AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Exodus

Maître du jeu

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 04/07/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Jeu 18 Juil - 9:52

La Guilde des assassins avait chevauché plusieurs longues journées, de façon séparée afin de ne pas attirer l'attention. Ils étaient moins d'une dizaine et parmi les plus expérimentés d'entre eux. Parmi eux, la Chef et son bras-droit, ainsi que l'interprète attitré de la Guilde, formaient le coeur du groupe.

La traversée du Gorbos s'était faite sans trop d'encombres, dans la mesure où personne n'avait été arrêté puisque chacun voyageait seul, à bonne distance des autres. Ainsi, leur progression dans les terres n'avait parue suspecte à personne. L'interprète avait récupéré le plan de la capitale naine et l'avait dissimulé dans ses bagages. Un trésor qui risquerait de leur sauver la vie à un moment ou à un autre.

Finalement, après ces plusieurs jours de voyage, les premiers membres de la Guilde arrivèrent enfin aux frontières naines. Il avait été décidé de se rejoindre à un point stratégique, au pied des versants verts, mais de façon assez éloignée des premiers villages nains. Par principe, ces derniers ne devraient montrer aucune hostilité envers les hommes, n'étant pas leurs ennemis. Cependant, la méfiance risquait d'être de mise.

Les assassins prirent deux jours à se rassembler, et on vérifia qu'aucun membre ne manquait à l'appel. Aucune mauvaise surprise n'était survenue, et après avoir établi quatre chemins différents à travers les versants verts, le groupe décida qu'ils allaient se séparer de nouveau, en duos cette fois-ci. Il s'agissait d'une précaution nécessaire en terrain inconnu, et pas forcément allié qui plus est. Il leur était impossible de se déplacer en groupe étant donné que la réputation des fabuleux techniciens nains était connue dans le monde entier : il serait bien plus simple de se mouvoir parmi les pièges en nombre réduit.

La Chef des assassins avait confié le plus jeune et le plus inexpérimentés des assassins du groupe à son Bras droit, tandis que l'interprète, qu'elle connaissait davantage à l'aise pour discourir que pour se battre, s'était joint à elle. De là, les dernières recommandations furent effectuées, et un point de rendez-vous près d'Alfebur fut fixé, à partir de la carte qu'ils avaient emmenée. La Chef avait prit soin de n'emmener dans ce voyage que des assassins ayant une connaissance au moins approximative des terres naines. Et ceux qui n'avaient jamais foulé ces terres étaient groupés avec des hommes ayant déjà pratiqué ces chemins.

Après une demi-journée de réflexion et d'organisation, cela à l'abris des regards nains, les groupes s'élancèrent chacun de leur côté, avec tous le même objectif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Jeu 18 Juil - 9:54

Stern marchait en silence, aux côtés d'Edmond. Cela faisait plusieurs heures qu'ils escaladaient les rocailles du versant vert, foulant la roche. L'assassin avait préféré longer la montagne plutôt que de s'exposer sur le versant, dans l'herbe qui couvrait les monts. Elle n'avait pas dit un mot depuis qu'ils avaient quitté le reste du groupe, et son visage était fermé à toute expression.

La jeune femme avait hâte d'en finir, et était pressée d'arriver à Alfebur. Elle ne se tournait pas vers Edmond, mais se doutait qu'il peinait à avancer, tant la pente était raide et impraticable.


- - - Neuf ans plus tôt. - - -
Les pierres roulaient sous mes pieds et pour la centième fois, je glissais contre la paroi rocheuse. Mes mains étaient noires de terre et les écorchures de mes jambes et de mes bras me lançaient… Plus que quelques mètres, et j'atteindrai enfin le haut de cette maudite montagne. Au loin, je pouvais distinguer un village nain… mieux valait de pas s'en approcher pour le moment. Je devais réfléchir au procédé… mes pensées se bousculaient dans mon esprit, en même temps que mes pieds glissaient toujours sur la roche. Il avait plu la veille, et la montagne était couverte de rosée. L'herbe était impraticable en pente, et la roche permettrait au moins de s'y accrocher… Du moins c'est ce que je pensais.

Après cette nouvelle glissade, impossible de me rattraper. Je tombais, lamentablement, pour finir allongée quelques mètres en arrière. Ca n'avait pas de fin. Et ça n'en aurait jamais. Quel était le but de cette mission finalement ? Mon père voulait tester la technologie naine… en fait, ce n'était qu'un problème d'égocentrisme, non ? Non. C'était un test. Sûrement… mais pour qui ? Pour l'arme qu'il voulait que je dérobe ou pour ma propre personne ? Peut-être les deux… Un nouveau pas. Et encore un. J'y étais presque. Le village que je ciblais était en haut de cette pente, encore un peu éloigné.

Mais c'était stupide… voler les nains dans leur habitat et cerclée par un village entier, c'était insensé, et stupide… Je n'avais pas réfléchi, j'avais juste foncé tête baissée. Je sentis mes yeux s'humidifier et la seconde d'après, je me mis à pleurer. Les larmes coulèrent sur mes joues d'adolescente en cascade. Qu-est-ce que je devais faire… ? Après quelques minutes pendants lesquelles je déversais ma tristesse et ma colère, je me mis à serrer les poings sur la roche. A présent, j'avança à quatres pattes. Impossible de tenir debout sur la rocaille glissante. Une nouvelle écorchure au genou, j'avais l'impression de sentir mes os à vif au fil des mètres… Mais il fallait avancer.

Encore un, et un autre… Au bord des larmes, je continuais de grimper cette pente sans fin. J'étais affamée, assoiffée, et je n'avait simplement pas mesuré les risques de cette mission. J'avais juste accepté sans rien dire… seulement pour plaire finalement. Car au bout du compte, je ne me prouvais rien à moi-même… à part le fait que j'etais là, presque mourante, accrochée à la roche comme un coquillage à son rocher, désespérée et terrassée par mon corps en feu. J'avais envie de rester là, ne plus bouger et simplement dormir…

Mon équipement et mes dagues claquaient contre la pierre au fur et à mesure que j'avançais. Et bientôt, enfin… je gravissais le haut de la pente. Difficilement et à bout physiquement autant que nerveusement, je me remis à pleurer comme une enfant et bruyamment. Sans doute trop fort, puisque j'attirais deux petits hommes, éloignés du village et visiblement intrigués par ma silhouette.

Brusquement, j'arrêtais de pleurer pour les dévisager. Petits, ronds et barbus, ils étaient vêtus d'un étrange attirail métallique, et leur langage m'était totalement inconnu. Des nains. Ils échangèrent quelques mots et inconsciemment, je ramenais ma main à ma ceinture pour en tirer une dague. Noire de suie et mes vêtements en lambeaux, je ne devais pas être belle à voir. Tremblante et écorchée de partout, je brandissais mes dagues, consciente qu'ils ne me laisseraient pas aller plus loin. J'avais ma mission, ma mission… Les nains se firent soudainement menaçants, alors que je faisais quelques pas vers eux, et l'un d'eux se saisit d'un étrange instrument de fer forgé. De loin, je le voyais ciselé de signes dorés, incompréhensibles. Le nain le pointa vers moi et je fis un nouveau pas, curieuse.

L'instant d'après, une explosion retentit et déchira l'atmosphère. Ce n'est qu'en baissant les yeux que je remarquais du sang s'écouler abondamment de l'une mes côtés. Effrayée, je ne comprenais pas. Mon sang. La douleur fut violente et la vue brouillée, je m'effondrais sur le sol.


- - - - -

– Stern, lève toi et approche.

Hésitante, je me trémoussais sur ma chaise en attendant le verdict. L'homme en face de moi était imposant et d'une carrure à en faire pâlir le plus fin des hommes. Brun, vigoureux, une naissance de barbe qui donnait une virilité incontestable à ce visage abimé par la vie et la tristesse… Il était intimidant et sa voix grave raisonnait au plus profond de moi comme un étau autour de mes poumons. Je suffoquais et perdais pied. Il claqua dans ses mains et finalement, je me levais et fit quelques pas dans sa direction, chancelante.

– Tu as échoué, Stern.

Je baissais le tête. Les quelques torches qui éclairaient la salle rendaient l'atmosphère intimiste, mais pourtant, je ressentais la froideur de cet homme se répandre dans mes entrailles. Sa voix s'éleva de nouveau dans un silence mortel.

– Tu as échoué, et tu dois ta vie à l'un des nôtres. Je ne t'ai pas fait confiance et j'ai eu raison.

Installé sur un fauteuil aussi imposant que sa personne, il mit la main sur un instrument posé sur la table, et me le montra. L'objet des nains. L'arme qu'il m'avait demandé de récupérer. Visiblement, il attendait une réponse… Je gardais la tête baissée et prononçais d'une voix faible :

– Oui, Père.

– Disparais. Je veux que tu redoubles d'entraînement et tu ne seras pas digne de comparaitre ici tant que tes compétences ne me satisferont pas.

Je hochais la tête, la gorgée nouée, en signe d'acquiesement. Il me congédia de la main, sans me porter un regard et retourna à ses occupations, tandis que je restais immobile, flanchante sur mes deux pieds tant le bandage qui m'enserrait la taille me faisait mal. Une seconde plus tard, j'avais disparu de sa vue.


- - - - -

Stern continuait de grimper, et bientôt, la pente fut tellement raide qu'elle dû s'accrocher aux roches pour progresser. Après un moment, elle jeta enfin un oeil à Edmond.

– Dis-moi, es-tu seulement partant pour la mission ?

Elle voulait confirmer son doute et elle espérait bien qu'il lui donne une réponse convaincante. En dépit de la difficulté qui commençait, il n'était plus temps de reculer. Le haut de la pente était proche, mais même si pour elle l'exercice s'avérait simple du fait de sa pratique intense des situations difficiles, elle se doutait qu'il n'en était pas de même pour son interprète. Désormais, c'était à lui de lui prouver sa valeur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Edmond Dantès

Interprète

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 09/07/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Jeu 18 Juil - 17:42

La proposition acceptée, les préparatifs terminés, il ne restait plus qu'à se mettre en route. Stern avait voulu que les assassins membres de cette mission peu ordinaire ne chevauchent pas ensemble, afin de ne pas attirer l'attention. Certes, il fallait reconnaître que le Royaume avait toujours été aux trousses des assassins, cherchant par tous les moyens à les démanteler mais, Dantès avait apprit de source sûre que tout ceci appartenait bel et bien au passé. Non seulement, la surveillance à l'égard des assassins était en baisse, lentement mais sûrement mais, en plus, le bruit courrait que le Roi se serait vu accorder les faveurs de la chef de la guilde, pour une étrange histoire de "première fois". Une rumeur que le Roi avait bien évidemment démenti et contre laquelle il avait réagit avec une certaine violence, dissuadant les gens d'ébruiter les dires. Mais Edmond n'était pas idiot, non seulement cette réaction n'était pas normale mais, en plus, le fait que les assassins aient été relâchés en toute discrétion ne faisait que prouver la véracité des rumeurs. Donc au fait de ne pas attirer l'attention ... Peut-être que Stern ne voulait pas non plus que ça se sache ? Il était bon de laisser ses oreilles traîner partout, y comprit au niveau de la guilde.

