AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Il fait chaud ... [PV Ysalna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Mar 23 Juil - 21:23

Tout avait commencé quand une caravane de la guilde des marchands, conduite par un homme originaire d'Elildinar, était arrivée au royaume afin d'y écouler sa marchandise à l'abris des taxes imposées par le carrefour commercial. C'était une sorte de brocanteur, vendeur d'objets anciens en tout genre et plus particulièrement, de vieux tableaux de peintres que l'histoire avait eu vite fait d'oublier. L'un d'entre eux, très grand, avait été acheté par un chevalier après que la caravane ait fait une halte sur ses terres. Il avait littéralement eu le coup de foudre pour cette oeuvre et il fut d'ailleurs si fier de son achat qu'il ne manqua de le présenter au roi lorsque ce dernier était venu en visite chez lui, pour s'assurer que tout tournait bien rond.

C'était une peinture qui représentait une source en plein désert et que le peintre, anonyme, avait appelé "la fontaine de jouvence". Une vieille légende qui disait que se trouvait quelque part dans le désert une source d'eau qui offrirait la jeunesse éternelle à celui qui la boirait. Une légende en qui, bien sûr, personne ne croyait car depuis le temps que le désert était sillonné, si une telle eau existait, elle aurait été découverte. Mais voilà, après avoir malheureusement renversé son thé sur la toile, ayant visé la tête du chevalier quand ce dernier l'avait informé qu'il déclarait les terres des exploitations privées pour obtenir plus d'aide de la part de l'état, la peinture avait littéralement était rongée et des traits au crayon recouverts par cette dernière étaient apparus.

La découverte fut sensationnelle, il s'agissait d'une carte ! Après une courte analyse des données, on avait comprit que la carte donnait la position exacte de la fontaine de jouvence et que si personne ne l'avait trouvé, c'était tout simplement parce qu'il fallait "l'appeler". Pas une seule seconde à perdre, une expédition fut alors montée et le roi lui-même se chargea de diriger la petite troupe. Le voyage pour rejoindre le désert ne fut pas très long bien que précipité mais, la traversée, elle, fut radicalement différente. Mal préparés, les Hommes s'étaient brutalement heurté au terrain, aux conditions climatiques, aux bandits, à tous les petits trucs mortels qui traînaient dans le désert et, surtout, à l'égarement ! Car en effet, avoir une boussole ne faisait pas tout, surtout quand cette dernière s'était mit en tête de vous lâcher au milieu du voyage.

L'équipe vint alors à manquer de provisions et au bout de deux mois d'errance, elle fut tout simplement décimée. Mais qu'attendaient-ils pour retourner au royaume ? Suivre le sud n'était pas si difficile que ça quand même ? Et bien si ! Surtout lorsque la chaleur, le manque d'eau et de nourriture vous faisait tourner la tête ! Vortigern, seul survivant, ne tenait même plus sur ses deux jambes. Après avoir longuement erré à la recherche de la fontaine, il s'était perdu dans le désert et n'avait croisé personne si ce n'était quelques bandits qu'il défit au début puis qu'il finit par fuir pour au final s'en prendre plein la gueule jusqu'à ne plus rencontrer personne. Meurtris, donc, et affalé dans le sable, il attendait calmement son heure, cuisant lentement sous le soleil, refermant fermement sa main autour de la carte chiffonnée. Son esprit, évaporée, ne lui permettait même plus d'apprécier la situation et aussi se contentait-il de répéter à voix basse la devise du royaume.

- Ad Humanum Victoriam, Ad Humanum Victoriam, Ad Humanum Victoriam ...

Un automatisme lugubre surtout au vue de son décalage par rapport à la situation. Mais, peut-être que les trompettes de la mort savaient parler ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Ysalna Nylviën

Fidèle - Marchande d'étoffes

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 07/07/2013

Fiche personnage
Métier: Tisserande et marchande
Allégeance: Fidèles
Classe: Franc-tireuse
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Mer 24 Juil - 8:04

Ysalna faisait route vers les forêts froides depuis cela quelques jours. Elle avait écoulé ses stocks d'étoffes à Elildinar, et devait se réapprovisionner en matériaux efliques : tissus colorés, pierres précieuses… et surtout enchantements de toutes sortes. La jeune elfe avait positionné un sac sur son dos, contenant vivres pour le trajet et quelques pièces de monnaie en cas de négociation. Elle n'avait jamais aimé monter à cheval, et ces bêtes n'avaient qu'une espérance de vie minime en plein désert. Ainsi donc, elle progressait à pied. Depuis sa naissance, Ysalna arpentait les Contrées d'Or à l'instinct, sans jamais se perdre tant elle connaissait bien cette région. Elle aimait ce soleil qui dorait sa peau et cette chaleur qui l'enveloppait dans un manteau de bien-être. En dépit de ses traits elfiques et du goût qu'elle s'était découvert pour les forêts froides, la jeune femme préférait Elildinar. Cet environnement sauvage l'avait autrefois accueilli alors qu'elle n'était qu'une orpheline, et elle y avait grandi. Grenat semblait partager ses préférences tant il aimait courir dans le sable et se rouler sous les rayons ardents du soleil. Ils ne souffraient pas de la soif, puisque leurs traversées étaient toujours parfaitement planifiées et organisées. Ysalna savait toujours combien de jours allait lui prendre le voyage, puisqu'elle l'effectuait depuis des années. A condition qu'elle ne rencontre pas d'embûche… et contre cela, l'elfe gardait précieusement dans son dos son khamsin, l'arbalète améliorée et détournée qu'elle avait fabriqué elle-même dans sa jeunesse.

Aujourd'hui était un jour comme un autre. Elle progressait plutôt vivement dans les dunes, et Grenat virevoltait, avide de cet espace sans fin. Ysalna avait revêtu une robe à la couleur bleu ciel, ornée de motifs colorés, typiquement elfiques. Sans manches et assez courte pour ne pas effleurer le sable, le vêtement était d'une finesse assez exceptionnelle, tant pour sa qualité que pour faciliter le voyage de la jeune femme. Davantage qu'une robe, ils s'agissait plutôt d'une association de voiles transparents de longueurs diverses, qui par le tout formait un ensemble d'une couleur chatoyante. Typiquement le genre d'étoffe qui faisait le succès de ses ventes. Et également celles qu'elle préférait porter. Ajouté à cela et davantage pour annoncer ses origines que par réelle coquetterie, l'elfe ne quittait jamais un collier en cercle de métal fin, recouvert de feuilles d'or. Ysalna n'était certainement pas noble de rang, mais elle avait su s'enrichir suffisamment de son commerce pour s'approprier des matériaux rares. En nombre limité, cependant. Des pièces d'exception qu'elle pouvait confectionner en plusieurs mois, mais dont la rentabilité lui permettait de se nourrir davantage encore. Ce collier en était un exemple.

Ysalna s'amusait à observer Grenat en pareille ébullition, si heureux de retrouver le désert qui l'avait vu naître. Mais alors qu'ils continuaient d'avancer, Grenat dévala une dune, se dissimulant de la vue de l'elfe. Aussi heureuse que l'anima, la jeune femme le rejoignit rapidement, constatant qu'il avait été attiré par une forme allongée dans le sable. Un individu. Sûrement mort de soif ou de fatigue… Grenat se mit à renifler l'homme, qui semblait n'être qu'à moitié conscient. Il grommelait des mots incompréhensibles entre ses lèvres, ce qui avait l'air de ressembler à du Gobbos mais que ne connaissait pas bien la jeune femme. Grenat se mit à grogner, conscient que l'homme était en vie. Pour le rassurer, Ysalna caressa sa fourrure sable, agréablement chaude, et le loup se recula un peu, lui laissant le passage. L'elfe se pencha un peu au dessus de la bouche sèche de l'homme, et sentit un souffle sur sa joue. Léger, presque imperceptible, mais il respirait. L'animal tentait de glisser son museau jusqu'au visage de l'homme, se frottant à Ysalna qui le repoussa doucement.

" Allons, laisse-le un peu respirer. Il n'a pas l'air d'être un bandit. "

Son accoutrement était plutôt celui d'un voyageur, et ses traits étaient trop nobles pour qu'il soit un homme sauvage du désert. Et sa langue était l'ultime preuve : il venait du Gorbos. Ysalna n'aimait pas spécialement les humains, en partie car ils lui rappelaient le père qui l'avait abandonnée à sa naissance. Mais celui-là s'était perdu dans le désert, et la jeune femme cru comprendre pourquoi lorsqu'elle s'empara de la carte chiffonnée qu'il tenait dans l'une de ses mains. L'écriture était en Gobbos, et elle n'y comprit pas grand chose. En revanche, elle remarqua le dessin de ce qui ressemblait à une source, en plein milieu du désert. Le visage de l'elfe se chargea de surprise et elle s'exclama :

" La fontaine ? Mais ce n'est qu'une légende ! "

Son rire cristallin troubla le silence avec grâce et l'elfe reporta son attention sur l'homme. Elle déposa son sac sur le sable et l'ouvrit. Aussitôt, Grenat fourra son museau à l'intérieur, reniflant la gourde d'eau qu'elle en sortit. Ysalna lui dédia une nouvelle caresse, sur la tête cette fois-ci, avant de retirer le bouchon et de glisser l'eau entre les lèvres du mourant.

" Tu es impossible, attends ton tour."

Grenat se recula un peu et s'assit enfin, patient. Ysalna avait retiré un linge du sac qu'elle humidifia avec la gourde. Elle tamponna doucement le visage de l'homme, qui semblait remuer un peu. Sans doute revenait-il à lui. Après cela, la jeune femme versa un peu d'eau dans un bol en céramique qu'elle posa devant Grenat, avant de revenir aussitôt au voyageur. Elle se positionna derrière lui et lui redressa le dos.

" Par les dieux, que vous êtes lourd…"

Il était musclé et sa carrure n'était pas celle d'un simple marchand. L'elfe eut beaucoup de mal à le hisser de façon à ce qu'il garde son torse droit. Il n'y avait rien de plus mauvais que de manger allongé et il lui fallait à tout prix sortir de ce semblant de coma. Tout en le maintenant d'un bras passé derrière ses épaules, la jeune elfe plongea une main dans son sac pour en tirer un fruit, qu'elle mit dans les mains de l'homme. Non pas qu'elle n'ai pas de bonne volonté, mais cet homme était décidément trop lourd pour elle. Elle fronça les sourcils et s'exclama en le secouant légèrement :

" Vous allez vous réveiller oui ? Vous n'êtes pas mort ! Du moins pas encore… Un petit effort ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Mer 24 Juil - 17:06

- Un pas de côté, sautez, glissez, courrez, dansez ...

Chantonnait Garren toujours à voix basse, immobile sur le sable chaud, en train de rôtir comme un morceau de viande sur sa grille. Il était tellement affaibli qu'il n'avait même pas senti l'animal approcher ni même sa maîtresse. Il n'entendait simplement plus que des bourdonnements lointains et n'était de toutes les façons pas en mesure de s'en rendre compte. Il ne sentit rien non plus et n’éprouva aucune résistance lorsqu'on lui retira la carte des mains. Rien non plus lorsqu'on le redressa sur le dos, difficilement. En revanche, quand l'eau ruissela dans sa bouche là, il la sentit bien. Il manqua de s’étouffer en l'ingurgitant et le tissu humide qui fut déposé sur son front le ramena bien vite à la réalité. Le choc thermique fut si fort sur son front qu'il avait l'impression de brûler.

- C'est toujours très gai et on a jamais assez ...


Continuait-il en reprenant son souffle. Il revenait lentement à lui et constata les paupières fermées que quelque chose se trouvait dans sa main. Il serra l'objet, difficilement, c'était froid et rond. Le bourdonnement se faisait de plus en plus proche et de plus en plus distinct, il était secoué, on aurait dit que quelque chose cherchait à le réveiller. Mais, une petite gorgée d'eau ne serait certainement pas suffisante pour lui faire retrouver ses forces. Dans un effort monumental, il ouvrit ses paupière, à moitié, et tourna ses yeux vitreux et poisseux vers quelque chose qui lui cachait le soleil, une ombre.

- Pour nous réchauffez faisons la course ...


Il s'arrêta. C'était une femme et elle semblait le tenir. Même s'il ne pouvait pas le lui dire, il était très heureux de la voir ici ! Il gémissait, il chercha à lever sa main vers son visage mais, il ne parvenait même pas à décoller son bras du sol. Il la regarda, un instant de plus, avant de refermer les yeux, le soleil était agresseur malgré tout.

- De l'eau ...

Murmura-t-il en Elilreland, après tout, si c'était une fille du désert, elle ne devrait certainement pas comprendre le Gobbos. Une nomade peut-être ? Vortigern fut soudainement prit d'un violent mal de crâne, crispant son visage, qui lui rappela qu'il n'était pas bon pour lui de réfléchir.

