AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Attention, risque de collision. [PV Stern]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Mar 20 Aoû - 12:24

Le comportement des individus est très intéressant à observer dans la mesure où celui-ci est toujours différent d'une personne à une autre, même si les ressemblances paraissent frappantes. De ce fait, si le comportement est différent, c'est que l'esprit est aussi et si l'esprit l'est aussi, c'est la façon de percevoir son environnement qui est radicalement différente. Mais, outre la perception du monde qui nous entoure, il y a l’interaction avec ce dernier qu'il faut prendre en compte et quelque part, comprendre ces mécanismes revient à comprendre l'esprit, du moins, en partie. Vu que l'atteinte de mon objectif passe inévitablement par l'évolution de ma conscience, peut-être qu'en étudiant mes propres mécanismes, je parviendrais à éclaircir certaines zones d'ombre ?
Ce jour-là n'allait pas être un jour ordinaire pour John. En effet, après une petite semaine de préparation mentale et physique, il était fin prêt pour l'expérience finale. Il avait fabriqué, il y a trois jours de cela, une sorte de longue planche dotée de lames longues et aiguisées, plantées sur toute sa longueur et au nombre de quatre, allant par paires de deux. Il avait déjà testé le dispositif avec un ours en peluche et il s'en était plutôt bien tiré, bien qu'il avait du passer la nuit à chercher le dispositif et que le nounours avait finit empalé sur une branche d'arbre. Aujourd'hui donc, et plus précisément de bon matin, Taliaferro était parti sur le lieu de départ de cette toute dernière expérience et certainement la plus enrichissante. Il s'agissait d'une grande pente lisse et recouverte d'obstacles en tout genre, tout plus dangereux les uns que les autres en cas de collision. Bien que le traîneau était doté d'attaches pour éviter de s'envoler et qu'il avait également les moyens de se diriger, il n'avait aucun moyen de freiner, une fois lancée. Une potentielle fatalité en somme mais, c'était le prix à payer. Après tout, comment pourrait-il s'étudier en toute sincérité si ses réactions devaient être contrôlées ? Diverses fourrures sur le dos, bottes fourrées, gants épais, chapka sur la tête et lunettes de mouche de sa fabrication sur les yeux, il était fin prêt ! Mais, John prenait malgré tout son temps, il avait la journée devant lui et aussi après avoir posé la planche, il prit le temps de réfléchir avec lui-même.

- Bon bah c'est pas tous les gars mais, si jamais on crève, on pourra déguster le civet de lapin ce midi.
- Adieu argent, parfum, meubles et habillement ?
- Aussi oui.
- Adieu les putes ?
- ... Aussi oui.
- Danger de mort important, réévaluation de la situation nécessaire, rapport perte/gain déséquilibré.
- Garde tes forces pour la manoeuvre, je ne changerai pas d'avis.
- Fait chier, en même temps, j'en avais bien envie du civet.
- A la moutarde en plus ...
- Le réconfort après l'effort.
- On ira voir une femme de joie aussi ?
- Je ne pense pas, on est un peu tendu niveau argent.
- Mais ils font des promotions à l'auberge du chat perché !
- Ça reste une trop grande dépense.
- Ou sinon on peut en prendre une gratuite.
- Ah ça, je ne suis pas contre, si en croise une dans le coin, faudra pas hésiter.
- Oui parce que ça fait trois semaines que j'ai pas vu de minou moi, j'ai les patates au fond du sac !
- Pas de patates dans le civet ?
- Ah bah non, ça coûte trop cher.
- Forcément ...
- Bon bah c'est pas tout mais, quand faut y aller, faut y aller !

- In nomine scientiae.
- Et pour ce bas-monde.
- ... Nan mais moi j'espère quand même que vous allez tous crever, je commence à en avoir même de côtoyer vos sales gueules de merde.

Suite à cela, John s'installa tout sourire sur la planche, prenant fermement appuie dessus à l'aide des attaches puis, dévisageant toute la pente et le danger qui l'attendait, il souffla un grand coup et s'élança, prenant très rapidement de la vitesse jusqu'à ce que le vent en vienne à lui fouetter le visage. La peur, l'adrénaline, l'éveil des sens, l'instinct et le manque de temps ... C'était de ça dont il avait besoin ! Il criait, dévalant la pente à toute allure et découpant littéralement la neige qui ne lui opposait aucune résistance. Le temps de se reprendre en main et les obstacles arrivaient déjà. Le principe était simple, les éviter et voir comment il s'y prenait quand il n'avait pas le temps de réfléchir. Arbres, rochers, troncs, butes, trous et parfois animaux sauvages. Sans rien noter, il enregistrait parfaitement la moindre de ses réactions sans pour autant les analyser, il ferait de retour chez lui. Lorsque la première série d'obstacles était passée, ce fut l'effervescence dans sa tête. Entre les cries de joie, les idées farfelues et les tentatives de "pimenter" les choses ... Il était tellement absorbé par ses pensées et par sa réussite qu'il n'avait pas vu le danger arriver. Une femme, qui marchait en sens inverse et en sa direction. John écarquilla les yeux et à l'aide de grands gestes de mains, il lui hurla dessus.

- Tire toi de là grognasse ! Hors de la piste ! Dégage !!!

Mais c'était déjà trop tard, la collision était inévitable ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Mer 28 Aoû - 17:42

Depuis quelques jours, Stern s'était éloignée des activités de la guilde. Elle avait en tête de s'aérer l'esprit et de s'isoler des problèmes du royaume pour se recentrer sur ses propres soucis ou du moins, tenter d'y réfléchir. Ses récentes rencontres avec Vortigern n'arrangeaient rien et les remarques que lui avaient fait Gaheris sur la mission qu'elle comptait entreprendre la tracassaient davantage. Ces responsabilités lui pesaient et entre son devoir envers les siens et le début d'alliance qu'elle avait forgée avec le roi, Stern ne savait plus où donner de la tête. Et comme toujours, la jeune femme n'avait qu'une façon d'éclairer ses esprits : marcher, autant que possible, sans réfléchir.

Stern avait dans un premier temps voyagé à cheval depuis le siège de la guilde avant d'atteindre le mont Albus, où elle comptait passer la journée à sillonner la forêt à pied en quête de paix, une façon d'évacuer son stress et la pression de ces derniers temps. Ce qui était un projet perdu d'avance… Stern avançait d'une démarche frénétique et rapide, presque plus pour s'épuiser physiquement que pour apaiser ses esprits. Elle pensait, réfléchissait, sans parvenir à laisser le calme l'envelopper. Et au contraire, plus elle avançait, plus elle se sentait mortifiée et angoissée par la situation. Ce sentiment était un rare chez elle, mais elle avait l'impression qu'un étau l'enserrait de toute part, prêt à la réduire en pièce au moindre acte irréfléchi.

Ainsi la jeune femme avait sillonné la forêt plusieurs heures depuis le matin, sans regarder où elle posait les pieds ni sans remarquer le paysage. Bientôt, ses pieds ne piétinèrent plus l'herbe mais le froid se fit sentir pour laisser place à une étendue neigeuse, typique des hauteurs du mont Albus. Stern ne s'était pas rendue compte de la température, ni de ce changement de décor d'ailleurs. Elle se contentait d'avancer, toujours plus loin, sans but.

Mais elle fut interrompue brusquement par des cris qu'elle entendit se rapprocher à une vitesse folle. La jeune femme n'eut pas le temps de tourner la tête qu'elle fut percutée par un quelque chose d'absolument énorme et rigide, qui la cogna durement à la hanche. Elle fut projetée sur plusieurs mètres avant de s'étaler dans la neige. Par miracle, elle avait évité les arbres qui l'entouraient et la chute fut amortie par la matière neigeuse. Ce qui ne l'empêcha pourtant pas d'être parfaitement sonnée, même si elle entendit de loin un bruit de fracas. Stern se redressa doucement et porta la main à sa tête quelques instants, afin de reprendre son équilibre. Une douleur fulgurante la lança dans la cuisse et rapidement, la jeune femme y découvrit une coupure taillée assez profondément dans le cuir sur vingt bons centimètres, laissant sa peau à nu et le sang s'écouler sur la neige immaculée. Son épaule était très douloureuse et Stern avait l'impression de s'être bloquée un os dans la collision, tant elle avait du mal à remuer le bras. Sa cheville avait aussi reçu quelques écorchures, moins profondes mais qui saignaient pourtant sans s'arrêter.

Elle grinça des dents et ne se soucia même pas des débris de la chose qui l'avait culbutée, ni de son "propriétaire" qui lui avait hargneusement hurlé dessus avant la collision. La jeune femme s'assit sur la neige et replia ses jambes pour examiner sa plaie qui démarrait au sommet de sa cuisse, sur le côté de la jambe. Voilà qui n'allait pas être simple, surtout d'une main. Mais il lui fallait arrêter le sang le plus rapidement possible. Heureusement, Stern avait depuis toujours sur elle une minuscule sacoche accrochée à sa ceinture dans laquelle elle gardait un matériel de soin rudimentaire mais essentiel. La jeune femme grimaçait tant la douleur était insoutenable. Elle détacha d'une main la lanière qui retenait quelques petites lames à son autre cuisse pour l'enrouler par la suite autour de sa blessure. Mais avant cela, la jeune femme s'empara de sa sacoche et en sortit du tissu qu'elle posa sur la neige afin de l'humidifier et le poser sur la blessure. Le contact fut glacé au point de la brûler et douloureux, mais il fallait désinfecter. L'étendue de la coupure était considérable et le sang continuait de s'écouler sur la neige. Sans plus attendre, Stern s'empara d'une aiguille et de fil mais avant de se mettre à l'ouvrage, elle leva les yeux vers le cadavre de l'étrange instrument un peu plus loin. Elle y voyait une silhouette, emmitouflée dans une fourrure épaisse et elle ne pouvait pas distinguer grand chose. La jeune femme se contenta donc de lancer :

– En vie, le grincheux ? A moins que votre crâne dépourvu d'intelligence se soit lamentablement éclaté contre cet arbre ?

Et tout en rebaissant les yeux sur sa blessure, elle placa sa lanière en cuir entre ses dents et mordit, tout en piquant sa peau pour la recoudre. La tâche était difficile d'une seule main, mais c'était une question de survie. Le sang qui rougissait le fil n'était pas non plus d'une grande aide, mais c'était là la seule solution. Tout en mordant le cuir, une façon de renflouer la douleur, Stern tremblait tout en recousant la plaie qui barrait sa cuisse. Elle devait se tordre pour atteindre cette zone de son profil, ce qui rendait encore plus difficile la tâche. Son épaule l'handicapait, mais finalement, peut-être que cet homme était l'envoyé prêt à lui faire oublier ce qu'elle cherchait à fuir depuis des heures. car actuellement, la jeune femme ne pensait plus à rien, et n'éprouvait rien d'autre que cette douleur. Finalement, cette collision tombait à un moment parfait et Stern eu presque l'envie d'en rire. Fallait-il cela pour l'éloigner de ses tracas ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Mer 28 Aoû - 20:38

John hurlait, à la fois comme pour se prévenir lui-même de la collision imminente et à la fois pour prévenir la jeune inconnue du danger qui l'attendait ... Et possiblement de la douleur. Mais, trop tard c'était trop tard, il a heurta de plein fouet, crispant son visage et tournant la tête comme pour se cacher et surtout, se préparer au choque, attrapant fermement les attaches de la luge. Quelques secondes qui lui parurent une éternité s'écoula, alors que son coeur était d'air, puis, il eut une violente secousse suivit d'un bond puis, la luge dérapa et se mit à faire des tonneaux, rebondissant sur la neige. Une fois de plus, il hurlait à en perdre le souffle puis, sous la force des éléments, il lâcha prise et s'envola, envoyant balader la planche de bois. Un vole plané d'une dizaine de mètres qui se termina contre un arbre, arbre qui lui arracha un cri de douleur lorsqu'il le percuta. Il retomba mollement sur le sol enneigé puis, une masse importante de cette même matière blanche tomba des feuilles pour le recouvrir intégralement. Ce qu'il était arrivé à la jeune dame ? Il ne le savait pas et il s'en fichait éperdument à cet instant. Il n'osait même pas rouvrir les yeux, il se croyait mort ... Le temps d'un court instant avant qu'une vive douleur ne le prenne au dos. Une douleur si forte et soudaine qu'elle lui coupa tout simplement le souffle, le forçant à se cambrer le plus possible sous la neige, neige qu'il évacua d'ailleurs à l'aide de grands gestes de bras, dessinant véritablement un ange sur le sol.