Ils étaient moins d'une dizaine et ils avaient longuement voyagé avant de traverser la frontière Naine. Il y avait avec eux la chef, son bras droit, Edmond lui-même qui avait dissimulé la carte dans ses bagages, prétendant à un voyage d'affaires pour justifier son absence, ainsi qu'une poignée de jeunes assassins inexpérimentés. Ils avaient décidé de se rejoindre à un point stratégique, au pied des montagnes mais, dans un endroit assez éloigné des premiers habitats des Nains, afin de ne pas attirer l'attention, là encore. Il était vrai que les petits Hommes se demanderaient ce que pourraient bien venir faire ici ces quelques Humains, surtout par les temps qui courraient mais, il fallait compter sur le fait que ces deux peuples soient relativement amis et que, sans faire de faux pas, ils n'éveilleraient pas les soupçons des Nains. Malgré tout, les assassins avaient mit deux jours entier pour se retrouver et après une brève vérification, ils établirent quatre itinéraires différents puis, se séparant de nouveau, ils se remirent en marche en direction d'Alfebur. Stern, à la surprise d'Emond, avait préféré confié ses assassins à son bras droit et emmener l'interprète avec elle, plutôt que de le confier à l'autre équipe et de prendre le meilleur d'entre eux. Dantès avait beau être un bon épéiste, il était loin d'être un tueur expérimenté et n'avait pas l'habitude de côtoyer la guilde d'aussi, alors encore moins de partir sur le terrain avec eux. C'était un choix qui devait certainement en cacher un autre, Edmond était suspicieux mais, il n'osait rien dire, se contentant d'obéir en silence.

La route fut longue et silencieuse. Ils marchèrent beaucoup sans se parler, grimpant le versant vert en direction de la capitale Naine non sans difficulté et non sans fatigue. Edmond n'avait pas l'habitude de marcher autant et sur un terrain aussi difficile, il préférait de loin le dos de son cheval. Il était essoufflé mais, encore une fois, il préférait se taire plutôt que de risquer de contrarier la chef des assassins. Ce n'était pas de la peur mais, il n'avait pas envie d'avoir des ennuis et le visage fermé de cette dernière ne faisait que l'inciter à se taire. Il remarqua cependant que, malgré ses airs, elle était pensive, très pensive même. On aurait dit que quelque chose la tracassait ou, pire encore, la tourmentait. Dantès l'avait observé au cours de la marche, à l'aide de discrets coups d'oeil, il marchait à côté d'elle ou devant elle quand il avait la force de suivre son rythme soutenu. Politesse oblige, il n'était pas question pour lui de rester derrière mais, si elle pouvait ne serait-ce que ralentir quelques minutes, il n'aurait pas dit non.

Bientôt, la pente devant si raide qu'il fallait y mettre les mains, pour continuer d'avancer ! Pourquoi ne pas emprunter les sentiers battus ? Quitte à faire discret, autant y aller au bluff plutôt que d'emprunter des chemins détournés et parfois dangereux qui ne manqueraient pas d'éveiller les soupçons si un Nain venait à les apercevoir. Et puis l'escalade n'arrangeait en rien les affaires d'Edmond qui sentait les muscles de ses bras brûler sous la fatigue, il n'en avait vraiment pas l'habitude !

– Dis-moi, es-tu seulement partant pour la mission ?

Voilà qui leur permit de faire une courte pause. Dantès se réjouissait tout en se demandant pourquoi est-ce qu'elle lui posait cette question. Il ne lui répondit cependant pas tout de suite, prenant le temps de reprendre son souffle et de reposer ses bras, tout en réfléchissant à la réponse qu'il pourrait lui fournir. Si ça n'en tenait qu'à lui, il ne serait pas venu, c'était aussi simple que ça mais, comment lui expliquer ça ?

- Et bien ... Je vais jouer la carte de la franchise avec vous. Dit-il en tournant la tête vers Stern. - Je ne suis pas partant du tout, je n'ai qu'une seule envie, c'est de retourner chez moi. Mais, c'est vous la chef et ce que voulez, vous aurez. Vous avez voulu que je vienne, je n'avais pas envie de vous contrarier, je suis venu. Ça vous va comme réponse ?

Dit-il la respiration haletante mais, sur un ton qui se voulait amical, afin de minimiser les risques. Il la fixait, sourcil arqué, attendant la suite avec une certaine anxiété.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Ven 19 Juil - 8:46

Suite à sa question, Edmond s'était arrêté pour reprendre son souffle. Stern fit de même, même si elle n'en avait ni l'envie, ni le besoin. Elle tourna ses yeux perçants vers l'interprète, qui confirma ses dires. Il n'était pas non plus convainquant, et la raison de ce raisonnement lui échappait complètement. Ainsi, il souhaitait juste la satisfaire et ne pas la contrarier ? D'autant plus qu'il finissait par une note qui était la preuve du contraire, puisqu'il fit preuve d'arrogance. Stern croisa les bras, insatisfaite. Ses yeux métalliques se firent encore plus froids alors qu'elle ne cessait de fixer l'homme. Sa voix se fit tranchante.

– Il faut savoir ce que l'on veut dans la vie. Servir la couronne ou servir ses intérêts. Si tu as rejoins la Guilde, ce n'est pas pour moi mais pour toi. Alors contente-toi de faire des choix et de les assumer.

Elle n'ajouta rien de plus et se retourna, reprenant la marche. Peu importe qu'il soit fatigué, il avait choisi de les suivre. Et s'il n'avait pas réfléchi à la difficulté de la mission avant, c'était de sa propre faute. En attendant, Stern était prête à le laisser en arrière s'il n'arrivait pas à suivre le rythme. Elle n'avait rien à faire des états d'âme de cet interprète qui n'arrivait pas à prendre les décisions qui lui convenaient, et elle ne lui donnerait en aucun cas l'occasion de ralentir leur mission.

Il les avait rejoint, il avait prêté serment et il s'était engagé sur sa vie, et maintenant, voilà qu'il prenait la tâche à la légère après l'avoir accepté. C'était le genre de comportement et d'état d'esprit que Stern détestait. Un pas en avant puis trois pas en arrière. S'il ne voulait pas se mouiller, il n'avait qu'à rester tranquillement chez lui à réviser ses livres poussiéreux sur les langues étrangères. En attendant, s'il était là, c'est qu'il l'avait choisi de son propre chef. Alors les plaintes et le recul devant les situations difficiles, elle n'en voulait pas.

Silencieuse, elle continuait à avancer, s'accrochant aux pierres qui commençaient à lui écorcher les mains. Un pénible souvenir de sa première aventure ici… Elle y revenait, neuf ans plus tard. Et qu'avait-elle désormais ? La Guilde de son père entre ses mains et le fusil qu'il lui avait demandé d'aller récupérer. Les choses s'étaient visiblement inversées. En fin de compte, la situation ressemblait à une revanche qu'elle avait prit sur cet évènement. Jeune, elle avait été stupide, faible et hypersensible. Tant de défauts qui l'avaient fait manquer à ses devoirs. Mais aujourd'hui, elle ne pouvait plus se le permettre.

La jeune femme progressait avec agilité et rapidité, comme un félin entre les rocailles. L'habitude des entraînements de survie l'avait forgé à ce genre de chose, mais moins que la vie réelle qui l'avait déjà entraîné plusieurs fois dans des situations bien plus périlleuses.


- - - - - -


– Allons Stern, mords ce linge et serre les poings. Cela ne durera qu'un moment.

Un moment qui dura des heures, pendant lesquelles je sentis l'aiguille perforer ma peau sur mes bras, mon torse et mon dos. Lorsqu'il descendit entre mes omoplates, je serrais davantage le linge entre mes dents. Il ne me restait plus que quelques heures. Quelques heures avant ce combat. L'éternité défila, et je sentis ma cheville s'encrer de formes tribales. Mais ce n'était pas assez. Il m'en fallait encore. De la douleur, c'était ça qui allait me rendre plus forte.


- - - - - -


Stern se mit à sourire. Des idées de jeunesses, stupides et incohérentes. A cette époque, elle pensait qu'il fallait endurer le plus de souffrance pour s'endurcir et faire valoir sa valeur auprès de son père. A force qu'elle montait, la jeune femme entendait le souffle saccadé de l'interprète. Elle était passée devant lui et ne ralentissait pas pour autant. Il avait voulu la suivre pour lui faire plaisir ? Elle comptait lui en faire voir et lui faire regretter cet acte stupide. Il était faible, il le savait, mais il la suivait. Peut-être pensait-il que cela ressemblait à de la bravoure, mais Stern ne voyait en cela que de l'inconscience et de l'égoïsme qui ne feraient que ralentir leur mission.

Elle ne disait toujours rien, le laissant grimper et peiner tout seul. A cet instant, les mots n'étaient pas utiles, et il devait se rendre compte de sa stupidité à s'être lancé dans une aventure qui ne l'intéressait pas et pour laquelle il n'était pas à la hauteur. De l'acharnement sans aucune motivation. Ce qui risquait de le conduire à sa perte.


- - - - - -


– Tu es tellement stupide d'avoir accepté cette mission, regarde dans quel état tu es…

Mais je ne pouvais pas voir. Je sentais le sang affluer dans mes yeux et mes paupières restaient inéxorablement closes. J'avais l'impression d'avoir un trou béant dans le corps. Et mes os… je ne les sentais plus. Mes côtes déchiraient mon corps de douleur. Une voix lointaine…

– Tu devras rester alitée plusieurs semaines et tu ne pourras pas marcher avant plusieurs mois… Après cela, une période de rééducation sera nécessaire. Que diras ton père… ?

Je n'en savais rien, et je ne voulais pas savoir. Juste dormir, oublier… peut-être mourir…


- - - - - -


Perdue dans ses pensées, Stern en avait oublié l'environnement et ce fut la seconde qui la lui rappela de façon violente. Une petite hache de lancer se planta à quelques centimètres de son visage, dans la roche. Elle eut à peine le temps de lever les yeux que deux orcs grognèrent en s'approchant d'eux rapidement, progressant depuis le haut et glissant contre la roche. Des êtres infâmes, qui grognaient comme des bêtes. Stern calcula rapidement le temps qu'elle avait avant qu'ils les atteignent. Les orcs n'avaient que des armes de mêlée, ce qui les forçaient à les rejoindre s'ils voulaient leur peau. Sauf que leur situation étai facilitée puisqu'ils venaient du haut et qu'il n'avaient donc qu'à se laisser glisser contre la pente rocheuse, quoiqu'il leur faudrait être prudents. Cinq secondes maximum. Stern s'était immobilisée et avait tendu un bras devant Edmond pour qu'il s'arrête lui aussi. Elle glissa une main autour de la poignée de son fusil et de l'autre, retira quelques cartouches de sa ceinture. Rapidement, elle chargea l'instrument puis le maintint devant elle, glissant son oeil derrière la visière.

Un coup, et le premier orc s'effondra en arrière, sans vie. La violence du bruit avait déchiré l'atmosphère et la jeune femme du se concentrer pour conserver son équilibre. Mais le temps imparti s'était écoulé, et Stern ne pu que reçevoir à mains nues l'autres orc qui s'était jeté sur elle, armé d'une lourde hache. A ce rythme, il allait les faire tomber à la renverse et détaler jusqu'en bas de la pente. Une chute mortelle, en somme. Stern esquiva de justesse le premier coup et l'orc glissa sur les pierres, avec du mal pour se rattraper. Mais que faisait cette bête de ce côté de la montagne ? Alors qu'il allait porter un nouveau coup et qu'il levait son arme en l'air, Stern attrapa la hache sur son avant-garde et un duel de force s'engagea entre eux. Elle profita que l'orc ai ses deux mains autour du manche pour lui assener un coup de genou dans le ventre. Protégée par une armure robuste, la créature ne reçu que peu de dégâts, et fit en sorte de s'agiter pour déséquilibrer l'assassin. Un peu plus, et elle basculait dans le vide. Pourtant, il ne devait pas sous-estimer sa force. Stern concentra son énergie sur la force de ses bras et après avoir pivoté sur le côté, ramena brusquement la hache à elle, avec l'orc qui ne lâchait pas prise. Elle dirigea un nouveau coup de pied vers ses chevilles, ce qui le déstabilisa, et Stern en profita pour le pousser en arrière, toujours en forçant sur le manche de la hache. Armé comme il était et vu le poids de son armure, l'orc fut entraîné au sol et glissa un peu avant de sa caler contre un rocher qui le recueillit dans sa chute. Sur le coup, il avait lâché sa hache et se retrouvait désarmé et assommé pour quelques instants. Stern dont la sueur perlait sur le visage envoya une dague à lame recourbée suffisamment aiguisée pour perçer n'importe quelle armure à Edmond, qui se tenait proche de l'orc. Impassible, elle lança :

– Achève-le.