- S'il vous plait ...

Reprit-il une seconde fois en langue des marchands.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Ysalna Nylviën

Fidèle - Marchande d'étoffes

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 07/07/2013

Fiche personnage
Métier: Tisserande et marchande
Allégeance: Fidèles
Classe: Franc-tireuse
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Jeu 25 Juil - 7:34

Ysalna se demandait comment cet homme pouvait bien chanter alors qu'il était à peine conscient. Pourtant, il s'était tu quand elle l'avait relevé. Et il l'avait fixé à peine un instant, avant de sombrer à nouveau dans cet état passif. L'elfe comprit bien qu'il n'arriverait à rien seul, étant donné qu'il ne pouvait pas ne serait-ce que bouger la main. Il lui demanda de l'eau, et Ysalna tenta une nouvelle fois de le maintenir droit pour verser l'eau entre ses lèvres asséchées. Pourquoi diable les étrangers s'aventuraient-ils dans le désert, alors qu'ils savaient pertinemment qu'ils ne pouvaient pas en ressortir vivants… ?

L'elfe remarqua que le visage de l'homme s'était crispé après avoir prononcé ces mots. Il avait utilisé la langue de la jeune femme, ce qui la surprit un peu. Certes, l'Elilreland était bien connu et assez pratiqué dans le monde, mais en dehors des Contrées d'or, seules les personnes avec une base d'éducation savaient le parler. Cet homme n'était donc certainement pas un paysan de basse souche. Et de toute façon, il n'en avait pas l'air. Même si son visage était poussiéreux, ses cheveux abîmés, la qualité de ses vêtements n'étaient pas de la plus basse extraction. Au contraire, ils se voulaient simples mais de très bonne finition.

Songeuse, Ysalna en avait oublié l'eau qu'elle lui donnait et retira enfin la gourde de ses lèvres, après l'avoir sans doute rassasié plus que prévu. Malheureusement, l'eau n'était qu'un détail, et le soleil, un autre. L'elfe se doutait bien qu'en plus de se retrouver asséché, cet homme devait être sous le coup d'une belle insolation. Mais contre cela, elle ne pouvait rien faire. Pas ici. Elle décida donc d'utiliser les grands moyens et brandit la gourde au dessus de l'homme avant de lui asperger le visage, et la tête. La patience n'était pas vraiment la principale qualité de l'elfe. Et heureusement, il commençait à ouvrir les yeux. Mais Ysalna se mit à fronçer les sourcils, les choses n'allant pas assez vite à son goût. Sur un ton pressé, elle déclara :

" Bon, bon, bon… vous vous décidez ou bien je vous laisse ici pour servir de repas aux vautours ? "

Et pendant qu'elle continuait sans relâche d'éponger son visage pour le rafraichir, Grenat s'immisça sous son bras et grogna tel un louveteau. L'elfe posa ses yeux vers lui et demanda :

" Tu veux de l'eau ? "

Un nouveau grognement, et Ysalna s'occupa de mouiller la fourrure de l'animal, le rafraichissant agréablement. Ainsi trempé, l'animal alla se caler entre l'elfe et l'homme allongé sur le sable et trempa au passage leurs vêtements. Ce qui serait certainement profitable à ce mauvais aventurier puisque ses vêtements étaient désormais humides. Ysalna en revanche, voyait sa robe de voiles parfaitement inondée.

" Vraiment tu ne paies rien pour attendre…"

Parole à laquelle Grenat répondit d'un regard attendrissant, ce qui fit décocher un sourire à la jeune femme. Mais elle eu tôt fait de reprendre son sérieux, même s'il se camouflait toujours derrière une part d'humour;.

" Bien, que faisons-nous de lui ? "

Il était certain que l'elfe n'avait pas la force de porter cet homme au point d'eau ombragé le plus proche. Et Grenat non plus. Même si sa musculature était développée et sa carrure massive, celle de l'homme l'était tout autant. Et ils ne pouvaient pas non plus le laisser là… quoique après tout, c'aurait été bien fait pour lui. Ysalna se mit à sourire à cette idée. Elle pouvait aussi le détrousser et s'éloigner d'ici. Mais l'idée de ne pas connaître son identité la gênait. Aussi, elle reprit, un peu plus vivement cette fois :

" Remuez-vous ou je vous laisse aux hyènes ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Ven 26 Juil - 5:30

Vortigern, à son grand soulagement, sentit de nouveau l'eau couler. Voilà qui le désaltéra davantage, humidifiant sa bouche et sa gorges sèches. Il buvait, lentement, prenant le temps de savourer de divin nectar qu'était l'eau à cet instant. Il ne s'en laissait pas mais, finalement, elle retira la gourde, mettant fin à son abreuvement. On ne pouvait pas la qualifier de radine à cet instant, rien ne l'avait obligé à lui donner à boire mais, encore un peu d'eau n'aurait pas été de refus. Garren rouvrait lentement les yeux, retrouvant une meilleure vue même si encore très faible. Il tourna de nouveau son regard vers la jeune fille qu'il distinguait mieux maintenant.

Il ne comprenait toujours pas ce qu'elle voulait lui dire mais, ses sens lui revenaient lentement. Il resta là, immobile, à attendre. Il la vit humidifier quelque chose puis sentit comme de l'eau se propager sur ses pauvres vêtements. On aurait dit comme une brosse mouillée qui s'agitait. Il cherchait l'origine cette étrange sensation du regard et constata que la femme qui l'avait secouru était accompagnée d'un animal de bonne taille, aux poils longs et à la couleur dorée. Tout ceci ne lui suggérait rien, qui étaient ces deux parfaits inconnus ? Il entendait la jeune femme parler, encore, et ses dires se faisaient de plus en plus distincts. Il cherchait à bouger mais, il n'y arrivait que difficilement.

- Remuez-vous ou je vous laisse aux hyènes !

C'était donc de ça qu'elle parlait depuis tout à l'heure ? Charmant ... Vortigern aurait bien voulu lui répondre qu'il ne pouvait pas vraiment bouger mais, il n'avait pas envie qu'elle s'en aille. Il devrait mobiliser son corps, même si ce dernier n'était pas en état de se mouvoir. Il leva lentement sa main, tremblant, et l'approcha du visage de l'inconnue, tâtant ce dernier au niveau de son menton, sa joue puis de son oreille avant de retomber sur le sable.

- Merci ...

Soupira-t-il toujours en Elilreland avant de replier ses jambes, formant un angle droit avec ses deux genoux. Ses oreilles n'étaient pas longues, il ne devait pas s'agir d'une Elfe mais, son menton et le bas de son visage en général avaient une forme et une finesse typiques de cette espèce. Une métisse ? Cela ne serait pas nouveau, surtout dans ces contrées. Il n'avait pas le choix maintenant, il devait se lever. S'appuyant sur ses deux mains, les bras flageolants, il se redressa difficilement, avant de retomber sur le dos. Mauvaise tactique ! Il se tourna alors sur le côté, puis s'appuya une seconde fois sur ses bras pas glisser ses genoux en dessous de lui, puis se remettre debout en forçant sur ses jambes. Il avait le vertige et un mal de crâne horrible ne tarda pas à le prendre violemment. Il perdit l'équilibre un instant, s'appuyant sur l'épaule de la jeune femme pour ne pas tomber, et se tenant le front de l'autre main.

Il resta un moment ainsi, avant de remarquer que ses deux mains étaient libres. Où était donc passée la carte ? Un voleur lui aurait-il dérobé pendant qu'il était inconscient ?

- Hum ... Est-ce que j'avais une carte dans ma main quand vous m'avez retrouvé ? Si c'est le cas, j'aimerai que vous me la restituiez, sinon, vous n'auriez pas vu quelqu'un avec une vieille toile de peinture griffonnée traîner dans les environs à la recherche de la fontaine de jouvence ?

Déclara-t-il d'un voix faible, tout en gémissant. Il remarque ensuite la pomme qui était sur le sol et la ramassa avant de croquer dedans, savourant le fruit comme il ne l'avait jamais fait auparavant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Ysalna Nylviën

Fidèle - Marchande d'étoffes

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 07/07/2013

Fiche personnage
Métier: Tisserande et marchande
Allégeance: Fidèles
Classe: Franc-tireuse
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Ven 26 Juil - 13:43

L'homme la remercia pour lui avoir permis de s'abreuver, et frôla du doigt la peau du visage d'Ysalna. Cette dernière ne savait pas vraiment quoi faire d'autre qu'attendre qu'il se lève, ce qu'il essaya enfin de faire. Ce fut laborieux, et l'homme mis quelques temps à se hisser sur ses jambes, s'appuyant sur les épaules de l'elfe. Décidemment, ce genre de voyage n'était vraiment pas fait pour lui. Ysalna n'avait jamais compris pourquoi les hommes du sud s'obstinaient sur les territoires qu'ils ne connaissaient pas. On ne défiait pas un désert comme on arpentait des collines, et les risques étaient immenses et nombreux : assèchement, insolation, égarement… ou même croiser la route de bandits qui évoluaient depuis la nuit des temps dans ces contrées de sable. Il fallait être parfaitement fou ou insensé.

Et c'est ce qui se confirma lorsque l'individu lui réclama la carte en lui indiquant implicitement qu'il cherchait la fontaine de jouvence, dans un Elilreland assez bien parlé. Ysalna se remit à sourire à l'idée de cette légende et s'exclama avec le plus grand sérieux mêlé pourtant d'un brin de moquerie à peine dissimulée :

" Vous n'êtes pas sérieux, n'est-ce-pas ? Comment pouvez croire que ce genre de choses existe ! "

La fontaine était une légende connue depuis des décennies, des siècles même. Et en tout ce temps, personne ne l'avait trouvé, ce qui prouvait clairement qu'elle n'existait pas. D'ailleurs cela faisait presque peur à l'elfe. De par ses origines, elle savait qu'elle aurait tendance à garder ses traits de jeunesse un peu plus longtemps que les humains, mais l'idée de pouvoir rester éternellement jeune l'effrayait. C'était contre nature, et Ysalna n'aima pas cette idée. Elle observa un moment l'homme en face d'elle, qui s'était attelé à manger la pomme qu'elle lui avait donné. La jeune femme ramassa la carte posée sur le sable et la lui tendit avec un sourire. Puis, elle fit un signe à Grenat qui se releva. Le loup vint se positionner juste à côté de l'homme, contre sa jambe, et Ysalna prit la parole :

" Nous ne devons pas nous attarder. Il faut gagner la source d'eau la plus proche et cela, fontaine de jouvence ou pas. Appuyez vous sur Grenat pour avancer, il est solide et suffisamment haut pour que vous n'ayez pas à trop vous cambrer. "

L'animal renifla le pantalon de l'homme et y enfouit son museau, avant d'émettre un léger grognement. Alors qu'elle les observait, Ysalna repensa à la fontaine. En regardant bien cet homme, il paraissait un peu plus âgé qu'elle et était légèrement marqué. Il avait certainement déjà passé la trentaine, mais n'était pas pour autant désagréable au regard. Alors pourquoi voulait-il découvrir la fontaine ? L'elfe ne comprenait pas que les hommes qui se mettent à sa recherche soient aussi jeunes. Etaient-ils dont tant désespérés par leur apparence ou narcissiques au plus haut point ? Ysalna pencha un peu la tête sur le côté et fit un sourire en coin, les bras croisés.

" Pourquoi cherchez-vous la fontaine ? Vous êtes encore jeune et vigoureux, pas désagréable au regard et ce serait dommage de risquer bêtement votre vie alors que vous n'avez pas même une ride. "

Elle se mit à rire et commença à marcher doucement, après avoir remis son sac sur son épaule. Grenat accompagnait l'homme et le soutenait. Ysalna savait combien il était difficile de se remettre de ce genre d'expérience, pour l'avoir elle-même vécue très jeune. Et à ce moment là, Grenat avait été son soutien, comme à cet instant. L'elfe s'approcha du duo et se mit à marcher juste à côté de Grenat, afin de lui gratter le sommet de la tête. Elle en profitait pour jeter quelques coups d'oeil à cet homme, qui n'avait pas grand chose d'ordinaire. Et finalement, es mots s'échappèrent avant qu'elle n'ai pu les retenir :

" Qui êtes-vous ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Ven 26 Juil - 21:56

- Vous n'êtes pas sérieux, n'est-ce-pas ? Comment pouvez croire que ce genre de choses existe !

