, on vous éviscérerait, vous crèverait les yeux, percerait les tympans, arracherait les dents avec un marteau, on vous couperait la langue et les oreilles, puis on vous pendrait, vous découperait en quatre, accrocherait les morceaux et votre tête à des fers de lances qu'on trimbalerait dans toute la ville puis on ferait brûler tout cela, sauf votre tête qu'on laisserait pourrir au milieu de la ville.

Le roi la fixait, impassible, l'air tout à fait sérieux voir menaçant. Il voulait voir si elle allait laisser transparaître le moindre signe de faiblesse, ou plutôt, de peur, chose qui lui permettrait de connaitre son point faible et donc, de savoir où appuyer pour obtenir ce qu'il voulait.

- Mais ça, c'est dans le pire des cas, bien évidemment. Il n'y a pas eu mort d'Homme alors, vous y échapperez. Non je pense que vous serez plus simplement brûlée vive ou écartelée ... Ou battue à mort ... Ou jetée du haut de la plus haute tour ... Ou noyée ... Ou étranglée ... Ou ébouillantée ... Ou vidée de votre sang ... Ou encore lapidée. En fait, ce ne sont pas les options qui manquent, vous voyez ?

Il se rapprocha davantage d'elle, la fixait toujours dans les yeux. Il y avait comme de la peur au fond, il le voyait bien même si elle ne voulait pas l'avouer, la peur de mourir, elle était là. Son discours ne l'avait pas laissé indifférente, bien qu'elle s'efforçait de rester de marbre. Malheureusement pour elle, les yeux ne mentent pas. Voilà qui le fit légèrement sourire.

- Mais si vous coopérez, il ne vous arrivera rien. Dîtes moi tout ce que vous savez au sujet des fidèles et de leurs véritables intentions, que ce soit par rapport aux Elfes, au royaume ou à tout le Vindictus en général. Je veux tout savoir et, si vous ne me cachez rien, vous serez épargnée. N'ayez pas à craindre leur vengeance, vous êtes sous notre protection ... Pour l'instant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Jyel Elehnuun

Sorcière elfe

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 18/07/2013

Fiche personnage
Métier: Inquisitrice
Allégeance: au Vindictus
Classe: Sorcière
MessageSujet: Re: La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )   Dim 22 Sep - 11:40



La chute du roi valut à Jyel de se mordre les lèvres pour ne pas rire. Cette... interruption, cette preuve d'humanité du roi l'avait détendue. Elle songeait encore à une fin potentiellement longue et douloureuse, mais moins gravement. Nous pourrions dire qu'elle se faisait petit à petit à l'idée de laisser sa vie s'achever dans un royaume qu'elle ne connaissait guère. Cependant, elle retint en mémoire la réaction du roi, et elle fit bien. Car la situation sembla rapidement empirer pour elle.

« D'après les lois de notre royaume, je devrais prononcer la peine capitale. C'est à dire, une exécution publique qui prendrait soit la forme d'un pendaison, soit d'une décapitation, soit, dans le pire des cas, d'une ancienne tradition, c'est à dire, une mort lente, brutale et affreusement humiliante. On commencerait par vous ramener sur les lieux de l'exécution en vous traînant à même les pavés, on vous arracherez vos vêtements, vous seriez violée et battue par la foule, ensuite on vous couperait les mains et les pieds, on vous éviscérerait, vous crèverait les yeux, percerait les tympans, arracherait les dents avec un marteau, on vous couperait la langue et les oreilles, puis on vous pendrait, vous découperait en quatre, accrocherait les morceaux et votre tête à des fers de lances qu'on trimbalerait dans toute la ville puis on ferait brûler tout cela, sauf votre tête qu'on laisserait pourrir au milieu de la ville. »

L'inquisitrice laissa d'abord un frisson de peur la traverser. Ayant un esprit très imagé, il ne lui était pas difficile d'imaginer précisément chaque étape de cette douce et agréable mort qu'on lui promettait. Pourtant, elle chassa vite ces pensés là. Elle n'avait pas réellement commis de crime, rien n'autorisait ce roi à la traiter ainsi. Bon, certes, il était roi, chose qui ne pesait pas en la faveur de l'elfe. Mais s'introduire dans un pays qui nous est interdit ne nous vaux pas une mort si élégante et raffinée. Fixant son regard sur celui du roi, elle remarqua qu'il se donnait de l'assurance et du sérieux. Peut-être l'était-il vraiment, mais elle se plaisait à croire le contraire.