Son regard noir était mordant, et aucune pitié ne pouvait se lire dans ses yeux, pas plus que la moindre émotion. Insensible, sans état d'âme, une simple meurtrière et elle en avait bien conscience. A présent, si Edmond souhaitait réellement prendre part à la mission et ne pas rester en arrière, il n'avait plus qu'à lui démontrer sa volonté. Et cela se résumait parfois à des actes ignobles, pour lesquels il ne devait pas agir avec son coeur et ses idées de confort, mais sa tête. Et actuellement, il était question de sécurité et de survie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Edmond Dantès

Interprète

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 09/07/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Ven 19 Juil - 22:03

Tout en attendant la réponse de Stern, Edmond réfléchissait. Peut-être que sa dernière phrase n'était pas très appropriée à la situation ? En effet, cela aurait facilement pu être interprété pour de l'arrogance, surtout de la part d'une personne très arrogante comme Swell, et, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il avait raison de penser ça. Stern avait croisé les bras, visiblement mécontente, alors que ses yeux perdirent toute trace d'émotion et vinrent se planter dans ceux de l'interprète.

– Il faut savoir ce que l'on veut dans la vie. Servir la couronne ou servir ses intérêts. Si tu as rejoins la Guilde, ce n'est pas pour moi mais pour toi. Alors contente-toi de faire des choix et de les assumer.

Dantès détourna le regard. Elle ne lui avait même pas laissé le temps de répondre, elle avait déjà reprit l'escalade. Tant mieux car il ne comptait pas lui répondre. C'était dommage qu'elle interprétait les choses de cette façon mais, en même temps, il n'en attendait pas moins venant d'elle. Il reprit à son tour l’ascension, en silence. Son choix, il l'avait fait, c'était celui de tenir informé la guilde, pas d'aller sur le terrain et là, c'était bien elle qui l'y traînait de force, on aurait presque dit qu'elle l'accusait. Tout ceci n'échappa pas à Edmond mais, d'un autre côté, qu'est-ce que cela pouvait bien lui faire ? Elle était immature, arrogante et bornée, tout ceci l'aurait amusé quelques années en arrière mais, aujourd'hui, il n'avait plus trop le gout de sourire, ni même de plaisanter avec la chef des assassins.

Elle progressait bien, avec souplesse et agilité, contrairement à lui. Le manque d'entrainement était flagrant et tout ceci était une épreuve pour lui, épreuve qu'il avait de moins en moins envie de relever. Mais Stern avançait vite et, quelque part, elle l'obligeait à avancer vite lui aussi. Ce n'était fort heureusement pas pour jeter un coup d'oeil discret à son arrière train ferme et musclé mais, Edmond était malgré tout à la traîne. En fait, quand il la rattrapait, elle accélérait brutalement, le devançant de nouveau. On aurait dit qu'elle faisait la course avec lui, ou plutôt, qu'elle cherchait à lui donner du fil à retordre. Non, sa réponse ne lui avait pas du tout plus et il s'en rendait bien compte. Mais, là encore, il ne disait rien, se contentant d'essayer de suivre Stern sans vraiment y arriver.

Mais voilà, les choses prirent un tournant radical. Ils furet attaqués par des Orcs, probablement de passage, passage d'ailleurs libéré par la retraite des Nains, ce qui était quelque part envisageable au vu de la situation de la communauté. Des Orcs qui, fidèles à leur réputation, foncèrent bêtement vers eux, grognant et frappant, cherchant à les intimider. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Swell, malgré sa fragilité face à eux, se débrouilla bien et ne tarda pas à envoyer son adversaire au tapis, si l'on puis dire. Edmond, pour sa part, n'était pas habitué au combat en un tel terrain et se contenta de rester spectateur, espérant quelque part que l'Orc finisse par même un bon couche de masse sur la tête de l'assassin, histoire de lui faire ravaler sa fierté. Mais non, cet ... Animal à la peau verte était trop stupide pour ça, quel dommage ! D'ailleurs, Dantès avait ravalé son sourire narquois quand il avait vu ce dernier trébucher et finir sa course contre un rocher. Swell était en sueur et voilà qu'elle envoya sa dague à l'interprète, chose qui ne l'étonna qu'à moitié.

– Achève-le.

Dit-elle en lui adressant un regard noir, débordant de cruauté. Un regard qu'il connaissait pour avoir lui-même eu besoin de l'utiliser mais, jamais un tel regard ne s'était suivi d'un assassinat. Allait-il tuer un Orc ? C'était un être vivant après tout, lui ôter la vie alors qu'il ne représentait plus aucun danger n'avait aucun sens. Il jeta un rapide coup d'oeil à la créature, puis à Stern. Essoufflé, en sueur, il se demandait s'il ne ferait pas mieux d'accepter.

" Je me demande pour qui tu te prends. "

Pensa-t-il en lui adressant un regard interrogateur, pendant un bon moment d'ailleurs. Finalement, il se détourna et observa l'Orc. Il ne valait mieux pas se fâcher avec toute la guilde, il devait quand même se rappeler que lui et eux œuvraient plus ou moins pour la même cause, ils étaient ses alliés et non ses ennemis, bien que leur chef ne lui plaisait guère. Il expira un grand coup puis se rapprocha de l'Orc, posant la dague sur son cou. Ce dernier lui adressa un regard riche en émotion, il ne voulait pas qu'il le tue mais, en même temps, c'était lui qui avait cherché les embrouille.

Il n'avait pas à être désolé pour lui et cette créature devait assumer ses responsabilités. Il enfonça le métal dans sa chair et fit une longue entaille, calmement, le laissant se vider de son sang jusqu'à ce que mort s'en suive. Il regarda l'Orc dans les yeux, voyant leur lueur s'éteindre lentement. Non, il n'avait aucune pitié pour lui, tout comme il n'en aurait pas eu avec Stern si les rôles étaient inversés. Finalement, quand tout ceci était finit, il jeta la dague au loin et remonta au niveau de l'assassin.

- Vous vous défendez bien.

Dit-il froidement avant de la dépasser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Sam 20 Juil - 16:25

Le regard que lui lança Edmond laissa l'assassin de marbre. Il avait l'air d'hésiter, mais Stern ne souhaitait pas perdre son temps. Et il finit par se résigner en ôtant la vie à l'orc. Au moins, il ne s'était pas fait prier. Une fois que ce fut fait, il envoya la dague au loin. Stern haussa un sourcil, se demandant simplement pourquoi il ne l'avait pas gardé ou ne lui avait pas rendu. S'il agissait de même avec les objets nains sur lesquels elle espérait mettre la main, ils n'étaient pas sortis. Edmond l'avait rejoint et même dépassé. D'ailleurs, on aurait dit qu'il n'essayait de faire que cela depuis qu'ils avaient commencé à marcher. Sans doute voulait-il se prendre les ennemis dans la figure si le danger approchait…

Stern secoua la tête. Il essayait peut-être de montrer sa bonne volonté ou de lui prouver qu'elle avait tord. C'était d'ailleurs ce que l'assassin souhaitait. S'il voulait qu'elle le considère pour ce qu'il était, là était peut-être la solution.

Heureusement pour lui, Stern connaissait l'endroit et savait que la montée de cette pente raide s'achèverait bientôt. Et plusieurs minutes plus tard, ils parvinrent enfin au sommet. L'assassin se hissa sur un sol presque plat, recouvert d'herbe verte. Quelques kilomètres plus loin et en vue, un village nain se dressait au milieu des montagnes. Par mesure de précaution, Stern avait demandé à tous les membres de la Guilde de les éviter un maximum.

La prochaine étape serait maintenant de le contourner pour filer entre les montagnes, vers le lieu de rendez-vous qui se cachait juste après le village. Ils y seraient le lendemain, si tout se passait bien. Stern espérait simplement que les autres groupes n'aient pas rencontré de patrouille orc. Voilà qui allait permettre à Edmond de se reposer, puisque visiblement la grimpette l'avait épuisée. Pourtant, l'assassin ne voulait pas s'arrêter. Ils ne pouvaient pas passer la nuit ici, à découvert sur plusieurs lieues. Il leur fallait gagner les montagnes et donc contourner le village avant la nuit.

Stern ne parlait plus, ayant l'impression que tout ce qu'elle pouvait dire à Edmond entrait par une oreille pour ressortir par l'autre. Il avait l'air en désaccord et la une légère tension était palpable. Après tout, le but de la jeune femme n'était pas d'être aimée par les membres de sa Guilde et à dire vrai, elle s'en moquait bien. Le but étant de les protéger et les nourrir, elle n'avait que faire de leurs pensées vis à vis d'elle. Et il était évident que malgré ce que pouvait dire Edmond, s'il avait rejoint la Guilde, il avait sans doute de bonnes raisons et surtout, il devait y voir une contrepartie qui lui profitait.

Après ce long moment de silence, Stern lâcha d'un ton neutre, plus histoire d'engager la conversation que de s'y intéresser vraiment :

– Je me trompe ou tu n'aimes pas te battre ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eileen Haovia

Mercenaire

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 10/07/2013

Fiche personnage
Métier: Mercenaire
Allégeance: Aucune
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Sam 20 Juil - 17:43

Eileen avait marché durant de longues heures à travers les terres d'Alfebur. En effet, elle avait accompli sa première mission de mercenaire en dehors des terres du Gorbos et, apprès cette réussite, elle avait décidé de " visiter " un peu le pays. Cette visite lui permettait de prendre certains repères mais elle avait évité chaques nains ou orques depuis son entrée dans le territoire car elle ne comprenait strictement rien à leur langue et elle avait peur qu'un malentendu se créé. De plus elle n'avait pas besoin de parler, solitaire de nature, elle vivait sa vie comme bon lui semblait, la plupart du temps seule. Cependant, après cette longue marche, elle projeta de retourner sur les terres du Gorbos pour y passer la nuit. Seulement, elle tomba alors sur cette longue montée très raide qui menait à un sommet. Une fois arrivé au sommet, on devait avoir une certaine vue d'ensemble qui n'était pas négligeable pour ne pas se tromper de chemin et pour observer. La jeune espionne se risqua donc à cette montée qu'elle franchit sans problèmes et rapidement, ayant l'expérience et l'agilité nécessaire. Lorsqu'elle arriva au sommet, ses mains étaient un peu écorchaient mais rien de bien profond. Ses pieds auraient pu l'être mais, étonnament et exceptinnellement, Eileen portait des chaussures. Les terres d'Alfebur étaient parfois rudes et ses pieds, même si ils étaient très résistants, n'étaient pas tout terrain.

Profitant de la vue, la mercenaire regarda donc au loin, repérant chemins et obstacles. Mais alors qu'elle était prête à redescendre, elle entendit des personnes parler au pied du sommet. Ce n'était pas n'importe quelle language, c'était le language du Gorbos, son language. Eileen en déduit donc que ce n'était ni des nains, ni des orques et alla se poser un peu plus loin que son point d'arrivée, se posant derrière un grand rocher, contre, attendant l'arrivée de ces deux personnes. Cependant, pendant son attente, deux autres individus firent leur apparition mais ceux là étaient loin d'être des êtres parlant le Gorbos. Grands et imposants, ils fonçèrent face aux deux personnes qui avaient bientôt finis leur ascencion, n'ayant pas vu Eileen cachée derrière son rocher. La jeune femme hésita à aller stopper ces monstres mais se dit que cela n'était pas prudent. Elle n'avait pas les capacités pour, cela l'entraînerait sûrement vers la mort. De plus, elle n'avait aucune idée de l'identité de ces deux individus montant vers le sommet. La jeune mercenaire décida donc d'attendre patiemment, tendant l'oreille vers ce qui se passait, entendant des coups de lames, des bruits de cailloux roulants et autres. Finalement, la jeune femme entendit un petit silence avant que la voix d'une femme lui confirme que les orques n'avaient pas eut la victoire.