Il n'y a pas de feu sans fumée comme disait le proverbe. Garren croyait en l'existence de cette fontaine et cette carte, bien que difficile à comprendre, devait certainement y mener. Bien sûr, il fallait l'appeler cette fontaine et il y avait une invocation pour ça mais, bien peu de personne devaient être au courant, la légende ne le mentionnait guère. D'ailleurs, comment ce peintre était-il au courant de tout cela et, pire encore, s'était-il abreuvé à la fontaine ? Qui savait ... Vortigern remarqua que le loup doré était venu se placer à côté de lui. Cet animal n'avait pas l'air bien méchant mais, son gabarie inspirait quand même la méfiance même s'il semblait très bien dressé. Par ailleurs, la jeune femme se pencha pour ramasser la carte qui était en fait le sur le sable. Elle la lui restitua avec le sourire puis reprit la parole, alors que le roi examiné la carte avec précipitation, pour vérifier si elle était encore en état.

- Nous ne devons pas nous attarder. Il faut gagner la source d'eau la plus proche et cela, fontaine de jouvence ou pas. Appuyez vous sur Grenat pour avancer, il est solide et suffisamment haut pour que vous n'ayez pas à trop vous cambrer.

Après quoi, l'animal renifla les affaires du roi en y enfonçant son museau et couinant. Garren ne savait pas vraiment qu'est-ce que ça valait dire mais, dans le doute, il valait mieux ne pas jouer les indiscrets. Il écouta la jeune femme et s'appuya sur le dos de l'animal, sans trop en faire cependant. C'est vrai que cet espèce de ... Canidé possédait une musculature pour le moins développée, ce qui était étonnant pour un animal. Il remarqua que la fille aux cheveux blonds souriait, alors qu'elle s'était mise à côté de son familier.

- Pourquoi cherchez-vous la fontaine ? Vous êtes encore jeune et vigoureux, pas désagréable au regard et ce serait dommage de risquer bêtement votre vie alors que vous n'avez pas même une ride.

La jeunesse éternelle ... C'était le désir tout Homme, aussi jeune soit-il. La vie était courte et rien ne durait, alors il n'était jamais trop tôt pour se lancer à sa recherche d'un remède contre la vieillesse. Garren ne lui répondit pas, il n'avait pas envie de gâcher les quelques forces qu'il avait réussi à reprendre. Elle se mit en marche, doucement, suivit de son animal et donc du roi. La destination ? Une source d'eau, à l'attendre, voilà qui faisait déjà sourire Garren bien qu'il ne pouvait pas savoir si le chemin allait être long ou pas. Il restait silencieux, se contentant de la suivre, mais, cette dernière n'en avait pas encore terminé avec lui.

- Qui êtes-vous ?

Vortigern soupira. Il avait déjà du mal à tenir debout, même si appuyé sur son animal, alors pour lui exposer son identité ... Mais qu'importe, elle l'avait sauvé d'une mort lente et peu honorable, il lui devait bien ça.

- Je me nomme Garren Léodore Vortigern pour nom complet. Si cela ne vous dit rien, je suis le roi des Hommes et je me suis aventuré dans les contrées d'or avec quelques camarades ... Qui ont tous péris ici. Cela fait deux moins que je suis piégé ici, nous nous somme précipités, c'était une grave erreur.

Soupira-t-il à voix basse. La marche était très difficile et réclamait beaucoup d'efforts, d'autant plus que ses habits humides commençaient à sécher et que la chaleur se faisait de plus en plus dure pour lui.

- Et vous ? Qui êtes vous ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Ysalna Nylviën

Fidèle - Marchande d'étoffes

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 07/07/2013

Fiche personnage
Métier: Tisserande et marchande
Allégeance: Fidèles
Classe: Franc-tireuse
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Lun 29 Juil - 9:37

Après sa question, l'homme émit un soupir et Ysalna se demanda qu'elle pouvait en être la raison. Sa demande l'ennuyait-il ? A moins qu'il ne veuille pas révéler son identité ? Mais les suppositions cessèrent bien vite, lorsqu'il lui indiqua son nom et son statut. Le roi du Gorbos… Ysalna s'en étonna même si elle avait remarqué son rang d'une certaine noblesse en étudiant ses vêtements. Mais de là à ce qu'il soit un roi… Elle ne laissa pourtant rien paraître de son étonnement et se mit à rire à l'idée qu'elle lui avait sans doute sauvé la vie. L'elfe pivota vers lui et se glissa juste devant ce "Garren", afin qu'il s'arrête. Il était un peu trop sérieux et Ysalna n'aimait pas ça. Voilà qu'elle comprenait désormais la raison qui le poussait à parler l'Elilreland. Elle fit une moue mêlée à un sourire et pencha un peu la tête sur le côté :

– Alors hm… Majesté ? Etes vous stupide de penser que vous atteindrez le fontaine de jouvence alors que vous ne connaissez pas le désert ?

Son air parfaitement innocent contrastait énormément avec ses paroles un peu sèches mais mêlées d'humour. Elle n'était évidemment pas sérieuse, du moins le faisait-elle penser… Elle se rapprocha un peu et eut une mine étonnée en observant le visage de Garren. Elle approcha sa main et chassa la poussière et le sable du visage du roi. Après quoi, elle lui adressa un nouveau sourire joueur, avant de déclarer de son éternelle voix rieuse :

–Vous voilà couvert de sable. Vous n'avez plus l'allure d'un roi comme ça… mais je l'avais presque deviné.

Et sur ces mots, elle lui fit un clin d'oeil et se retourna, reprenant la marche. Ysalna était tellement heureuse dans son environnement que ses pas se faisaient presque dansants alors qu'elle progressait sur le sable chaud. Un roi… Le dos tourné, elle avait un air un peu plus sérieux, se questionnant réellement sur l'attitude à adopter face à un homme de ce rang. Elle n'avait jamais rencontré de roi ni même les reines d'Archeus qui était pourtant la cité natale de sa mère défunte. Mais après tout, il était un homme comme les autres, surtout dans cette situation où il avait besoin d'elle pour s'en sortir. Ce qui fit sourire intérieurement Ysalna. Elle n'était pas avide de récompense, mais rien que de marcher aux côtés d'un roi et de pouvoir observer son comportement était assez intéressant. L'elfe mettait souvent les pieds au Gorbos pour ses affaires, mais connaissait les hommes bien moins que les elfes où les résidants d'Elildinar. Elle ne savait donc pas vraiment comment agir en conséquence. Aussi, préféra-t-elle jouer l'insouciance, comme à son habitude. Tout en continuant à marcher, elle se rappela la question de Garren et y répondit d'un ton joyeux :

– Je m'appelle Ysalna Nylviën et je suis née à Elildinar, d'une mère elfe et d'un père humain, comme vous. J'ai repris l'entreprise familiale depuis pas mal d'année et je sillonne les terres en tant que tisserande et marchande des produits que je confectionne moi-même. J'étais en route vers Archeus, afin de me ravitallier en matériaux lorsque vous m'êtes tombé dessus !

Un nouveau rire que l'elfe fit chantonnant. A la voir ainsi, on aurait dit que les malheurs du monde d'existaient pas, et qu'il ne demeurait que le bonheur… Elle accéléra soudainement le pas, et prit les devants sur ses compagnons, jusqu'à atteindre le haut d'une petite dune. Elle dévisagea un moment la petite oasis qui étendait ses eaux claires et sa végétation luxuriante au beau milieu de ce désert sans fin, et s'écria en se tournant vers Garren :

– Nous y sommes ! Dépêchez-vous allons !

Et afin de se hâter, l'elfe le rejoignit en courant et glissa son bras autour du dos de Garren, sous son épaule, pour l'aider à avancer. Grenat continuait de le maintenir de l'autre côté, et rapidement ils atteignirent la réelle fontaine de jouvence : l'un des seuls points d'eau de cet immense fournaise. Ysalna n'attendit pas un seul instant et après avoir relâché Garren sur le bord de l'eau, elle se jeta toute habillée, après avoir détaché son khamsin et l'avoir jeté sur le sable, dans la fraicheur de cette source qui représentait un bonheur sans pareil sous ce soleil assassin. Parfaitement immergée, l'elfe plongea sa tête qu'elle ressortit rapidement de l'eau, ses cheveux aussi clairs que le sable dégoulinant d'eau sur ses épaules. On aurait dit une enfant, et rapidement Grenat la rejoignit, trempant ses poils avant de ressortir tout aussi rapidement et se secouer juste à côté de Garren. Ysalna se tourna vers le roi et lui envoya un sourire avant de lui lançer :

– Ne soyez pas timide, ça vous fera du bien.

Et elle-même fit quelques brasses avant de se laisser porter par l'eau claire, sur le dos. Elle appréciait le contact du soleil sur son visage et ferma les yeux, savourant l'instant. Pourtant, elle savait que ce moment pendant lequel elle pouvait se revigorer allait bientôt prendre fin. Il ne fallait pas s'attarder ici, et poursuivre rapidement le voyage. Mais alors, une question lui vint à l'esprit. Sans qu'elle rouvre les yeux et sans savoir si Garren avait bougé, elle demanda, d'un ton un peu plus sérieux :

– Je ne pourrai pas vous guider jusqu'à la fontaine puisque je ne connais pas son emplacement. Eventuellement et si vous me traduisez cette carte, je pourrai peut-être l'étudier et voir si je serai capable de me repérer… J'ai normalement suffisamment de provisions pour un petit détour. Cependant, je ne pourrai pas vous raccompagner à Elildinar ni aux frontières du Gorbos, faute de temps et de vivres. Ma route me guidera ensuite vers les forêts froides, c'est à vous de choisir ce que vous souhaitez faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Mar 30 Juil - 23:12

La jeune femme se mit alors devant lui, peu de temps après qu'il ait répondu à sa question. Il s'arrêta de marcher, net, mais avait du mal à la regarder en face, ses paupières se faisaient lourdes.

- Alors hm… Majesté ? Etes vous stupide de penser que vous atteindrez le fontaine de jouvence alors que vous ne connaissez pas le désert ?

Elle avait la drôle de manie de toujours pencher sa tête sur le côté, lorsqu'elle le regardait ou s'adressait à lui. Souriante, innocente, sur un ton pourtant un sec et rieur en même temps ... Étonnant comme personnage et peut-être même paradoxal. Il l'écoutait, sans rien dire n'y trop y réfléchir en même temps. Elle s'avança davantage vers lui, chassant le sable de son visage, puis reprit sur le même ton.

- Vous voilà couvert de sable. Vous n'avez plus l'allure d'un roi comme ça… mais je l'avais presque deviné.

Elle lui fit un clin d'oeil et se retourna, reprenant la marche. Garren fronça légèrement les sourcils, il n'avait rien compris. En fait, c'était que son cerveau avait les plus grandes difficultés du monde à traiter logiquement l'information et, fatigué, il se contentait de la rejeter en bloc. Il reprit alors la marche, sans chercher à déchiffrer son message qui devait pourtant être très clair. Ils reprirent donc leur chemin pendant un bon bout de temps, harassant pour le roi, puis, finalement, la jeune fille insouciante se décida à lui répondre.

- Je m'appelle Ysalna Nylviën et je suis née à Elildinar, d'une mère elfe et d'un père humain, comme vous. J'ai repris l'entreprise familiale depuis pas mal d'année et je sillonne les terres en tant que tisserande et marchande des produits que je confectionne moi-même. J'étais en route vers Archeus, afin de me ravitallier en matériaux lorsque vous m'êtes tombé dessus !

Elle riait légèrement, tout en mélodie. Vortigern faisait un effort pour essaye de comprendre cette fois-ci mais, le résultat n'était pas laborieux.

- Je ... Ysalna, c'est un joli nom.

C'était tout ce qu'il avait retenu. Il ne comprenait pas pourquoi il n'était plus en mesure de réfléchir alors qu'il y était arrivé précédemment. Surement l'effort était-il encore trop important pour son organisme affaibli. Mais voilà que Ysalna accéléra brusquement le pas, prenant de l'avances sur le roi et sur son animal jusqu'à atteindre le haut d'une petite dune qui paraissait une montagne pour Vortigern. Elle se retourna quelques secondes après, vers eux, souriante, le visage illuminé.

- Nous y sommes ! Dépêchez-vous allons !

De l'eau ! Il l'avait parfaitement compris cette fois-ci. La jeune marchande se précipita alors vers eux, glissant son bras sous les épaules du roi et l'aidant à avancer. De cette façon, ils purent rapidement atteindre l'autre côté de la dune et l'oasis qui s'y trouvait. Elle le déposa sur la rive et se jeta aussitôt dans l'eau et barboter dedans comme une enfant. Son animal fit à son tour trempette pendant que Garren s'humidifiait le visage avec l'eau et fraîche et buvait jusqu'à n'en plus pouvoir.

– Ne soyez pas timide, ça vous fera du bien.

Mais, il n'en avait pas vraiment la force. Pourtant son corps entier avait souffert du soleil, se plonger entièrement dans l'eau ne lui ferait pas de mal. Il remarqua alors que Ysalna flottait sur le dos, peut-être devrait-il en faire autant ? Pas possible, avec ses armures, il n'arriverait jamais à flotter, à moins d'enlever les parties ferrées, c'est à dire son plastron, ses brassards et ses gants, chose qu'il se décida à faire, lentement.