« - Mais ça, c'est dans le pire des cas, bien évidemment. Il n'y a pas eu mort d'Homme alors, vous y échapperez. Non je pense que vous serez plus simplement brûlée vive ou écartelée ... Ou battue à mort ... Ou jetée du haut de la plus haute tour ... Ou noyée ... Ou étranglée ... Ou ébouillantée ... Ou vidée de votre sang ... Ou encore lapidée. En fait, ce ne sont pas les options qui manquent, vous voyez ? »

Jyel eut, malgré elle, un sourire mi-nerveux, mi-amusé. Elle se murmura, pour elle-même :

« C'est vrai que les façons de faire ne manquent pas. Il y aura peut-être une part de créativité dans ma mise à mort. Ce serait amusant. Il est dommage que je ne puisse pas assister à la scène en tant que spectatrice. »

__________________________________________

Elle soupira. L'humour qu'elle tentait d'exprimer ne la convainquait pas elle-même. Alors de là ) convaincre le roi.. Celui-ci se rapprocha encore d'elle. Son regard commençait à la perturber, elle n'aimait pas la façon dont il la fixait. Elle se força à ne pas ciller, il en valait de sa crédibilité. Cependant, le sourire qui s'afficha lentement sur le visage du souverain l'acheva de penser qu'elle n'avait plus aucune crédibilité.

« Mais si vous coopérez, il ne vous arrivera rien. Dîtes moi tout ce que vous savez au sujet des fidèles et de leurs véritables intentions, que ce soit par rapport aux Elfes, au royaume ou à tout le Vindictus en général. Je veux tout savoir et, si vous ne me cachez rien, vous serez épargnée. N'ayez pas à craindre leur vengeance, vous êtes sous notre protection ... Pour l'instant. »

Jyel pencha légèrement la tête de côté, songeuse, sans pour autant cesser de fixer le roi. La coopération pourrait être envisageable. Elle pourrait s'offrir une nouvelle vie. Évidemment, le Culte ne tarderait pas à envoyer quelqu'un à ses trousses, comme elle avait été envoyée pour mettre fin aux jours de Mahcav. Peut-être que son acte était compréhensible.

L'elfe se détourna et marcha lentement en effectuant un cercle autour du roi, les mains croisées dans le dos.

« Si j'ose interpréter ce que vous me dîtes là, vous pourriez m'offrir une protection stable si je parle. »

Elle lança un regard au roi et continua à parler, tout en se dirigeant, cette fois-ci, vers son trône inoccupé.

« J'aurais peut-être des choses à vous dire. Mais je tiens à établir certaines conditions d'abord, puisque, à priori, ma vie est clairement en jeu. Peut-être ne suis-je pas en droit de négocier, mais les informations que je pourrais potentiellement vous livrer pourraient s'avérer capitale pour l'avenir de votre royaume. »
__________________________________________
Elle effleura de la main un des accoudoirs du trône, et prise d'un élan de confiance en elle mais surtout de pure provocation, encore une fois, elle s'assit élégamment dessus. Les jambes croisées, les mains posées délicatement sur les accoudoirs elle fixa le roi avec une lueur d'amusement dans le regard. Comment allait-il réagir ?

« Posez vos conditions, j'exposerais les miennes. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )   Mer 25 Sep - 19:43

- Si j'ose interpréter ce que vous me dîtes là, vous pourriez m'offrir une protection stable si je parle.

Dit-elle en lui lança un rapide regard, avant de se diriger, à son étonnement, vers le trône. Pourquoi ? C'était la question qu'il se posait tout en ayant comme un mauvais présentement. Il se contenta d'approuver ses dires d'une léger signe de la tête, tout en l'écoutant continuer.

- J'aurais peut-être des choses à vous dire. Mais je tiens à établir certaines conditions d'abord, puisque, à priori, ma vie est clairement en jeu. Peut-être ne suis-je pas en droit de négocier, mais les informations que je pourrais potentiellement vous livrer pourraient s'avérer capitale pour l'avenir de votre royaume.

Voilà qui fit sourire Garren, cette inquisitrice serait donc prêt à parler en échange de certaines garanties ? La tournure que prenaient les choses était fort intéressante. En revanche, l'accoudoir du trône qu'elle effleura de la main l'était tout aussi mais, pas dans le même sens. Elle n'allait quand même pas le faire ? Et bien si ! Et à la grande surprise de Garren qui ouvrit grand les yeux. Elle s'était assise sur le trône, les jambes croisées et les mains sur les accoudoirs. Les gardes présents en restèrent sans voix.