Malheureusement, il avait toujours autant de difficultés à respirer, il était comme bloqué. Il prit son courage à deux mains et joignit ses deux mains avant de les envoyer aussi fort que possible sur son ventre, le faisant se remettre à plat dans un certain bruit très typique d'une colonne qu'on étirerait, quel soulagement !

- Aaaaaaah ...

Soupira-t-il longuement tout en reprenant son souffle. Fort heureusement pour lui, l'épais manteau fourré qu'il portait avait en partie amortie le choque et il ne s'était rien brisé, même si sa colonne avait prit un sacré coup pour s'être contractée aussi violemment. Il resta là, dans la neige, à reprendre son souffle, sans se soucier de rien d'autre lorsqu'une voix retentit.

– En vie, le grincheux ? A moins que votre crâne dépourvu d'intelligence se soit lamentablement éclaté contre cet arbre ?

Cette femme ... Elle était encore en vie après ce qu'il s'était passé ? Étonnant mais, dans le fond, ça lui était égal. Néanmoins, elle avait dit quelque chose d'intéressant et aussi se releva-t-il en un bond.

- Ah oui je me suis pas pété le crâne, j'avais oublié !

Dit-il l'air de rien, avant de retirer sa chapka et ses lunettes puis d'attraper le tronc d'arbre entre ses mains et de le frapper aussi fort que possible avec sa tête, jusqu'à ce que le sang finisse par couler correctement. Il serrait les dents et, la respiration tremblante, il contenait sa douleur puis il s'exclama avec un brin de satisfaction ...

- Problème réglé !

Il s'en alla chercher sa luge, qui s'était échouée plus loin puis, ses effets qu'il avait retiré et remonta ensuite la pente sourire aux lèvres, passant devant la femme qu'il avait heurté sans faire attention à elle, comme si elle n'était tout simplement pas là. Il remonta la pente ainsi sur une dizaine de mètres puis, il revint au pas de course, la redescendant et interpellant la jeune femme tout en s'accroupillant à côté d'elle, le visage à ruisselant de sang.

- J'ai vue une grosse bête, énorme, avec plein de cuir partout et puis moche en plus. Elle grimpait la pente ... C't'incroyable ça ... C'troublant même.

Dit-il sur le ton de la confidence et la mine comme surprise, un air d'interrogation tracé sur son visage. De quoi ou de qui parlait-il ? Ça, il n'y avait que lui pour le savoir mais, il n'était pas soucié de l'état physique de cette femme, ni même de son identité et encore moins de la raison de sa présence ici. Quoi que, le descriptif dressé n'était pas sans rappeler la précédente situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 1 Sep - 18:46

Stern était  concentrée sur sa blessure, préoccupée par ce sang qui ne cessait de couler le long de sa cuisse. Les sutures étaient noyées sous le liquide écarlate et la jeune femme n'y voyait plus rien. Elle avait l'impression de recoudre à l'aveugle, sans pouvoir aperçevoir le fruit de son travail. Enervée par la situation, elle sentait la sueur perler sur son visage et ses traits se crisper. Si cela continuait comme ça, elle allait se vider de son sang ici-même. Et cet homme qui prenait ses paroles au pied de la lettre en se fracassant la tête contre un arbre…

– Vous êtes un allumé… murmura la jeune femme plus pour elle-même que pour cet étrange individu.

En plus de cela, il avait un accoutrement étonnant et un instrument qui ressemblait à du verre qu'il avait sur ses yeux avant de le retirer. Qu'etait-ce donc que tout cet attirail et ce comportement complètement loufoque ? Pendant qu'il vaquait à ses occupations, Stern revint à ses points de suture et remarqua que l'exercice se compliquait davantage puisque ses mains commençaient à trembler sérieusement. Et en fait, elle ne les sentait même plus. A la fois frigorifée et affaiblie, elle jeta rageusement ses instruments dans la neige avant de tenter de se redresser, sans succès.

Stern n'avait même pas remarqué que l'homme s'était accroupi près d'elle pour la charrier tant la situation l'énervait. Elle ne pouvait rien faire concernant sa blessure, ce qui la dérangeait au plus haut point. Alors, elle tenta de reprendre son calme et allongea sa jambe dans la neige avant de passer un peu de la matière blanche sur la plaie refermée sommairement, pour retirer la plus grande partie de sang. Ce contact la brûlait mais c'était la dernière solution, quoique stupide, qu'elle avait trouvé. Elle prit une profonde inspiration et tourna la tête vers l'homme à côté d'elle, avant de déclarer d'un calme presque trop poussé :

– Savez-vous si la neige a des vertus régénératrices ? Je suppose que non. En fait, c'est complètement stupide. Comme si tremper une plaie de cette taille dans de l'eau solide allait la refermer. Et bien tant pis. Je suis condamnée à mourir ici aux côtés d'un parfait idiot qui s'assomme contre les arbres pour le plaisir.

Elle se mit à sourire. Stern se rendait compte que la situation l'amusait, ce qui était aussi surprenant qu'incompréhensible. Enfin, ses idées se clarifiaient et elle pouvait se distraire… bien que ce soit d'une façon assez invraisemblable. Elle adressa un sourire à l'homme et se laissa tomber dans la neige, détournant le regard. Sur un ton quel souhaitait parfaitement sérieux, elle déclara :

– Alors, nous sommes aussi amochés l'un que l'autre. Que voulez-vous faire pour votre dernière heure en tant qu'être vivant ? Nous sommes en pleine nature, isolés, fatigués, choqués, stressés… Et je n'ai pas envie de passer ma dernière heure à me lamenter ! Je vous écoute.

La question était tout à fait sérieuse, même si Stern comptait profiter de ce moment pour laisser agir les soins sommaires qu'elle avait apporté à sa blessure. Certes, la plaie était mal recousue et la neige ne retiendrait pas l'écoulement, mais cela devrait tout de même suffire à ralentir l'hémorragie. A présent, ce n'était qu'un dilemme. Mais Stern pensa alors à une autre solution et tourna les yeux vers l'homme :

– Que pensez-vous d'une amputation ? Je ne parle pas de votre tête bien sûr, vous n'auriez rien à y gagner.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 1 Sep - 21:01

John était très pensif et il ne s'était même pas rendu compte que la jeune femme n'avait pas réussi à recoudre sa plaie et qu'elle perdait beaucoup de sang. En fait, il ne sortit réellement de sa réflexion au sujet de la perte de leur feuillage par les arbres en hivers que lorsque la blessée recouvrit sa plaie de neige. Il la regardait avec étonnement, pas vrai pour la stupidité du geste mais, plutôt comme s'il venait de sortir de sa bulle et qu'il ne comprenait pas ce qu'il se passait.

– Savez-vous si la neige a des vertus régénératrices ? Je suppose que non. En fait, c'est complètement stupide. Comme si tremper une plaie de cette taille dans de l'eau solide allait la refermer. Et bien tant pis. Je suis condamnée à mourir ici aux côtés d'un parfait idiot qui s'assomme contre les arbres pour le plaisir.

Elle se mit à sourire et lui aussi. Sans rien lui répondre, il pencha sa tête sur le côté, la fixant du regard, large et moqueur sourire aux lèvres. Elle se coucha dans ensuite dans la neige, sous le regard amusé de John qui ne pouvait s'empêcher de remarquer la parfaite silhouette de cette dame. En fait, son corps contrastaient très bien avec la neige et faisait ressortir ses courbes. Il ne dit pas un moment, se contentant de la dévisager le regard plein d'envie douteuses. Il ne fit pas plus attention que cela à sa plaie, par ailleurs. Elle reprit sur un ton sérieux, chose qui n'était pas très normal compte tenu de la situation.

– Alors, nous sommes aussi amochés l'un que l'autre. Que voulez-vous faire pour votre dernière heure en tant qu'être vivant ? Nous sommes en pleine nature, isolés, fatigués, choqués, stressés… Et je n'ai pas envie de passer ma dernière heure à me lamenter ! Je vous écoute.

Aussi amochés, pas vraiment. John n'était que blessé à la tête et ses origines Elfiques lui garantissaient la survie. Par ailleurs, il n'était ni fatigué, ni stressé et encore moins démuni. Non, il était bel et bien en situation de force car en pleine possession de ses moyens. Maintenant, l'idée de tenir la discussion jusqu'à ce qu'elle finisse par rendre l'âme ne lui déplaisait pas.

– Que pensez-vous d'une amputation ? Je ne parle pas de votre tête bien sûr, vous n'auriez rien à y gagner.
- Détrompez-vous.

Lui répondit-il presque aussitôt, sur un ton solennelle et sourire aux lèvres, comme toujours. Il soupira puis, il s'allongea à son tour dans la neige, passant ses deux jambes par dessus la taille de la jeune femme et les reposant tout simplement dessus. Un appuie chaud et confortable, que demander de plus ?

" Elle est faible, on la viole ? "

Dit alors Jonathan, la mauvaise personnalité du scientifique, à l'intérieur de son esprit. Il ne supportait pas beaucoup la critique, on pouvait même dire qu'il était très susceptible pour ne jamais être content, tout le temps au colère et au bord de la dépression.

" En voilà des manières de traiter une dame en détresse ! Nous devrions plutôt lui acheter ses charmes. "
" À quoi bon les acheter puisqu'on peut les avoir gratuit ? "
" Matière première en abondance, utilisation expérimentale recommandée. "
" Toi ta gueule ! Si on fait ça il y aura plus rien à fourrer après ! Ou alors avec beaucoup de difficultés ! "
" Ou alors, on peut encore la revendre à Elildinar comme esclave sexuelle, Zorba nous l’achètera à un très bon prix. "
" Moi avoir envie de bambam avec elle ! "
" Expérimentation requise, nécessite : progression, évolution, rareté. "
" D'abord l'argent ! "
" D'abord le cul ! "
" Non l'argent ! "

" Non j'ai dit le cul ! "

John, les laissant débattre, se redressa, attrapant la luge et sans, d'un air tout à fait naturel, il fracassa la planche de bois sur son front, en frappant très fort, si fort qu'il en fut étourdi pendant un instant. Voilà qui mit fin à ses maux de tête.

- Ça va les gars, vous êtes calmés ?

Dit-il en s'attrapant son front qui signait de plus belle. Il secoua la tête, essayant tant bien que mal d'encaisser la douleur puis, tourna son regard vers la blessée, tout sourire. Il se pencha un peu vers elle et prit quelques mèches de ses cheveux pour lui couvrir le visage, avant de se mettre à rire. Puis, il observa ses jambes. Il attrapa la saine, et passant sa main sous on genoux, il la ramena vers lui, la pliant par la même occasion. Il mit la main à l'intérieur de son mention et ressortit une sorte de loupe de diamantaire.

- Ah oui, en effet, la blessure est très grave. Je me demande comment vous faites pour ne pas hurler. La force de caractère certainement. Mais, vous ne tiendrez pas très longtemps comme ça.

Mais il s'agissait bien de jambe intacte qu'il examinait. Il retira la botte de la jeune femme et, observant sa jambe nue, il manipula ses articulations.