– Je ne pourrai pas vous guider jusqu'à la fontaine puisque je ne connais pas son emplacement. Eventuellement et si vous me traduisez cette carte, je pourrai peut-être l'étudier et voir si je serai capable de me repérer… J'ai normalement suffisamment de provisions pour un petit détour. Cependant, je ne pourrai pas vous raccompagner à Elildinar ni aux frontières du Gorbos, faute de temps et de vivres. Ma route me guidera ensuite vers les forêts froides, c'est à vous de choisir ce que vous souhaitez faire.

Les forêts froides ... Un petit détour par la capitale Elfique ne lui ferait pas de mal pour récupérer, organiser le voyage du retour et surtout, faire parvenir des nouvelles au royaume. Il se glissa dans l'eau, se laissant tomber dedans. Cela fut comme un électrochoc pour lui, tant la différence de température était élevée. Mais, c'était le grand soulagement pour lui, il ne put s'empêcher de soupirer en sortant la tête de l'eau, puis en se laissant flotter à son tour, trop fatigué pour nager. L'eau froide qu'il avait bu lui avait redonné des forces et réveillé son esprit.

- Je viendrais avec vous jusque dans les forêts froides, de là je pourrais prendre contact avec le royaume et peut-être obtenir l'aide des Elfes pour revenir jusqu'à chez moi. Vous serez généreusement récompensée pour votre aide, ne vous en faite pas. Pour ce qui est de la carte, Ysalna, j'aimerai bien vous la traduire mais, je ne vois pas comment vous pourriez m'aider là-dessus, vous ne connaissez probablement pas plus la légende que n'importe qui d'autre. Je vous la traduirai, on ne sait jamais mais, c'est sans espoirs.


Il avait sommeil maintenant, l'eau fraîche le revitalisait vraiment et il commençait à ressentir tout le poids de sa fatigue, son corps quittant peu à peu l'état d'alerte. Il resta silencieux un moment, à penser aux événements et au secours de cette jeune fille au comportement à la fois adorable mais, inquiétant. Elle le laissait perplexe. Il se redressa alors et, voyant qu'elle flottait paisiblement sans le regarder, il lui envoya de l'eau dessus, une véritable vague, avant d'éclater de rires.

- Ça fait du bien de réchapper à la mort quand même.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Ysalna Nylviën

Fidèle - Marchande d'étoffes

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 07/07/2013

Fiche personnage
Métier: Tisserande et marchande
Allégeance: Fidèles
Classe: Franc-tireuse
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Mar 20 Aoû - 15:35

Ysalna entendit le roi se glisser dans l'eau mais n'ouvrit pour autant pas les yeux. Un grand sourire s'étiraient sur ses lèvres closes tant elle profitait de cette fraîcheur si apaisante. Le roi Vortigern ne devait pas beaucoup connaître ça, un pareil rassasiement et un tel bien-être après l'enfer du désert. Mais ils n'en étaient pas encore sortis… et cela n'était pas pour tout de suite. Après un moment, l'elfe ouvrit les yeux pour les poser sur le roi qui se laissait flotter sur le dos. La jeune femme se repositionna à la verticale, debout dans l'eau, et l'écouta avec attention. Il avait visiblement pris sa décision et Ysalna pensait qu'il s'agissait en effet du meilleur choix. En plus de cela, le fait de voyager avec l'une des cibles privilégiées des fidèles avait quelque chose d'assez excitant. Il pouvait se révéler être une mine d'informations et pire, Ysalna pouvait tout aussi bien le laisser périr ici, condamné à son triste sort, pour déstabiliser le royaume du Gorbos. Etre coupable de la mort du roi la faisait déjà frémir.

Toutes ces idées la faisaient bouillonner et l'elfe imaginait déjà les prochains jours en compagnie de cet homme qu'elle n'aurait jamais pensé rencontrer. Alors que les Inquisiteurs peinent à se frayer un chemin vers la plus haute sphère du royaume, elle avait accès au roi et en plus, elle avait la possibilité de manier les ficelles de son destin. Ysalna se mordit discrètement la lèvre à cette idée, sans cesser de l'observer. Elle aussi avait une décision à prendre. Mais pour le moment, l'elfe ne voulait pas laisser transparaitre son allégeance au Vindictus. C'était beaucoup trop tôt et elle voulait en profiter avant.

Elle fit rapidement disparaître ces idées de son esprit et ne comprit pas la réplique du roi lorsqu'il lui annonce qu'elle ne pourrait sûrement pas l'aider. Comment elle, une native des Contrées d'or ne pouvait-elle pas connaître mieux que quiconque cette légende ? Il était bien pessimiste, à moins qu'il n'espère ainsi éviter de faire des détours et abandonner sa quête. Le silence s'installa, seulement perturbé par leurs corps qui remuaient dans l'eau. Ysalna ne l'avait pas quitté des yeux alors qu'il se redressait pour lui projeter de l'eau à la figure avant de se mettre à rire. Visiblement, il n'émettait aucune doute quant à elle… ce qui la fit encore accentuer son sourire. L'elfe prit pourtant un air sérieux pour répondre :

– Comment pouvez-vous dire que je ne pourrai pas vous aider ? Je connais cette région comme personne et cette légende m'a été contée toute ma vie. Avouez plutôt que vous avez peur de cette quête !

Elle se mit à rire et poursuivit en se rapprochant un peu de lui, immergée dans l'eau presque transparente jusqu'aux épaules :

– Mais cet arrangement me va. Si vous êtes assez courageux, vous pourrez toujours retenter l'aventure plus tard…

"… si vous en avez l'occasion ", pensa-t-elle. Elle avait retrouvé son sourire et aspergea à son tour le roi.

– Je n'aurais jamais cru que je partagerai le bain de sa Majesté un jour ! enchaina-t-elle avec humour.

Plus les secondes passaient, plus elle essayait de le déchiffrer en analysant chacun de ses gestes, ses mouvements. Elle pouvait le noyer, là, maintenant si elle le voulait. Il était encore trop affaibli et elle aurait forcément la main mise sur le duel. A condition qu'il ait d'ailleurs le temps de réagir… D'un coup, Ysalna posa ses mains sur les épaules du roi et exerça une légère pression dessus, avant de forcer un peu afin de l'immerger complètement. Ce qui aurait pu paraître un jeu se révélait plutôt être une tentative de meurtre du point de vue de l'elfe. Elle l'avait là, à portée. Ysalna ne réfléchissait plus et ne pensait qu'à agir. Un regard haineux se peignit sur son visage alors que le roi était encore sous l'eau et finalement, elle se détendit et le relâcha. Au moment où il ressortit, elle son expression s'évapora pour laisser place à un regard amusé.

– Eh bien, vous êtes suffisamment rafraichi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Ven 23 Aoû - 21:13

– Comment pouvez-vous dire que je ne pourrai pas vous aider ? Je connais cette région comme personne et cette légende m'a été contée toute ma vie. Avouez plutôt que vous avez peur de cette quête !

Lui répondit-elle avant de se mettre à rire et, tout en se rapprochant un peu plus de lui. Elle avait tord, il n'avait pas peur de cette quête, s'il avait eu peur, il ne serait tout simplement pas venu ici et ne chercherait pas encore à l'heure actuelle des choses à l'accomplir. Non, il était certain que cette précision concernant la légende n'était connue de personne ou de presque personne. La jeune fille avait le corps presque totalement sous l'eau mais, cela ne la couvrait pas tout à fait. L'eau était claire et cristalline, Vortigern ne put s'empêcher de jeter un rapide coup d'oeil. Malgré la réfraction, il pouvait apercevoir les formes de la jeune dame ... Remarquable. Il détourna bien vite son regard vers celui d'Ysalna, qui reprit alors.

– Mais cet arrangement me va. Si vous êtes assez courageux, vous pourrez toujours retenter l'aventure plus tard …

Et comment ! Toute souriante, elle aspergea à son tour le roi, un geste qu'il prit pour amical même si un détail l'interpella, la violence du geste. Un simple jet d'eau fait tout sourire mais, presque avec l'intention de la lui jeter à la figure, tout simplement. Un détail qu'il attribua au côté farfelu de cette jeune fille et dont il ne fit pas vraiment attention.

– Je n'aurais jamais cru que je partagerai le bain de sa Majesté un jour !

Dit-elle avec un certain humour. Elle l'observait d'une manière étrange, comme si elle cherchait à le déchiffrer. Garren souriait, la situation n'était pas déplaisante mais, il y avait quelque chose de bizarre dans l'atmosphère. Il observait Ysalna, son visage d'ange, son regard plein de folie, son sourire amical ... Il n'y avait rien pour douter et pourtant, tout ceci le mettait mal à l'aise, c'était presque à croire que c'était exagéré, que ce n'était pas sincère. Il essayait de comprendre ce qui le tracassait en la regardant et il comprit que tout cela sonnait faux. Le temps d'un court instant, son regard se troubla et son sourire s'estompa, laissant apparaître de l'inquiétude mais, à bien y réfléchir, si elle voulait lui nuire, elle aurait profité de sa faiblesse. C'était totalement stupide de penser ainsi ! Quoi que ... Elle avait apprit qu'il était le roi après, peut-être que ceci expliquait cela ? Il eut même un brin de malice, voir d'hostilité dans son regard qui disparu presque aussitôt, alors qu'elle posa ses mains sur ses épaules. Il se crispa sur l'instant mais, n'eut pas le temps de faire autre chose qu'elle l'immergea dans l'eau, sans trop forcer, comme pour jouer. De toutes les façons, ses jambes auraient du mal à résister à la pression et il profita bien de ce petit rafraîchissement. Sous l'eau, la vue était imprenable, les vêtements de voiles d'Ysalna étaient pratiquement transparents et sa proximité ne faisait qu'améliorer les choses. Une envie, il en avait bien eu une, sur l'instant mais, plus questions de se laisser aller maintenant ! C'était une époque révolue !

Elle lui sorti finalement la tête de l'eau et il reprit sa respiration tout en l'entendant le questionner.

– Eh bien, vous êtes suffisamment rafraichi ?
- Comment pourrais-je en avoir assez ?

Répondit-il avec ironie. Il resta souriant, un moment à l'observer puis, il balaya l'environ du regard.

- Si je devais mourir dans le désert, je reviendrai certainement hanter ces lieux, c'est un vrai de coin paradis ici. Dit-il avant de soupirer. Mais bon, j'ai autre chose à faire que mourir ici et maintenant en fait.

Il jeta encore un peu d'eau au visage d'Ysalna, en riant puis, lui tourna le dos et s'en alla vers la rive. Il sortit de l'eau et s'en alla récupérer ses affaires avant de jeter un coup d'oeil sur l'étrange arbalète de cette jeune femme.

- Mais qu'est-ce donc ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Ysalna Nylviën

Fidèle - Marchande d'étoffes

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 07/07/2013

Fiche personnage
Métier: Tisserande et marchande
Allégeance: Fidèles
Classe: Franc-tireuse
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Sam 31 Aoû - 19:25

Le roi avait l'air de rentrer dans son jeu sans vraiment s'en rendre compte. Il prenait la situation avec humour, ce qui n'était pas pour déplaire à Ysalna. Car même si les intentions de l'elfe étaient loin d'être louables, elle n'oubliait pas de s'amuser et de profiter de cette rencontre. Mais il fallait qu'elle se contrôle afin de ne pas attirer la méfiance de Vortigern. Ysalna savait son comportement parfaitement contradictoire et sans doute était-ce du au fait qu'elle ne savait pas elle-même comment agir. Pour l'instant, il fallait simplement qu'elle se contienne, au moins le temps d'en apprendre plus sur le roi du Gorbos.

Ysalna n'avait pas perdu son sourire et se contentait de l'écouter. Un coin de paradis pour elle, certes… mais pour beaucoup le désert ressemblait surtout à l'enfer. Un enfer dont ce roi ne ressortirait sûrement pas vivant… ce qui fit encore s'élargir le sourire d'Ysalna. S'attirer sa confiance, c'était tout ce à quoi elle pensait à présent. Et le cerner. Analyser son comportement, ses faits, ses gestes, ses paroles, ses expressions, ses pensées aussi… et tout ce qu'il lui dirait. Et tout cela, le plus naturellement du monde. Vortigern renvoya de l'eau au visage de la jeune femme alors qu'elle l'observait avec ce flot de pensées qui se déversaient dans son esprit. Il sortit de l'eau et fut suivi par Ysalna qui ne se souciait pas vraiment de son corps assez dévoilé sous ses voiles rendus presque transparents par l'eau. A vrai dire, elle avait l'habitude du regard des hommes et appréciait plutôt ça, même si elle n'aimait pas céder à leurs avances. Comme tout le reste, c'était un jeu. Le jeu de la séduction, comme le jeu du meurtre. Et avec ce roi, elle comptait exercer les deux. Après tout, il paraissait qu'embrouiller l'esprit des hommes permettait d'arriver facilement à ses fins… Ysalna avait déjà remarqué quelques coups d'oeil de la part de Vortigern et elle s'en amusait.