- Posez vos conditions, j'exposerais les miennes.

Vortigern ne lui répondit pas, il ne savait pas comment interpréter son geste. En soit, qu'elle pose ses fesses sur une chaise, ça n'avait rien de bien grave mais, qu'elle ose le défier en s’asseyant sur le trône du royaume, c'était une autre paire de manches. Même si cela ne lui portait pas directement atteinte, d'un point de vue symbolique, ça en était une et pas que pour lui. Il n'eut pas vraiment besoin de dire quoi que ce soit, les deux gardes s'avancèrent vers la chaise, prenant chacun l'inquisitrice par un bras et ils l’extirpèrent sans le moindre ménagement, venant la faire s'agenouiller devant le roi, tête baissée et lames pointées en sa direction.

- Sire ?
- Lâchez-là.

Leur répondit-il calmement, avant que ce dernier, bien qu'étonnés de la réaction du roi, ne s'exécutent et retournent à leur poste. Vortigern l'attrapa par les épaules pour la faire se relever, elle n'était pas encore devant un tribunal pour adopter une telle posture.

- Mes conditions sont simples, la vérité, toute la vérité et rien que la vérité. Lui dit-il sur un ton à la fois sec et cordial, avant de lui afficher un large sourire et de prendre une voix basse, pour n'être entendue que d'elle. Et peut-être quelques pas de danse aussi, mais ça, c'est autre chose.

C'était à elle de se décider maintenant et de "dicter" ses conditions. Vortigern espérait cependant qu'elle reste raisonnable, cela valait mieux pour lui mais, surtout pour elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Jyel Elehnuun

Sorcière elfe

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 18/07/2013

Fiche personnage
Métier: Inquisitrice
Allégeance: au Vindictus
Classe: Sorcière
MessageSujet: Re: La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )   Ven 4 Oct - 20:24



Les mouvements s'enchaînèrent rapidement. Jyel s'attendait bien à ce qu'il se passe quelque chose, mais pas sans un mot du roi. Elle venait de provoquer son autorité et elle en avait eu plus qu'elle ne l’espérait. Les gardes s'étaient précipités d'un seul geste, tout deux mus par une volonté de protéger l'autorité de leur roi, en laquelle ils avaient – à priori –, toute confiance.

Avant qu'elle n'ait pu cligner des yeux une seule fois, elle se retrouva projetée à genoux devant le roi, têtes de lances pointées sur son cou, maintenue par deux poignes fermes. Elle déglutit. Quelle loyauté... L'elfe savait à présent à quoi s'attendre. Si elle l'avait voulue, elle n'aurait rien pu tenter contre le roi. Sur ordre de leur souverain, les deux soldats lâchèrent l'elfe et retournèrent à leur poste prédéfini.

Le roi l'aida à se relever, ce qui étonna l'Inquisitrice une seconde fois. Face à lui, elle garda un instant yeux et tête baissés, époussetant calmement et patiemment ses vêtements. Ensuite, elle releva les yeux vers lui, comme si rien ne s'était passée. Cependant, elle le respectait plus que précédemment. Si elle n'avait pas été captive ou Inquisitrice, elle aurait pu échanger avec lui. Elle appréciait les personnes justes et droites, qui n'abusaient pas de leur pouvoir.

Il lui demandait la vérité et rien que cela, rien de plus normal. Cependant, il ajouta, d'un ton plus doux qu'à son habitude :

« Et peut-être quelques pas de danse aussi, mais ça, c'est autre chose. »

Un instant, elle fronça les sourcils, puis se ravisa. Elle parla alors d'une voix monotone, presque rêveuse.

« Une protection, c'est tout. Ou au moins, l'assurance que je puisse m'établir dans un coin perdu de votre royaume s'il le faut. Mais loin de l'euphorie du.. culte. »

Elle se reprit, et se fit malicieuse. Se haussant sur la pointe des pieds, elle approcha ses lèvres de l'oreille du souverain et susurra...