- Hmmmmm ... Non, une amputation serait exagérée, on ne peut pas simplement se permettre de gaspiller de la matière d'aussi bonne qualité pour une petite égratignure, voyons ! Et puis, pour votre information, les jambes, ça ne repousse pas et les implants, c'est pas pratique et ça coûte cher.

Dit-il en toquant sa jambe en fer, provoquant ainsi un bruit aux consonances métalliques. Finissant son examen, il la laissa retomber dans la neige. Son sang coulait sur son visage, ruisselant jusqu'à son menton d'où il s'écoulait sur les affaires de la blessée, sans que cela ne semble vraiment l'inquiéter. Il soupira une seconde fois puis, il se pencha au dessus d'elle, large sourire sur le visage et un brin de sadisme dans ses yeux.

- Je peux vous soigner mais, il va falloir payer. 250 pièces de cuivre ou je vous laisse crever ici ! Vous me servirez ainsi de matelas pendant deux ou trois jours puis, de chair pas trop fraîche pour mes expériences. C'est à vous de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Mer 4 Sep - 21:26

L'homme avait imité son geste en s'allongeant à son tour dans la neige. Il reposa ses jambes sur la jeune femme qui fronça les sourcils devant cette initiative franchement déplacée. Mais elle n'eu pas le temps de les retirer elle-même que l'homme se redressa presque aussitôt. Il se fracassa dans la foule le crâne contre une planche, ce qui fit sursauter Stern. Le sang jaillit de nouveau de son front, sans que Stern n'y comprenne rien. D'ailleurs, elle ne comprenait pas non plus son comportement et sa façon de se parler à lui-même. Elle end entait complètement interloqué. Etait-il fou ?

Il se mit ensuite à lui sourire, sourire que l'assassin ne lui rendit pas, bien trop perplexe pour prononcer le moindre mot. Le geste suivant agaça la jeune femme qui rabbatit vivement ses cheveux derrière ses épaules d'un geste de la main. Que cherchait-il ? Il avait sérieusement du se cogner la tête… Enfin, il s'empara de sa jambe dénuée de toute blessure pour l'examiner de plus près. Stern était tellement gênée par cette situation qu'elle trouvait tout à fait incompréhensible qu'elle ne bougea pas. Elle le fixait juste, sans chercher à comprendre tant ce comportement était inexplicable. Il retira sa botte et  Stern grogna, voulant battre en retraite, surtout qu'il observait sa jambe qui n'avait rien. Alors qu'elle commençait à s'impatienter, l'homme lui fit remarquer la jambe artificielle qu'il s'était plantée dans le corps. Le bruit du métal fit tressaillir Stern tandis que l'homme relâchait sa jambe dans la neige. Et lorsqu'il se pencha sur elle, la jeune femme tenta tant bien que mal de reculer son visage, sans grand succès. Ce fou était vraiment demeuré. Et la proposition qu'il lui faisait était parfaitement indécente et absurde, ce qu'elle ne manqua pas de lui faire remarquer :

– Eh bien laissez moi crever. Après tout vous m'aurez sur la conscience et je ne vous demande rien. je me débrouillerai seule et vous mourrez peut-être avant moi vu la tête que filez.

Et sur ces mots, Stern replia sa jambe ensanglantée et l'amena sous con corps. Elle tenta de re relever, mais bascula bien vite avant de se rattraper dans la neige. A demi-accroupie, elle se sentait dans une mauvaise posture et se doutait qu'elle avait l'air ridicule, mais peu importait. D'un coup, son humeur avait changé et elle commençait à s'inquiéter de la situation. De nouveau énervée, elle lança à l'homme au dessus d'elle d'un ton assez brusque :

– Ce n'est pas parce que vous avez envie de vous suicider de façon pitoyable en vous fracassant le crâne comme un demeuré que je dois vous imiter !

Et tout en évacuant sa haine verbalement, la jeune femme tenta à nouveau de se redresser. Elle se hissa sur ses deux jambes et fit quelques pas, difficilement, avant de retomber lourdement contre le tronc d'un arbre. Ses nerfs lâchèrent et Stern cria, non pas de douleur mais de rage. Contre elle même, et contre le fait de ne pouvoir rien y faire. D'une voix agressive, elle lança à l'inconnu dont le rire la mettait hors d'elle-même :

– Qu'êtes vous au juste pour dévaler une pente mortelle sur une planche de bois munie de lames ? Je vais vous le dire ! Un abruti !  Et vous méritez peut-être bien de crever là finalement !

C'était fait, elle avait évacué. Et pas de la façon la plus raisonnable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Jeu 5 Sep - 21:15

– Eh bien laissez moi crever. Après tout vous m'aurez sur la conscience et je ne vous demande rien. je me débrouillerai seule et vous mourrez peut-être avant moi vu la tête que filez.

Lui répondit-elle sèchement avant de replier sa jambe blessée en dessous d'elle, surement sur le coup de la colère. Voilà qui ne manqua pas de faire sourire John, même si elle lui avait rejeté sa proposition sur la figure et n'avait pas tenu compte de ses menaces. Elle le bouscula ensuite, essayant tant bien que mal de se relever sans qu'il ne cherche à l'en empêcher mais sans qu'il ne cherche à l'aider non plus. Il la regardait faire, il la regardait se démener pour son plus grand plaisir, elle se livrait à une expérience comportementale bien malgré elle, en fait. Elle trébucha, n'arrivant même pas à un faire un seul pas.

– Ce n'est pas parce que vous avez envie de vous suicider de façon pitoyable en vous fracassant le crâne comme un demeuré que je dois vous imiter !

Mais, tenace, elle se releva un seconde fois. Pourquoi se mettre dans un état pareil ? Taliaferro commençait doucement à rire, la colère de cette femme l'amusait et il ne savait pas pourquoi. Il ne l'avait même pas écouté, il la regardait faire et riait de plus en plus fort. Après quelques difficiles pas, elle retomba contre un tronc, ce qui fit "exploser" le scientifique davantage. Le voilà allongé dans la neige, en train de rire et de se tenir les côtes, ne l'écoutant tout simplement plus.

– Qu'êtes vous au juste pour dévaler une pente mortelle sur une planche de bois munie de lames ? Je vais vous le dire ! Un abruti ! Et vous méritez peut-être bien de crever là finalement !


Lui cria-t-elle dessus avec rage. Il riait jusqu'à en perdre son souffle, allant même jusqu'à verser une larme tant ses côtes lui faisaient mal à cause de sa crise de rire. Le problème, c'est que la larme se multiplia bientôt et le voilà en train de pleurer et se tenir le visage entre ses mains. En fait, on ne savait pas trop s'il riait encore ou s'il pleurait depuis le début ni quand la transition avait opéré mais, quoi qu'il en soit, elle était là. Il avait la voix saccadée et basse, un peu comme en sanglots.

- In nomine scientiae, In nomine scientiae ... Répétait-il en boucle avant de se mettre à crier. C'est pas moi ! J'ai rien fait ! C'était un accident !!!

Les choses commençaient à changer pour lui, la lumière devenait lentement ténèbres, la neige rougissait, des formes puis des ombres apparaissaient lentement, se faisant de plus en plus proches et menaçantes. Des cris, des plaintes, des hurlements de détresses. Taliaferro s'attrapa la tête, son corps commençant à se couvrir de sueur. Il se recroquevilla sur lui-même et se tourna sur le côté. Son regard se troubla, il devint tremblant, vitreux, perdu dans le vide. La terreur s'imprimer peu à peu sur son visage. Une simple impression ? Probablement pas, il était pétrifié et froid, tremblant comme une feuille au vent. Il semblait avoir si peur que sa respiration en été bloqué, comme paralysé par quelque chose que seul lui voyait. Sa voix était étouffée, pratiquement inaudible et il n'arrivait pas à parler, se contenta de laisser sa mâchoire trembler, elle aussi, et de souffler comme s'il expirait son dernier souffle d'air. Son rythme cardiaque avait fait un bond, tellement fort que le sang afflue de nouveau sur son visage au travers des plaies qu'il s'était fait. Des images affreuses lui revenaient, son regard se perdait, allant d'hallucinations en hallucinations et un vive sentiment de culpabilité mêlé d'oppression l'envahit. Il revoyait tout ceux et toutes celles qu'il avait tué, leur souffrance, leurs cris, leur haine et leur visages. Tout son passé défilait devant ses yeux, alors en proie à une véritable crise d'hallucinations, peut-être même de la démence. Il perdait peu à peu connaissance, se sentant comme vidé de ses esprits. C'était arrivé vite et d'une façon à laquelle il ne s'attendait pas, il avait relâché sa garde, elle ne l'avait pas raté.

Dans sa tourmente, il eut encore la lucidité de tourner son regard vers la jeune femme et de se focaliser dessus, essayant tant bien que mal d'oublier ce qu'il était en train de se passer et renvoyer sa "conscience" de là où elle venait. Un exercice difficile mais, l'unique solution. Il ferma un moment les yeux puis, lentement mais sûrement, sa respiration se débloqua, pour revenir à la normale, il y avait échappé de peu. Il se décrispa, relâchant sa tête et ses cheveux trempés. Son coeur ralentissait et les illusions disparaissaient lentement, comme chassées par la lumière du jour. Malgré tout, son regard resta tourné vers elle, sans qu'il ne prononce un mot, un regard vide de toute émotions. Il resta encore ainsi un moment puis, il cligna plusieurs fois des yeux avant d'essuyer le sang de son visage avec ses mains, puis de se relever. Il était encore un peu tremblant mais, il s'avança vers elle, chancelant et sourire maladroit aux lèvres.

- Et bah bon ... C'était moins une ! Dit-il comme si de rien n'était. Il s'accroupit à côté d'elle. De toutes les façons, vous ne pourrez aller nulle part dans cet état.Dit-il avant de passer ses bras en dessous d'elle et de la soulever. Alors ne me faites pas chier ! Ou sinon je vous empale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Sam 7 Sep - 16:29

Stern s'était tu devant le rire incontrôlable de l'homme. Elle ne saisissait pas ce qui pouvait lui passer par la tête tant son attitude était intrigante et complètement décalée au vu de la situation. La jeune femme restait assise à genoux dans la neige, la main appuyée sur sa blessure, tout en observant cet homme qui avait l'air de se battre contre ses démons intérieurs. La scène qui se déroulait sous ses yeux était devenue inquiétante, et Stern ne savait pas quoi faire. Elle aurait voulu se lever mais de toute évidence, elle en était complètement incapable. L'inconnu avait l'air d'être en pleine hallucination, ce qui était presque effrayant. Son visage inexpressif ne rassurait pas Stern, qui ne disait rien et restait immobile.

Après un moment qui lui parut interminable, l'homme se tourna vers elle et la dévisagea. Stern soutint son regard, cherchant  à comprendre ce qui pouvait bien lui passer par la tête. Le vide dans ses yeux ne lui disait rien. En réalité, il ressemblait presque à un mort sans aucune émotion et vidé de sensations. Décidemment ce personnage avait l'air complètement instable et un brin dément. Mais que faire dans cette situation ? Blessée comme elle était, la jeune femme ne pouvait rien faire et même si elle avait pu le rejoindre, que lui aurait-elle dit ? Rien. Elle ne le connaissait simplement pas et ne pouvait rien pour lui. Le visage de l'assassin s'assombrit. Pourquoi pensait-elle à cela ? Elle n'éprouvait jamais de compassion et n'offrait que rarement son aide. Et de l'aide, en avait-il seulement besoin ? Perdue dans ce flot de pensées, Stern ne le sentit même pas à approcher ni la saisir fermement dans ses bras pour la soulever du sol. Ce fut sa voix qui la sortit de ses pensées et elle se rendit soudain compte de la situation. C'était bien la première fois qu'on la prenait comme ça et certainement la dernière. D'où se permettait-il ce geste ? Elle se mit à se débattre quelques secondes tout en lâchant avec une colère pourtant amoindrie :

– Laissez-moi, je ne vous demande rien ! Relâchez moi !