Il la tira de ses pensées en lui demandant ce qu'était l'arme qu'elle avait déposée sur le sable. Son khamsin, du nom d'un vent du désert qui soufflait sur les dunes, était un instrument qu'elle avait elle-même forgée étant plus jeune. Une arbalète améliorée en quelques sorte qui, au lieu d'envoyer des flèches, dirigeait contre ses cibles des disques de métal aussi fins et tranchants qu'une lame de rasoir. Bien plus meurtriers et certainement une technique plus cruelle, puisque les disques coulissaient à une vitesse fulgurante et entaillaient la chair douloureusement. L'arme de sa vengeance. A cette question, Ysalna se contenta de se baisser pour saisir son arme et positionner sa main sur le manche. Sa réponse se fit sur un ton tout aussi léger et désinvolte que précédemment :

– Une arme que j'ai créée moi-même, il y a quelques années. Vous savez dans le désert, il faut savoir se prémunir du danger… Elle fonctionne comme une arbalète… à peu près.

Et pour appuyer ses propos, l'elfe positionna la visière devant son oeil et maintint le khamsin juste devant elle, dans le creux de son épaule. D'un geste infime du doigt, elle tira sur ce qui était en réalité le mécanisme amorçant le tir et propulsant le disque coulissant plusieurs mètres plus loin; Il s'enfonça à la vitesse d'un éclair dans le sol et Ysalna jeta un oeil à Vortigern, guettant sa réaction. Ce qu'elle avait omis de lui préciser, c'était que l'arme pouvait contenir jusqu'à plusieurs disques, afin de les projeter l'un après l'autre. Elle se dirigea vers l'endroit de la chute et entreprit d'arracher le disque métallique du sable brûlant. Ysalna sentait avec délice le soleil lécher sa peau collée à sa robe encore humide. Grenat l'avait rejoint et s'était allongé dans le sable, sans doute afin de réchauffer ses poils en attendant l'heure du départ.

L'elfe revint rapidement vers le roi, le disque en main et s'arrêta à quelques centimètre de lui. Elle en profita pour l'observer de plus près et guetter ses expressions, sans perdre son sourire. Puis, elle déclara avec un peu plus de douceur en écartant ses cheveux humides derrière son épaule :

– Alors, Majesté… Cela est-il digne de votre armurerie ?

Puis, elle passa son doigt sur la lame du disque, l'effleurant à peine. Une goutte de sang en perla, démontrant bien à quel point la lame était aiguisée et d'une finesse incroyable. Ysalna effaca rapidement le liquide écarlate de ses lèvres et adressa un sourire tout aussi mordant au roi :

– Tant de risques existent ici… En plus du soleil et de cette sécheresse, vous savez… des bandits, des charognards et plus encore… D'ailleurs je suppose que vous êtes chanceux et sûrement rescapé. Le taux de survie des étrangers est très faible par ici et énormément d'hommes sous-estiment la toute-puissance du désert. C'est mon domaine.

Sur ces mots, la jeune femme replaca le khamsin dans son dos et rangea le disque métallique précautionneusement avec son matériel. Toujours aussi proche du roi, elle lui lança un regard amusé :

– Et je crois que vous êtes livré à ce que je voudrais bien faire de vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Dim 1 Sep - 16:38

Vortigern observait et écoutait Ysalna a présent sortie de l'eau, tout sourire, lui expliquer l'origine et la fonction de son étrange arbalète, s'il s'agissait bien d'une arbalète. Le problème, c'est que Garren était prit entre deux feux, à la fois très intéressé par ce qu'elle lui disait, car en effet et après démonstration de sa part, une arme de ce genre pourrait se révéler être très utile aux armées du royaume et plus particulièrement aux francs-tireurs. C'était plus redoutable qu'une arbalète ordinaire, plus facile à recharger et à manier et le projectile quant à lui était bien plus dangereux qu'une simple flèche. Voilà qui leur donnerait enfin quelque chose de plus que les autres nations. Le deuxième feu, c'était Ysalna en elle-même. Trempés, ses vêtements de toile laissaient apparaître son corps encore mieux que dans l'eau et le moins que l'on puisse dire, c'est que le roi avait du mal à la regarder dans les yeux. En fait, son regard ne cessait de monter et de descendre, cherchant tant bien que mal à se rattacher à son visage mais glissant constamment le long de son corps. Ce ne fut que lorsqu'elle s'en alla ramasser le disque qu'il put "souffler" et réfléchir pleinement à ce qu'elle venait de lui dire. Elle en était l'inventeuse, peut-être accepterait-elle de partager son secret avec les Hommes ? Son comportement était tout aussi intéressant et effrayant que son arbalète. Elle souriait sans cesse, adoptait une attitude désinvolte, avait entaillé son doigt et lécher le sang qui en coulait avec un naturel déconcertant, elle ne se souciait pas de sa relative nudité et la voilà maintenant en train de narguer le roi.

Vortigern était perturbé par cet étrange et fascinant personnage, il ne savait vraiment plus quoi penser si ce n'était que la chaleur et la solitude du désert lui avait filé un coup sur la tête sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte. Sa proximité avec le roi n'était pas sans réveiller ses ardeurs et par précaution, il s'écarta d'un pas, tout en lui souriant pour ne pas qu'elle le prenne mal. Plus question de se laisser aller, désormais ! Après un court instant de philosophie, et sans perdre son sourire et son ton innocemment diabolique, elle replaça son arme dans son dos et reprit de plus belle, le regard amusé.

– Et je crois que vous êtes livré à ce que je voudrais bien faire de vous.

Voilà qui le laissa perplexe. Devait-il sourire ou au contraire, le prendre mal ? En tant normal, il aurait prit ça pour de la simple provocation mais, le fait qu'Ysalna ne le rassure en rien malgré les apparences lui mettait le doute. Que savait-il d'elle après tout ? Peut-être qu'en essayant également de la perturber ...

- Je crois plutôt que vous vous prenez à votre propre jeu.

Lui répondit-il tout sourire, lui aussi, sur un ton frisant la menace mais, tout en plaisantant. Il se rapprocha ensuite d'elle, revenait à la proximité qu'il avait fuit précédemment. Il la fixa droit dans les yeux et prit une voix basse sans pour autant chuchoter.

- Et si je vous avais menti sur toute la ligne, hum ? Qu'en savez-vous après tout ?

Il posa ses deux mains sur ses épaules, les massant un peu avant de les approcher de son cou puis de le serrer un peu, tout en la regardant et tout en souriant, adoptant un peu la même attitude qu'elle.

- Que pourrais-je bien faire de vous une fois morte ?

Rajouta-t-il d'une façon on ne peut plus naturelle. Le but ? Confirmer ou affirmer ses doutes, du moins, en partie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Ysalna Nylviën

Fidèle - Marchande d'étoffes

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 07/07/2013

Fiche personnage
Métier: Tisserande et marchande
Allégeance: Fidèles
Classe: Franc-tireuse
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Mar 3 Sep - 20:15

Ysalna étudia la réaction du roi face à cette provocation qu'elle venait de lui lancer. Il avait l'air perplexe alors qu'elle le fixait en souriant. Finalement, il le lui renvoya avec une réponse bien loin de la réalité et dépourvue d'argument. Cependant, l'elfe émit quelques doutes vis à vis du ton qu'il avait employé, entre l'humour et la réelle menace. Etait-ce un moyen de se défendre et de lui montrer qu'entre eux deux, c'était lui qui tenait les rênes ? De par son grade et sa position politique peut-être, mais d'un point de vue humain, c'était différent. Il se rapprocha finalement, et reprit sur ce même ton provocateur et sérieux à la fois, qui fit perdre un instant son sourire à la jeune femme.

Il évoquait un possible mensonge, ce qui était tout à fait incohérent. Et même si c'était vraiment le cas, voilà qui ne changerait rien à leur actuelle situation. Il était tombé entre les griffes meurtrières des Contrées d'or, et elle était la seule à pouvoir l'en sortir vivant. Il avait posé ses mains sur les épaules de la jeune femme et commençait à les masser doucement, avant de resserrer sa prise sur son cou. Tiens tiens… apparemment il ne fallait pas jouer avec sa Majesté. Mais Ysalna n'avait pas dit son dernier mot et ne comptait pas lâcher prise. Elle répondit à cette menace par un sourire qu'elle ne souhaitait pour une fois pas désinvolte, mais qui au contraire laissait sous-entendre qu'elle voyait très bien là où il voulait en venir. C'était clair : il se voulait être le maître du jeu, mais c'était peine perdue. De plus, il avait commis une erreur fatale : celle de lui révéler son identité et sa place dans le monde alors qu'elle, n'avait rien dévoilé de sa personne si ce n'était son métier, une broutille face à ses réelles convictions. Là dessus, elle avait marqué un point, et connaissait la plus grande faiblesse de son ennemi.

Il s'enterra encore plus profondément dans l'incohérence lorsqu'il énonça sa mort. Et Ysalna ne tarde pas à répliquer d'un ton mordant :

– Dois-je vous rappeler que ma mort impliquera la vôtre ? Vous pensez-vous réellement capable de survivre seul dans un désert dont vous ne connaissez rien, sans vivres et sans savoir vous repérer ?Votre survie dépend de ma volonté, admettez-le, termina-t-elle en riant.

Elle prit les mains de son interlocuteur et les écarta lentement de son cou. Puis elle se rapprocha légèrement du visage du roi et saisit avec douceur mais d'un geste parfaitement maîtrisé son menton entre ses doigts pour le fixer droit dans les yeux :

– Que vous m'ayez menti ou pas, cela m'est égal. Et cela ne change rien. Ici il n'existe plus de règle excepté celle de survivre. Et que vous soyez roi ou fermier, vous restez un homme comme les autres. Avec vos forces, et surtout vos faiblesses. Et vous aurez beau appeler à l'aide pendant des jours, personne ne vous entendra. Pire encore, des charognards auront dévoré votre cadavre à l'aube.

Le visage souriant et lumineux de la jeune femme était en parfaite contradiction avec ses paroles crues. Cela allait sans doute changer le roi de l'habituel comportement qu'elle avait jusqu'alors adopté devant lui. Mais elle voulait bien lui faire comprendre que dans le désert, les titres ne comptaient plus et qu'à aucun moment il ne devrait exercer son autorité sur elle. Elle n'appartenait pas au Gorbos et pour tout dire, il n'était pas son roi. Pas plus que celui des Contrées d'or et de ce territoire. Ici, il n'était qu'un homme comme les autres. Restait à savoir ce qu'il allait penser de cette face que venait de lui montrer Ysalna, bien loin de l'innocence feinte qu'elle exerçait devant lui depuis le début…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Mar 3 Sep - 21:23

– Dois-je vous rappeler que ma mort impliquera la vôtre ? Vous pensez-vous réellement capable de survivre seul dans un désert dont vous ne connaissez rien, sans vivres et sans savoir vous repérer ? Votre survie dépend de ma volonté, admettez-le.

Lui répondit-elle en riant, nullement perturbée par les agissements et les dires du roi. C'est vrai que faire le méchant, ça ne lui réussissait vraiment pas. En plus, ce n'était pas la première que cela arrivait et, le comble, c'était que Ysalna avait parfaitement raison, il était bel et bien à sa merci et cette idée ne le rassurait guère, il venait tout juste de comprendre le sens de sa précédent phrase. Il blanchissait, un peu puis, la marchande lui prit les mains et les écarta, se rapprochant légèrement dans lui sans qu'il cherche à l'en empêcher. Elle lui attrapa ensuite le menton entre ses doigts, délicatement. Un geste de provocation supplémentaire auquel il ne répondit pas, se contentant de la fixer et d'écouter la suite.

– Que vous m'ayez menti ou pas, cela m'est égal. Et cela ne change rien. Ici il n'existe plus de règle excepté celle de survivre. Et que vous soyez roi ou fermier, vous restez un homme comme les autres. Avec vos forces, et surtout vos faiblesses. Et vous aurez beau appeler à l'aide pendant des jours, personne ne vous entendra. Pire encore, des charognards auront dévoré votre cadavre à l'aube.

Le côté paradoxale de sa personne, qui le perturbait tant jusqu'à là, atteignait son paroxysme. Souriante, attentionnée, calme et pourtant, ses paroles en disaient long sur son état d'esprit. C'était effroyable, presque à se demander si il n'avait pas affaire à un démon ou un esprit du désert ou encore quelque chose de semblable. Dans ses yeux, il y avait de la folie, du sadisme, de la fourberie et pourtant, son jolie petit visage d'ange l'attendrissait au point qu'il oubliait tout cela.