« Vous obtiendrez ce que vous désirez, mais faites les sortir. Je ne tenterais rien contre vous. »

Intrigué, le roi les fit sortir. Jyel savait qu'ils ne seraient pas bien loin, près à agir au moindre signal d'alerte. Mais si elle dansait, chose qu'elle faisait rarement, mais particulièrement bien, elle ne voulait pas être vue de tout le monde. Elle avait une certaine réserve, une facette timide de sa personnalité. Les gardes éloignés, elle se recula d'un pas, se retourna. L'elfe posa sa respiration et s'autorisa à utiliser une once de magie. Rien de violent. Elle invoqua simplement une mélodie suave et rythmée, sur laquelle elle laisserait son corps s'exprimer.

Lentement, elle laissa la musique l'imprégner. Doucement, son corps bougea en suivant les impulsions qu'elle lui donnait. Soudainement, elle s'élança. Elle se fit virevoltante, aérienne, libérée. L'elfe se laissa aller, oubliant tout. La citadelle. Ses problèmes. Le culte. Le roi. Elle n'entendait même plus les battements de son cœur. Seuls comptait les déhanchés endiablés qu'elle s'autorisait.

__________________________________________
Il voulait qu'elle danse.

Elle dansait.


_________________








« Pray, or die. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )   Mer 9 Oct - 11:28

- Une protection, c'est tout. Ou au moins, l'assurance que je puisse m'établir dans un coin perdu de votre royaume s'il le faut. Mais loin de l'euphorie du ... culte.

Voilà qui fit sourire le roi, sa modeste ambition. Il était assez étonné de voir une inquisitrice se retourner aussi facilement contre son culte alors qu'elle était censée être une fanatique, une personne de convaincue et d'inébranlable. En plus, elle venait de lui révéler leurs véritables intentions. S'il parvenait à la faire témoigner devant un tribunal du royaume, pour commencer, il pourrait faire reconnaître publiquement la traîtrise des fidèles. Ensuite, il en viendrait aux Elfes. Voilà une arme qui devrait aider les reines à se sortir de leur situation difficile. Mais, il avait encore un doute, et si elle ne disait pas la vérité ?

Elle se haussa alors sur la pointe des pieds et rapprocha sa bouche à l'oreille de Garren. Ce dernier la laissa faire, sans chercher à l'en empêcher mais, il restait cependant sur ses gardes, des fois qu'une idée pas très brillante ne traverse la tête de cette jeune Elfe.

- Vous obtiendrez ce que vous désirez, mais faites les sortir. Je ne tenterais rien contre vous.

Vortigern se demandait bien pourquoi elle voulait être seule avec lui mais, il accéda à sa requête et fit sortir les gardes, comme pour lui témoigner sa confiance, bien que seulement en apparence. La suite fut très loin de lui déplaire ! Un son se fit entendre, une mélodie, un rythme, une musique. Des sonorités pour le moins peu ordinaires mais, qui pourtant, formaient un tout agréable et dynamique à l'oreille. De la magie noire, probablement. L'inquisitrice, du haut de son statut et de ses fonctions, se mit à danser devant lui. Progressivement, elle laissait son corps allait au gré de la musique, enchaînant pas et mouvements de plus en plus souples et virevoltants. Elle avait le rythme dans la peau et cela se voyait bien. Le roi se ravissait, quel magnifique démonstration. Il ne pensait plus à rien à ce moment là, il se contentait de la regarder faire, presque admiratif devant ses nombreuses ... Provocations. Voilà qui allait de paire à son tempérament malicieux.

Elle finit par s'arrêter, cependant, fatiguée. Il le voyait bien, elle était essoufflée. La sueur perlait sur sa peau, sa respiration était haletante et l'on pouvait même voir le sang battre dans ses tempes. Pour le roi, rien ne saurait gâcher sa bonne humeur, désormais. S'il y avait bien une chose qu'il avait toujours recherché et adoré chez une femme, c'était sa capacité à danser avec rythme et souplesse. Il n'aimait pas la mollesse et la rigidité. Il était vraiment émerveillé mais, il devait revenir à la réalité, désormais.

- Quelle magnifique prestation ... Je vous félicite. Pour ce qui est de vos conditions, c'est entendu. Mais, pour le coin perdu, ça ne sera pas pour tout de suite. J'ai encore besoin de vous, dans l'immédiat et je ne peux pas prendre le risque de vous laisser vous perdre quelque part dans le royaume. Rassurez-vous cependant, vous serez sous bonne protection.

Il planta ensuite son regard dans le sien et, sans la quitter des yeux, il se rapprocha d'elle, posant ses deux mains sur ses épaules. Il prit un ton solennelle.