Elle se débattit encore plusieurs secondes, sans succès. Sa blessure termina de la paralyser dans les bras de l'homme, et la douleur dans sa cuisse la lança d'une façon fulgurante. Elle grimaça et ne pu s'empêcher d'émettre un faible gémissement, qu'elle fit rapidement passer pour une toux parfaitement simulée. Elle se doutait que son interlocuteur ne serait pas dupe, mais elle pouvait toujours tenter. Une fois calmée, la jeune femme prit un air agacé et déclara :

– Où comptez-vous m'emmener au juste comme ça ?

Elle saisit le col de l'homme et en approcha son visage, avant de le reculer presque aussi brusquement :

– Mais depuis combien de temps ne vous-êtes vous pas lavé ? Au moins deux siècles ! Et vous osez portez une femme dans vos bras avec cette odeur de poisson désséché depuis trois semaines ?

Sans s'en rendre compte, l'assassin parlait avec un trait d'humour dans la voix. Cela ne lui ressemblait pas, et encore moins le fait de ne pas résister à ce geste franchement déplacé. Mais vu la situation, elle n'avait pas réellement le choix. Et dans cette situation et même si elle ne voulait pas se l'avouer ni l'avouer à l'homme qui la portait, elle se demandait ce qu'il allait faire d'elle. Et sur cette idée, elle glissa à voix basse pour elle-même, sûre qu'il allait l'entendre :

– Vous devriez me jeter dans le fossé là-bas (Elle désigna du bras un crevasse d'un mètre de hauteur un peu plus loin dans la neige). Ainsi je ne supporterai plus cette horrible odeur...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Sam 7 Sep - 17:06

C'est que ce charmant petit bout de femme se débattait dans les bras du scientifique. Pour une fois, il ne se marrait pas, se contentant de rester calme et l'observer, sans pourtant la lâcher. Il s'attendait parfaitement à ce qu'elle réagisse mal, lui demandant de la reposer, elle ne voulait pas de son aide uniquement pour satisfaire son ego propre. Parfois, il fallait savoir accepter de l'aide, on ne pouvait pas toujours se débrouiller tout seul ... Ou alors, il fallait être prêt à payer le prix cher, choix qu'avait fait John il y a fort longtemps et qu'il faisait encore aujourd'hui. Elle se calma au bout d'un moment, et lui demanda où il comptait l'emmener. Cette question ... Chez lui bien évidemment ! Ça lui ferait surement bizarre et c'est pour cette raison qu'il ne lui répondit pas, se contentant de se mettre en marche et de remonter la pente, tant bien que mal. Elle souffrait aussi de sa blessure, ça se voyait mais, elle essayait de camoufler ses gémissements par de la toux, voilà qui ne manqua de lui arracher un sourire.

Alors qu'il regardait devant lui, elle le saisit par le col et approcha son visage, certainement pour le menacer mais, elle se recula bien vite et cela l'interpella. Il s'arrêta net, tournant son regard vers cette femme dont il ne connaissait même pas le nom et qui n'hésita pas soulever son manque d'hygiène avec une certaine ... Sévérité. Il était à la fois surpris et dépité et, ne comprenant pas pourquoi elle disait ça, il renifla ses aisselles.

- Beuh ... C'pas tout frais mais, ça va, c'est encore acceptable, c'est pas la peine d'exagérer les choses !

Lui répondit-il avec un pointe de nervosité. chose à quoi elle lui répondit ...

- Vous devriez me jeter dans le fossé là-bas. Et tout en désignant une crevasse du doigt, elle reprit. Ainsi je ne supporterai plus cette horrible odeur ...

Il se mit alors à rire, comme lorsque quelqu'un vous aurait raconté une bonne blague, et en guise de réponse, sans cesser de rire, il souleva davantage la jeune femme et ramena son visage sous son aisselle, qu'il coinça à l'aide de son bras.

- Autant vous y habituer tout de suite, vous allez devoir la supporter pendant encore un moment ! Madame la propre !

Il la frotta un peu puis la relâcha, voilà qui aurait le mérite de la faire taire une bonne fois pour toute. Qui était-elle pour plaisanter avec lui de cette façon ? Et puis, il n'aimait pas qu'on plaisante avec lui, il n'était pas du genre à ... Mériter de rire, comme il le disait. Sans un mot de plus, bien qu'en ricanant, il reprit la marche et après une petite demie-heure à grimper la pente, il arriva enfin à destination, en sueur. Essoufflé, il sortit une épaisse et compliquée clé circulaire qu'il enfonça dans la serrure, tout aussi étrange. La porte n'était pas en bois, elle était en fer et elle était massive. Elle ne fut cependant pas difficile à ouvrir, portée sur un ingénieux système qui permettait de répartir son poids dans son encadrement. Il pénétra donc la pièce, creusée à même la montagne. Un salon se présenta en premier lieu. Parqué ciré, meubles en bois nobles, tapisseries rouges et or, lustres, canapé et fauteuils fourrés et de nombreuses bibliothèques aux étagères pleines et parfaitement bien organisées.

- Bienvenue chez moi !

Son habitat n'avait strictement rien à voir avec sa personne, il était tout l'inverse. Propre, minutieux, organisée, élégant ... Pourquoi un pareil fossé ? Seul lui le savait. Il s'avança dans la pièce, creusée à même la montagne mais, qui ne ressemblait pourtant en rien à une grotte, les murs étant habillés et taillés comme ceux d'une maison. Il s'approcha de la table disposée au centre de la pièce et allongea la femme dessus, sans même couvrir le bois.

- Et bien ... Faites comme chez vous !

Dit-il avant de s'en aller à l'étage, sans prononcer un mot de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Sam 7 Sep - 21:03

La réponse de l'homme fut un simple éclat de rire qui redonna quelque peu le sourire à Stern. Dédramatiser dans ce genre de situation était la seule chose à faire alors qu'elle perdait abondamment de son sang. D'ailleurs, la jeune femme se doutait qu'elle devait couvrir les vêtements de l'homme de son sang, mais elle ne dit rien. Se faire porter ainsi était très pénible et elle aurait préféré mourir plutôt que de rester dans cette position un instant de plus. Mais elle n'avait pas le choix et au bout d'un moment, elle s'y résigna de mauvais coeur. Mais elle n'eu pas le temps de s'habituer à sa position que l'homme répondit à sa provocation en lui fourrant le nez sous ses aisselles, ce qui la débecta au plus haut point. La jeune femme eu un haut le coeur mais se ressaisit bien vite en retenant sa respiration et en fermant les yeux.

Finalement, il l'écarta, et la jeune femme eu juste le temps de prononcer :

– Vraiment, vous allez me tuer d'une façon encore pire que par une hémorragie…

Le chemin dura une éternité dans les bras de cet homme, et Stern ne tenait plus en place. Même si la douleur la contraignait à l'immobilité, la jeune femme bouillonnait et n'avait qu'une hâte : se hisser sur ses pieds et partir le plus loin possible. En l'espace de deux secondes, cet homme lui avait dérobé sa fierté, ce qui la rendait si souvent irascible. Alors pour passer le temps, Stern se repassa les évènements récent en mémoire. Fruit du hasard ou pas, elle était réellement tombée au mauvais endroit au mauvais moment… Stern se rendit compte qu'elle ignorait totalement le nom de l'homme, comme lui le sien. Elle allait lui demander lorsqu'elle se rient de justesse. Après tout, il éviterait ainsi de lui demander son propre nom, ce qui était plutôt une bonne nouvelle pour elle…

Finalement, elle ne vit pas le temps passer plus que ça et bientôt, ils arrivèrent dans ce qui se révélait être la demeure de l'homme. très loin de l'image qu'il renvoyait, son habitat était propre, rangé et parfaitement habitable. 2tait-il de ceux qui n'accordaient aucun importance à leur apparence mais qui soignaient leurs biens ? En y pensant, Stern comprenait ce point de vue car elle était un peu ainsi aussi. Même si elle ne se négligeait pas, l'assassin n'avait jamais vraiment accordé une grande importance au physique. Elle avait toujours préviligié l'efficacité aux apparences. La jeune femme eu à peine le temps de jeter un oeil au salon que son interlocuteur la posa sur une table.

– Je ne suis pas non plus infirme… marmonna-t-elle.

Et déjà, il avait disparu. Ne tenant pas en place, la jeune femme redressa son buste et s'accouda pour observer la demeure. Décidemment, cet environnement parfaitement rangé était surprenant… sans vraiment l'être. Il était rare que Stern se retrouve chez quelqu'un, si ce n'était dans le cadre d'une mission de la guilde, autrement dit un vol ou un meurtre, la plupart du temps. Se retrouver à la place d'une "patiente" avait quelque chose de très dérangeant. N'y tenant plus et les membres raidis par le froid et l'immobilité, la jeune femme mis un pied à terre puis le second. Lentement, elle se hissa sur ses jambes et s'accrocha à la table avant de faire quelques pas. Elle se pencha et s'empara d'un livre sorti de la bibliothèque avant de le lire en diagonale. De la science, visiblement. Un langage technique qui n'était pas familier à Stern, mais qui impliquait que son possesseur était sûrement calé en la matière. D'ailleurs, qui était-il vraiment ?

En reposant le livre, la jeune femme constata que du sang avait coulé sur le sol. La blessure ne s'était toujours pas arrêtée de saigner, ce qui était dérangeant et surtout fatiguant pour son corps entier. Stern jura à voix basse mais elle n'eu pas le temps de réparer les dégâts que l'homme revenait déjà. Bien consciente qu'il n'allait pas la laisser libre de ses gestes, la jeune femme prit les devants et retira le matériel le plus gênant accroché à sa ceinture, à savoir sa dague la plus longue et son fusil, qu'elle déposa sans rien dire sur le sol. Elle gardait tout de même une petite lame derrière sa ceinture, au cas où… Après tout, elle ne connaissait pas et en terrain inconnu, il lui fallait rester sur ses gardes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Sam 7 Sep - 22:04

- Que je sens le poisson séché depuis trois semaines, non mais l'autre comment qu'elle me parle ?

S'exclamait John devant le miroir de sa ... Salle de bain. Il avait beau se renifler, il ne comprenait à quelle odeur elle faisait référence. En fait, il n'arrivait pas à prendre ça pour de la plaisanterie, il devait forcément avoir un problème au nez pour ne rien sentir ... Ou s'être tellement accommodé à son odeur qu'il ne la sentait même plus. De toutes les façons, couvert de sang et de sueur comme il l'était, un rapide bain ne lui ferait pas de mal et, pour rester en accord avec la tradition, l'eau devrait être glacée. C'était donc tout naturellement qu'il pénétra dans la large cuve d'eau, grinçant des dents au contact de cette dernière. À sa disposition, éponge, savon, brosse et rasoir. Le tout ne fut pas très long, une toilette assez sommaire mais, qui lui permit de retrouver une bien meilleure apparence ... Et odeur aussi, le savon avait la particularité de sentir le citron vert. Un coup de peigne, quelques coups de rasoir par ci et par là pour tailler grossièrement les poils, des affaires propres et le voilà qui prenait la direction de l'infirmerie. Une pièce qu'il avait spécialement aménagé pour se prodiguer des soins. Il avait deux belles blessures à la tête, il fallait arranger ça et vite.