Alors comment devait-il prendre ces menaces à peine dissimulées ? Employer la violence, la menace, ne servirait à rien et cette fille avait certainement plus d'un tour dans son sac, sa condition physique, bien que détériorée par les difficiles conditions du terrain, ne l'avantagerait en rien, peut-être se retournerait-elle contre lui. Employer la diplomatie, c'était déjà plus prometteur mais, cela ne ferait qu'empirer les choses car, il découvrirait certainement ce qu'il aurait préféré ne pas savoir à son sujet. En fin de compte, elle ne l'avait pas vraiment sauver pour l'aider mais, plutôt par sadisme, pour le faire souffrir encore plus que s'il s'était tout simplement laissé mourir, enfin, dans le pire des cas. Visiblement, ce qu'elle voulait, c'est qu'il se plie à sa volonté et il était certain qu'elle lui demanderait beaucoup de choses, en plus de lui en faire subir.

D'un autre côté, il fallait les choses en face, elle était sa seule de chance de survie ici. Il réfléchissait rapidement, peut-être qu'en gagnant sa confiance ou en l'amenant à baisser sa garde, il pourrait reprendre le dessus et la contraindre à le sortir de là sans faire de détours. Mais, encore fallait-il y arriver et cela relevait presque du miracle, jamais elle ne se laisserait faire ! Adopter un comportement aussi étrange et peu rassurant que le siens n'était pas non plus dans ses cordes, il se ferait repérer tout de suite. La seule et dernière solution était de laisser les choses aller jusqu'à ce qu'elle commette une erreur qu'il pourrait utiliser pour la contraindre et cette erreur arriverait certainement tôt ou tard, aussi maligne qu'elle était, elle n'était pas parfaite ! Vortigern soupira puis, il rigola, plus pour se rassurer qu'autre chose. Il attrapa Ysalna par l'arrière de la tête et serra cette dernière assez fort contre lui, sans être très délicat cependant, plus comme un geste d'amitié. De son autre main, il lui défit rapidement les cheveux.

- C'est vrai, vous avez raison, je ne dois ma survie qu'à vous et vous seule alors pourquoi se montrer aussi ingrat ? C'est stupide ! Faisons plutôt bonne route !

Dit-il en la relâchant, ou plutôt, en la repoussant à l'aide d'un geste de bras, sans lui faire mal pour autant.

- Et on devrait y aller, justement, on a un peu trop tardé ici. Le temps de remplir ma gourde et on pourra reprendre la marche !
Dit-il avant de s'en aller la remplir, comme prévu, puis de revenir vers elle. Ah et j'aimerai bien qu'on parle un peu de votre arbalète bizarre, vous seriez prête à partager vos secrets ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Ysalna Nylviën

Fidèle - Marchande d'étoffes

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 07/07/2013

Fiche personnage
Métier: Tisserande et marchande
Allégeance: Fidèles
Classe: Franc-tireuse
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Sam 7 Sep - 8:34

Son interlocuteur paraissait perdu dans ses pensées, ce qui ne fit que renforcer le sourire d'Ysalna, satisfaite de l'effet qu'elle avait produit sur lui. Il se mit à rire d'une façon assez nerveuse et la saisit par l'arrière de la tête avant de la serrer encore plus contre lui. Elle se laissa faire, se demandant le but de son petit jeu… cela dit, elle avait bien conscience qu'elle l'avait elle-même provoqué et elle constatait avec plaisir qu'il s'y plongeait sans concession. Puis le roi défit d'un geste ses cheveux dorés, les laissant cascader sur ses épaules, légèrement ondulés à cause de l'eau. Elle ne comprit pas ce geste, peut-être du à l'énervement ou une sorte de frustration… elle n'en savait rien, mais la jeune femme se plaisait à observer que le roi avait un certain mal à garder son calme devant les provocations. Ysalna avait parfaitement conscience de jouer avec le feu mais cela était ainsi. La meilleure barrière qu'elle avait pu se forger au cours de ces dernières années était de montrer dès le début qu'elle ne se laisserait jamais faire. Ainsi, le roi savait à quoi s'attendre.

Il la relâcha finalement et l'écarta de lui, l'incitant à reprendre la route. Ysalna l'observa remplir sa gourde et en fit de même avec celle qu'elle avait vidé sur lui quelques temps plus tôt. En se redressant, la jeune femme écouta sa demande concernant son khamsin. Elle haussa simplement les épaules et répondit simplement :

– Il s'agit de ma propre création et vous devinerez très bien que je ne compte pas me séparer de ce secret aussi facilement…

Comme s'il voulait l'approuver, Grenat se leva et vint se frotter aux jambes encore visibles sous la tenue humide de l'elfe. Ysalna lui adressa une caresse sur le haut du crâne. Le seul être à qui elle pouvait dispenser un semblant d'affection. Le loup couleur sable se cambra avant de s'étirer, heureux des caresses que lui dispensait sa maîtresse.

– Nous allons repartir, se contenta-t-elle de dire en le gratifiant d'une énième caresse sur le museau qu'elle gratta quelques secondes.

Elle eu un léger soupir et se dirigea vers le roi, détournant son attention vers le sujet qu'il venait d'aborder. L'elfe s'arrêta à quelques pas de lui et enchaîna, son sourire ayant quelque peu diminué :

– Cela dépendra sûrement de votre façon de me récompenser…

Et afin d'appuyer ses propos et sans doute pour pousser le roi encore plus à bout, Ysalna se rapprocha et colla ses lèvres aux siennes dans un baiser court mais assez brutal, avant de reculer aussi vite. De la pure provocation encore une fois, simplement pour doser les réactions du roi et connaître un peu plus ses expressions. Sourire en coin, l'elfe l'observa de ses yeux d'ambre emprunts d'une lueur dérangeante et fit quelques pas, déviant son regard du sien. Ce roi ne s'était certainement pas encore rendu compte que son plus grand ennemi ici n'était pas le désert, mais la femme qu'il avait en face de lui…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Sam 7 Sep - 16:35

Pas question de partager ses secrets à moins d'être récompensée à la hauteur de ses attentes. Pour le roi, cette question le laissait perplexe, qu'entendait-elle exactement par là ? De quelle façon voulait-elle être récompensée ? Et puis, elle ne manquait pas de culot pour lui prétendre comme dors et déjà acquis une gracieuse récompense. Mais voilà, elle n'en avait pas encore finit avec lui. Il pensait qu'elle simplement se remettre en route et que tout allait poursuivre son cours naturel mais, non. Comme pour en rajouter une couche, ou pour appuyer ses propos, elle se rapprocha rapidement de lui et l'embrassa tout aussi vite. Voilà qui le fit écarquiller les yeux.

Elle était souriante, cet air innocent, comme si de rien n'était. Garren ne comprenait plus rien si ce n'était que Ysalna se révélait être une personne de plus en plus ... Dérangée. Il était là, stupéfait pas son geste, comment devait-il le prendre ? Il n'en savait rien mais, cette audace n'était pas pour lui déplaire. Vortigern s'approcha d'elle, à son tour, sourire aux lèvres. Il passa sa main derrière ses hanches et, il serra la taille d'Ysalna bien contre lui, tout en rapprochant son visage du siens.

- Vous êtes folle à lier.

Lui dit-il en riant légèrement. Son corps, bien que humide, était chaud et cela n'était pas sans réveiller les ardeurs de notre bon roi. Il la fixait dans les yeux, se laissant lentement tenter. Pourquoi ne pas l'embrasser ? Il en mourrait d'envie. Mais, fort heureusement, ses idées lui revinrent à temps. Dans d'autres circonstances, il lui aurait tout simplement sauté dessus mais là, c'était différent, il ne pouvait pas se permettre de commettre ce genre d'écart et il avait l'impression que cette jeune fille le savait bien, essayerait-elle de le faire flancher ? Quel jeu sadique !

Il la relâcha, s'écartant un peu et tentant de se calmer. Il était lui-même surpris de se voir aussi affamé, depuis que Stern l'avait initié aux plaisirs ... De la vie, il n'en perdait jamais goût ! Pourtant, tout excès était mauvais. Et puis, il était un homme libre et indépendant de ses envies ! Pas question de se laisser aller ! Il redressa ma tête, toussant un peu puis, emboîta le pas.

- Dans ce cas ne perdons plus une seconde. Et pour votre récompense, il n'en tient qu'à vous de la mériter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Ysalna Nylviën

Fidèle - Marchande d'étoffes

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 07/07/2013

Fiche personnage
Métier: Tisserande et marchande
Allégeance: Fidèles
Classe: Franc-tireuse
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Sam 7 Sep - 18:55

Le roi ne tarda pas à répondre à sa provocation puisqu'il l'attira aussitôt contre lui, sautant à pied joints dans le piège qu'elle lui tendait. Un piège sans en être un… à vrai dire, Ysalna agissait ainsi pour analyser le comportement de Vortigern et mesurer l'ampleur de la tâche qu'elle s'était fixée : non pas l'attirer dans les filets de la séduction, mais dans ceux de la mort. Et même si pour le moment elle n'avait pas l'intention de le tuer, elle voulait au moins le faire parler, et quoi de mieux pour délier les langues que de jouer au jeu pervers de la séduction. L'elfe était assez surprise de constater à quel point le roi agissait avec légèreté. Etait-ce parce qu'ils étaient seuls perdus au bout du monde ? Ou était-ce un comportement habituel que de se jeter sur la première femme qui lui faisait des avances ? Dans tous les cas, il était bien loin de l'attitude placide et détachée qu'elle aurait attendu d'un roi. Au lieu de cela, elle pouvait se féliciter d'avoir séduit le roi en quelques heures à peine, même s'il ne répondait pas directement à la provocation. Il devait se méfier et se demander à quoi elle jouait. Et c'était parfaitement normal. Lorsqu'il la traîta de folle, Ysalna se mit à rire. Voilà qui n'était pas nouveau.

Sans se départir de sa légèreté dans ses réactions, elle sentit le corps chaud du roi contre elle et se douta qu'il était à deux doigts de craquer. Mais c'était encore trop tôt et heureusement, il s'écarta et retrouva son calme, sous le sourire plutôt malveillant de l'elfe. Son toussotement confirma son gêne aux yeux d'Ysalna, qui fit comme si elle n'avait rien entendu. Il se mit à marcher et appela Grenat qui s'était étendu de tout son long sur le sable chaud pendant leur conversation. D'un trait, le loup la rejoignit et ils reprirent leur route. L'elfe repensa à la remarque du roi concernant la récompense qu'elle avait mentionné, et en souris intérieurement. Elle ne voulait rien, ni la gratitude de cet homme, ni une quelconque forme de remerciement.

Ils marchèrent pendant des heures sous le soleil brûlant. De temps en temps, ils s'arrêtaient pour faire une pause et boire goûlement afin de ne pas se déshydrater. Ysalna était habituée à ce genre de périple mais ce n'était pas le cas de Vortigern, qui n'avait pas l'air dans un meilleur état qu'avant leur départ de l'oasis. Grenat tenait le coup même si l'elfe l'entendait souffler bruyamment près d'elle. Après un long moment de silence, pendant lequel ils concentrèrent leur force à avancer plutôt qu'à discuter, le soleil se coucha lentement, laissant peu à peu la place à l'obscurité et une douce fraîcheur. Pour autant, il ne faisait pas encore nuit. Ils étaient dans un décor de sable infini. Les dunes s'étendaient jusqu'à l'horizon de tous les côtés, sans une parcelle d'eau ou de végétation visible. Sans avertir ses compagnon, Ysalna laissa tomber son arme et son sac sur le sable. Fou de joie face à ce signe révélateur, Grenat roula dans le sable avant de se laisser tomber au sol, inerte tellement il était épuisé. L'elfe eu un rire et se tourna vers le roi pour déclarer :

– Arrêtons-nous maintenant et reposons nous. Nous reprendrons la route dans la nuit, lorsqu'il fera plus frais. Le voyage sera moins difficile.