Peu de temps après, Eileen apperçut de derrière le rocher les deux individus s'arrêter à l'arrivée du sommet. Elle regarda tout d'abord la femme qui avait le visage dur, battante et qui n'avait pas l'air très fatiguée, ce qui informa Eileen qu'elle avait de l'entraînement face à ce type de terrain. Mais alors que l'un des deux individus n'avait pas l'air d'avoir besoin de repos et était prêt à repartir, l'autre était très essouflé. C'était un humain qui n'avait pas l'air fort physiquement et n'avait pas l'air non plus d'avoir de l'entraînement face à ces situation. La fatigue se lisait sur son visage tandis que la femme le regardait plutôt durement. Un long silence se plaça, signe de tension, puis la femme se décida finalement à poser une question à l'homme encore essouflé. La question étaient révélatrice face au deux caractères des deux individus qui s'opposaient. Eileen remit finalement la capuche de sa cape rouge foncé en place, cachant à moitié son visage et sortit de derrière le rocher, se laissant à découvert face à la vue des deux inconnus. La jeune femme ne s'approcha pas pour autant, préférant garder ses distances. On ne voyait presque pas son visage sous l'ombre de sa capuche et sa voix était monotone et froide, sans toutefois être agressif, juste à l'allure lointaine, comme à son habitude. Sa voix était tout de même douce et n'était pas dure pour autant.

Peu de personnes aiment se battre en réalité.

La jeune humaine posa alors son regard sur la jeune femme, restant là, à attendre leur réactions. Tout à l'heure, lors de leur ascension, ils avaient parlé de Guilde et cela l'intriguait.

_________________


   [ Crédits images : @DeviantArt Pure-Poison89 et @DeviantArt Saphira01 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Edmond Dantès

Interprète

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 09/07/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Sam 20 Juil - 21:03

Stern n'avait rien répondu quant à sa remarque vis-à-vis de sa capacité à se défendre seule et bien. Tant mieux, l'ascension de la pente n'en serait que plus rapide. Cette fois-ci, elle n'avait pas cherché à le dépasser mais, plutôt à en finir avec l'escalade, à son rythme. Quelques minutes plus tard, les voilà qui se hissait sur le sol ferme, mettant fin à une ascension éprouvante et probablement à la première partie du trajet. Edmond se relevait, essoufflé. Ses jambes arrivaient encore à le tenir mais, il ne sentait tout simplement plus ses bras. Se penchant et s'appuyant sur ses genoux, il reprenait son souffle

Swell ne disait rien, elle réfléchissait, certainement, mais jetais un coup d'oeil de temps à temps à l'interprète. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien encore préparer ? Il le sut bien vite lorsque lâcha d'un ton neutre ...

– Je me trompe ou tu n'aimes pas te battre ?

Dantès l'avait bien entendu mais, n'avait rien formulé en retour. Bien sûr qu'il n'aimait pas se battre ! Certes, c'était indispensable de savoir frapper, sur à l'épée, pour se sortir de situations difficiles mais, ce n'était pas le meilleur moyen pour régler un conflit. Il était avant tout un homme de langue, les mots étaient ses vraies armes. À la limite, une petite joute verbale de temps en temps, oui, il appréciait, mais un combat qui se terminerait tôt ou tard par la mort de l'un ou de l'autre, non, trop fatiguant, trop risqué et puis, ce n'est pas qu'il avait quelque chose contre l'assassinat en bonne et due forme mais, ce n'était pas agréable de se salir les mains. Il se redressa un moment après, s'apprêtant à lui répondre quand quelqu'un ou plutôt quelqu'une sortie de derrière les rocher, le visage à moitié caché par l'ombre d'une capuche rouge. Cette femme, au ton froid mais pas hostile, répondit à sa place.

- Peu de personnes aiment se battre en réalité.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle répondait bien. Il n'avait pas grand chose de plus à ajouter, tout était joliment résumé. Maintenant, qui était cette femme, d'où venait-elle et pourquoi ? Ce qui n'était pas connu était dangereux et aussi fallait-il rester sur ses gardes. Dantès posé mit la main à la poignée de son épée, se préparant à la dégainer si le besoin s'en ferait sentir. Il voyait bien qu'elle insistait surtout sur la personne de Stern, il fallait reconnaître que cet assassin était doté d'un charisme fou et cela ne laissait personne indifférent, même au premier coup d'oeil. Edmond regardait l'inconnu et la dévisageait même, bien que discrètement. Ce n'était pas à lui de prendre la parole mais, bien à sa supérieure. En parlant d'elle, d'ailleurs, Dantès posa la main sur son épaule, bien qu'en resserrant fermement sa prise.

- Me battre pour moi, non mais, pour vous, oui.

Dit-il sur un ton tout à fait neutre mais, on ne peut plus sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Lun 22 Juil - 7:34

Edmond n'avait pas répondu, ce qui laissa supposer à l'assassin qu'elle avait vu juste. D'ailleurs, il n'avait pas vraiment s'agit d'une question mais plus d'une affirmation. Après tout, elle-même qui était rompue à cet art n'aimait pas cela. Alors comment un interprète sans expérience pourrait-il l'apprécier… ? A la place de la voix de l'homme, Stern entendit la réponse d'une femme, une inconnue capée et au visage dissimulé par son vêtement. Elle était sortie de derrière son rocher mais n'avait pas approché pour autant. L'assassin se reprocha de ne pas l'avoir remarquée plus tôt. Elle détestait se faire surprendre ainsi. La femme encapuchonnée la dévisagea un moment, tandis que Stern ne répondait pas.

Ce fut Edmond qui rompit le silence en faisant une remarque qui laissa Stern un peu interloquée. D'abord, il avait posé sa main sur l'épaule de la jeune femme, qui ne comprenait ni le geste ni sa raison. Elle n'aimait pas qu'on la touche, encore moins sans sa permission, et ce geste presque "amical" voire fraternel la laissait perplexe. Pourtant, elle tenta de ne montrer aucun signe extérieur de ce gêne, ou en tout cas pas aux yeux de la femme inconnue. Et la phrase qu'il venait d'énoncer la perdit encore plus. Il avait soudainement changé de comportement. Stern regarda l'interprète, comme si elle attendait une réponse à ses questions. Elle ne savait pas quoi penser de cette proximité et c'était bien la première fois qu'un membre se permettait ce genre de geste. Pourtant, il ne fallait rien montrer devant cette inconnue, qui risquerait de  penser qu'ils avaient des différends entre eux, cela étant signe de faiblesse. Elle se contenta donc de répondre, reprenant son air froid et amer :

– Tu as tord. C'est pour toi qu'il faut te battre.

Et certainement pas pour elle. Les membres de la Guilde ne se battaient pas pour leur Chef mais pour eux-même, pour nourrir et loger leur famille. Stern n'était qu'un intermédiaire.

Elle reporta rapidement son regard vers la femme qui n'avait pas bougé. Son allure était un peu étrange. Déjà parce qu'elle semblait vouloir se dissimuler le mieux possible, mais encore plus parce que malgré cela, elle avait opté pour une cape rouge flamboyante. Autrement dit une parfaite contradiction. A moins qu'elle ne veuille que masquer son visage mais attirer consciemment l'attention sur sa personne. En tous les cas, Stern n'avait pas envie de s'attarder davantage ici, et ce n'était pas cette femme qui allait lui barrer le chemin. Elle avait remarqué quelques instants plus tôt qu'Edmond avait glissé une main à son arme. Bon réflexe, mais elle ne comptait pas se battre sans raison. Alors, la jeune femme décida de s'appuyer sur les propos de l'inconnu pour déclarer :

– Dans ce cas, je suppose que vous ne vous êtes pas montrée pour cela. En revanche, vous auriez très bien pu rester dissimulée et attendre notre passage sans nous interpeller. Que voulez-vous ?

Sa voix était sèche mais sans animosité. Mais sa question avait été franche et directe. Stern ne souhaitait pas passer par quatre chemins. Ses hommes l'attendaient peut-être plus loin, et elle n'avait pas une minute à perdre dans une discussion philosophique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eileen Haovia

Mercenaire

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 10/07/2013

Fiche personnage
Métier: Mercenaire
Allégeance: Aucune
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Mer 24 Juil - 19:13

A la vue de la réaction des deux personnes, Eileen se rendit bien vite compte qu'elle n'était pas la bienvenue parmi eux. Ce fût l'homme qui réagit en premier, répondant à ses paroles et en posant sa main sur son arme. Eileen ouvrit grands ses yeux lorsqu'elle aperçut ce geste, elle n'aimait pas la violence injustifiée. La mercenaire remarqua le geste de l'homme envers la femme et fût fort étonnant face à la discussion qu'ils avaient eu il y a peu de temps lorsqu'ils grimpaient la pente. La femme ne réagit cependant pas et répondit aussi à Eileen. Sa première phrase, la jeune espionne la trouva tout à fait incohérente. Elle lui disait qu'elle avait tort mais sa justification était en désaccord avec ce qu'elle avait dit. Ne pas aimer se battre et se battre pour soi était deux choses différentes qu'il ne fallait pas confondre. Mais Eileen ne répliqua pas, trouvant que cela était inutile et se disant que cette femme n'était pas du genre à laisser à quelqu'un d'autre le dernier mot. La mercenaire la laissa donc continuer et la dernière réplique de l'inconnue fût claire et froide.

– Dans ce cas, je suppose que vous ne vous êtes pas montrée pour cela. En revanche, vous auriez très bien pu rester dissimulée et attendre notre passage sans nous interpeller. Que voulez-vous ?

En effet, Eileen aurait très bien pu rester cacher et les laisser continuer leur chemin sans qu'ils ne croisent sa silhouette. La jeune femme aurait pu se débrouiller seule mais quelque chose l'avait poussé à les accoster et à leur demander leur aide. Elle n'était donc pas la avec l'attention de se battre, loin de là. La mercenaire s'approcha alors de quelques pas en regardant toujours l'inconnue tout en prenant garde à l'arme de l'homme qui pouvait la blesser à tout moment si il décidait de s'en servir.

Je ne suis pas là pour me battre en effet.

Eileen posa alors un rapide regard sur l'homme et son arme, comme pour lui faire comprendre qu'il était inutil de l'utiliser, puis revint à la jeune femme.

Je suis mercenaire et j'étais sur ces terres à l'occasion d'une mission. J'y ai fait mes repérages par la même occasion mais, malheureusement, j'ai été prise par le temps. Je voulais rentrer dans les terres du Gorbos avant la tombée de la nuit pour y dormir, mais la nuit n'est que trop proche. Je ne connais pas assez ces terres pour me retrouver et pour m'y aventurer la nuit, sans danger. Je ne serais retrouver les terres du Gorbos dans le noir. Lorsque j'ai entendu que vous aviez le même langage que moi, je me suis dit qu'il me serait plus simple de vous demander de l'aide. M'accepteriez vous parmi vous le temps que la nuit passe ?

Eileen avait toujours sa voix froide et lointaine à la fois, sans pour autant être agressive. Son allure n'était pas des plus rassurantes mais ses gestes étaient lents et mesuré, sans aucunes brusqueries et la jeune mercenaire restait calme, restant là à attendre leur réponse. Si ils n'acceptaient pas ou leur prenait de l'agresser en pensant que c'était un danger, la jeune femme était maintenant trop proche des deux pour pouvoir y échapper. Tout reposait sur le choix de la jeune femme, car l'homme n'avait apparemment pas grands choses à dire.

_________________


   [ Crédits images : @DeviantArt Pure-Poison89 et @DeviantArt Saphira01 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Edmond Dantès

Interprète

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 09/07/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Jeu 25 Juil - 4:59

– Tu as tord. C'est pour toi qu'il faut te battre.