Encore un miroir, une aiguille et du fil chirurgical. Il se massa le front avec une pommade blanchâtre qui eut pour effet de lui anesthésier la zone, puis, minutieusement, en sifflotant, il entreprit de recoudre les deux ouvertures. Le sang coulait encore mais, il avait de quoi l'éponger avant qu'il ne devienne trop gênant. Il avait au crâne, le tournis, surement à cause de la quantité qu'il avait perdu. Ceci fait, il appliqua un bandage tout autour de son front, redressant ses cheveux par la même occasion puis, rangea soigneusement le matériel. C'est qu'il prenait son temps, oubliant complètement la jeune femme. Il descendit les escaliers, habillé de sa tenue de tous les jours, pantalon, bottines et veste noires en cuir sous laquelle se trouvait une chemise blanche avec une ceinture grisâtre à boucle autour pour serrer son pantalon, le tout joliment froissé et négligé.

Quelle ne fut pas sa surprise de trouver la blessée debout sur ses deux pattes, livre ouvert à côté d'elle. Était-elle à ce point là à cheval sur la fierté ? Au bout d'un moment, ça n'avait plus de sens. Il observa le sang qu'elle laissait couler sur son sol tout propre, relevant un peu les sourcils l'air curieux. Chose encore plus curieuse, c'était le fait qu'elle retire sa ceinture, se désarmant par la même occasion, allait enfin rendre les armes ? Il remarqua un pistolet à cette dernière, chose qui le surpris au plus au point. Il ne dit rien cependant, il le récupérerait certainement en temps voulu. Il ricana un peu puis, s'approcha d'elle. Pas question de la soulever cette fois-ci, elle le prendrait encore mal. Non, il se contenta, en silence, de faire passer son bras derrière ses épaules puis, il l'aida à marcher jusqu'aux escaliers et à monter ces derniers, l'emmenant à son tour à l'infirmerie.

Une pièce blanche, carrelée et éclairée à la lumière d'un énorme cristal, plaqué au plafond, qui émettait également une lumière blanche. Une formation cristalline très rare qu'il avait trouvé dans le trésor de l'Orc. Elle avait la particularité de rayonner d'elle-même, tant qu'il n'y avait pas d'autres sources lumineuses. Voilà qui fit rapidement son bonheur. Il installa la jeune femme sur une sorte de fauteuil dont il rabaissa le dossier pour la faire s'allonger, toujours sans rien dire. La pièce était très propre, beaucoup plus que le salon. Il s'en alla chercher quelques outils, semblables aux précédents qu'il avait utilisé, ainsi que la même pommade. Ceci fait, il réuni tout cela dans un plateau en cuivre puis s'en alla chercher un seau d'eau et une serviette propre, avant de s'installer près d'elle, au niveau de sa jambe injuriée.

- Il n'y a qu'une seule instruction à respecter, taisez-vous.

Il prit la serviette qu'il trempa dans l'eau puis, il nettoya calmement sa plaie mal recousue. Il y avait beaucoup de sang à enlever et l'eau devint rapidement rouge. Cependant, il resta calme et concentré. Lorsque la plaie fut dégagée, il retira tout doucement le fil qu'elle avait tant bien que mal essayait de passer pour la recoudre, tout en faisant la grimace comme pour lui dire qu'elle avait mal procédé. Il stérilisa ensuite l'endroit à l'aide d'une solution chlorée. Appliquer l’anesthésiant dans ces conditions serait difficile, la chair était à nue par endroit, il lui faudrait être très minutieux. Il en prit une noisette qu'il étala à l'aide du bout de ses doigts jusqu'à absorption complète sur le premier tiers puis, ceci fait, il entreprit de recoudre la première partie. Tout ce sang lui donnait la nausée mais, il devait faire avec. Il recommença l'opération deux fois de plus, jusqu'à complètement recoudre la plaie. Il la nettoya une dernière fois, appliqua une poudre incolore dessus, qui devait selon ses dires servir à empêcher la plaie de s'infecter puis, une large compresse pour absorber le sang et au final, quelques bandages. Une vingtaine de minutes d'efforts au bout desquelles il pouvait finalement souffler.

- C'est comme ça qu'il faut procéder, Mademoiselle, et pas autrement si vous voulez guérir vite et bien !

Dit-il en se relevant. Encore une fois, il s'en alla nettoyer ses ustensiles, vider l'eau, ranger et laver, tout devait être propre et bien à sa place, c'était pire qu'une manie chez lui. Ceci, il l'invita à se relever, elle n'avait plus vraiment besoin de son aide pour marcher même si cela resterait difficile tant que la plaie n'aurait pas cicatrisé. Il l'accompagna cependant jusqu'à la précédent pièce ou il l'invita à s'asseoir sur un des nombreux canapés présents. Il prit le soin d'essuyer le sang, puis ramasser sa ceinture qu'il s'en alla ranger quelque part, lui assurant de la lui redonner quand elle voudrait partir. Mieux encore il lui offrit de quoi boire et manger, pas grand chose cependant par faute de moyen mais, c'était plus pour le geste qu'autre chose. Ce genre de moments de lucidités étaient assez rares en lui, il fallait croire que c'était le calme après la tempête. Déposant le tout sur table basse devant elle, il s’essaya sur un fauteuil, toujours en face d'elle puis, lui sourit tout en croisant les bras.

- Et bien, nous voilà au chaud, au calme et l'abris. Il serait peut-être temps faire connaissance, vous ne trouvez pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 7:53

Lorsqu'il revint, Stern remarqua que l'homme avait bandé son front, de sorte à soigner ses blessures. Il fallait dire qu'il s'était bien amoché lui-même. Il l'emmena à l'étage et la jeune femme découvrit une pièce blanche qui avait tous les attributs d'une salle d'eau. L'homme l'invita à s'installer dans un fauteuil, ce qu'elle fit, non pas sans méfiance. Stern n'était habituée à ce genre de situation, dans laquelle elle devait se soumettre à son interlocuteur, et cela ne lui plaisait pas. Mais si elle souhaitait éviter de ce vider davantage de son sang sur le sol de cette bâtisse, elle n'avait pas le choix. Elle s'exécuta donc pendant que l'homme entreprenait de s'occuper de la blessure. Il s'appliqua un moment, pendant lequel Stern retenait presque son souffle tant la douleur était insupportable. Mais elle resta calme et immobile pendant la durée de l'opération.

Elle l'observait, alors qu'il s'occupait attentivement de la blessure. Il mettait un grand soin à la tâche et une précision infaillible, doublée d'un calme parfait. Pour Stern, se faire manipuler ainsi était une torture pire que de se faire recoudre à vif. Bon nombre d'homme ne seraient pas restés indifférents au contact de la cuisse d'une femme, mais il n'en était rien, ce qui était assez rassurant. L'anésthesiant qu'il avait utilisé amenuisait un peu la douleur, et Stern resta parfaitement silencieuse. La fin de l'opération fut annoncée lorsqu'il lui banda la blessure, enroulant la cuisse et emprisonnant ainsi la plaie recousue. Ce ne serait pas pratique pour marcher mais au moins, cela aiderait la guérison. A sa remarque, Stern répondit doucement :

– Je ne pouvais pas faire autrement dans de pareilles circonstances… à moins d'éponger le sang sur vos vêtements.

Pendant qu'il vaquait à son rangement, Stern en profita pour étudier le bandage. Il était suffisamment serré, ce qui n'allait pas l'aider à se déplacer correctement. L'idée de rester immobilisée un moment lui déplaisait fortement. Elle n'avait pas l'intention de s'attarder ici. Finalement, l'homme vint l'aider à regagner le salon et elle s'installa sur un canapé, heureuse de soulager sa jambe mais ne montrant rien. La jeune femme avait retrouvé son expression imperturbable. Son visage s'obscurcit lorsqu'elle vit l'homme s'emparer de ses armes pour les déplacer dans une autre pièce. Elle fronça automatiquement les sourcils. D'où se permettait-il ? Elle comptait bien les reprendre, et pas plus tard que maintenant. Finalement il la rejoignit et s'installa à son tour, déposant sur une table divers mets et boissons. Puis vint la question inévitable : celle de la présentation. Stern ne toucha pas à la nourriture et le fixa délibérément :

– Je ne pense pas non. J'aimerais que vous me rendiez mes armes, dans un premier temps. Et dans un second, nous pourrons peut-être discuter.

Discuter certes, mais lui dire qui elle était, certainement pas. A la limite elle pouvait lui donner son nom, car cela n'était plus un secret depuis qu'elle avait rencontré le roi. Mais c'était bien la seule chose qu'elle pouvait lui dévoiler d'elle. Sa première erreur avait été d'emporter son fusil. Voilà qu'elle tombait sur un scientifique qui s'intéressait très certainement à ce genre de choses et instinctivement, la jeune femme se doutait qu'il avait l'intention de ne pas lui redonner. Mais blessée ou pas, elle comptait bien le récupérer, même si elle devait utiliser la force. Cet objet, il était le symbole d'une partie de son passé et le témoin de sa vengeance et de sa rancoeur. Pensait-il vraiment pouvoir lui dérober aussi facilement ? Le simple fait que l'arme ai disparu de son regard la dérangeait au plus au point, elle se sentait mal et n'avait qu'une envie, aller le récupérer elle-même. La jeune femme n'ajouta rien mais son regard était suffisamment glacial pour faire passer le message. Et pour elle, ce n'était en aucun cas un sujet sur lequel plaisanter ou l'agaçer. Dut-elle le tuer pour le récupérer, elle le ferait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 12:17

– Je ne pense pas non. J'aimerais que vous me rendiez mes armes, dans un premier temps. Et dans un second, nous pourrons peut-être discuter.

Un ton sérieux, un regard froid, un visage dur, décidément, cette femme ne voulait pas descendre de ses grands chevaux. John lui répondit par un large sourire, en quoi lui rendre ses armes lui permettrait de discuter ? Certainement qu'elle ne sentait pas en sécurité, ce qui en soit était compréhensible, malgré un détail, cependant, Taliaferro n'était pas armé, lui. Pourquoi autant de paranoïa ? Son comportement était vraiment fascinant pour le scientifique qui, justement, était en pleine étude de ce dernier. S'il se servait d'elle comme d'une expérience témoins, alors ses conclusions n'en seraient que facilitées, en plus d'être de bien meilleure qualité. Cela dit, il faudrait qu'elle accepte de se soumettre à quelques tests et ça, il pouvait d'emblée affirmer qu'elle ne le voudrait pas. Le mieux était encore de ne pas lui dire, de toutes les façons, elle serait influencée si elle était au courant et les résultats seraient faussés. Mieux valait l'observer et la "stimuler". Après un moment de silence, il soupira puis, se leva. Il s'en alla chercher la ceinture qu'il avait précédemment ranger puis, revint la déposer sur la table, devant elle. Le problème, c'est que le pistolet n'y était plus. Il se ressaya, l'air de rien, et l'observa de nouveau, tout aussi souriant. L'arme qui manquait, il la tenait dans sa main, s'amusant à l'examiner sous toutes ses coutures, assez rapidement cependant.

- C'est un pistolet de chasse, de calibre 18 millimètres je dirais. Le canon est lisse, comme toujours, l'allumage se fait avec un platine à mèche et la poignée est muni d'un pommeau en cuivre. Le canon est assez encrassé, il a déjà servit. C'est un ancien modèle, il n'est plus produit aujourd'hui mais, il a une certaine valeur aux yeux des collectionneurs. J'en déduis donc qu'il ne s'agit pas d'un acquis récent, un héritage familial peut-être ?

Il le déposa sur la table, enfin. Cela dit, lorsque la jeune femme se pencha pour le ramasser, il lui donna un claque sur la main.

- Vous êtes chez moi ici, et chez moi, on ne porte pas d'armes, il n'y a tout simplement aucune raison de le faire. Si vous les récupérer devant moi, je vous étrangle, suis-je bien clair ? Il se redressa ensuite sur son fauteuil, croisant de nouveau les bras. Et puis, ce n'est pas la peine de prendre vos airs d'Amazone mal comblée, vous ne me faites vraiment rien avec votre regard froid et votre visage fermé. Et puis, maintenant que vous avez eu ce que vous vouliez, pouvons-nous discuter calmement ?