Et sur ces mots, la jeune femme sortit sa gourde et s'humidifia un peu le visage afin d'y chasser le sable et hydrater sa peau asséchée. Puis elle s'assit dans le sable, trop fatiguée pour tenir debout, et retira ses sandales, les pieds douloureux et chauffés à blanc par le sable. Puis, elle ouvrit son sac et en sortit des fruits séchés. Elle en envoya au roi avant de les entamer elle-même, rongée par la faim. l'atmosphère était agréable, reposante, et la fraîcheur du soir les apaisait d'une journée tourmentée à cause de la chaleur de plomb. Le ciel s'assombrissait au fur et à mesure des secondes et les étoiles se montrèrent doucement, illuminant la voute céleste d'une pluie de lumières. Il n'y avait, selon Ysalna, pas plus bel endroit dans le monde pour admirer les étoiles. Rapidement, Grenat vint s'installer de tout son long contre Ysalna afin de se réchauffer mutuellement contre la nuit froide qui s'annonçait. Dans le désert, les températures atteignaient souvent des extrêmes. Tout en mangeant, l'elfe reporta son regard vers Vortigern et demanda, le plus naturellement du monde et avec le plus grand sérieux :

– Vous avez peur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Sam 7 Sep - 20:55

Et ils entamèrent leur long chemin vers la capitale des Elfes, c'est-à-dire Archeus. Pour l'atteindre, il faudrait probablement traverser une bonne partie du désert, ou pas, et cela en se fiant uniquement à cette guide de fortune qui ne semblait pas très bien dans sa tête. Ses intentions à l'égard du roi étaient troubles et chercher à les tirer au clair ne faisait qu'empirer les choses. C'était pervers car, cela laissant Garren dans l'angoisse, elle était imprévisible, il ne savait vraiment quoi à pas s'attendre venant de sa part.

Ils marchèrent ainsi, en silence, pendant des heures sous le soleil ardent. Sa chaleur était si forte que Vortigern avait l'impression de cuir lentement, et les pièces d'armures brûlantes qu'il portait n'arrangeait rien, bien au contraire. Les quelques forces qu'il avait reprit ne tardèrent d'ailleurs pas à se dissiper et, les quelques pauses que marquait Ysalna pour boire et se reposer un peu avait un gout de paradis pour lui. Lorsque le soleil commençait enfin à se coucher, le roi était exténué et l'halte que marqua la marchande du désert était pour lui inespéré. Il s’effondra tout bonnement sur le sable encore chaud, malgré que la température commençait à baisser. Cela dit, il comptait bien profiter de la fraîcheur de la nuit pour se reposer et non pas pour marcher mais ça, il ne lui avait pas dit.

Pourquoi ? Parce qu'il savait qu'elle n'en ferait qu'à sa tête et qu'elle serait prête à reprendre la route et le laisser là s'il n'avançait pas. Cette idée ne lui plaisait pas, il avait l'impression d'être un enfant qui avait besoin d'une permission face à elle, alors que ça devrait être tout l'inverse. C'était peut-être ça aussi, qui était déroutant. Pourquoi n'arrivait-il pas à lui faire confiance ? Les étoiles ne tardèrent pas à faire leur apparition, et la fraîcheur vint lentement refroidir le corps du roi, qui profitait alors de ce moment qu'il aurait autrefois trouvé anodin. Des fruits secs constituaient le repas du soir ce qui n'était en soit pas plus mal car riches en nutriments. Au moins, Ysalna n'était pas radine. Manger lui demandait un effort considérable, il n'arrivait tout simplement pas à récupérer et la question de l'Elfette au sujet de sa peur ne le réjouissait pas. Elle cherchait encore à le provoquer, le piéger ou quelque chose du genre, ne pouvait-elle pas simplement le laisser se reposer ? Vortigern soupira, il était allongé sur le sable, les yeux fermés.

- Ce n'est pas une poignée de sable, une décalée du désert et une boule de poils qui vont me faire peur, sans vouloir vous offenser, Ysalna. J'ai connu la guerre moi, le sang, la violence, la douleur et la tristesse. Certes, j'ai aussi connu la douceur, la gloire, la joie, le bonheur ... Mais, il est toujours plus facile de détruire que de construire.

Il marqua ensuite un silence, considérant qu'il avait répondu à sa question. Un silence qui ne dura pas très longtemps, un silence durant lequel l'interrogation d'Ysalna continuait de le faire réfléchir. N'avait-il vraiment pas peur ? Il se mentait un peu à lui-même, il avait eu peur lorsqu'il s'était échoué, lorsqu'il avait perdu ses Hommes, ici, dans cette fournaise.

- Si ... Si j'ai peur. J'ai peur de la solitude, de la mort ... J'ai perdu mes compagnons ici, j'ai faillis y laisser ma vie, ma raison, pour du vide. C'est difficile de ne pas avoir peur dans ces conditions, je ne suis qu'un Homme après tout.

Pourquoi se confier à elle alors qu'il savait pertinemment qu'elle retournerait ça contre lui ? Elle n'était pas son amie mais, il n'en avait que faire, que pouvait-elle lui faire de plus à part de simples vexations ? Il n'avait pas peur d'elle, en revanche.

- Et vous, vous avez peur ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Ysalna Nylviën

Fidèle - Marchande d'étoffes

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 07/07/2013

Fiche personnage
Métier: Tisserande et marchande
Allégeance: Fidèles
Classe: Franc-tireuse
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Dim 8 Sep - 13:40

Le roi s'était allongé dans le sable, visiblement heureux de se reposer enfin. Ysalna l'avait imité et attendait la réponse à sa question, qui vint d'ailleurs rapidement. Il se montra dans un premier temps sûr de lui et inébranlable, ce qui fit sourire Ysalna intérieurement. Ces humains, à toujours vouloir se montrer forts alors qu'ils étaient en réalité complètement perdus et peureux… L'elfe avait décidé de ne plus connaître ça. Pourtant, son expression se figea quand il parla de ce qu'il avait vécu. Il sous-entendait clairement qu'elle ne pouvait pas avoir conscience de la douleur, mais il était bien loin du compte…

Il avoua finalement ses craintes, mais l'elfe ne l'écoutait plus vraiment, préoccupées par ses précédentes paroles. Elle n'avait pas l'intention de lui parler d'elle. Il n'avait pas besoin de connaître son histoire et ce qu'elle avait enduré, son abandon, ses parents adoptifs massacrés sous ses yeux… sa solitude d'environ quinze ans, lorsqu'elle s'était débrouillée à peine adolescente pour se nourrir et simplement vivre. A cette idée, elle serra Grenat un peu plus contre elle et le loup grogna en frottant son museau contre sa robe. Puis, l'elfe plongea son visage dans les poils crème de l'animal et respira à pleins poumons.Il s'agissait d'un sujet qu'elle n'aimait pas aborder. Le seul sujet qui lui rappelait qu'elle aussi, n'était qu'une faible humaine. Mais ce moment fut de courte durée et finalement, l'elfe releva la tête afin de dévoiler un sourire complètement faux.

– Non. Je n'ai plus peur depuis des années. Quand on a plus rien à protéger, il n'y a plus rien qui compte.

Et à présent, l'unique être qui comptait pour elle était Grenat. Le loup s'était étendu de tout son long sur les jambes de l'elfe, comme s'il lisait dans ses pensées, afin de la rassurer. Ysalna resta silencieuse un moment, et se remit à manger, l'esprit perdu dans le vague. Au bout d'un moment, elle reprit la parole :

– Vous avez fait une erreur en venant ici. Et vous avez sous-estimé la difficulté et de ce fait condamné vos soldats à cause de votre entêtement. Ce n'est pas digne d'un roi.

Malgré ses propos secs, son ton était dépourvu d'animosité et Ysalna était au contraire parfaitement calme. Tout en grignotant un fruit, elle termina :

– Mais vous n'êtes qu'un humain. Et les humains ne réfléchissent jamais aux conséquences. En fait tout serait beaucoup moins amusant si on y pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Mar 10 Sep - 9:47

– Non. Je n'ai plus peur depuis des années. Quand on a plus rien à protéger, il n'y a plus rien qui compte.

Plus rien à protéger ? Vortigern, sans le montrer, était assez surpris à de sa réponse. Surpris parce que ce qu'elle sous-entendait répondait à l'une de ses plus grandes interrogations au sujet d'Ysalna. Quelque part, il faisait fausse route, elle n'était pas aussi malsaine qu'il le pensait mais, plus simplement ... Seule. Si elle avait perdu ce qui lui était cher, et tout ce qui lui était, et à en juger par son jeune âge, c'est à dire dans son enfance, il était évident qu'elle en avait été marquée à vie et que sa façon de se comporter était à ce moment parfaitement compréhensible et excusable. D'autres gens auraient rebondi d'une meilleure façon certes mais, Ysalna n'avait pas eu la chance ... Ou le courage, visiblement.

- Vous avez fait une erreur en venant ici. Et vous avez sous-estimé la difficulté et de ce fait condamné vos soldats à cause de votre entêtement. Ce n'est pas digne d'un roi.

Reprit-elle d'un ton sec, comme pour le blâmer sans pour autant l'attaquer directement. C'était presque comme si elle lui faisait la morale, alors qu'il avait le double de son âge, au moins. Elle mangeait en silence et le roi ne lui répondit rien, se contentant de garder les yeux fermer. Elle avait raison cependant, ce n'était pas digne d'un roi qui se respecte mais, de l'autre côté, Garren n'avait jamais voulu être un roi ...

– Mais vous n'êtes qu'un humain. Et les humains ne réfléchissent jamais aux conséquences. En fait tout serait beaucoup moins amusant si on y pensait.

Et voilà maintenant qu'elle lui chercher une excuse. Le fait d'être un "humain" ne l'excusait en rien, il y a des erreurs qui ne pouvaient tout simplement pas être commises. Il devront certainement répondre de la perte de ses hommes, une fois de retour à la capitale. Cela lui resterait certainement devant les yeux, qu'importe le temps et l'issue. Cependant, outre cela, il tiqua un peu sur la phrase d'Ysalna. Pourquoi qu'un "humain" ? N'en était-elle pas une non plus ? Même un Elfe n'était pas infaillible et bon nombre d'entre eux avaient péris ici aussi. Non, s'il ne s'agissait pas de sens propre, il s'agissait de sens figuré. C'est à dire une forme de mépris, se croyait-elle vraiment "supérieure" à lui d'une façon ou d'une autre ?

- Vous savez Ysalna, la vie elle-même est imparfaite et ni vous ni moi ne pouvons nous considérer comme "infaillible". J'ai fait une erreur certes, mais, vous auriez fait la même si vous étiez à ma place, qu'importe ce que vous pouvez en penser maintenant. Alors "qu'un humain" ... Ce n'est pas une argumentation valable. Cela dit, je veux bien vous accorder que ce n'est pas digne d'un roi et que j'ai bel et bien manqué à mes engagements, je ne suis pas excusable.

Il resta un instant silencieux, sans bouger, profitant de la fraîcheur de la nuit et de la chaleur du sable pour reposer tout son être. Allongé sur le dos, il reprit à moitié éveillé.

- Mais vous si.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Ysalna Nylviën

Fidèle - Marchande d'étoffes

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 07/07/2013

Fiche personnage
Métier: Tisserande et marchande
Allégeance: Fidèles
Classe: Franc-tireuse
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Mar 24 Sep - 9:21

Ysalna resta perplexe face aux paroles du roi. Quand avait-elle déclaré qu'elle était infaillible ? Visiblement, il avait très mal compris ses paroles. Elle parlait autant pour lui que pour elle. La différence étant le titre que portait Vortigern et qui impliquait qu'il n'avait pas le droit à l'erreur, alors qu'elle… Incapable de rester assise plus longtemps, elle se leva et fit quelques pas avant de déclarer avec un rire :

– La différence, comme vous venez de le dire, c'est que nous n'avons pas les mêmes responsabilités. Et je pense que maintenir ses hommes en vie prime sur une quête futile concernant une fontaine qui n'existe même pas. Là dessus vous avez fait une énorme erreur, et ce n'est pas assez que de s'excuser. Que direz-vous aux femmes et aux enfants de ces hommes dévorés par des vautours lorsque vous rentrez chez vous ? Qu'ils sont morts pour satisfaire les caprices d'un roi qui se lance dans des expéditions suicidaires ?

Même si elle riait, ses yeux reflétaient une noirceur de haine. Ce roi prenait tout à la légère et en plus, il s'apitoyait sur son sort en culpabilisant sur le sort d'hommes qu'il avait tué de lui-même. C'était pitoyable. Savait-il seulement ce que signifiait perdre une un père, une famille ? A deux reprises, Ysalna en avait fait l'expérience. Et plus elle discutait avec Vortigern, plus son apitoiement la déconcertait. Croyait-il vraiment qu'il allait être pardonné un jour ?

Ses traits se durcirent et elle se planta devant lui pour le fusiller du regard. Sa voix se fit cassante :

– Et comment comptez-vous expier votre faute ? En dormant à la belle étoile alors que vos hommes se font dévorer par des charognards ? Arrêtez une minute de vous plaindre. Tout est de votre faute et je m'étonne que vous ne soyez pas encore en train de ramper pour aller l'annoncer à leurs familles.

Ses mots raisonnaient dans sa tête et lui martelaient le crâne. " Je veux bien vous accorder que ce n'est pas digne d'un roi. " … Elle grommela entre ses dents :

– Ce n'est même pas digne d'un homme d'être aussi imprudent.

Quel roi pouvait paraître aussi insensible face à ce genre d'évènements ? Elle avait l'impression qu'il parlait de ses soldats comme de grains de sable qu'il pourrait remplacer dès qu'il en aurait trouvé d'autres.