Visiblement, sa supérieure n'avait pas compris toute la subtilité de la chose, les mots n'étaient vraiment pas son fort. Se battre pour elle reviendrait à se battre pour les intérêts propres d'Edmond, et donc pour lui-même. Mais il valait mieux se battre pour une cause étrangère plutôt que pour la sienne, c'était toujours plus facile de s'esquiver quand les choses tournaient mal après. Dantès soupira, revenant à sa place et retirant sa main de l'épaule de l'assassin, assassin qui avait d'ailleurs reporté son regard vers la jeune femme encapuchonnée. L’interprète, sans avoir retiré la main de son épée, observait également l'inconnue. Son interrogation à son sujet était grande mais, de l'autre côté, il n'était pas vraiment surpris. Il n'y avait rien de vraiment bizarre à croiser quelqu'un ici, cela pouvait arriver. Ce n'était pas non plus la peine de la bombarder de questions, Swell le ferait certainement mieux que lui. Par contre, il fallait constater ce qu'il était utile de constater et ce qu'il constata, c'est qu'elle n'était pas armée ni particulièrement agressive, du moins, en apparence.

– Dans ce cas, je suppose que vous ne vous êtes pas montrée pour cela. En revanche, vous auriez très bien pu rester dissimulée et attendre notre passage sans nous interpeller. Que voulez-vous ?

Excellente question. Dantès ne disait rien mais, son intérêt vis-à-vis de la réponse de la jeune inconnue était tout aussi fort que celui de Stern si ce n'était plus. Elle observait l'assassin, elle avait certainement deviné que c'était elle qui menait la danse ici et pas l'inverse. Quel homme ne serait pas heureux d'être commandé par une femme ? Surtout quand cette dernière faisait preuve d'une virilité mesurée, la poigne de fer en somme mais, peut-être pas dans un gant de velours. Edmond ricana discrètement en s'entendant réfléchir. La jeune femme fit un pas en avant, sans quitter Stern des yeux.

- Je ne suis pas là pour me battre en effet.

Dit-elle avant de jeter un rapide coup d'oeil à l'épée d'Edmond. Certes, son attitude n'allait qu'en confirmant ses dires mais, il valait mieux rester prudent et aussi ne retira-t-il pas sa main, tout en continuant de l'écouter.

- Je suis mercenaire et j'étais sur ces terres à l'occasion d'une mission. J'y ai fait mes repérages par la même occasion mais, malheureusement, j'ai été prise par le temps. Je voulais rentrer dans les terres du Gorbos avant la tombée de la nuit pour y dormir, mais la nuit n'est que trop proche. Je ne connais pas assez ces terres pour me retrouver et pour m'y aventurer la nuit, sans danger. Je ne serais retrouver les terres du Gorbos dans le noir. Lorsque j'ai entendu que vous aviez le même langage que moi, je me suis dit qu'il me serait plus simple de vous demander de l'aide. M'accepteriez vous parmi vous le temps que la nuit passe ?

Elle avait une voix neutre et détachée par moment, sans pour autant faire preuve d'hostilité à leur égard. Une mercenaire de passage qui n'arrivait pas à retrouver son chemin dans le noir, en somme. Venant de sa part, c'était assez ... Attendrissant. Dantès le percevait ainsi sans trop savoir pourquoi. Peut-être son apparence jeune femme fragile ? Sa gestuelle minutieuse témoignait pourtant d'une grande maîtrise d'elle-même et donc d'une certaine confiance en elle. Elle était assez proche d'eux, elle prenait des risques, ils pourraient facilement l'atteindre sans qu'elle puisse s'échapper de cette façon. Pourquoi ? Pour leur prouver sa bonne foi ? Edmond la regardait, le visage neutre et conserva malgré tout sa main sur la poignée.

- Vous n'avez rien à nous prouver, jeune dame, ce n'est pas la peine de vous mettre en danger de cette façon.

Dit-il en jetant un coup d'oeil à Stern. En effet, cette femme serait fort capable de l'éliminer pour le "bien de la mission" et ça, Dantès ne serait surement pas d'accord avec elle. Encore que pour l'Orc, pourquoi pas mais, pour elle, non, ce n'était pas comme si elle représentait un vrai danger pour eux et leurs projets, enfin, ses projets.

- Si vous ne voulez pas passer la nuit toute seule ici, et je vous comprends, il n'y a pas de problème, vous pourrez rester avec nous jusqu'à ce que le soleil se lève et qu'il éclaire de nouveau votre chemin. Après je dis ça, c'est si elle est d'accord.

Dit-il en désignant Stern d'un geste de tête. Il retira alors son gant de la main droite et tendue cette dernière à la jeune femme, sans attendre la réponse de sa supérieure.


Dernière édition par Edmond Dantès le Sam 27 Juil - 5:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Ven 26 Juil - 8:44

La jeune femme s'était approchée d'eux, infaillible et visiblement sûre d'elle. Elle expliqua brièvement qu'elle était en réalité mercenaire et qu'elle était en route vers le Gorbbos, mais que sa route était entravée par la nuit qui n'allait pas tarder à tomber. A la surprise de Stern, elle lui demanda si elle pouvait se joindre à eux par mesure de sécurité, et cela, jusqu'au lendemain. Voilà qui étaient des paroles directes et que l'assassin suspectaient. Une mercenaire, ordinairement, n'avait pas besoin d'aide pour passer la nuit et se débrouillait pas ses propres moyens. Mais le risque était présent dans les montagnes : les orcs rôdaient à la recherche de villages nains à piller et massacrer, et personne n'était à l'abris de rien. Stern réfléchissait, pendant qu'Edmond approuvait déjà la demande, sans lui demander son avis.

C'était une mesure risquée, puisque une tête de plus à les accompagner signifiait une personne de plus à protéger. Et qui plus est, Stern ne connaissait nullement les compétences de cette femme et craignait qu'elle soit davantage un fardeau qu'autre chose. Le visage assombri, la jeune femme ne répondit rien quand Edmond l'interpella indirectement pour obtenir son consentement. Si Stern acceptait, c'était bien dans son intérêt d'avoir une arme de plus à ses côtés en cas d'attaque que pour lui rendre service. Et elle se doutait bien que c'était également la seule chose que voulait la femme. Les mercenaires étaient connu pour leur solitude et leur habilité à se débrouiller seul, c'est pourquoi Stern ne doutait pas un seul instant que chacun ici n'oeuvrait que pour lui-même, quitte à utiliser les compétences de l'autre le temps d'un passage difficile. Après ce court moment de réflexion, Stern ne prit pas la peine de regarder Edmond pour lui répondre :

– Tu l'as déjà invitée.

Et elle se remit en marche en silence. Rapidement, elle déclara :

– Nous ne pouvons pas dormir à terrain découvert, ce versant peut paraître inoffensif mais la nuit il grouille d'orcs. Nous devons rejoindre les montagnes derrière ce village, ce qui vous fera en somme revenir un peu en arrière.

Stern regarda la femme qui s'était jointe à eux et rajouta :

– La traversée devrait se faire rapidement, une heure au plus.

La jeune femme ne rajouta rien, bien consciente qu'Edmond paraissait intéressé par la situation et ravi de discuter avec cette inconnue, qui devait sûrement être plus à même à lui répondre que sa supérieure. Elle ne souhaitait pas lui poser de question, pour le moment, et se préoccupait davantage de la nuit qui approchait. Stern n'avait qu'une hâte : s'abriter rapidement et passer la nuit pour continuer le voyage comme ils l'avaient commencé. En espérant ne pas faire de mauvaise rencontre d'ici là…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eileen Haovia

Mercenaire

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 10/07/2013

Fiche personnage
Métier: Mercenaire
Allégeance: Aucune
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Ven 26 Juil - 22:23

La tactique de se rapprocher fût heureusement bonne pour Eileen car cela leur montra qu'elle n'était pas un danger pour eux en ce moment même. Etonnement, c'est l'homme qui prit la parole le premier et la rassura en lui disant qu'il n'y avait pas le besoin de prendre un tel risque. Il lui expliqua qu'elle était la bienvenue parmi eux, d'après lui, car il rajouta bien vite que ce n'était pas lui qui décidait mais bien la femme qui se trouvait à ses côtés. Finalement, l'humaine acquiesça la décision de l'homme avec sa froideur qu'elle portait depuis le début où Eileen lui avait parlé. D'un côté, cette femme ressemblait à Eileen. Les yeux de la mercenaire se posèrent alors sur l'homme qui lui avait tendu une main. Pourquoi tant de courtoisie et politesse ? Eileen n'avait pas vraiment besoin de cela. Elle aurait pu l'ignorer avec sa froideur habituelle mais elle se dit que ce pauvre homme avait déjà assez de froideur avec l'autre femme. La mercenaire décida donc d'y aller plus doucement et regarda l'homme dans les yeux. Sa voix était la même qu'auparavant.

Je vous remercie de votre politesse bienveillante mais cela est inutile. Et je vous remercies aussi de m'avoir accepté parmi vous pour la nuit.

Eileen releva alors les yeux vers la femme comme pour lui dire que la deuxième partie de la phrase était aussi pour elle. Mais celle ci avait déjà commençait à marcher. Apparemment le temps préssé, et Eileen ne comptait pas les retenir. La mercenaire commença donc à avancer jusqu'à arriver à la hauteur de l'homme et lui faire un signe de la tête pour lui dire qu'il valait mieux y aller. Finalement, elle continua d'avancer en silence, sans rien dire. Elle avait l'habitude des voyages silencieux et elle avait aussi l'habitude de se faire discrète. Elle ne voulait pas déranger les deux compagnons de voyages.

Ils marchèrent donc un moment en silence. Eileen ne savait ni leur nom, ni d'où ils venaient et encore moins pourquoi ils se trouvaient aussi. Des tas de questions sans réponses trainaient dans sa tête par rapport à ses deux personnes. Ils l'avaient peut être trouvés suspecte mais pour Eileen, ils étaient aussi inconnus à ses yeux. Elle s'étaiet engagé avec des personnes dont elle ne savait rien. Enfin elles n'avait pas bien le choix, à moins qu'elle est prit la décision de se faire prendre par des orques en pleines nuits. Enfin, Eileen verrait bien par la suite si elle avait fait le bon choix, elle se contentait pour l'instant de les suivre, toujours en silence.

_________________


   [ Crédits images : @DeviantArt Pure-Poison89 et @DeviantArt Saphira01 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Edmond Dantès

Interprète

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 09/07/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Sam 27 Juil - 5:36

Sans pour autant détourner son regard de la mercenaire, Stern se contenta de répondre lui répondre d'une voix habituellement froide.

– Tu l'as déjà invitée.

Tout juste avant de se remettre en marche et cela sans plus de cérémonie. Edmond n'en attendait pas moins d'elle. Quoi que, il avait un moment pensé qu'elle pourrait se montrer hostile envers la nouvelle venue mais, visiblement, il s'était trompé. Peut-être n'était-elle pas aussi impulsive que ça en fin de compte ? Elle n'attendit personne pour avancer et aussi, l'interprète se remit à marcher quelques secondes après. Elle déclara cependant ...

– Nous ne pouvons pas dormir à terrain découvert, ce versant peut paraître inoffensif mais la nuit il grouille d'orcs. Nous devons rejoindre les montagnes derrière ce village, ce qui vous fera en somme revenir un peu en arrière.

Juste avant de regarder la jeune et nouvelle venue et de rajouter ...

– La traversée devrait se faire rapidement, une heure au plus.

Elle n'avait pas tord, pour une fois qu'il était d'accord avec elle. Maintenant, les montagnes leur offriraient certes une bonne protection mais, ça ne serait pas une raison pour dormir sur ses deux oreilles, il faudrait certainement organiser un tour de garde au cours de la nuit car, les Orcs étaient imprévisibles et ils pourraient très bien leur prendre d'aller grimper la montagne à la recherche de Nains réfugiés et donc, de tomber sur eux probablement endormis. L'interprète soupira malgré tout, sa supérieure ne pouvait-elle pas un instant se montrer moins froide ? Quand même, elle n'avait rien à prouver à cette mercenaire, pourquoi autant de précautions ? Certes, Dantès n'était pas un homme de joie mais, il n'était pas non plus un glaçon. Oui il ne souriait et ne parler que peu, oui il lui arrivait d'être froid et cruel mais, cela restait tout aussi fréquent que l'opposé. En fait, tout dépendait de la situation et la situation, en l’occurrence, ne nécessitait pas de se comporter ainsi.