Il marqua un nouveau silence, prenant un air grave à son tour, un peu comme contrarié pour une obscure raison. Il avait l'air pensif aussi, regardant la table plutôt que son interlocutrice.

- Je m'appelle John, je suis un demi-elfe originaire d'Archeus. Mon père était un Homme, un marchand et ma mère, une Elfe, veuve, professeur à l'université d'Emladris. J'y ai fait mes études là-bas d'ailleurs, je suis devenu une sorte de chercheur dans un peu près tout, enfin presque, j'ai quand même des domaines de prédilection. Ha ... Comment j'ai fait pour arriver jusqu'ici, je ne saurais vous le dire, j'ai moi même du mal à comprendre. Ce que je sais, c'est que je ne suis ni de ce monde ni de cette époque. Enfin ... Il soupira longuement puis, releva son regard vers la jeune femme. C'est à votre tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 13:02

Après un soupir, il s'était relevé pour ramener les armes de la jeune femme avant de les déposer juste devant elle sur la table. A l'exception de son fusil, qu'il garda avec lui. Il avait l'air amusé par la situation et surtout par l'arme en elle-même qu'il manipulait et observait sous toutes les coutures. Stern se raidit un peu plus. Il s'agissait sans doute de son plus grand trésor, et la moindre rayure vaudrait à cet homme de se prendre la table une nouvelle fois dans la tête. Tendue, Stern ne fit aucun commentaire, pressée de récupérer son bien. L'homme commençait à lui faire une description interminable des facultés du fusil, tout ce qu'elle savait déjà. Visiblement il était intrigué, et très, voire trop intéressé. Il n'était pas loin de la vérité quand il parlait d'héritage familial. Stern elle, le voyait plus comme le souvenir de sa première et unique défaite et l'objet de sa haine envers son père défunt.

L'homme mit un terme à son monologue en reposant l'arme sur la table et Stern se détendit un peu, bien qu'elle restait très méfiante. Il devint d'un coup assez agressif dans ses paroles, ce que la jeune femme ne comprenait pas spécialement. mais elle ne répondit rien. Tant qu'il n'y touchait pas et laissait les armes là où elles étaient, elle ne ferait rien. Elle n'était pas la pour le provoquer ni pour perdre du temps. Et elle ne voulait pas non plus répondre à ses questions. Mais cette situation de devoir se soumettre à son hôte dérangeait profondément Stern, qui ne se sentait ni à l'aise, ni en sécurité. Habituellement elle avait toujours les devants. Nerveuse, elle écouta à peine ce que lui déclarait ce dénommé John, et finit par lâcher :

– Votre vie ne m'intéresse franchement pas. Mieux, je n'en ai rien à faire.

Elle était parfaitement sérieuse, même si son ton de voix n'était pas naturel. Elle était en fait perturbée de se savoir là, sans ses armes, presque à rendre des comptes face à un inconnu qui la questionnait sur elle.

– Et qu'en avez vous à faire de moi ? Je m'appelle Stern. C'est tout et c'est déjà très inutile que vous connaissiez mon nom.

Elle dévia le regard et tenta de se détendre, sans grand succès. La jeune femme respira bruyamment. Quelle maudite blessure. Stern riva les yeux vers son fusil posé sur la table. Elle repensa à la question de John et leva son regard vers lui pour poursuivre, son expression dépourvue d'amitié :

– Un héritage de famille, non. Disons juste un vieux souvenir.

Et sur ces mots, la jeune femme releva légèrement son corset en cuir, dévoilant son ventre sur lequel une cicatrice en barrait un côté et au passage, un bout de tatouage qui couvrait sa hanche. Le souvenir de la balle que son père lui avait planté dans le ventre, indirectement. Toujours aussi nerveuse, elle rabaissa le cuir pour recouvrir sa peau. Une cicatrice de plus ou de moins, après tout, elle n'était plus à ça près…

Elle en revint à l'identité de l'homme. Un demi-elfe… c'était vrai qu'il en avait les traits, mais la jeune femme n'y avait pas fait attention. Elle s'était bien plus préoccupée de son état mental et en fit d'ailleurs la remarque :

– Votre descente suicidaire est en revanche plus intéressante que de vous révéler mes origines, mon âge ou je ne sais quoi d'autre. Vous vouliez vous tuer ?

C'était une question directe, aussi franche que la façon de parler qu'ils utilisaient l'un envers l'autre depuis le début.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 13:28

John remarqua avec quelle nervosité la dénommée Stern lui répondait, une nervosité doublée d'une certaine inimitié. Que lui avait donc-t-il fait pour qu'elle en arrive à se comporter d'une façon aussi hostile avec lui ? Elle n'avait pas hésité une seule seconde à le rembarrer quant à ses présentations. Elle gigotait, elle n'arrivait pas à se tenir calme, ce qui était le signe que quelque chose n'allait vraiment pas. Lui faisait-il autant d'effet que ça ? Lorsqu'elle souleva un peu son corset pour lui montrer sa cicatrice, Taliaferro ne pencha pas le regard, restant accroché aux yeux de la jeune femme mais, tout en l'écoutant. Un mauvais souvenir donc ? C'était intéressant. Quelque part, même si elle ne voulait pas se présenter, elle commençait déjà laisser passer quelques informations. Elle ne s'en rendait pas compte et c'était sur ça que tablait le scientifique.

– Votre descente suicidaire est en revanche plus intéressante que de vous révéler mes origines, mon âge ou je ne sais quoi d'autre. Vous vouliez vous tuer ?

À l'entente de cette question, John ricana. Se suicider ... Il aurait bien aimé mais, malheureusement, ce n'était pas aussi facile que ça. Lui expliquer toute l'histoire serait bien trop longue et aussi se contenta-t-il de répondre par une réponse courte et simple.

- Non.

Même s'il savait qu'il avait mit sa vie en danger et que sa survie relevait du miracle plus qu'autre chose mais, dans l'immédiat, le but de sa descente n'était pas se tuer mais de tester ses propres réflexes. Il la regardait, léger sourire aux lèvres, le visage avenant mais, le regard dépourvu de toute émotion si ce n'était un grain de folie.

- Stern ... C'est un prénom peu commun. Je n'aime pas vraiment sa sonorité, ce n'est pas le plus moche mais, ce n'est pas non plus le plus beau. Ce qui est assez étonnant, en revanche, c'est qu'il reflète très bien votre sale caractère et s'accorde à merveille avec votre apparence physique. C'est quelque chose de rare, vos parents ont fait le bon choix. Suite à cela, il lui adressa un dernier regard puis, il se releva, faisant le tour de la table et lui tendant la main. Mais puisque vous ne voulez pas parler, nous allons passer à autre chose. Venez avec moi.

Il n'attendit pas vraiment qu'elle la lui saisisse, c'est lui qui l'attrapa et la tira de force du canapé. Il lui donna une violente tape sur l'épaule, pour la pousser vers l'avant. Il ramassa également la ceinture et le pistolet.

- Allez, avancez !

Son ton n'avait plus rien d'amical, il était devenu sec et hostile, voir même menaçant. Il la poussa ainsi à plusieurs reprises, jusqu'à l'amener dos contre une porte en bois, au fond d'un couloir. Il la fixa un instant, perdant toute son animosité, puis il s'attrapa le front.

- Oh, j'avais oublié que la porte était fermée. Excusez-moi.

Il la poussa encore une fois mais, avec douceur cette fois-ci puis, détacha un trousseau de clé de sa ceinture et déverrouilla la serrure, ouvrant grand la porte. De l'autre côté, une pièce totalement vide et plongée dans l'obscurité la plus complète. Il n'y avait vraiment rien là-bas, juste un large tapis rouge et épais sur le sol. Il se retourna vers Stern et lui remit sa ceinture, lui rendant également son arme, tout sourire.

- Vous voyez, il n'y a pas de raison de s'inquiéter.

Le ton était radicalement différent, cordial, avenant ... Sa gestuelle suivait ses dires, il était tout à fait amical avec elle, à ce moment là. Il l'invita d'un geste de main à rentrer à l'intérieur.

- Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous enfermer, je vais venir avec vous. Simplement, l'obscurité peut avoir des effets très appréciables, parfois. Les Dames d'abord, comme on dit.

Et un énième tour de force pour la faire entrer lui permis d'arriver à ses fins. Il referma la porte de l'intérieur et la verrouilla, bien évidemment. Ici, le silence était total et on n'y voyait absolument rien. John s'en alla s'asseoir quelque part, puis, d'une voix pour la moins malicieuse, il rajouta.

- C'est ici que je viens réfléchir quand j'ai absolument besoin d'obtenir une réponse à une question que je me pose. C'est un peu comme le sanctuaire de la sincérité. Et puisqu'il faut être sincère ici, autant commencer par vous. Je n'ai pas l'intention de vous laisser repartir, ou tout du moins, pas maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 14:06

L'homme s'était mis à rire devant la question du suicide et Stern ne comprit pas pourquoi. Peut-être était-il vraiment fou après tout… Sa réponse ne lui donna aucun détail et elle devinait qu'elle n'en saurait pas plus. D'ailleurs, elle s'en moquait éperdumment. Il se moquait au moins autant provocant qu'elle, si ce n'était plus. La jeune femme avait l'impression d'assister à un duel de coqs depuis le début, mais ils n'avaient rien à se prouver et elle n'avait pas de compte à lui rendre. Quand à ce qu'il déclara à propos de son prénom, là encore c'était le dernier de ses soucis. Si sa mère l'avait aimé au début pour lui donner un nom qu'elle avait jugé plus ou moins poétique, cette pauvre folle avait oublié l'existence de ce prénom au final et son père, il n'en avait jamais rien eu à faire. D'ailleurs Stern elle-même ne s'y rattachait pas spécialement et son nom comptait aussi peu que l'avis qu'elle se faisait des commentaires de cet homme. Il était comme son deuxième prénom, Julia, un moyen de l'identifier. Sans plus. Aussi, sa remarque ne l'affecta pas le moins du monde.

Ce qui en revanche la froissa un peu plus, ce fut la manière dont il la saisit pour la faire avancer, brutalement alors qu'elle tenait à peine sur ses jambes. D'un côté cela tombait bien, elle détestait qu'on la ménage… Mais Stern comprenait de moins en moins : que lui voulait-il ? Il la poussa sans qu'elle ne dise rien, à plusieurs reprises, avant de la plaquer contre une porte fermée. L'instant d'après et alors qu'il semblait s'être un peu calmé, il la fit entrer dans une salle parfaitement noire. intérieurement, Stern ruminait. Elle avait raccroché ses armes à sa ceinture et même si c'était un point gagné pour sa sécurité, tout cela ne lui disait rien qui vaille. De ce qu'elle saisissait, il voulait qu'elle réponde à ses questions. Très bien, mais en quoi cela aurait-il pu l'avancer ? N'avait-elle pas de droit de se taire et simplement partir, comme s'ils ne s'étaient jamais rencontrés ?

Une fois la porte refermée, la jeune femme n'y vit plus rien et son interlocuteur disparu dans l'ombre. Elle ne savait pas où il était mais sans comprendre pourquoi ni comment, elle palpait une présence non loin et la ressentait dans ses veines. Ne pouvant tenir debout et dépourvue de forces dans la jambe, elle se laissa tomber contre un mur, le plus proche qu'elle trouva. Elle n'était nullement rassurée, au contraire, et se sentait complètement oppressée. Afin de tenter de reprendre son calme, elle respira lentement, sans succès. Et cette palpitation qui s'intensifiait et qui parcourait son sang, sa chair, et qu'elle sentait loin mais bien présente… Elle ferma les yeux et murmura pour elle-même :

– Je dois être dingue…

…avant de se ressaisir et réouvrir les yeux, ce qui fut inutile dans ce noir total. Elle éleva un peu la voix et s'emporta, non pas de colère mais presque de peur :

– C'est vous en fait ! Vous êtes complètement dingue ! Et dérangé ! Je ne vous ai rien fait et vous m'enfermez ! Vous voulez quoi au juste ? Des réponses ? Mais qu'est ce que ça peut bien vous faire ?