- Mais comment puis-je croire en la véracité de vos dires, très chère ex-inquisitrice ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Jyel Elehnuun

Sorcière elfe

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 18/07/2013

Fiche personnage
Métier: Inquisitrice
Allégeance: au Vindictus
Classe: Sorcière
MessageSujet: Re: La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )   Sam 19 Oct - 19:42



« Quelle magnifique prestation ... Je vous félicite. Pour ce qui est de vos conditions, c'est entendu. Mais, pour le coin perdu, ça ne sera pas pour tout de suite. J'ai encore besoin de vous, dans l'immédiat et je ne peux pas prendre le risque de vous laisser vous perdre quelque part dans le royaume. Rassurez-vous cependant, vous serez sous bonne protection. »

Jyel serra un instant les dents. Elle devenait, à partir de cet instant, un animal de compagnie dans une cage dorée. Elle imaginait déjà le roi lui demander de danser pour lui... Chose qu'elle refuserait de faire, elle n'était pas une de ses godiches qui courraient à chacune de ses demandes. Le roi se rapprocha et posa ses deux mains sur les épaules tremblantes de l'elfe, s'exprimant d'une voix très solenelle.

« Mais comment puis-je croire en la véracité de vos dires, très chère ex-inquisitrice ? »

Ex-inquisitrice ?  Cette expression dérangea l'elfe. Certes, avec ce qu'elle comptait avouer, ainsi que les certitudes qu'elle avait perdu, elle n'était plus vraiment Inquisitrice du Culte. Mais se l'entendre dire par quelqu'un d'autre était... dérangeant. Comme si cette même personne décidait de sa nouvelle condition. En soi, la vérité en était très proche. Elle était maintenant sous bonne garde. Cependant, voilà que le roi doutait de ses dires. Cela la vexait. Accessoirement, elle venait de mettre sa vie en grand danger pour, potentiellement, en sauver d'autres. Elle venait de mettre à l'écart toutes ses croyances. Elle venait quasiment de tirer la moitié du trait sur sa vie. Alors qu’espérait-il ? Une preuve de bonne foi ? Sa parole d'honneur ? Cette dernière ne serait plus d'aucune utilité, elle était une traîtresse. Alors, parler d'honneur, serait bien beau. Jyel leva alors lentement les yeux vers le roi et lui parla franchement.

« Vous déciderez de me croire ou non. Je n'ai cependant rien à vous prouver. Ce que je m'apprête à faire va déjà à l'encontre d'une grande partie de mes principes. Il  n'y à que vous qui décidez à présent. J'affirme simplement que ce que je vais dire est la vérité pure, telle que je la connais et que l'on m'a raconté. De plus, ce que j'ai à vous révéler est bien trop important pour être pris à la légère. Alors, faites votre choix. Le mien est fait. »

D'un geste ample du bras, elle se dégagea de l'emprise du roi et désigna son trône de la main.

« Je vous conseillerai de prendre vos aises, cela risque d'être long. »

L'elfe resta debout, très droite et effectivement, très tendue. Elle s'étonnait de ne plus hésiter, mais garda pourtant le silence un instant, pour organiser ses informations. Elle soupira, il était temps. Les paupières closes de concentration, mais aussi pour éviter le regard inquisiteur du roi, elle parla pendant de longues minutes.

Elle parla d'abord des projets contre la monarchie elfique, les attaques prévus au sein même du palais, les espions, le possible renversement de cette monarchie. Ensuite, les projets de propagande et de contrôle auprès des Fidèles. Jyel termina avec ce qui avait sûrement le plus d'importance pour le seigneur : l'attentat contre sa vie, prévu pour une dizaine de jour plus tard. Pour se défaire d'une quelconque implication, elle cita des noms d'espions. Il y avait un garde proche, un conseiller, et quelques courtisans.

L'elfe rouvrit alors les yeux, et observa le roi songeur, attendant une réaction de sa part.



_________________








« Pray, or die. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )   

Revenir en haut Aller en bas
 

La foi nous tuera tous. ( Pv Garren )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nous sommes tous des enfants, il n'y a que le prix des jouets qui change
» Arthur ♣ Nous naissons tous libre et égaux.
» Nous sommes tous des volontaires
» Nous sommes tous destinés à mourir [Shingen]
» Connie • Nous sommes tous des héros au fond de nous il faut juste savoir creuser assez profond

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Terres du Royaume du Gorbos :: Elmirion :: Citadelle du Gorbos-