En même temps, il ne fallait pas non plus trop en demander, la mercenaire avait quand même refusait sa poignée de main bien qu'elle s'était poliment excusée. Elle ne voulait que passer la nuit avec eux et repartirait certainement le lendemain, il n'y avait donc pas de raison de chercher à faire connaissance. Edmond suivait Stern et l'inconnue en silence. Il ne pouvait s'empêcher de réfléchir au sujet de l'une comme de l'autre, bien que rien ne sortit de son esprit ... Au début.

- "Solsé ven est", c'est la devise de la guilde. Par conséquent, si c'est chacun pour sois ici, serais-je en droit de vous fausser compagnie si les choses venaient à mal tourner ?

Dit-il en interpellant Stern, l'air tout à fait sérieux. Il reporta ensuite son regard en direction de la mercenaire puis reprit sur le même ton.

- Et comment dois-je vous appeler ?

Sans s'être arrêté de marcher, il attendait maintenant la réponse de l'une comme de l'autre, toujours aussi pensif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Lun 29 Juil - 8:58

La femme les avait brièvement remercié de l'accepter parmi eux, ce que Stern nota sans plus. Après tout, c'était un service rendu des deux côtés. Ils l'aideraient pour la nuit et en cas d'attaque surprise, ce serait elle qui leur serait profitable. A condition qu'elle sache se battre, question à laquelle Stern n'avait pas eu l'occasion de répondre pour le moment. Alors que Stern marchait déjà, elle entendit les deux autres se joindre à elle rapidement. Il ne fallait pas s'attarder ici, et ils l'avaient visiblement bien compris. Le silence se fit complet pendant un moment. Aucun d'eux ne parlaient, ce qui était profitable à l'assassin qui préférait voyager en silence. Déjà car cela lui permettait de réfléchir, mais aussi de se concentrer sur leur route et les potentiels dangers qui risquaient de se présenter à eux à tout moment.

Pourtant, ce silence fut brisé par Edmond, qui s'était adressé à elle. Il avait prononcé la devise de la Guilde, et lui demandait l'autorisation de l'appliquer en cas de grand danger. Stern lui lança un regard en coin, le dévisageant alors qu'il ne marchait pas loin d'elle, et détourna bien vite le regard pour le reporter sur l'horizon. Elle réfléchit un court instant, se demandant s'il s'agissait d'une question bien sérieuse ou d'une provocation directe. Après tout, ce n'aurait pas été la premier fois dans la journée qu'Edmond l'aurait cherché, et elle ne pourrait s'étonner qu'il cherche encore à tenter de déranger ses principes. Alors, Stern s'exprima calmement, avec un ton à la fois sérieux et évasif :

– Tu n'es pas obligé de rester avec nous. Mais tu t'es engagé pour faire partie de cette mission, alors à toi de voir si cet engagement est vain, et si tu souhaites rentrer à pied tout seul sur ces territoires infestés d'orcs. En plus de trahir ta parole, tu risques de te faire couper la tête par une hache aussi massive que ton corps, mais c'est à toi de voir.

Elle termina par un haussement d'épaule en dévisageant l'interprète, et en lui dédiant un sourire en coin. C'était bien le premier. Finalement, ce n'était pas si mal qu'Edmond cherche à contrer son autorité et ses principes, au moins avait-il le don de l'amuser. Après quoi elle attendit la réponse de la femme par rapport à la question de l'interprète. Lui demander son nom était dangereux puisqu'elle risquait de leur retourner la question tôt ou tard. Mais Stern ne fit aucun commentaire et laissa Edmond mener la discussion. Il n'était pas assez stupide pour se trahir lui-même, du moins l'espérait-elle.

Cela faisait maintenant un bon moment qu'ils contournaient le village nain, et Stern voyait les montagnes se rapprocher de plus en plus. Quelques minutes encore, et ils pourraient enfin s'abriter. L'assassin regardait droit devant elle, concentrée sur le paysage. En effet, ils étaient à découvert depuis un bout de temps, sur ce versant où pas un arbre ne poussait et où la virilité s'étendait sur des kilomètres. Et brutalement, Stern passa son bras devant Edmond qui marchait près d'elle, pour l'arrêter immédiatement. Son avant-bras heurta son torse et elle le repoussa un peu en arrière, lui indiquant l'objet de ce geste en le désignant du doigt.

Au sol, un petit objet de forme circulaire jonchait l'herbe. N'importe quel voyageur inattentif aurait pu poser son pied dessus sans s'en rendre compte. Stern s'accroupit pour l'observer de plus près, et prit garde à ne pas le toucher. Après quelques secondes, elle déclara d'un ton assez admiratif :

– Voilà ce qu'ils appellent par ici, une mine. Marchez dessus et elle explose, ne laissant de vous que de la charpie. Typique de la technologie naine et de leurs explosifs. Du beau travail, mais extrêmement dangereux… je suppose que celle-ci a été égarée par erreur, puisque je n'en ai pas remarqué d'autre sur notre chemin.

Stern se redressa et jeta un oeil vers les deux individus, avant de poursuivre :

– Nous serons bientôt abrités par la montagne. Encore un petit moment.

Et elle se remit à marcher, pressée d'attendre le flanc de ces géants enneigés et de pouvoir enfin se reposer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eileen Haovia

Mercenaire

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 10/07/2013

Fiche personnage
Métier: Mercenaire
Allégeance: Aucune
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Mar 30 Juil - 16:26

Ils avaient marché un petit moment en silence jusqu'à ce que l'homme s'adresse à la femme qui marchait devant eux. La première phrase, Eileen ne la comprit pas jusqu'à ce qu'il précise que c'était la devise de la guilde. Ils faisaient donc bien parti d'une guilde, mais laquelle ? Eileen se posait la question et, si ils étaient dans une guilde, ils devaient être ici pour un but précis. L'homme parla de fuite, apparemment une bataille se préparait, quelqu'en soit sa nature. Après avoir posé sa question à la femme, le regard de l'homme se tourna vers la mercenaire et lui demanda comment il devait l'appeller. Ces deux là lui étaient inconnus et elle ne voulait pas se mettre en danger en leur révélant son prénom. Après tout, elle ne savait pas quelles étaient leurs motivations, la raison de leur passage ici et autre. Cependant, Eileen attendit que la femme est finit de lui répondre avant de répondre à son tour à la question, écoutant attentivement ce qu'elle avait à dire.

Finalement Eileen regarda quelques instants l'inconnu qui lui avait posé la question puis reposa son regard vers l'avant, parlant toujours avec sa voix froide et lointaine.

Appellez moi comme bon vous semble.

Eileen n'en dit pas plus alors qu'ils continuaient de suivre la femme qui avait l'air tout aussi méfiante qu'Eileen, bien que la mercenaire ne le montrait pas. Peu de temps après, l'inconnue s'arrêta brusquement, passant un bras pour stopper net Edmond tandis que la mercenaire en faisait tout autant. Eileen se demanda ce qui lui arrivait. Un ennemi approchait-il ? Elle n'avait rien vu dans les horizons, ni entendu. La jeune femme baissa alors le regard vers le sol et remarqua un objet qu'elle n'avait jamais vu encore. Eileen s'était un peu renseignée avant de venir sur ces terres et elle en déduit ce que cela était. Les paroles de la jeune femme ne firent que le confirmer.

Finalement, ils contournèrent cette " mine ". Eileen l'observa longuement en passant à côté puis se remit à marcher à la suite des deux individus. Un si petit objet pouvant faire de si gros dégâts. C'était impressionnant. Les nains étaient très intelligents pour mettre au point ce genre d'arme et cela leur donnait un grand moyen de défense. Mais ces armes pouvaient parfois se retourner contre eux. La mine n'allait pas s'arrêter si l'un des nains marchaient dessus.

La jeune femme avait l'air expérimentée et ses capacités avaient l'air grandes. On pouvait voir qu'elle avait de l'expérience et Eileen pensa que ce n'était pas la première fois qu'elle venait sur ces terres, puisqu'elle avait l'air d'être certaine du chemin à emprunter. De plus, la mercenaire avait bien noté l'arme de l'homme qui n'était pas celle qu'on avait l'habitude de voir sur les terres du Gorbos. Ces inventions interessaient grandement Eileen et elle voulait en savoir plus. S'informer éviterait qu'elle se fasse tuée par son ignorance. Cette nuit en compagnie de ces deux individus pourraient peut être être l'occasion d'apprendre. Si ils étaient une guilde, il y avaient surement d'autre personnes qui les attendaient plus loin. La mercenaire marchait donc toujours en silence. Elle préférait ne pas poser de questions, ni parler, pour le moment, se contentant de suivre tout en observant les environs.

_________________


   [ Crédits images : @DeviantArt Pure-Poison89 et @DeviantArt Saphira01 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Edmond Dantès

Interprète

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 09/07/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Sam 3 Aoû - 22:28

La chef des assassins avait accédé à sa requête, elle avait daigné lui répondre, même si le ton sérieux et détaché qu'elle avait employé laissait comprendre qu'elle en avait marre. Pourtant, pour une fois, Edmond ne cherchait pas vraiment à la provoquer, c'était de la pure et simple curiosité. Les arrières-pensées ...

– Tu n'es pas obligé de rester avec nous. Mais tu t'es engagé pour faire partie de cette mission, alors à toi de voir si cet engagement est vain, et si tu souhaites rentrer à pied tout seul sur ces territoires infestés d'orcs. En plus de trahir ta parole, tu risques de te faire couper la tête par une hache aussi massive que ton corps, mais c'est à toi de voir.

Elle haussa les épaules tout en regardant Dantès, sourire aux coins des lèvres. L'interprète la regardait, le visage neutre et le regard interrogateur, peut-être même perplexe. Il n'avait pas l'intention de la trahir, la loin de là mais, il voulait savoir si elle serait elle-même prête à tenir ses engagements ou pas ... Et visiblement, ce n'était pas le cas. Voilà qui ne manqua pas de le faire sourire. Quant à l'inconnu, elle se contenta de lui répondre qu'il pouvait l'appeler comme bon lui semblera. Il n'avait pas d'idées de prénom sur le moment mais, il savait parfaitement que quand l'occasion se présenterait, il ne manquerait pas du lui en trouver un pour le moins ... Original.

Sans un mot de plus, ils reprirent leur chemin, marchant en silence de longs kilomètres au travers du versant sans rencontrer d'ennemis bien qu'ils étaient à découverts. Chacun devait certainement réfléchir au sujet de problèmes et de questions qui lui étaient propre, du moins, c'est ce que pensait Edmond. Cette inconnue, sa supérieure, son engagement propre dans cette mission ... Brutalement, Stern mit son bras devant l'interprète qui marchait à côté d'elle, le stoppant ainsi dans sa marche. Absorbé par ses pensées, il n'avait pas remarqué l'objet que lui avait désigné la chef des assassins, sur le sol. Quelque chose de circulaire et de bien anodins mais, pas pour l'oeil avisé de Swell.

- Voilà ce qu'ils appellent par ici, une mine. Marchez dessus et elle explose, ne laissant de vous que de la charpie. Typique de la technologie naine et de leurs explosifs. Du beau travail, mais extrêmement dangereux… je suppose que celle-ci a été égarée par erreur, puisque je n'en ai pas remarqué d'autre sur notre chemin.

Edmond observait l'engin, d'autant plus fasciné. Comment une si petite chose pouvait-elle aussi dangereuse ? En même temps, en matière de petit, les Nains avaient déjà quelques prédispositions. Non, c'était vraiment au niveau du danger que cela le surprenait.

– Nous serons bientôt abrités par la montagne. Encore un petit moment.