Stern s'arrêta quelques instants, conscience que la sueur parcourait son front. Mais elle reprit bien vite :

– Vous arrivez comme un fou et me blessez, vous me questionnez sur moi alors que je n'ai pas envie de vous parler ! Je veux juste partir, et vous… vous m'oppressez. Vous me coincez ici. Une de vos petites expériences de scientifique dégénéré ? Alors vous voulez quoi ? Dites-le, qu'on en finisse une bonne fois pour toute !

Même si l'énervement se ressentait grandement dans sa voix, il y avait autre chose. Stern ne se contrôlait plus et avait perdu la maîtrise d'elle-même, ce qui ne lui arrivait jamais. Et ce sang qui palpitait à ses oreilles, c'était insoutenable.

– Mais qu'est ce que vous êtes en train de me faire ?
lâcha-t-elle brutalement, complètement perdue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 14:28

- Je dois être dingue …
- Vous l'êtes.

Lui répondit-il aussitôt, calmement, contrairement à elle. Visiblement, la situation ne la laissait vraiment pas de marbre et cela l'étonnait quelque part, il la croyait plus sûr d'elle que ça mais, visiblement, il faisait fausse route. C'est ça qui était intéressant, ses véritables réactions, quand elles n'étaient pas calculées.

– C'est vous en fait ! Vous êtes complètement dingue ! Et dérangé ! Je ne vous ai rien fait et vous m'enfermez ! Vous voulez quoi au juste ? Des réponses ? Mais qu'est ce que ça peut bien vous faire ?

Chose à laquelle il répondit en éclatant de rire. C'était une bonne façon de résumer les choses même si, pour le moment, ses intentions n'étaient pas aussi mauvaises qu'elle le sous-entendait.

– Vous arrivez comme un fou et me blessez, vous me questionnez sur moi alors que je n'ai pas envie de vous parler ! Je veux juste partir, et vous … vous m'oppressez. Vous me coincez ici. Une de vos petites expériences de scientifique dégénéré ? Alors vous voulez quoi ? Dites-le, qu'on en finisse une bonne fois pour toute !

La colère se ressentait dans sa voix, et la peur, dans son timbre. Elle perdait ses moyens, et cela ne faisait que le réjouir davantage. Il rigolait sans s'arrêter, même pendant qu'elle parlait. Quelle plaisir que de troubler l'esprit de cette pauvre femme qui avait eu le malheur de se retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment. La peur et la colère, tout simplement parce que le contrôle de la situation lui échappait et qu'elle craignait pour elle, pour sa vie et ses projets. Elle ne voulait pas que tout s'arrête maintenant, ce qui signifiait qu'elle craignait la mort et la souffrance malgré ce qu'elle avait pu lui dire sur la montagne. L'ego, cette personne avait un ego surdimensionné, comme beaucoup d'autres mais, elle ne voulait pas se l'avouer à elle-même parce qu'elle n'était pas honnête avec elle-même. Il était calme lui, très calme, et n'avait pas peur de mourir, il ne demandait que ça, malgré ses projets. Une sacrée différence en somme, voilà qui commençait bien.

– Mais qu'est ce que vous êtes en train de me faire ?

Il s'arrêta alors de rire, prenant un air grave même si l'obscurité ne permettait pas de le voir. De lui faire ? Mais, il ne lui faisait rien du tout, de quoi parlait-elle ? Elle était en train de perdre les pédales ... Ou tout simplement de faire le point avec elle-même d'une façon assez forcée. Ça lui faisait peur, on dirait. Tout ceci l'intriguait, pourquoi un pareil refus ? Pourquoi autant de difficultés ? Qu'est-ce que cette personne pouvait bien cacher pour en arriver là ? Il se releva, en silence, et longea les murs de la pièce jusqu'à la trouver, adossée près de la porte. Il lui donna une pousse, assez forte, à l'aide son pied sur son épaule, pour la bousculer une fois de plus.

- Répondez !

Lui hurla-t-il dessus tout en lui donnant une deuxième. Il répéta, parole et geste, encore une fois, jusqu'à l'allonger face contre terre. Il se jeta ensuite sur elle, la saisissant par les épaules et la plaquant bien contre le sol. Il approcha sa bouche de son oreille, repoussant ses cheveux. Il prit un ton calme et peut-être même amical.

- Répondez-moi Stern.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 15:24

John avait rit pendant toute sa tirade, ce qui n'avait fait que l'enflammer davantage. Mais à bout, Stern n'en pouvait plus et n'arrivait plus à prononcer un mot. Il la provoquait, c'était la seule solution. Il avait finalement arrêté de rire, ce qui coupa en même temps la jeune femme dans son élan. Mais qu'est ce qu'il voulait ? Tout était incompréhensible, sa présence ici, ce qu'il désirait, cette sensation, tout. Et alors qu'elle allait un peu se ressaisir et qu'elle commençait à calmer ses nerfs échauffés, la jeune femme sentit les palpitations s'intensifier de plus en plus, gagnant l'ensemble de son corps et parcourant ses veines en battant frénétiquement, comme des pulsations furieuses. Elle sentait qu'il arrivait par la droite. C'était difficile à expliquer, mais elle le sentait.

Mais Stern n'eu pas le temps de réfléchir à cela qu'il la poussa sur le côté depuis l'épaule. Elle se rattrapa de justesse tandis qu'il hurlait. Mais pourquoi ? Ne sachant plus où donner de la tête entre la surprise et l'incompréhension, la jeune femme grimaça devant tant de colère, totalement inexpliquée. Il la poussa une seconde fois, ce qui finit par l'allonger sur le sol. Bloquée et partiellement immobilisée à cause de sa blessure, elle n'arrive pas à se défendre bien qu'elle essaya de le repousser, sans réel succès. Et face au sol, la tâche était plus qu'ardue et même impossible. Stern s'agita un moment, mais sans appui sur ses jambes, c'était perdu d'avance. Alors, elle se calma, respira, essayant d'ignorer ce que lui soufflait l'homme à l'oreille et ses palpitations qui lui martelaient le corps, manquant de la faire imploser tant c'était insupportable.

La jeune femme serra les poings et comprima son front contre le sol, tentant de reprendre ses esprits. Elle grinça des dents et répondit, d'un ton bien plus calme et maîtrisé que quelques instants auparavant :

– Qu'est ce que vous voulez ?

Elle resta immobile, reprenant son souffle. Le poids de cet homme lui pesait, et encore plus sur sa jambe qu'elle sentait écrasée contre le sol. Mais elle ne dit rien. Il n'était pas temps d'envenimer les choses, mais au contraire, tenter de désamorcer cette crise qui ne prenait son origine nulle part.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 15:42

– Qu'est ce que vous voulez ?

Elle était soudainement devenue comme passive, sa voix ayant perdu toute trace de colère ou de panique. S'était-elle résignée ? Il n'en savait rien, ce qu'il savait, c'est qu'elle ne se défendait pas. Voilà une nouvelle facette de son comportement. Une étape de plus ? Peut-être un bon signe comme un mauvais signe, difficile de le dire dans ces conditions. John sourit, encore une fois sans qu'on puisse le voir et, sans lâcher Stern, il lui répondit tout aussi calmement.

- Je ne veux rien.

Mais il ne se releva toujours pas, il était bien là, après tout. Il se relâcha complètement, reposant sa tête sur son épaule puis, il ferma les yeux. Il ne disait rien et ne bougeait pas. Dans sa tête, l'ébullition qui faisait rage se calmait lentement, refroidissant ses pensées qui devenaient alors un peu plus claires. En fait, il ne comprenait lui-même pas pourquoi il faisait ça. Il cherchait à obtenir des informations, mais, il ne savait pas lesquelles. Il connaissait le but mais, pas l'utilité. En fait, c'est comme s'il obéissait un ordre sans chercher à savoir le pourquoi du comment et cet ordre, il ne connaissait, c'était celui de la science, du progrès et de l'évolution. Allongé ainsi, dans le noir, le silence et le calme, le sommeil le gagna peu à peu mais, il ne le laissa pas le prendre complètement. Il rouvrit grand les yeux puis, il se redressa, à la califourchon sur son dos, et s'étira.

- Vous me donnez envie de dormir, c'est va pas du tout ça.

Il s'en alla s'asseoir contre le mur puis, il prit Stern et la serra assez fort contre lui. Il faisait preuve d'une étrange tendresse à cet instant.

- J'avais une demie-soeur que j'aimais plus que tout au monde, plus que la science même. J'étais très complice avec elle et c'était réciproque. Je me suis longuement demandé ce qui a provoqué son brusque dégoût envers moi et c'est ici que j'ai trouvé la réponse ... C'est parce que je le mérite. Il tourna son regard vers elle. Ne vous êtes vous jamais demandé ce que vous méritez, vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 16:36

John lui avoua qu'il ne voulait rien. Cela rajouta une incompréhension supplémentaire à la jeune femme, qui n'avait pas bougé d'un pouce. Elle le sentit se relâcher contre elle et peser de tout son poids sur son corps. Visiblement, il avait posé sa tête sur son épaule. Que faisait-il ? Coincée, l'assassin ne pouvait rien faire. Mais il s'était calmé, et elle en profita pour reprendre un peu ses esprits. Elle retrouva une respiration normale, bien que les tapages dans son sang n'avaient pas cessé. Elle avait remarqué qu'ils s'étaient intensifiés avec l'approche de l'homme… en était-ce la cause ? Mais alors qu'elle y pensait sans se soucier de leur position, elle sentit l'homme se redresser pour la ramener aussitôt contre lui.

Stern resta muette de stupeur. Etait-ce un jeu ? Un conflit avec lui-même ? Avec elle ? Elle n'en savait rien. Mais blessée comme elle était, elle ne pouvait de toute façon rien faire. La jeune femme en profita pour se concentrer sur la sensation qui l'étouffait presque. Ce marteau qui cognait sans cesse dans sa chair et qui semblait à la fois s'être apaisé et avoir baissé d'intensité. Etant donné sa position contre John, elle pouvait directement sentir son coeur. Et étrangement, il suivait le même rythme que celui qui s'était emparé de Stern. Mais il y avait autre chose… une sorte de tourbillon incontrôlable qu'elle ne parvenait pas à identifier. Horrifiée par ce qu'elle venait de réaliser, elle resta sans voix, la gorge serrée.

Il lui parlait de lui, de sa soeur, de dégoût aussi… et l'assassin senti le rythme s'accélérer un peu. Elle avait l'impression de palper ses émotions et de les ressentir de façon physique, sans que cela ne l'affecte pourtant. Mais elle le sentait. Transpirante, elle s'écarta comme elle pouvait et passa sa main sur son front, retirant l'excendant de gouttes qui y perlaient. A la fois tétanisée par la douleur et cette récente crise de "sensations", elle se cala dos au mur et respira à grands coups. La situation lui échappait. Et son corps aussi. Pour la première fois. En s'écartant de John, elle remarqua que les battements diminuaient d'intensité, sans ralentir pour autant. Et cet étrange fluide, ce tourbillon semblait agir de la même façon. Après avoir pris le temps de respirer convenablement pour reprendre un peu le contrôle d'elle-même, la jeune femme repensa à la dernière phrase de John. La balle dans son ventre, le sentiment de l'avoir mérité pour son insignifiance… D'une voix blanche, elle déclara sans trop réfléchir :

– On mérite ce que l'on provoque.