L'elfe ne cessa de le fixer, le regard noir. Cet homme là n'était pas digne de son titre, et elle commençait à comprendre ce dont pouvaient bien lui parler ses frères fidèles. Les monarques ne pensaient à rien d'autre qu'à leur propre bien-être, et cet homme là en était le témoignage frappant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Mar 24 Sep - 12:21

- La différence, comme vous venez de le dire, c'est que nous n'avons pas les mêmes responsabilités. Et je pense que maintenir ses hommes en vie prime sur une quête futile concernant une fontaine qui n'existe même pas. Là dessus vous avez fait une énorme erreur, et ce n'est pas assez que de s'excuser. Que direz-vous aux femmes et aux enfants de ces hommes dévorés par des vautours lorsque vous rentrez chez vous ? Qu'ils sont morts pour satisfaire les caprices d'un roi qui se lance dans des expéditions suicidaires ?

Rétorqua Ysalna après s'être relevée pour faire les cent pas. Effectivement, c'était une erreur monumentale et il n'aurait absolument rien à dire à ces familles mais, bien qu'il avait manqué à ses responsabilités, il n'était pas aussi coupable que ce qu'elle voulait dire. Ces Hommes qui l'avaient suivis n'avaient pas été forcés de le faire, bien au contraire, c'étaient qui s'étaient proposés, rien ne les y obligeait et ils étaient parfaitement conscients des risques qu'ils prenaient en se lancer dans cette aventure. La faute du roi avait été de les laisser s'engager, il y aurait dû y aller seul.

Il leva le regard vers Ysalna et constata à son grand étonnement qu'une profonde expression de haine s'était imprimée dans ses yeux. Il ouvrit grand les yeux, surpris parce qu'il voyait, quelle mouche avait piqué cette jeune femme ? Pire encore, ses traits se durcirent davantage lorsqu'elle se planta devant lui, lui jetant un regard des plus noirs et reprenant ses dires d'une voix pour le moins hargneuse, pleine de rancœurs.

– Et comment comptez-vous expier votre faute ? En dormant à la belle étoile alors que vos hommes se font dévorer par des charognards ? Arrêtez une minute de vous plaindre. Tout est de votre faute et je m'étonne que vous ne soyez pas encore en train de ramper pour aller l'annoncer à leurs familles.

Garren n'avait pas l'intention de "ramper" ni même de se plaindre, il lui avait expliqué ce qu'elle avait voulu savoir uniquement parce qu'elle lui avait demandé, auquel cas il aurait gardé ça pour lui. Mais, Ysalna ne comprenait visiblement pas de quoi elle parlait et sa façon de se placer en juge avait le chic d'énerver le roi. Pour qui se prenait-elle ?

– Ce n'est même pas digne d'un homme d'être aussi imprudent.

Vortigern approuvé ses dire d'un signe de tête, nonchalant, comme pour la féliciter. Il soupira longuement, plantant son regard dans le sien, affrontant les ténèbres de ses yeux sans dévier. Elle avait bien besoin que quelqu'un lui remonte un peu les bretelles, prétentieuse comme elle l'était. Garren se releva, refaisant ses habits pour les débarrasser de sable puis, il lui adressa un magnifique sourire, avant de lui envoyer sa main dans la figure, de toutes ses forces et en accompagnant avec l'épaule. Un joli claquement avait retenti, et Ysalna s'était dégagée sous la force du coup.

- On ne vous a jamais appris la politesse ? C'est pas grave, je m'en chargerai.

Si elle comptait le condamner plus qu'il ne l'était déjà, elle se trompait et, si elle cherchait à le tourmenter en usant d'une tactique aussi mesquine, elle n'en payerait que les frais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Ysalna Nylviën

Fidèle - Marchande d'étoffes

avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 07/07/2013

Fiche personnage
Métier: Tisserande et marchande
Allégeance: Fidèles
Classe: Franc-tireuse
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Mer 25 Sep - 16:04

Ysalna avait remarqué les hochements de tête de Vortigern et son expression lassée. Elle s'était tue, bouillonnant d'enthousiasme au fond d'elle-même. Elle s'animait d'une folie meurtrière et ses yeux prirent une teinte vive, emplie d'une sauvagerie incontrôlable. Il n'avait pas apprécié ses paroles, mais elle ne s'attendit pas au geste qui suivit. Il la gifla violemment, après lui avoir adressé un immense sourire. L'elfe recula de quelques pas, accusant encore la douleur. Il ne s'était pas retenu. Mais la jeune femme n'eu pas le temps de répondre à sa provocation que Grenat, qui était jusqu'alors resté allongé à les observer, se hissa d'un bond sur ses pattes pour se jeter de plein fouet contre le dos du roi. Pesant sur lui de tout son poids, il le fit tomber en avant, juste aux pieds d'Ysalna qui ne bougeait pas.

Le loup qui avait montré ses crocs, s'agrippa à l'armure et tout en grognant férocement, il attrapa le bras de Vortigern entre deux plaques retenues par du cuir, et les planta dans la chair sans ménagement. La bête était bien plus imposante que les loups ordinaires que l'on pouvait rencontrer dans les forêts. De ce fait, la taille de ses crocs également. Ysalna ne voyait pas la plaie mais elle se doutait qu'il avait du lui transpercer le bras. Elle un rire complètement fou et s'exclama, ravie :

– Grenat, lâche le.

Elle lui fit un geste de la main et la bête grogna sans pourtant lâcher le bras de Vortigern. Voir l'un de ses pires ennemis à terre et à sa merci avait quelque chose de complètement jouissif. La demi-elfe en riait de plaisir. Après quelques instants, elle adressa pourtant un nouveau signe à Grenat qui grogna en lâchant la chair qui ruisselait de sang. Mais l'animal continuait de peser de ton sous poids sur le corps du roi, l'empêchant de se relever. Il pesait facilement le poids d'un homme, et sa mâchoire près de la nuque du roi était parfaitement positionnée au cas où il tenterait de se redresser.

Entre temps, Ysalna avait glissé son arbalète devant elle et l'avait chargé bruyamment. Un sourire immense sur les lèvres et les yeux ivres de cruauté, elle positionna le viseur devant son oeil et tira. Le disque métallique jaillit, invisible, et se planta directement à à peine quelques millimètres du visage de Vortigern. Un deuxième jet, et elle lui encadra la tête de deux disques métalliques aiguisés comme des rasoirs. S'il remuait la tête, il était fort possible qu'il se coupe malencontreusement.

Ysalna abaissa son khamsin et observa le roi, sans perdre son grain de folie dans les yeux. Elle se dirigea vers lui et grenat grogna un peu lorsqu'elle passa un doigt sur les trous dans son bras causés par les crocs du loup. Les blessures étaient profondes… Il n'avait pas été ménagé. Elle posa les yeux sur le sang qui coulait sur ses doigts.

– Du sang de roi, rien que ça… Et bien voilà la preuve que vous n'êtes pas infaillible, Vortigern. Par contre, vous êtes un parfait impulsif. Ca ne doit pas être facile de vous servir… se faire frapper dès qu'on s'oppose à vous… Ces gens là doivent être masochistes en plus d'être aveugles.

A nouveau, Ysalna se mit à rire et recula de lui de quelques mètres. Grenat se leva lourdement et s'écarta pour revenir près d'elle. L'elfe conservait un doigt sur la gâchette de son khamsin, au cas où il tenterait une petite revanche. En deux secondes, les disques pouvaient rejaillir, et se faire cette fois-ci bien moins cléments. Blessé comme il était, il allait sûrement avoir du mal à se relever, mais elle ne comptait pas bouger d'un cil pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Garren L.Vortigern

Roi du Gorbos

avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 23/12/2012

Fiche personnage
Métier: Roi des Hommes
Allégeance: Royaume du Gorbos
Classe: Premier chevalier
MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   Mer 25 Sep - 20:59

Ce sale clébard qu'était ce loup des sables s'était jeté dans le dos du Roi avec une telle rapidité qu'il n'avait pas eu le temps de le voir arriver. Il était lourd, très lourd et l'effet de surprise fit que Garren bascula sur le sol, s'effondrant devant la jeune fille. Vortigern n'était pas au meilleur de sa forme, il fallait le reconnaître, et il aurait dû anticiper la réaction de l'animal. Le loup grogna et le mordit au bras, alors qu'il se débattait. Il ne put transpercer le métal avec ses crocs mais, le cuir ne résista pas, laissant ses dents s'enfoncer dans la chair du roi, tout en lui arrachant un cri de douleur.

- Mais lâche moi sale bête !

Lui cria-t-il dessus tout en essayant de retirer son bras mais, en vain. Fort heureusement, le fer avait empêché l'animal de trop l'atteindre en profondeur mais, la blessure restait quand même sérieuse. Surtout que sans aucun moyen de la stériliser, il risquait que la plaie s'infecte gravement et rapidement, surtout dans le désert.

- Grenat, lâche le.

Rétorqua Ysalna, un sourire machiavélique sur le visage, l'air satisfaite. Ce n'était pas du tout du goût du roi, surtout lorsque l'animal refusa de s'exécuter. Elle grognait, refermant un peu plus sa gueule sur son bras et lui arrachant encore un gémissement de douleur. Il entendit sa maîtresse se marrer, ce qui ne fit que le faire bouillonner intérieurement, elle ne manquerait pas de payer cet affront, elle et son loup. Elle réitéra cependant sa demande et l'animal s'exécuta enfin. Cependant, il ne lâcha pas le roi pour autant, non comme si ce n'était pas assez, il vint se placer dans son dos, le menaçant avec ses dents et son haleine fétide.

Pour sa part, Ysalna avait attrapé son arbalète modifiée et avait tiré deux disques de part et d'autre de la tête du roi, comme pour le prévenir. Ses yeux étaient noirs, mêlant folie furieuse, joie et cruauté à l'intérieur. Garren, dans cet état, ne pouvait pas beaucoup bouger, il était obligé de supporter cette situation pour le moins très inconfortable. Elle s'était rapprochée de lui, passant ses doigts sur sa blessure non sans lui faire serrer les dents.

– Du sang de roi, rien que ça… Et bien voilà la preuve que vous n'êtes pas infaillible, Vortigern. Par contre, vous êtes un parfait impulsif. Ca ne doit pas être facile de vous servir… se faire frapper dès qu'on s'oppose à vous… Ces gens là doivent être masochistes en plus d'être aveugles.

Encore de la provocation, il lui ferait avaler sa propre langue ! Mais voilà, elle se mit de nouveau à rire et recula, entraînant son toutou avec elle, le doigt cependant laissé sur la gâchette de son arbalète. Vortigern sourit, il ne lui en aurait pas fallu plus. Il essaya tant bien que mal de se relever, utilisant son bras saint pour cela. L'autre, le droit, était inutilisable dans cet état, bien qu'il pouvait encore le plier avec une certaine difficulté. Il jeta à son tour un regard noir envers Ysalna, puis envers son loup.

- Pas plus que vous.

Lui répondit-il calmement, avant de lever son bouclier devant lui. Il le sentait bien, sa légèreté était signe qu'il serait de son côté cette fois-ci. Cela le surpris d'ailleurs, il aurait vraiment cru qu'il ne l'aiderait pas. Mais visiblement si, qu'est-ce qui pouvait rendre cela possible alors ? Mais ce n'était pas le moment d'y réfléchir. Il s'avança d'un pas certain vers la jeune femme, tout en faisant attention à ce loup qu'il méprisait déjà.

Plus il s'approchait d'elle, plus il grognait, allait-il lui sauter dessus encore une fois ? Il n'en savait rien. Cela dit, lorsqu'il passerait à l'attaque, le roi ne manquerait pas de le réceptionner à sa juste valeur, c'est à dire en abattant son bouclier sur la tête de l'animal, de toute la force de son bras gauche. En attendant, il reposa son regard vers Ysalna.

- Envie de jouer, ma petite ?

Dit-il en plaçant son bras blessé derrière lui et en pointant son bouclier vers l'avant, alors que les inscriptions sur ce dernier s'étaient misent à frétiller, une légère vapeur bleuâtre s'en échappant alors. Si elle comptait sur son arme, c'était raté et Vortigern doutait vraiment des capacités au corps à corps de cette jeune femme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vindictus.forumactif.org

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il fait chaud ... [PV Ysalna]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il fait chaud ... [PV Ysalna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Que faire à la plage quand il fait chaud? Mater evidemment!
» C'est moi ou il fait chaud ?
» Rester de glace alors qu'il fait si chaud serait un comble — Loki.
» [IRL Camping - Juillet] Parce que le Sud, c'est coul et il y fait chaud.
» [pv Emma + libre] Il fait beau, il fait chaud, mais le vent souffle.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Contrées d'Or :: Quelque part dans le désert-