Puis elle se remit à marcher, d'un pas pressé mais, pas pour autant précipité. Edmond resta un instant de plus à regarder l'engin, ayant l'envie de le sortir de la terre pour l'examiner de plus près mais, il valait mieux être prudent et ne pas y toucher, aussi se contenta-t-il de le contourner, tout en jetant un coup d'oeil à l'inconnue pour s'assurer qu'elle en ferait de même. Il rattrapa bien vite, posant une fois de plus sa main sur son épaule tout en continuant à marcher.

- Heureusement que vous avez l'oeil, Stern, cela ne m'aurait pas du tout fait plaisir de vous voir vous éparpiller un peu partout, à moitié carbonisée. On aurait eu beaucoup trop de mal pour rapatrier les morceaux, surtout qu'il fait presque nuit alors pour aller les chercher ... Enfin, voilà quoi, vous me comprenez. Avec vous, nos chances de survie augmentent et ça, c'est fort louable. C'est pour cette raison que je ne vous trahirai pas, même si vous vous défilez devant l'adversité.

Il la relâcha ensuite, s'écartant un peu tout en marmonnant quelque chose d'incompréhensible puis, il retourna auprès de l'inconnue.

- Et d'où venez-vous exactement ? D'Elmirion, du sud du royaume ou même des contrées étrangères ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hemdhöll Pic d'Acier

Ingénieur fusiller

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/07/2013

Fiche personnage
Métier: Ingénieur militaire
Allégeance: Communauté naine
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Jeu 15 Aoû - 8:35

L'ingénieur militaire se promenait, comme à son habitude, dans les terres sauvages de ces montagnes qu'il aimait tant. Suivit par son assistant et associé, ils faisaient en sorte de tuer tous les Orcs qu'ils croisaient. A condition d'en être capable, pas de mission suicide. Le compte de la journée s'était élevé à douze, un peu moins que celui d'hier, mais ce n'était pas grave.
Les deux nains étant plus à l'aise avec des armes à feu, ils n'étaient pas prêt pour un corps à corps sauvages avec ces rebuts des versants sombres des montagnes. A part le pic d'acier d'Hemdhöll, ils s'étaient assez bien équipés en grenades, cartouches et même deux ou trois mines.
Et vu que leur nombre ne jouait pas en leur faveur en cas d'attaque, ils avaient misé sur un tout autre style de combat. Ils avaient remplacé la force brute de la majorité des Nains par de la subtilité. Chose assez rare il faut dire. Outre le fait qu'ils n'avaient pas bu de bière depuis plusieurs jours ( afin de ne pas trop sentir ), ils s'étaient barbouillés le corps de boue, afin d'éviter d'être détecté par un animal à l'odorat développé, ils avaient troqué leurs capes de lin contre des capes végétale. Cape était un bien grand mot, c'était plutôt un enchevêtrement de branches et de feuilles, qui leur permettait d'être moins visible.
L'inconvénient principal était le fait que ça grattait pas mal leur dos, ce qui n'était pas pratique. Quand aux fusils. Ils en avaient chacun un pour le combat à proximité, capable de tirer deux coups avant d'être rechargé, un vrai prodige, et Hadorn en portait un avec des verres grossissants sur le canon, permettait de mieux viser à longue distance. Hemdhöll se contentant de lui donner quelques informations tel que la direction du vue ou le nombre et la position exacte des ennemis. Il devait aussi veiller à ce que personne ne les surprenne par derrière.

Ca allait faire une heure qu'ils étaient près de ces arbustes à attendre. Ils avaient vu partir un petit groupes d'Orcs vers le sud, et ils attendaient qu'ils reviennent. Vu qu'il n'y avait que des falaises rocheuses à pic dans cette direction ils savaient que tôt ou tard ils reviendraient. Mais ils commençaient à s'inquiéter. Les Orcs étaient peut être mort. Peut être avaient ils chût, mais comment ? Et si d'autres ennemis étaient là ? Des éclaireurs amazones ? Presque impossible, mais ce genre d'idées farfelues perturbaient les pensées du Nain. Alors qu'ils commençaient à débattre à voix basse de leur départ, et surtout retour à Alfebur, ils distinguèrent des ombres au loin. Ils perçurent une discussion, mais le vent arrivant dans leur dos, ils ne pouvaient entendre distinctement ce qui se disait.
Mais bordel de merde c'était pas des Orcs ! C'était plutôt des humanoïdes. Ils ne savaient pas exactement d'où ils venaient ni qui ils étaient. Cependant, ils ne comptaient pas les laisser venir, ils avaient repéré la mine qu'ils avaient laissé pour les Orcs. Ils l'avaient même évité. Ce n'était par contre pas des idiots vu qu'ils l'avaient évité. Alors qu'ils reprenaient la marche dans leur direction, Hemdhöll informa son tireur que le vent venait de leur droite, l'inclinaison nécessaire pour contrecarrer le poids de la balle. Il n'avait pas encore pu théorisé l'art du tir longue porté, il en était encore à un stade expérimental d'observation. M'enfin, fallait tenté des trucs !
Une fois prêt, il laissa le soin à Hadorn de déclencher le tir. Lorsqu'il fit feu, la force du vent avait parfaitement été calculé, malgré la centaine de mètre les séparant des cibles, la balle était aller dans la direction parfaite. Par contre elle avait percuté le sol quinze mètres avant, ce qui était nul. Aussi reconsidéra t'il l'inclinaison du fusil nécessaire. Le premier coup de feu les avaient avertis de la présence des nains, mais Hemdhöll était presque sûr qu'ils ne savaient pas où ils étaient cachés.

_________________

" Avant de tirer, assure toi que ton adversaire est bien dans la ligne de tir de ton fusil, sinon, t'es dans la merde mon petit gars !" Nainonyme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Sam 17 Aoû - 17:33

Une nouvelle fois, Edmond l'avait rattrapée pour poser la main sur son épaule, tout en continuant à marcher. Décidemment, qu'avait-il avec ce geste ? Etait-ce une manie ? Stern ne fit aucun commentaire et continua sa route, écoutant la nouvelle provocation de son subordonné qui ne cessait son humour assez sadique. S'il continuait à parler ainsi eau lieu de regarder où il posait les pieds, c'était lui qui risquait de finir en charpie après avoir posé le pied sur une mine. La jeune femme ne fit aucun commentaire et poursuivit sa route. Elle entendit derrière la réponse que la femme avait adressée à Edmond, mais s'en soucia peu. Autre chose avait attiré son attention, de bien plus grave.

Un bruit de fusil avait perturbé l'air et Stern avait vu fuser une balle, d'une façon typiquement naine, à l'image de son propre fusil. Des nains. Aucun doute n'était possible. Ils avaient été repérés et il leur fallait gagner le flanc de la montagne le plus rapidement possible. Mais Stern ne comprenait pas cette attaque surprise. Si en effet il s'agissait bien de nains, pourquoi donc passaient-ils à l'offensive ? Même si Alfebur et le royaume des hommes n'étaient pas des meilleurs amis, ils n'étaient pas non plus en guerre. Et Stern voyait mal un orc manier ce genre d'instrument…. La jeune femme jeta un regard circulaire sur le paysage, et ne remarqua rien. Aussi, elle fit signe aux deux autres d'accélérer le pas. Il n'y avait rien dans ces plaines. Rien, à part des arbustes. Et le bruit du coup de feu n'avait pas résonné comme il aurait du le faire s'il provenait de la montagne. On leur avait tiré dessus depuis le plateau, c'était certain. Elle s'exclama finalement, tournée vers Edmond et la femme :

– Dêpechons nous. S'ils s'amusent à nous poursuivre, nous les accueillerons dans la montagne.

A présent, il était seulement temps de courir, et c'est ce que fit Stern. Sans se retourner, elle ne manqua pas de crier par dessus son épaule :

– Et regardez là où vous mettez les pieds !

Plus que quelques minutes, et ils seraient abrités. Elle ne regardait pas en arrière, se contentant d'écouter attentivement le souffle saccadés et les bruits de pas derrière elle. Ils suivaient, c'était le principal. Du moins l'espérait-elle...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hemdhöll Pic d'Acier

Ingénieur fusiller

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/07/2013

Fiche personnage
Métier: Ingénieur militaire
Allégeance: Communauté naine
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Dim 18 Aoû - 20:50

Ils avaient manqué le tir sur ces cibles, ce qui avait eu pour effet de les renseigner sur leurs présence. Nul doute, si ces individus étaient un tant soit peu intelligent, qu'ils sauraient que leurs agresseurs étaient des Nains. Après tout ils sont les uniques possesseurs et maîtres des armes à feu en ces terres, tout du moins pour le moment. Ainsi donc, ce petit groupes composé de trois personnes, et ils avaient eu le réflexe de quitter la zone. Ils partaient vers les montagnes en courant. Putain ! Ils venaient droit dans leurs direction ! Bon il leur restait bien quatre-vingt mètres à parcourir. Bien qu'il soit très content que son camouflage et toutes ses dispositions pour être invisible avaient porté leurs fruits, il se trouvait dans une situation délicate.
Après tout il avait attaqué un groupe d'humains, sans qu'aucun conflit ne soit officiellement déclaré entre les deux peuples. Mais bon c'est pas grave se dit il ! Encore une cinquantaine de mètre, il laissa Hadorn avec le fusil, et partit, le laissant le couvrir. Il alla se placer dans la trajectoire de ses inconnus, il voulait être sûr d'être vu, afin de pouvoir les interpeller. Il n'envisageait pas de s'excuser, il dégaina son pic d'Acier, déterminé à l'utiliser en cas de nécessité. Il défendrait chèrement sa vie, et en plus Hadorn pourrait tirer sur ses agresseurs, et vu la distance, à peine vingt mètres, il n'aurait aucun mal à leur loger une balle dans le crâne.
Les voici arrivant, il prit son pic à deux mains, se campa sur ses cuisses solides, et attendit d'être bien vu, son assistant étant toujours invisible aux yeux de ses inconnus, il n'entrerait en scène qu'en cas de besoin. Alors qu'ils s'arrêtaient, se rendant compte de sa présence juste à quelques pas devant eux, il reprit son arme à une main et tendit l'autre vers, paume ouverte.


HEMDHOLL - Halte ! Dites moi qu'est ce que trois personnes comme vous font par ici !

_________________

" Avant de tirer, assure toi que ton adversaire est bien dans la ligne de tir de ton fusil, sinon, t'es dans la merde mon petit gars !" Nainonyme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Edmond Dantès

Interprète

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 09/07/2013

Fiche personnage
Métier:
Allégeance:
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Lun 19 Aoû - 10:40

Pas de réponses de la part de Stern, voilà qui était fort décevant, il aurait au moins espéré qu'elle marche un tant soit peu dans son jeu, c'était avant tout pour détendre l'atmosphère plus qu'autre chose. Mais bon, c'était compréhensible en même temps, le stress, la difficulté et le sérieux de la situation, ce n'était pas vraiment le moment de plaisanter. En fin de compte, elle n'était pas si mal que ça cette chef des assassins, elle avait la tête sur les épaules ... Enfin, pour combien de temps encore ? Soudainement, elle s'arrêta et alors qu'un sifflement se fit entendre, Swell jeta un rapide coup d'oeil à l'environnement. Edmond s'immobilisa à son tour, surpris, qu'était-ce donc ce bruit ?

- Dêpechons nous. S'ils s'amusent à nous poursuivre, nous les accueillerons dans la montagne.

Mais de qui ? Ou plutôt de quoi ? Dantès ne cherchait pas à comprendre, il n'était pas un expert en ce genre de situations. Il s'exécuta sans poser de question et se mit à courir derrière l'assassin, jetant un rapide coup d'oeil à la jeune inconnue qui les suivait, s'assurant qu'elle courrait bien elle aussi.

- Et regardez là où vous mettez les pieds !
- Merci !