Elle ignorait le réel sens de cette phrase, mais elle lui rappelait son propre passé. Mais elle ne voulait pas y penser. Alors, la jeune femme tourna sa tête vers John, même si elle ne le voyait pas et esquissa un maigre sourire, pourvu d'un peu d'humour :

– Heureuse de savoir que vous êtes autant intéressé… j'ignorais que j'avais des pouvoirs soporifiques.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 16:51

La jeune femme était couverte de sueur, et cela n'était pas sans laisser le scientifique perplexe. On dirait qu'elle venait de faire un grand effort, et qu'elle était en phase de récupérer. La proximité qu'il entretenait avec elle à ce moment en était perturbée par sa chaleur et sa moiteur. Il n'avait pas envie d'aller se laver une seconde fois et aussi, il ne l'empêcha pas de s'en aller. Elle partit s'asseoir à côté de lui, mais, il ne rajouta rien de plus.

- On mérite ce que l'on provoque.

- C'est certain.

Lui répondit-il sans plus, d'un ton neutre. Il ramena ses genoux à lui et les entoura avec ses bras, posant sa tête dessus et soupirant. La situation n'était pas des plus reposantes, aussi bien pour elle que pour lui et ressasser les vieux souvenirs ne l'enthousiasmait pas.

– Heureuse de savoir que vous êtes autant intéressé … j'ignorais que j'avais des pouvoirs soporifiques.

Il ne répondit rien. Le silence revint, une fois de plus et il dura un long moment, troublé par leur respiration respective. John se revoyait son passé, maussade, il n'avait pas réussi à y échapper. Sa famille, ses amis, sa demie-soeur ... Quel gâchis. Le pire, c'est qu'il n'avait pas eu le choix, enfin, à ce qu'il pensait. La vie n'était pas toujours très juste et c'était à lui d'arranger ça, malheureusement. Finalement, et pour se changer les idées, il tourna le regard vers Stern, observant l'obscurité plutôt que sa personne puis, l'air malicieux, encore une fois, il prit la parole le plus naturellement du monde.

- J'ai les patates au fond du sac, ça vous direz de m'aider à les remonter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 17:10

Un silence s'installa, désagréable et pesant. Aucune réaction de la part de l'homme. Elle le sentit simplement bouger et il fit une demande qui manqua de traverser la tête de la jeune femme sans vraiment l'atteindre. Mais en réalité, ces paroles buttèrent dans son esprit et interloquée, elle resta sans bouger à regarder dans sa direction. Dans un premier temps, elle ne vit pas là où il voulait en venir mais en se répétant la phrase mentalement, l'expression parfaitement ridicule prit tout son sens. Une allusion purement perverse, rien de plus.

Stern resta un moment sans émettre le moindre mot. Elle quand elle voulu rétorquer par de l'humour, elle n'y arrive pas et se fit au contraire sérieuse :

– Il y a trois secondes, vous me plaquiez sur le sol en hurlant, et maintenant vous me faites des avances ? Soit vous me faites une plaisanterie, soit vous croyez que je couche avec le premier venu. Laquelle les deux ?

En y pensant, la deuxième réponse n'était pas totalement exclue, dans la mesure où le plaisir charnel était la seule chose à laquelle l'assassin prenait plaisir dans ce triste monde. la seule chose qui la réconfortait aussi, en quelque sorte. Mais de là ce qu'un inconnu le lui demande, sérieusement ou pas… Non. C'était non. Et blessée comme elle était, elle ne pouvait pas bouger. En plus, elle ne connaissait pas cet homme. Il l'avait menacé et s'était montré hostile, voire violent. Elle ne savait pas non plus comment il était… et elle cherchait surtout des excuses. Elle aurait pu simplement répondre non. Alors pourquoi ne pas le dire ? Parce qu'elle était compliquée, et que cet homme l'était sûrement encore plus qu'elle. En plus d'être fou, impulsif et lunatique, de ce qu'elle avait vu de lui. Mais aussi d'un certain côté attentionné et sensible.

Et sans crier garde, elle laissa sa tête retomber contre le mur et soupira, les yeux toujours perdus dans le noir en direction de John.

– Je n'aime pas l'obscurité, dit-elle simplement.

Cette obscurité oppressante. Et cette impression de ne rien contrôler.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 17:20

Visiblement, elle n'était pas d'accord. Cela le surprenait au plus haut point, il avait vraiment pensé qu'elle serait partante mais, il s'était trompé, il devait l'admettre. Il ne lui avait pas fourni de réponse quand elle lui avait demandé s'il croyez qu'elle se donnait au premier venu et pas de réponse non plus quand elle lui avait rétorqué qu'elle n'aimait pas l'obscurité, enfin presque. Un sourire large se dessina sur son visage.

- Vous n'aimez pas l'obscurité parce que vous avez peur de perdre le contrôle, ainsi privée de vos si précieux sens. C'est une erreur monumentale que vous faites et j'entend bien vous aider à la corriger.

Dit-il en se levant d'un bond. Il fit le tour de la pièce, en silence, pour revenir sur son côté gauche. Le reste fut assez rapide. Il l'attrapa par le col et, avec force, il la souleva pour ramener son visage au sien, la planquant durement contre le mur.

- Vous allez comprendre à quel point il est appréciable d'aimer l'obscurité tout comme la lumière du jour.

Dit-il avant de lui envoyer son genoux dans le ventre. Il voulait se changer les idées, un affrontement avec "Stern" ne lui ferait pas de mal, au contraire même, cela n'irait que dans cette optique. Il la relâcha, la laissant retomber au sol sans rajouter un mot de plus. Il attendait qu'elle réagisse, se préparant à la réceptionner. Et pour l'y inciter, il n'hésita pas à passer son bras autour de son cou, et à serrer aussi fort qu'il le pouvait.

- Alors comme ça on se sent oppressée, ma salope ?!

Lui cria-t-il à l'oreille, en colère. Dans sa tête, il ne s'agissait pas d'un jeu mais, plutôt d'un défi. Tuer cette pauvre femme ne le dérangeait en rien, elle ne serait qu'une victime parmi tant d'autres, une victime qu'il chercherait à oublier mais, qui le hanterait, comme toutes les autres. Une victime qui ne ferait qu’alourdir davantage sa conscience et lui faire faire un pas de plus vers un funeste destin. Une victime qu'il se plairait à tuer, puisque cette dernière, de part sa mort, ne ferait que le rapprocher de la délivrance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 17:39

Ce qu'il disait était vrai, mais Stern ne voulait pas l'entendre, et encore moins l'admettre. Elle n'avait pas envie de son aide, et elle en sentait encore moins le besoin. Mais elle n'eu pas le temps de répliquer qu'elle l'entendit se lever. Une seconde plus tard, il l'avait saisi par le col pour l'empoigner violemment et la plaquer contre le mur, une fois de plus. Et une fois de plus, les martèlement reprirent et recommencèrent à s'intensifier. Stern grinça des dents. Il s'excitait de nouveau, et elle en avait plus qu'assez.

Il lui assena un coup de genoux dans le ventre, la faisant se plier. Elle cracha ce qu'il lui semblait être du sang, vu la texture du liquide épais qui s'échappa d'entre ses lèvres. Assez. Elle en avait plus qu'assez de ce comportement de gamin capricieux. Il était juste un psychopathe. L'empêchant de parler, il la saisit au cou et serra. mais ce qu'il ne remarquait pas, c'était que la colère rendait ses gestes imprécis bien que puissants. Même si elle était invalide d'une jambe, rien ne lui empêchait d'utiliser l'autre. Elle n'avait pas envie d'utiliser ses dagues, consciente qu'il s'agissait simplement d'un coup de colère. Peut-être ne méritait-il pas la mort… ou pas.

Vivement, la jeune femme qui avait ses mains libres le saisit à son endroit le plus précieux avant de le serrer vivement. Elle profita de sa douleur et de sa surprise pour l'écarter et le gifler violemment. Puis, elle lui renvoya son coup dans le ventre, de son genou valide avant de le pousser sur le sol. Et en une seconde à peine, l'assassin se glissa dans son dos pour lui attraper les cheveux, un pied sur sa nuque, et lui releva brutalement la tête avant de déclarer d'une voix glaciale :

– Vous n'êtes qu'un bel enfoiré. Un enfoiré en manque d'affection et de sentiments. Et vous savez quoi ? Ce n'est pas comme ça que vous obtiendrez ce que vous voulez.

Et d'un coup sec, elle ramena le visage de l'homme contre le sol. Qu'elle l'ai assommé ou pas, elle s'en moquait bien. Elle termina sur le même ton :

– J'aurai pu crocheter cette serrure en trois secondes si je l'avais voulu. Maintenant le jeu terminé, laissez moi ou je vous tue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

John Taliaferro Thompson

avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 19/08/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:

MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   Dim 8 Sep - 17:55

Il serrait aussi fort qu'il pouvait, si fort qu'il ne se rendit même pas compte du jeu de main de Stern. Rapidement, elle lui attrapa ... Le service trois pièces et le compressa de toutes ses forces, ce qui eut pour effet de le faire hurler à la mort, et de défaire son emprise, par la même occasion. Enfin, elle réagissait ! Malgré la douleur, John ne pouvait s'empêcher de sourire. Elle l'écarta violemment et le gifla par la même occasion. S'il avait eut assez de souffle pour rire, il l'aurait fait mais, la douleur était si forte que sa respiration en était bloquée. Elle lui envoya son genoux dans le ventre, le faisant se plier à son tour mais, débloquant ses poumons par la même occasion puis, l'envoya au sol, posant son pied sur sa nuque et lui tirant la tête en arrière, en l'attrapant les cheveux. Elle lui écrasait tout simplement la trachée et la douleur au niveau de ses cervicales était forte. Malheureusement, ce ne fut qu'un souffle à peine audible qui en sortit, elle l'empêchait tout bonnement de respirer !

- Vous n'êtes qu'un bel enfoiré. Un enfoiré en manque d'affection et de sentiments. Et vous savez quoi ? Ce n'est pas comme ça que vous obtiendrez ce que vous voulez.

Il ricana, malgré tout, et en guise de réponse, elle lui cogna le visage contre le sol, aussi fort qu'elle le pouvait. L'épais tapis avait amorti le choque mais, il avait entendu son nez craquer.

– J'aurai pu crocheter cette serrure en trois secondes si je l'avais voulu. Maintenant le jeu terminé, laissez moi ou je vous tue.

Il se mit à rire, enfin, un rire fou, dénué de tout sens et de bonnes intentions, un rire nerveux poussé à l'extrême. Il ne s'arrêtait pas, la souffrance le faisait rire, tout simplement.

- Mais allez-y, tuez moi ! Je n'attend que ça ! Tuez moi !!!

Lui hurla-t-il dessus, avant d'envoyer sa main sur sa blessure et d'appuyer fort dessus. Sa nuque dégagée, il roula sur le dos et attrapa les chevilles de Stern, tirant dessus pour la faire tomber. Il se releva en vitesse puis, se laissa retomber sur elle, dirigeant son coude vers son ventre. Il la fit rouler, pour la faire se mettre sur le ventre, puis, il remonta sur elle, de la même façon que la première fois, lorsqu'il l'avait plaqué au sol.

- Petite peste !

Dit-il en lui mordant la nuque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attention, risque de collision. [PV Stern]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Attention, risque de collision. [PV Stern]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Neah Walker attention risque de spoil
» Trailer Saison 4 - Attention risque de spoil !
» LMS de Gretel ~☼ +Rapustin+ [Attention, risque de bave]
» ATTENTION ,HAUTE TENSION...
» Attention, araignées qui tuent ..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Terres du Royaume du Gorbos :: Le mont Albus-