Lui répondit-il sur un ton assez narquois, comme si cela n'était pas assez évident. En même temps, c'est vrai qu'il avait complètement oublié cette histoire de mine mais, bon, ce n'était pas une raison pour perdre la face. Ils courraient en direction des hauteurs, pour se mettre à l'abris et, tout en faisant bel et bien attention là où ils regardaient, ils furent rapidement interrompus. En effet, un nain charnus et gras, à la barbe protubérante et au visage poussiéreux sortit de nulle part, mettant sa main devant eux comme pour leur faire signe de s'arrêter et, tenant dans son autre main une arme bizarre, prit la parole en Norn avec un fort accent.

- Halte ! Dites moi qu'est ce que trois personnes comme vous font par ici !

Evidemment, personne ne comprendrait la langue de ce petit être, il se fatiguait pour rien, enfin, pour presque rien puisque Edmond lui, avait bien compris. Il allait enfin pouvoir se montrer utile ! Il s'avança un peu vers le Nain qui ne manqua pas de l'en dissuader puis, se plaça un peu au devant de Stern, il lui répondit dans sa langue.

- Et depuis quand les Nains s'attaquent aux Hommes ? Vous savez que cette agression serait bonne pour causer un incident diplomatique, surtout en ces temps difficiles, où la guerre frappe à vos portes ?

Lui répondit-il à la fois sur le ton de la réprimande et sur le ton de la provocation. Il se retourne ensuite vers Stern, jetant un coup d'oeil à la mercenaire par la même occasion. Puis, il reprit en Gobbos.

- Il veut savoir qu'est-ce qu'on vient faire ici, je lui répond quoi ? Qu'on est venu ramasser des champignons ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eileen Haovia

Mercenaire

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 10/07/2013

Fiche personnage
Métier: Mercenaire
Allégeance: Aucune
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Ven 23 Aoû - 18:07

- Et d'où venez-vous exactement ? D'Elmirion, du sud du royaume ou même des contrées étrangères ?

Lorsque l'homme lui posa cette question, Eileen le regarda un instant puis lui répondit de manière calme.

Je viens d'un endroit reculé des Terres du Gorbos, parmi les campagnes alentours.

Cette réponse était courte mais clair. Ces deux là lui étaient inconnus, Eileen ne voyait donc aucunes raisons de leur révéler plus d'informations sur elle. De plus, Eileen n'eut pas le temps d'en dire plus qu'un coup de feu se fit entendre au loin, arrivant sur eux mais les ratant. Le tir n'avait pas été du tout précis. Pourquoi faire cela ? Et qui aurait pu le faire ? Cela ne pouvait sûrement pas être des orques. Il restait l'option des humains ou des nains. Cependant, cela penchait plus vers les Nains. Cela expliquerait peut être la présence de la mine un peu plus tôt. Les Nains étaient ils au courant de leur présence sur ces terres ou les avaient-ils aperçut par hasard ?

Malgré toutes ces questions sans réponse, le temps pour y réfléchir manquait. Il fallait absolument fuir ailleurs pour éviter que l'une de ces balles transpercent l'un d'eux. La femme prit alors les devant et eut une réaction rapide, leur demandant de courir pour qu'ils puissent atteindre les montagnes et avoir ainsi un avantage. Les trois compagnons de route se mirent donc à courir, regardant bien où ils mettaient les pieds.

Après une longue traversé en courant comme ils le pouvaient, une silhouette se fit alors voir au loin. Une silhouette petite et qui grossissait au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient, un Nain. Eileen se demanda d'où ce Nain était sorti. Elle regarda les alentours et remarqua qu'il n'y avait que des petits buissons. Ils étaient donc sortis de là ... Remarque, avec une aussi petite taille, cela était plus simple de se camoufler derrière ces arbustes.

Le Nain se mit alors à parler après qu'ils se soient arrêtés devant lui. Sa langue était incompréhensible pour Eileen, et, apparemment, pour la femme aussi. Seul l'homme avait l'air de la comprendre. Il s'approcha donc du nouveau venu et lui parla dans la même langue avant de traduire ce que le Nain venait de dire.

Eileen se contenta donc de laisser la parole à la femme qui menait le groupe et d'observer. La mercenaire n'avait pas de raisons de s'initier là dedans, tant qu'ils en ressortaient vivants. Après tout, pour l'instant, il demandait juste pour quelles raisons ils se trouvaient ici. Peut être qu'Eileen en serait donc plus sur ces individus, à moins qu'ils détournent la situation en ne disant pas la vérité.

_________________


   [ Crédits images : @DeviantArt Pure-Poison89 et @DeviantArt Saphira01 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Stern J.Swell

avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 22/05/2013

Fiche personnage
Métier: Chef des assassins
Allégeance: Guilde des assassins
Classe: Assassin
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Sam 31 Aoû - 14:52

La situation était critique. Le nain leur avait adressé la parole d'une façon peut amicale, voire agressive, ce qui laissait présumer que les hostilités n'étaient pas loin. Dans un premier temps, Stern ne dit rien et laissa faire Edmond qui avait pris la parole. La jeune femme posa les yeux sur l'inconnue qui les avait rejoint : elle non plus n'avait pas l'air de comprendre quoi que ce soit au Norn. Aussi elle se contenta d'attendre, gênée par la situation et impatiente devant ce discours qui lui échappait. Enfin, son interprète lui traduisit les termes du nain, qui avait apparemment seulement demandé la raison de leur présence ici. C'était une situation embarrassante, d'autant plus que Stern possédait sur elle et à la vue de quiconque une arme typiquement naine, qui pourrait très bien attirer l'oeil du nain. Et donc attiser sa curiosité sur la façon dont Stern se l'était procuré… Mais elle préféra ignorer ce détail et se contenta de garder son sang froid.

Après tout, ils n'étaient pas ceux dans la plus mauvaise posture. Déjà par le nombre, quoique Stern soupçonnait des alliés du nain dissimulés quelque part. La jeune femme réfléchissait à la réponse qu'elle pouvait donner à Edmond. L'autre femme ne disait rien, sans doute ne voulait-elle pas se mêler de la situation. Stern adressa un regard suspicieux au nain sans pour autant montrer un signe d'hostilité. Après tout, autant détendre l'atmosphère. Mais pour cela, il lui fallait une excuse qu'elle avait bien du mal à trouver. Même si elle gardait sa main positionnée sur le pommeau de sa dague, elle ne montrait aucun geste agressif. Stern ne bougea pas et répondit à Edmond :

– Dis lui que nous pistons une troupe d'orcs depuis les frontières du Gorbos et que notre route nous a mené ici. Nous ne souhaitons aucun conflit avec les sien et nous sommes simplement de passage. Nous cherchons un endroit pour la nuit et nous souhaitons rester en dehors de leurs villages.

Ce qui était un mensonge sans vraiment l'être. Car même si Stern annonçait qu'elle souhaitait éviter tout conflit avec les nains, la mission qu'elle menait avec Edmond impliquait au contraire des risques d'hostilité s'ils ne parvenaient pas à garder le secret de cette mission pour eux. Mais elle ne souhaitait pas en parler, et surtout pas devant cette femme qu'elle ne connaissait pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hemdhöll Pic d'Acier

Ingénieur fusiller

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/07/2013

Fiche personnage
Métier: Ingénieur militaire
Allégeance: Communauté naine
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Lun 2 Sep - 13:57

Ils parlaient entre eux, sans doute ne savaient ils pas parler son langage. Mais apparemment l'un d'entre eux comprenait à peu près, et il traduisait aux autres. Mais voilà, cela faisait trop longtemps aux yeux du Nain, et s'ils étaient en train de préparer leur plan d'attaque, en parlant un dialecte lui étant inconnu, ils pouvaient dire n'importe quoi, le Nain n'en saisirait pas la moindre bribe. Il décida de passer au plan B, dissimulation. Il récupéra une des boules pendant à sa ceinture, on aurait dit une grosse grenade. C'était Hemdhöll lui même qui l'avait fabriquée, elle renfermée une poudre grise, que l'on trouvait en profondeur, dans certaines des mines de son peuple. Il n'avait cependant pas besoin de feu, contrairement aux grenades, il lui suffisait de la jeter violemment au sol, et le mécanisme de dispersion s'auto enclencherait, projetant toute la poudre grise contenue à l'intérieure. La poudre y était très tassée, et un détonateur se trouvait au centre, provoquant une explosion qui libérait la poudre. L'explosion était toute fois inoffensive, tout du moins pour les Nains.
Il jeta donc la boule devant lui, le nuage se propagea dans les airs, le rendant invisibles aux yeux de ces inconnus, et il put partir, il courut vers son acolyte, et tout deux fuir le plus loin possible, tout en restant invisible. Tandis que le nuage commençait à se dissiper, ils étaient déjà loin.


[ Bon vu que je vais pratiquement plus être présent à cause des cours, je fais en sorte de m'en aller, afin que vous puissiez continuer le rp sans moi Smile ]

_________________

" Avant de tirer, assure toi que ton adversaire est bien dans la ligne de tir de ton fusil, sinon, t'es dans la merde mon petit gars !" Nainonyme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eileen Haovia

Mercenaire

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 10/07/2013

Fiche personnage
Métier: Mercenaire
Allégeance: Aucune
Classe:
MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   Sam 7 Sep - 16:50


– Dis lui que nous pistons une troupe d'orcs depuis les frontières du Gorbos et que notre route nous a mené ici. Nous ne souhaitons aucun conflit avec les sien et nous sommes simplement de passage. Nous cherchons un endroit pour la nuit et nous souhaitons rester en dehors de leurs villages.

Ces paroles n'étaient pas dénuées de sens mais celle ci devaient être mensongères pour faciliter le départ du Nain. Eileen écoutait la scène sans intervenir. Elle observait cependant les deux Nains et les alentours, à l'affut d'un moindre changement ou d'une autre présence qui pourrait leur porter préjudice. Les Nains n'avaient pas l'air très heureux de les voir sur leur terres. Malgré qu'ils soient trois contre deux, les Nains possédaient des armes plus perfectionnées et elle n'était pas sûr qu'ils soient que deux.

Mais alors qu'Eileen était sur ses gardes derrière ses airs calmes et effacés, elle posa son regard vers la main du Nain qui sortait une sorte de boule qu'Eileen n'arrivait pas à identifier. Elle ne connaissait pas ce genre de chose mais cela ne prévoyait rien de bon. La mercenaire recula ainsi d'un pas et sa voix se fit faible mais assez haute pour que les deux autres humains puissent l'entendre.

Attention.


Quelques secondes après, une brume voila la vue d'Eileen et elle ne distingua plus personne. Elle s'était protégée en se courbant. Des bribes étaient venues la couper à des endroits mais rien de grave car elle avait réussit à se mettre à une distance raisonnable de l'explosion après avoir averti les deux autres humains. Lorsque le silence revenu, la mercenaire releva les yeux et ne bougea pas.

Soit le Nain avait utilisé cela pour s'enfuir, soit il avait utilisé la brume pour faire une dispersion. Eileen se mit alors en position de défense, main sur sa dague. Avec l'expérience et ses capacités d'espionne, il était beaucoup plus simple pour elle de se priver de sa vue et de se reposer sur son ouïe. Elle faisait donc confiance à son ouïe et n'entendait rien qui pouvait impliquer un risque. La mercenaire baissa sa vigilance, en en gardant un peu tout de même, et attendit ainsi que la brume se disperse. Cela ne servait à rien de se déplacer, si ce n'est se perdre ou tomber sur une de ces mines.

_________________


   [ Crédits images : @DeviantArt Pure-Poison89 et @DeviantArt Saphira01 ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les trésors d'Alfebur [PV Edmond Dantès, Stern Swell, Eileen Haovia - Event n°1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un joyaux sorti de la lie du Château d'If : Edmond Dantès
» Les chasseurs de trésors reviennent
» Edmond Mulet et l'ambassadeur du Bresil sur Haiti, Preval...
» Edmond Mulet menace d'abandonner les haitiens à leur sort.
» Les lieux lugubres renferment de lumineux trésors. [PV Kyrune et Yasmeen]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les Pics aux Trois Temps :: Alfebur-